Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 13:14

Cher Jean-François

Mon sens du devoir me conduit à t’adresser cet appel et à souhaiter que tu le diffuses largement.

Cordialement

Yoland

L'appel du 26 juin des amis de Sarkozy

L’Aide au retour.

 

Depuis plus d’un an maintenant l’ingratitude populaire, comme elle le fit naguère pour Churchill ou de Gaulle, a renvoyé dans son humble foyer l’ancien hôte de l’Elysée. Sinistre bévue. Et on mesure chaque jour un peu plus le vide laissé par Nicolas Sarkozy et le regret que nous ressentons de devoir nous passer de ses insignes qualités :

La hauteur de ses vues, l’élévation de sa pensée, l’étendue de sa culture, le raffinement de son langage, la dignité de son maintien, la simplicité de sa mise, la sévérité de ses mœurs, la droiture de sa conduite, la rectitude de son parcours, l’élégance de son comportement, l’égalité de son humeur, la grâce de sa gestuelle, la douceur de sa parole, le respect de ses interlocuteurs, son sens de la mesure, son attention à autrui, son respect des petits, sa méfiance pour les nantis, sa fermeté face aux puissants, sa mansuétude pour les déshérités, son intransigeance morale, son mépris de l’argent, son refus de la brigue et de l’intrigue, son horreur de la courtisanerie, son indifférence à la flatterie, son rejet de l’esprit de clan, en résumé, sa grandeur d’âme

 

Nous le savons la modestie naturelle de cet être d’exception l’a souvent amené à une trop sage réserve et à négliger les encouragements de ses amis ou les impératifs de sa carrière. Et cependant, en tant que vigilants gardiens des valeurs qu’il incarna avec éclat dans ces années qu’il consacra au service désintéressé de la nation, et notamment lors de son fantastique quinquennat, nous le clamons haut et fort: « Putain, Sarko reviens, t’es le meilleur ! »

 

Isabelle Balkany, Patrick Balkany, Rachida Dati, Christian Estrosi, Claude Guéant, Henri Guaino, Brice Hortefeux, Nadine Morano, Valérie Rosso Debord…

 

Pour compléter :  Géhèm célèbre la fête de la violette et le Sarkothon (avec une Morano vendant sa jarretière aux enchères)

Avec Estrosi, dit le motodidacte, les vieux téléspectateurs auront reconnu Denise Fabre.

Avec Estrosi, dit le motodidacte, les vieux téléspectateurs auront reconnu Denise Fabre.

Le garnd lecteur de Zadig & Voltaire va aboyer de nouveau dans l'hémicycle.

Le garnd lecteur de Zadig & Voltaire va aboyer de nouveau dans l'hémicycle.

Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 20:42

 

pape-demission 01

image empruntée à @rrêt sur images

 

 

 

 

Papus interruptus, titre génial de Libé ce matin. Donc impossible à reprendre.


Votre serviteur, mécréant de service, rend l'hommage qu'il mérite à l'onctueux Guéant, plein de componction, pointant l'impardonnable Hollande - n'a-t-il pas osé dire, petite blague, que la France ne présenterait pas de candidat à la succession du pontife. Mes "racines chrétiennes" me poussent à m'interroger sur cette absence de foi du sortant dans la grâce divine, et mon mauvais esprit m'entraîne à rappeler que le Cardinal Ratzinger, apparatchik du Vatican du temps de JP2 ne pouvait ignorer un Marcial Maciel et le reste. Pour conclure, un numéro extraordinaire d'Odon Vallet, à la "Nouvelle édition" - le passage sur Henti IV et Louis-le-Grand est un pur délice et sa conclusion sur  un Monseigneur Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis, expert comptable, d'une parfaite ironie.

 

Pape-CLAUDE-GUEANTRevenons donc d’abord à Guéant qui, sur un ton tout empreint d’une sainte componction quasi ecclésiastique a blâmé Hollande pour avoir dit avec malice, à propos du conclave : "Nous ne présentons pas de candidat." "Faire une blague à propos d'une décision aussi digne, ce n'est pas bien, c'est déplacé", a déclaré, plein d’onction, l’ex homme de confiance du Chanoine de Latran. Et, il a ajouté un "Chacun sait que François Hollande n'est pas très favorable aux religions en général et à la religion catholique en particulier". Sans doute parce que ce Président, au lieu de nous rebattre les oreilles avec des « racines chrétiennes », a dit qu’en tant que chef d’un état laïque il n’avait pas de commentaires à faire sur une décision respectable mais qui ne concerne que l’église. Mais la basse et tartuffienne polémique de Guéant a fait long feu.

