Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 10:56
Bac histoire-géo : les insoumis !
Bac histoire-géo : les insoumis !

Mon bac Philo étant loin, très loin hélas, je n’ai pas très bien compris comment se passait l’épreuve d’Histoire et Géographie en série ES. De mon temps – vas-y pépé ! raconte nous les belles histoires du bac du tout début des années 60 du siècle dernier – pour les philos, avec coeff 1, il y avait soit math soit physique, et beaucoup faisait l’impasse sur… les deux. Là le coeff doit être plus sérieux et nos candidats, fort d’une sorte d’alternance notée d’année en année – une fois dominante histoire, l’autre fois dominante géo – avaient parié pour la géo.

Impasse manquée : vicieusement, sadiquement même, sous prétexte d’une fuite, l’histoire l’a encore emporté sur la géo.

Bac histoire-géo : les insoumis !

Prise d’une légitime indignation, Kenza a lancé une pétition pour protester contre cette flagrante entorse à la loi des probabilités. Certes l’ortografe est un peu approximative : mais que celui qui n’a jamais fauté lui jette son Grévisse à la tête. Certes les chances de voir ladite pétition aboutir à quoi que ce soit sont nulles. Mais de là, comme font certains commentateurs, à faire des signataires des « monstres de stupidité et d’arrogance », et à leur intimer un « Retourne bosser, feignasse », il y a, chez ces censeurs, un manque d’un minimum d’humour.

D’autant que les pairs eux-mêmes, dans les commentaires de cette pétition, ne se sont pas fait faute de leur faire la leçon : « je trouve vraiment pas normal de faire une pétition pour ça, moi-même je pense avoir raté mon bac d'histoire à cause du sujet mais c'est de ma faute j'aurais du tout apprendre, donc c'est à vous d'assumer vos propres erreurs. » commente vertueusement Sarra.

Tout apprendre est une noble ambition ! Sinon il faut se souvenir que l’impasse est un art des plus risqués.

Et se consoler en se disant que ne pas avoir le bac n’a pas empêché M. Estrosi, dit le motodidacte, de devenir Ministre, Président de Conseil Régional avant de redevenir Maire de Nice, entre autres !

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans pétition ES Estrosi
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 10:46

Dès le 15 juillet matin, le concours d’indécences  ripoublicaines a démarré. Estrosi, bien sûr. Mais aussi Fenech et plus surprenant Juppé. Les prévisions, si elles sont difficiles quand elles portent sur l’avenir, deviennent sûres à 100% quand elles sont faites a posteriori… quoique, Fenech et d’autres l’ont démontré, le diagnostic est parfois archi-faux.

NICE : CONcours d’indécences des Ripoublicains

Faisons un sort d’abord à Alain Juppé. Il avait réussi à se tailler un costard d’homme d’état en pure laine vierge. Comme s’il n’avait jamais été l’homme-lige de Chirac. Puis, le 15 juillet, pour ne pas laisser le monopole de l’indécence à Sarkozy qui semble grignoter son retard aux primaires de droite, il se débonde. Au risque de perdre sur tous les tableaux, car au jeu des outrances il n’arrivera jamais à la hauteur de son rival et il peut y perdre l’adhésion de ceux qui, à droite, savaient raison garder. "Si tous les moyens avaient été pris, le drame n’aurait pas eu lieu", a-t-il asséné sur tous les médias. Le drame ayant eu lieu, c’est un truisme d’affirmer que si on l’avait prévu, il ne serait pas advenu. Truisme auquel on ne peut qu’opposer une autre vérité première, partagée par une majorité de l’opinion semble-t-il, on ne peut tout prévoir. Le rapport de l’IGPN montre, s’il en était besoin, que l’hypothèse d’un psychopathe radicalisé fonçant sur la foule au volant d’un 19 T n’avait même pas effleuré l’esprit des responsables de la préfecture et de la municipalité.  

   « En ce mois de juillet 2016, aucune cible n’a été signalée par le service du renseignement territorial, ni lors des réunions préparatoires au défilé, ni lors des réunions quotidiennes tenues par le DDSP. Dès lors, le dispositif a été bâti sur la base d’une appréciation globale de la menace terroriste privilégiant l’hypothèse d’agresseurs piétons et armés s’en prenant à la foule.

 

Les quatre réunions préparatoires ont permis aux différents acteurs d’acquérir une connaissance partagée et complète des dispositifs projetés. La mairie y était associée et représentée.

 

Au cours de ces réunions ont été validées, tant l’économie générale du dispositif que ses modalités d’application :

 

• économie générale du dispositif : sur la proposition du DDSP, les autorités ont retenu la reprise, pour ce 14 juillet, du schéma validé après les attentats des 7 et 9 janvier 2015 et appliqué pour les éditions 2015 et 2016 du carnaval de Nice. Ce schéma vise objectivement le risque terroriste et propose un reclassement des priorités (mission anti-délinquance, tranquillité publique, etc.).

 

• modalités d’application : les concepteurs du service d’ordre ont été confrontés à la grande difficulté de sanctuariser, pour un évènement au cœur de Nice, une large zone à contrôle d’accès systématique. Ils se sont adaptés à la configuration particulière de la promenade des Anglais en privilégiant la tenue de points de sécurité périmétriques et le contrôle aléatoire des personnes.

 

Quant à un possible forcement du dispositif par un véhicule bélier, ni la nature de l’événement ni la configuration des lieux, ni alertes d’aucune sorte, n’ont conduit la préfecture, la DDSP et la mairie à travailler sur cette hypothèse. »

 

Extraits du rapport de l’IGPN

NB C’est moi qui ai mis en relief certains passages

 

 

 

 

Canard Enchaîné 20 juillet 2016

Canard Enchaîné 20 juillet 2016

Fenech : et moi et moi et moi !

   Un qui est passé, un peu, sous les radars  est Georges Fenech. Sa prestation dès les petites heures sur France Inter le 15 juillet, alors que nul ne savait qui était l’auteur du massacre, a été complètement étouffée par celle d’Estrosi.

Et pourtant il mériterait une mention plus que spéciale au palmarès de l’indécence. Car lui, contrairement à l’ex-Maire de Nice, est plutôt Bac+5 que Bac-5. Cet ex-magistrat, fondateur d’un syndicat de la magistrature de droite assez extrême, a présidé une commission d’enquête parlementaire relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015. Et le cher homme, après avoir affirmé que l’attentat de Nice était prévisible, de se lamenter… sur son sort. Eh oui, la chochotte n’a été invitée ni par Hollande, ni par Valls après la remise du rapport. Il invente même un café pris avec un méprisant Cazeneuve qui aurait qualifié le rapport de plum pudding (autrement dit de la bouillie pour les chats). La principale proposition portait sur une refonte du renseignement* qui, outre que sa mise en œuvre aurait pris un certain temps, en l’occurrence n’aurait eu aucune incidence : le meurtrier n’était connu que pour des méfaits de droit commun ! Du danger de parler trop vite !

NICE : CONcours d’indécences des Ripoublicains

Estrosi bac-5 mais un instinct politicien exacerbé

 

Sauf erreur, nul n’a noté que Christhihan Estrosi appliquait à la lettre les préceptes du grand maître ès-cynisme, Charles Pasqua.  

NICE : CONcours d’indécences des Ripoublicains

Il dînait avec des amis quand le drame est arrivé. Et d’instinct il a saisi que toutes ses rodomontades sur la vidéosurveillance allaient lui revenir à la face comme boomerang. Donc, à peine Cazeneuve arrivé, il a joué l’outragé traité comme un subalterne. Puis, tout en clamant que c’était insensé qu’on polémique, que l’heure était à l’union, il a embrayé à fond sur les défaillances des services de l’état. Puis, après avoir lancé une affaire dans l’affaire, il en a lancé une autre avec l’arrivée de la dame Bertin.

NICE : CONcours d’indécences des Ripoublicains

La mise en cause de Cazeneuve a été relayée à fond la caisse par les ripoublicains (comme qui dirait que les éléments de langage étaient prêts pour la première occasion).

  Avec en plus l’alliance inespérée de Libération qui s’est fait l’écho complaisant d’une source policière qui, comme Estrosi, pointait une supposée absence de policiers nationaux. Et qui en a remis une touche avec la UNE anti Cazeneuve ! Alliance aussi de Marianne, qui publiait le rapport de la dame Bertin, qui, rappelons-le, était la responsable d’une vidéosurveillance qui, malgré un gros millier de caméras, n’a pas remarqué la présence pendant 3 jours d’un 19 T dans une zone limitée à 3,5 T ! Et qui, du coup, est capable de décompter les policiers présents à l’unité près !

Opération Pasqua réussie à 120% pourra se dire le motodidacte. Le 1er adjoint à la sécurité qui ne se donne même pas la peine d’assister aux séances préparatoires de la sécurisation des festivités du 14 juillet, la bravache qui osait clamer qu’avec sa vidéosurveillance les frères Kouachi n’auraient pas sévi, a si bien brouillé l’écoute, qu’un Quatremer, journaliste de Libération, ose accuser le Ministre de l’intérieur de « perdre son sang-froid » (24 Minutes, Arte, 29/07/16).

NICE : CONcours d’indécences des Ripoublicains

Mais à force d’oser tout, il lui arrive de se (re)prendre les pieds dans sa propre incompétence. Ainsi quand il n’hésite pas à déplorer l’absence de plots en béton pour bloquer le 19 T. Un de ses ex-adjoints a beau jeu de rappeler que c’était à la municipalité de les installer et qu’elle avait le matériel ad hoc ; il parlait en connaissance de causes puisque c’était lui qui avait fait acheter ledit engin !

Estrosi devrait être complétement déconsidéré. Et bien non. On a même droit au classique Cazeneuve lance la polémique qui rappelle de vieux souvenirs.

NICE : CONcours d’indécences des Ripoublicains

Ce concours d’indécence fut suivi d’un concours lépine des mesures les plus liberticides, faisant fi des « arguties juridiques ». Face à des chefaillons de la Droite, lancés dans une spirale de surenchères populistes, la Gauche de gouvernement se pose en rempart de l’état de Droit que ces démagogues veulent bafouer.

 

 

* Faut-il rappeler à Fenech que l’état actuel du renseignement policier est dû à Sarkozy-Guéant ?

NICE : CONcours d’indécences des Ripoublicains
Et Juppé aussi

Et Juppé aussi

Repost 1
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 20:26

A Madame de Grignan-Paris (date illisible)

 

Je veux, ma très chère, vous conter ce fâcheux événement qui advint, il y a quelques jours, et dont le récit ne manquera pas de vous étonner. Vous savez combien, à la cour et à la ville, on s’est entichés d’un certain jeu de balle dont le spectacle rassemble, en de communes enceintes, les Grands, les bourgeois et le petit peuple. Chacun se passionne pour ces joutes où s’affrontent les plus galants gentilshommes, venus de toutes nos provinces et de plus lointaines contrées. Et on honore leurs exploits dans La Gazette en des odes dignes de Pindare. Or, figurez-vous, vous aurez peine à me croire, que l’un de ces tournois opposa certains barbaresques du Sultan d’Alger aux plus habiles et aux plus ardents de nos joueurs. Ces maudits mauresques, hélas, devant le Roi lui-même et les courtisans, sortirent vainqueurs  de ce formidable tournoi. Vous imaginez quelle désolation se répandit sur le Royaume. Mais, entendez, ma toute bonne, la suite extraordinaire qui fut donnée à cette affaire. Car ces insolents, qui eurent raison de nos plus vives espérances, osèrent se pavaner en un cortège épouvantable, poussant d’horribles clameurs et arborant des oriflammes de sauvages sur notre belle avenue du Palais des tuileries qui jamais ne connut pareil tumulte. Relevant l’offense ainsi faite au pays, le Duc de Zemmour, dont chacun admire les péroraisons, le Comte de Finkel qui commande nos régiments de Croates et Monsieur d’Estrosi, l’Intendant de votre vénérée Provence, ne manquèrent de s’élever avec leur coutumière véhémence contre une telle injure qui ne pouvait demeurer impunie. Pourtant, indifférent à leurs diatribes enflammées et à leurs libelles rageurs, le Roi dans sa grande sagesse choisit de pardonner à ces sujets de terres étrangères où l’on célèbre aussi sa gloire. Et, en cela, je reconnais la grande mansuétude d’un souverain habitué à voler de victoires en victoires et à pardonner à ses ennemis. Et, pour ma part, vous le savez, il n’est aucun de ces divertissements qui puissent me consoler de votre si longue et si cruelle absence et me libérer de ce chagrin dont aucune balle, si enjouée qu’elle fût, ne pourra me distraire.

Lettre inédite de Mme de Sévigné sur le jeu de balle

Note.

Tout en étant très fier d’avoir découvert ce texte encore inédit, je dois confesser ma perplexité. En effet, je n’ai, au cours de mes recherches, trouvé la moindre trace d’une confrontation entre ce qu’on appelle aujourd’hui l’Algérie et le Royaume de France qui se soit achevée par les troubles évoqués dans cette lettre. Il se peut que La Marquise ait confondu avec une rencontre entre la France et un petit terroir d’Ibérie qui serait le Portugal d’aujourd’hui. Et si celle-ci tourna à l’avantage de ces Lusitaniens, leur défilé, pour célébrer leur victoire avec leurs très chrétiennes bannières, ne fut dénoncé ni par le Duc de Zemmour, ni par le Comte de Finkel, ni par Monsieur d’Estrosi.

 

Yoland SIMON

Repost 0
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 15:06
Guillaume Peltier, Christian Estrosi, Jean-François Copé et Eric Ciotti s'en prennent à une décision prise par François Fillon, alors ministre de l'Education Nationale

Guillaume Peltier, Christian Estrosi, Jean-François Copé et Eric Ciotti s'en prennent à une décision prise par François Fillon, alors ministre de l'Education Nationale

Dans le grand CONcours des Ripoublicains à qui sortira la stupidité la plus démagogique, sur fond de xénophobie, déguisée en anti communautarisme, quatre quasi ex-aequo.

En tête Copé-le-cynique 10h36, suivi d’Estrosi dit bac-5 à 14 h 21, marqué à la culotte par le frère ennemi de la côte, Ciotti-la-grirouette (Fillon un jour, sarko le lendemain) à 14h56, mais qui pour gagner la mène se fend en plus d’un communiqué, enfin le petit Peltier-baby-Buisson à 16h19, un 4 juillet à marquer d’une pierre noire, mais pas celle de La Mecque !

Objet de leurs cris d’orfraie : la Maison des examens de l’île-de-France conseille de reporter au lendemain les oraux de rattrapage pour les élèves qui invoqueraient la célébration de l’Aïd-el-Fitr qui marque la fin du ramadan..

Fin du ramadan et surenchère musulmanophobe des Ripoublicains

Les touittes se succèdent !

Nos xénophobes s’appuyaient sur un article de BFMTV, assez puant il est vrai et dénotant un total manque de déontologie de la part de son auteur.

En effet ce David Namias n’hésite pas à écrire : « La Maison des examens, qui gère l'organisation des épreuves du baccalauréat en Ile-de-France, a pris une initiative dénoncée par certains comme un excès de zèle, voire une manière de provoquer la polémique avant qu'elle n'advienne. Comme la fin du ramadan, la grande fête de l'Aïd-el-Fitr, risque de tomber (la date est fluctue d'un jour à l'autre) pendant le début des oraux de rattrapage du bac, l'administration offre aux élèves concernés la possibilité de remettre au lendemain leur examen. C'est peu dire que cette note adressée le 30 juin aux proviseurs des lycées des académies de Paris, Versailles et Créteil, est contestée dans son principe (…) c’est une atteinte à la laïcité ».

Sauf que cette recommandation – dont je m’étonne en tant qu’ex chef d’établissement qu’elle ait pu être sournoisement dénoncée par le SNPDEN (pour le SNALC ça ne me surprend pas) – est l’application logique et normale d’ailleurs d’une circulaire du 18 mai 2004 dont l'objet, tenez-vous bien, est le RESPECT DE LA LAÏCITÉ ! En effet, il s’agit de la circulaire d’application de la loi du 15 mars 2004 interdisant le port « ostensible» de signes religieux au sein de l'école publique, dite Loi Stasi. Circulaire ayant notamment pour but de mettre à jour les Règlements intérieurs des établissements.

Circulaire pas laxiste pour un sou, puisque, outre ces fameux signes ostentatoires, elle rappelle que les convictions religieuses des élèves ne leur donnent pas le droit de s'opposer à un enseignement ou encore ne sauraient être objectées ni contre l'obligation d'assiduité, ni contre les modalités d'un examen (J.P. Rosencveig).

Cependant, comme cela était d’ailleurs déjà l’usage, elle dispose que des autorisations d’absence doivent pouvoir être accordées aux élèves pour les grandes fêtes religieuses* qui ne coïncident pas avec un jour de congé et dont les dates sont rappelées chaque année par une instruction publiée au B.O. (les deux Aïd y sont bien sûr, mais aussi des fêtes juives). Plus encore, elle exige que l’institution scolaire et universitaire, de son côté, [prenne] les dispositions nécessaires pour qu’aucun examen ni aucune épreuve importante ne soient organisés le jour de ces grandes fêtes religieuses. A la limite donc, l’oral de rattrapage devrait être suspendu le jour de l’Aïd-el-Fitr !

  Entretien de F. Fillon à RTL le 6 juillet 2016

 

"- RTL : Est-ce qu'il faut permettre aux élèves musulmans concernés par les oraux de rattrapage [du Bac] de reporter leurs épreuves à demain, après la fête de l'Aïd, l'une des fêtes les plus importants du calendrier musulman ?

- François Fillon : Mais évidemment, c'est une tradition française depuis toujours ! C'est le Général de Gaulle le premier qui avait pris des décisions pour que les fonctionnaires français qui étaient de religion juive ou de religion musulmane puissent, lorsqu'il y avait des fêtes religieuses importantes, ne pas travailler ces jours-là.

 

- RTL : Tout le monde à droite n'est pas d'accord avec vous...

- François Fillon : Oui bah pour une raison simple, c'est qu'il y a un certain nombre de gens à droite qui ont une sorte de réflexe pavlovien : dès qu'on parle des musulmans, ils se mettent à éructer."

Dans le palmarès de l’indécence j’allais oublier la sarkozyste Annie Genevard , déléguée à l'éducation de Les républicains qui interpelle Najat Valaud-Belkacem, Ministre de l’Education nationale en clamant avec les quatre autres :

"C'est à l'islam à s'adapter à la République et non l'inverse. Il ne faut aucune complaisance à l'égard du communautarisme et fortifier au contraire l'unité nationale dont notre pays a tant besoin".

La laïcité, n’a rien à voir avec ces réactions qui, sous prétexte d’attaquer le communautarisme, ne s’en prennent qu’aux musulmans. Les chrétiens n’ont aucun souci pour célébrer leurs fêtes. Il n’est pas anormal que les juifs, les musulmans, ou d’autres religions, dans des limites clairement définies, puissent célébrer les leurs. La circulaire de 2004 le rappelle très légitimement et que des élus qui se prétendent républicains puissent le contester montre la dérive inquiétante de leur parti vers les thèses xénophobes.

 

 

* Fêtes religieuses (hors fêtes catholiques ou protestantes, fériées):

 

Communauté arménienne :

Ÿ Théophanie (fête de la Nativité)

Ÿ Fête apostolique arménienne des Saints Vartanants

Ÿ Commémoration des événements marquant l'histoire de la communauté arménienne

 

Confession orthodoxe :

Ÿ Théophanie :

- selon le calendrier julien

- selon le calendrier grégorien

Ÿ Grand Vendredi Saint

Ÿ Ascension (selon le calendrier julien)

 

Confession israélite :

 Chavouot

Ÿ Roch Hachanah

Ÿ Yom Kippour

 

Confession musulmane :

Ÿ Al Mawlid Ennabi

Ÿ Aïd el Fitr

Ÿ Aïd el Khebir

 

Fête bouddhiste :

Ÿ Fête du Vesak (jour du Bouddha)

 

Faut-il rappeler que les fêtes religieuses catholiques tombant le dimanche (Pâques, Pentecôte) sont assorties d'un lundi férié et que les autres fêtes religieuses (Toussaint, Noël, Ascension) sont fériées !

 

Pour compléter une intéressante mise au point historique de Jean-Louis Auduc, cité par Claude Lelièvre, qui rappelle que la CGT, en 1905, s'était opposée à un amendement de la loi de séparation des églises et de l'état, supprimant les fêtes religieuses chômées, les considérant comme des acquis sociaux !

Dès 1907, Georges Clemenceau sortit un premier texte concernant les fêtes juives. Puis ces "jours protégés" furent étendus aux fêtes musulmanes et arméniennes, après la 1ère guerre mondiale. Enfin en 1998, ces jours protégés concernèrent des fêtes orthodoxes et une fête boudhiste.

Ainsi, à l'ineffable Jacques Myard, le Charasse de la droite bornée, qui s'inquiètait de ces autorisations de droit pour les fonctionnaires, contraire à son sens au principe de laïcité, F. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique, répondait : « Cette pratique administrative de délivrance d'autorisations spéciales d'absence pour fêtes religieuses est conforme au principe de laïcité, qui, s'il repose sur la stricte séparation des religions et de l'État, garantit aussi la liberté de conscience individuelle et le droit de chacun à pratiquer son culte d'appartenance (art. 1er de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l'État). Les autorisations spéciales d'absence pour motifs religieux marquent donc la volonté du Gouvernement de permettre la liberté de culte et, par conséquent, la neutralité de l'État vis-à-vis des différentes religions. » (Journal Officiel 29/11/2011)

Repost 0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 13:42
FHaine : Ensauvagement et dédiabolisation

Tout occupés à dire tout le mal qu’il faut penser de Hollande (voire de Tsipras hollandisé* !) nos Mélenchonistes n’ont plus le temps de s’occuper du FHaine. Si celui-ci était vraiment leur ennemi principal, ils auraient peut-être noté l’assez abjecte récupération d’un fait-divers récent. Une fusillade à Roye (Somme) qui a fait quatre morts dont un gendarme et quatre blessés dont l’auteur du massacre. Quant à l’évêque de Fréjus-Toulon, Dominique Rey, en guise de prie-dieu, il offre un marche-pieds à Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste FHaine en PACA ! Et n’oublions pas Sapir en voie de doriotisation.

Après la fusillade de Roye, Marine Le Pen a immédiatement mais stupidement réagi. Elle a jugé que la fusillade est «un symptôme de l’ensauvagement insupportable de notre société». «Les autorités laissent prospérer des trafics, acceptent que des armes circulent, n’écoutent pas la colère des riverains, tolèrent des bagarres entre bandes et des nuisances pourtant inadmissibles», a-t-elle ajouté. «Ce drame est aussi la conséquence de l’effondrement du respect dû aux forces de l’ordre et de leur désarmement moral», a-t-elle poursuivi. «Les effectifs de force de l’ordre doivent être augmentés au niveau de l’insécurité en France, après des années d’affaiblissement sous Sarkozy puis Hollande ».

Comme l’explique Huffington le thème de l’ensauvagement fut un véritable élément de langage, repris par la petite Marion - "#Roye montre l'ensauvagement de notre société et l'existence de zones de non-droit." – et l’incontournable Philippot – "Extrême violence à #Roye, un signe de plus de la sauvagerie qui ne trouve que le laxisme face à elle. "

  • --> Or ce massacre a été commis avec un fusil de chasse. M. Le Pen ne va pas se mettre à dos les de souche de Chasse-Pêche-Nature-et-Tradition en interdisant les fusils de chasse !
  • --> La prétendue Zone de non droit était formée de quelques caravanes de gens du voyage qui ne l’étaient plus car sédentarisés. Et qui, de l’aveu de l'adjoint au Maire, ne posaient aucun problème.
  • -->Et le meurtrier de 73 ans, fortement alcoolisé, répond au nom de Marcel Ruffet, patronyme ‘gaulois’ diraient les identitaires, chers à Marine.

 

Donc tout ce qu’a raconté la Le Pen est un tissu de stupidités mensongères. Il ne s’agit pas de barbares roms venus des marges sauvages de l’Europe, mais d’ex-gens du voyage aussi Français qu’elle. Pas de trafic d’armes, non plus. Ni zone de non droit.

 

Drame de l’alcool et de la démence, aux motivations encore floues, imprévisible. Et un gendarme victime de ce dément qui après avoir massacré trois personnes d’une même famille tirait sur tout ce qui bougeait.

Rien donc qui correspond au schéma qu’elle sous-entend.

REY et SAPIR dédiabolisateurs du FHaine

Quel meilleur symbole de la dédiabolisation du FHaine que cette invitation d’un évêque de PACA à la petite fille du fondateur du FHaine ! Non seulement, l’évêque, soutenu corporativement par son collègue, le très mondain Di Falco qui estime "qu’il faut dialoguer et non pas s’ignorer", banalise les idées xénophobes de Marion Maréchal-Le Pen, mais, ce qui n’a peut-être pas été assez souligné, il donne un sérieux coup de pouce à la tête de liste frontiste dans une région que le FHaine espère conquérir.

Au moment même où les évêques italiens appellent à l’accueil des réfugiés, l’évêque de Fréjus-Toulon, Dominique Rey, lui, accueille une digne représentante de ces "racoleurs de quatre sous qui disent des choses extraordinairement niaises pour accaparer les votes" (Nunzio Galantino, secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne).

 

 

Jacques Sapir, à la tribune de "Debout la France" groupuscule de droite extrême de Dupont-Aignan

Il serait injuste de ne pas associer à cet évêque, l’économiste qui se prétend de gauche, Jacques Sapir.

En 2013, déjà, ce Poutiniste, dans un article publié dans Izvestia affirmait que le Front national, était en passe de devenir pour l'opinion « un parti respectable ». Après qu’un de ses disciples a rejoint les rangs frontistes (lui se contente de flirter avec Dupont-Aignan), il ajoute « Voilà maintenant quelques années qu’aucune déclaration à caractère raciste ou xénophobe n’est venue de la direction du FN, estime-t-il aujourd’hui. On ne peut plus nier […] que ce parti est en train de changer. »

Philippot en a rêvé, Sapir l’a fait, avec ce brevet de dédiabolisation qui entérine toute la politique de poudre aux yeux pilotée par le n°2 du FHaine. Ainsi, la « préférence nationale », avec un sens de l’amalgame remarquable, Sapir la compare à la règle de l’élection présidentielle étatsunienne n’acceptant que des candidats nés aux USA. Règle sans doute obsolète, mais qui ne s’applique qu’à une seule fonction.

FHaine : Ensauvagement et dédiabolisation

Il est vrai que les propos de Ripoublicains, comme Morano, Estrosi, Ciotti et… Sarkozy, montrent qu’une partie de la droite est largement contaminée par la démagogie xénophobe et elle banalise donc les idées FHaine. La cinquième colonne d’Estrosi est-elle si loin des barbares dans nos murs, d’un Ravier ?

Marine Le Pen et les siens peuvent dire n’importe quoi sur un fait-divers sans provoquer de vives réactions ; Philippot, le concepteur de la dédiabolisation, est le politique le plus invité des télés et radios ; un évêque et un idéologue du retour aux joies de l’inflation et de la dévaluation avec la fin de l’euro peuvent faire la courte-échelle au FHaine ; mais l’essentiel pour l’extrême-gauche et une fraction des verts est de mettre en échec le PS.

Du PS faisons table rase !

 

* Ce qui montre une fois de plus la faible distance entre Capitole et Roche tarpéienne (qu’on me pardonne ce glissement de la Grèce à la Rome antique)

 

 

En complément

 

Le site internet du Diocèse du Var valait son pesant d’hosties avec sa page consacrée – c’est le cas de le dire – à Satan, à ses pompes et à ses oeuvres !
 
En effet, comme vous pouvez le lire ci-dessous, grâce à une copie d’écran avant que la sainte prose ne rejoigne les fumées de l’encens, le révérend père (qui, en principe, ne l’est pas ‘père’), Jean-Régis FROPO (jean-regis.fropo@diocese-frejus-toulon.com) nous met en garde, entre autres, sur la pratique active du yoga ou du tai chi chuan !

 

Il condamne l’homosexualité active : l’homosexualité passive serait-elle admise ?
La participation à la franc-maçonnerie est surlignée comme particulièrement maléfique, voilà qui nous rappelle ce brave Léo Taxil !
 
Faut-il rappeler que l’évêque de ce diocèse, Dominique Rey, est celui qui a invité la très catholique Marion Maréchal-Le Pen tête de liste FHaine en PACA, à un saint colloque ?

 

 
Il diabolise  le Yoga mais dédiabolise le FHaine, le saint homme !
FHaine : Ensauvagement et dédiabolisation

Merci au RP (?) Jean-Régis FROPO, pour cette page d'anthologie !

Repost 0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 21:13
Les 100 jours du Nabotléon ?

Eh oui ! tel son prestigieux devancier, remontant du Cap Nègre aux studios de France 2, le Nabotléon, qui a rallié au passage le Maréchal Wauquiez, l’homme qui combat les sybarites du RSA, part à la reconquête de l’UMPire.

Avant de reconquérir son trône après en avoir chassé l’usurpateur.

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Cette photo qui éclate de spontanéité, dans sa mise en scène même, est révélatrice du personnage. Il trône dans son fauteuil et pérore, avec des gestes de pêcheur à la ligne qui raconte sa dernière prise. NKM et peut-être Pechenard ont droit à un canapé. Hortefeux, Estrosi et le petit jeune, Gérald Darmanin, se contentent d’une chaise. Et le grand Wauquiez n’a rien trouvé de mieux que de s’asseoir sur un meuble. Regards extatiques rivés vers le little big man, sauf NKM qui prend l’air d’en avoir deux ; pas dupe, sans doute, d’être la potiche de service. Car une seule femme pour six hommes !

Il y en a une qui prétend avoir été sollicitée - Nicolas Sarkozy m'a proposé de faire partie de son organisation et de son équipe. – mais qui a refusé à cause du choix de Pechenard comme direteur de campagne.

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Vieille rancune. Des rumeurs couraient sur Carlita soupçonnée de roucouler avec un chanteur et son chouchou accusé de s’initier à des katasoutras  avec une de ses ministres (mais non ! ce n’était pas Alliot-Marie !). Et Péchenard aurait suspecté Dati d’être à l’origine de ces rumeurs et auraient, très illégalement, saisi les fadettes de son téléphone mobile. Les vagues menaces de Dati ont, miraculeusement, fait cesser l’enquête.

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Lors de son intervention, Sarko qui ne recule jamais devant une outrance, a accusé « un banquier » de qualifier des ouvrières d’analphabètes. En fait, Macron n’avait pas parlé d’analphabètes, mais d’illettrées, mais il n’est pas sûr que l’ex sache précisément la différence entre ceux qui n’ont jamais appris à lire et à écrire et celles et ceux qui soit n’ont jamais su en maitriser l’apprentissage ou qui, faute de pratique, en ont perdu les codes.

Mais avec son habituel culot il s’est étonné qu’un ancien associé de la banque Rotschild soit bombardé ministre, alors qu’il était lui-même accompagné par un certain Proto, associé-gérant de ladite banque !

 

Faut-il d’ailleurs rappeler à ce prétendu héritier du gaullisme que la banque en question a fait don d'un Directeur Général à la France, comme 1er ministre d’abord, puis comme Président : Pompidou !

 

 

NB La première image est empruntée à la couverture du livre de P. Rambaud "Les chroniques du règne de Nicolas Ier", les montages avec Sarko sont faits à partir de copies d'écran de la "Nouvelle édition" C+ du 25/09/2014.

 

Pour compléter Médias et journalistes: Sarkozy sur le sentier de la guerre

Repost 0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 13:14

Cher Jean-François

Mon sens du devoir me conduit à t’adresser cet appel et à souhaiter que tu le diffuses largement.

Cordialement

Yoland

L'appel du 26 juin des amis de Sarkozy

L’Aide au retour.

 

Depuis plus d’un an maintenant l’ingratitude populaire, comme elle le fit naguère pour Churchill ou de Gaulle, a renvoyé dans son humble foyer l’ancien hôte de l’Elysée. Sinistre bévue. Et on mesure chaque jour un peu plus le vide laissé par Nicolas Sarkozy et le regret que nous ressentons de devoir nous passer de ses insignes qualités :

La hauteur de ses vues, l’élévation de sa pensée, l’étendue de sa culture, le raffinement de son langage, la dignité de son maintien, la simplicité de sa mise, la sévérité de ses mœurs, la droiture de sa conduite, la rectitude de son parcours, l’élégance de son comportement, l’égalité de son humeur, la grâce de sa gestuelle, la douceur de sa parole, le respect de ses interlocuteurs, son sens de la mesure, son attention à autrui, son respect des petits, sa méfiance pour les nantis, sa fermeté face aux puissants, sa mansuétude pour les déshérités, son intransigeance morale, son mépris de l’argent, son refus de la brigue et de l’intrigue, son horreur de la courtisanerie, son indifférence à la flatterie, son rejet de l’esprit de clan, en résumé, sa grandeur d’âme

 

Nous le savons la modestie naturelle de cet être d’exception l’a souvent amené à une trop sage réserve et à négliger les encouragements de ses amis ou les impératifs de sa carrière. Et cependant, en tant que vigilants gardiens des valeurs qu’il incarna avec éclat dans ces années qu’il consacra au service désintéressé de la nation, et notamment lors de son fantastique quinquennat, nous le clamons haut et fort: « Putain, Sarko reviens, t’es le meilleur ! »

 

Isabelle Balkany, Patrick Balkany, Rachida Dati, Christian Estrosi, Claude Guéant, Henri Guaino, Brice Hortefeux, Nadine Morano, Valérie Rosso Debord…

 

Pour compléter :  Géhèm célèbre la fête de la violette et le Sarkothon (avec une Morano vendant sa jarretière aux enchères)

Avec Estrosi, dit le motodidacte, les vieux téléspectateurs auront reconnu Denise Fabre.

Avec Estrosi, dit le motodidacte, les vieux téléspectateurs auront reconnu Denise Fabre.

Le garnd lecteur de Zadig & Voltaire va aboyer de nouveau dans l'hémicycle.

Le garnd lecteur de Zadig & Voltaire va aboyer de nouveau dans l'hémicycle.

Repost 0
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 20:05

Rappelez-vous, c'était sur la « Grande Muraille », Ségolène Royal - en blanc, couleur de deuil pour le chinois, nous disaient doctement les sinologues, comme si nous ne portions jamais du noir en dehors des enterrements  - parlait de « bravitude » ! Presqu'au même moment, Sarkozy, Ministre de l'Intérieur, candidat, déclarait au Mont-Saint-Michel : «Il y a quelques années, François Mitterrand, dans une réplique superbe, avait dit : "Vous n'avez pas le monopole du cœur."  Libé, très indulgent de commenter cette bêtise « Rien de bien terrible, certes ». Un néologisme hardi d'un côté, le témoignage d'une inquiétante inculture politique de l'autre, c'est évidemment sur le néologisme que les médias ont lourdement ironisé !  

 

Le jeudi 10 juillet, Libé titrait sur « La Gaffitude »  de Mme Royal.

Cherchez bien, si vous trouvez la une du Figaro sur les gaffes de Sarkozy faites signe. Il a pu, sans que ce soit relevé parler d'un plaquiste au chômage refusant 60 offres d'emploi, de dockers de Barcelone ou d'ailleurs travaillant 4000 h par an, il écorche la langue française avec constance (confondant parler populaire avec vulgaire) maniant le néologisme avec moins de talent que son ex-concurrente en parlant d'héritation pour héritage. S'il n'y avait pas Le Canard Enchaîné, dans les médias traditionnels, ça passerait inaperçu. Et ce n'est que grâce à Internet que « Casse-toi, pauvr' con ! » a dû être repris par télés et presse.

Non, il fallait que le seul quotidien de gauche qui nous reste titre sur la gaffitude de Ségolène Royal.

 

Ayant commis une « Lettre ouverte à Jack Lang »* qui, quand déjà S. Royal s'était fait agresser par les pitbulls de Sarko après un entretien avec des journalistes au moment de la libération d'Ingrid Betancourt**, en avait ajouté une louche, sans même se préoccuper de ce qu'avait dit sa camarade, j'ai reçu un mot d'un député « c'est en direct, sans coupure, que trois jours plus tard nous avons entendu Ségolène commencer à délirer sur son cambriolage... J'ai eu des frissons... car je me suis demandé si elle n'était pas complétement tombée dans la paranoïa profonde... Je me demande comment tout cela va se terminer ». Voilà donc la gaffitude suprême qui lui a valu un déchaînement de haine des pitbulls.

 

Libé dans une subtile analyse (bien analysée par Arrêt sur images »), titrait « L'opposante favorite de l'UMP » : si Estrosi, dit bac-5, la traite de bigorneau, si Lefebvre, bave aux babines, se déchaîne contre elle, c'est, bien sûr, pour valoriser cette opposante favorite de notre Ouf 1er. Et n'oublions pas Fillon, le larbin souffre-douleur, qui, sans doute pour faire oublier qu'il s'était drôlement pris les pieds dans le tapis au Québec (sans grands échos médiatiques), ose la traiter de « petite fille ».

 

Toujours est-il que la gaffitude a fait bouger les choses.

La police, qui avait clos l'enquête infructueuse pour un premier cambriolage en 2006, rouvre le dossier pour découvrir que des empreintes digitales correspondaient à une voleuse yougoslave. Ètonnant, non ? L'information sur cette identification vient non pas du Ministère de l'intérieur, mais de Claude Guéant, secrétaire général de l'Èlysée (au lendemain des déclarations de Royal). J. P. Mignard, avocat de S. Royal, a beau jeu d'ironiser sur cette suspecte providentielle, présentée comme voleuse, qui n'a rien volé et qui aurait donc ce soir-là exercé son activité habituelle à titre bénévole, mue par la seule curiosité.

Délire, paranoïa ? Comme le dit finement Joffrin, directeur de Libé, des millions de français ont été cambriolés et ne mettent pas en cause Sarkozy, sauf qu'ils n'ont pas été candidats contre Sarko et qu'en général on les a cambriolés pour leur piquer quelque chose.

 

Pour preuve de la bonne foi sarkozyenne, Libé encore, je crois, cite tout le mal qu'il a pu dire des officines et son engagement de ne pas y avoir recours. Il s'était aussi engagé à être le Président du pouvoir d'achat et à défendre les droits de l'homme dans le monde !

 

* 09/07/08 Lettre ouverte à M. Jack Lang

Cher camarade,

Puis-je dire mon étonnement et ma réprobation, quand je t’ai entendu condamner Ségolène Royal, pour une phrase que, comme d’habitude, de pseudos journalistes – de ceux qui s’esclaffent aux saillies médiocres de celui qui, comme il dit, « fait président » - avaient ôté de son contexte et qui, de toutes façons, ne disait rien d’autre que ce que Claude Guéant avait admis. Les autorités françaises ne furent pour rien du tout dans l’action qui a libéré Ingrid Betancourt ! Elles ne furent d’ailleurs mises au courant que par une dépêche d’agence. Dire cela est-ce scandaleux ?

Que les pitbulls de Sarkozy, Lefebvre, Estrosi, Guaino, etc. se livrent à de basses  attaques contre celle qui fut – ai-je besoin de le rappeler ? – la candidate de gauche face à Sarkozy, c’est indigne mais c’est au diapason de leur patron. Mais que le réflexe premier d’un membre du même parti que celle qui est ainsi agressée ne  soit pas, a priori, de la défendre heurte ma conception, sans doute vieillotte,  de ce que doit être un parti.

Il est vrai que cette conception est bien dépassée. Alors que la discipline de vote – nul n’est obligé d’adhérer à un parti et encore moins de se présenter aux élections sous telle ou telle étiquette, cette discipline est donc bien librement consentie – est essentielle, surtout quand on est dans l’opposition, on a encore vu, il y a quelque temps, une dizaine de parlementaires se prononcer dans la presse pour la réforme constitutionnelle de Sarkozy, affaiblissant immanquablement la capacité de négocier du groupe. (Il est vrai, que l’on avait vu pire, avec des personnes faisant fi d’un vote clairement majoritaire des adhérents du PS et cela en toute impunité).

Oui, je le confesse, j’en suis resté à une vision totalement rétrograde de la vie d’un Parti qui demanderait aux élus un minimum de respect des votes des militants, de la discipline d’un groupe, etc.

Je te prie donc d’excuser cette bouffée d’archaïsme et je n’oserais conclure sur mes craintes que le futur congrès voit la victoire d’une coalition hétéroclite cimentée uniquement par le « sus à Royal ».

Socialistement,

 

** "Elle dit son admiration pour «le courage physique» et «la force» de Betancourt. Elle parle d'une «lumière» que porte en elle l'otage libérée, d'un «message d'amour qui déplace les montagnes». Pour Royal, Ingrid Betancourt «a tenu parce qu'elle a senti que des millions de gens attendaient sa libération».

Alors qu'on lui fait remarquer que l'otage libérée a notamment remercié Nicolas Sarkozy, elle répond qu'il s'est agi d'une «opération colombienne rondement menée qui a bien marché». Et que cela prouve que «les négociations avec les Farc étaient inutiles et n'avaient débouché sur rien». Ne craint-elle pas, lui demande-t-on encore, que cette libération donne lieu à une «récupération politique»? Il ne peut y avoir, répond-elle, «ni polémique ni récupération» et ce d'autant moins que Nicolas Sarkozy n'est «absolument pour rien» dans cette libération." Libé 10/07/08 http://www.liberation.fr/actualite/politiques/338187.FR.php

Repost 0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.