 

 

 

 

« Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. […]

C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire. »

 

Le mécréant que je suis, se contenterait d’observer qu’historiquement le seul démissionnaire réel fut la fameux Célestin V : le prédécesseur Benoît IX a été viré, est revenu, a démissionné, est rerevenu et a été viré définitivement. Quant à Grégoire XII, il était en concurrence avec deux autres (dits antipapes, dont un Benoît encore) et sa démission visait à mettre fin à un schisme. 

 

Mais avec T. Legrand, France Inter, on peut s’interroger sur la cohérence du Saint-Esprit qui inspire le conclave bien sûr dans son choix, mais aussi qui a poussé Jean-Paul 2, malgré un état de santé déplorable après la transfusion infectée qui a suivi l’attentat dont il a été victime à s’accrocher au trône pétrinien jusqu’au bout et qui, maintenant aurait amené Benoît 16 au renoncement ! Ce qui n’empêche pas l’archevêque de Lagos, Alfred Adewale Martins de dire : "Nous laisserons le Saint-Esprit accomplir son oeuvre et nous donner l'homme, la personne qui convienne le mieux à l'Eglise en ce moment". Il y a même dans cette position démissionnaire comme du divorce à la vaticane, puisque le pape en prenant fonction épouse l’église.

Mais comme le dit, fort justement Hollande, c’est le problème de l’église.

 

 

 

En revanche, les Femen, avec leurs méthodes très dépouillées, n’ont pas tort de dénoncer l’évidente homophobie du théologien Ratzinger que n’a jamais corrigé le pape Benoît Seize. « Bien qu'elle ne soit pas en elle-même un péché, l'inclination particulière de la personne homosexuelle constitue néanmoins une tendance, plus ou moins forte, vers un comportement intrinsèquement mauvais du point de vue moral. C'est la raison pour laquelle l'inclination elle-même doit être considérée comme objectivement désordonnée. »On lit bien, c’est l’inclination seule qui est condamnée. Et le même écrira en 2003 : « Reconnaître légalement les unions homosexuelles ou les assimiler au mariage, signifierait non seulement approuver un comportement déviant, et par conséquent en faire un modèle dans la société actuelle, mais aussi masquer des valeurs fondamentales qui appartiennent au patrimoine commun de l’humanité » (citations empruntées à Grains d’encre). Dans la continuité de ces affirmations, malgré la crise des vocations, la prêtrise est interdite aux impétrants confessant des tendances homosexuelles, alors qu’ils seraient soumis à la même chasteté que les hétérosexuels. On a même entendu un prélat, sauf erreur le Cardinal Bertone, l’homme qui tire les ficelles au Vatican, affirmer que la pédophilie venait de l’homosexualité ! Mais un autre prélat, moins titré, lui mêlait antisémitisme, homophobie et indulgence pour la pédophilie. Sans être désavoué.


 

pape-demission 02On crédite unanimement le sortant, justement d’avoir pris à bras le corps,  mieux que JP2, les scandales pédophiles qui ont secoué l’église. C’est oublier qu’en tant que patron de la Congrégation de la doctrine de la foi le Cardinal Ratzinger n’en ignorait rien (Epistula de delictis gravioribus 2001), mais qu’il menaçait de sanctions majeures ceux qui auraient levé le secret sur ces scandales pédophiles (qui ne sont d’ailleurs qu’une partie des scandales cachés de l’église, comme la maltraitance envers les enfants confiés à des institutions, sans oublier les « enfants volés » en Espagne).  Cette politique du couvercle ayant échoué, devenu pape il fut forcé d’admettre publiquement une partie de ces scandales. Et una association de victimes états-uniennes le presse de faire plus : "Aussi fatigué et faible que soit le pape Benoît XVI, il a encore deux semaines pour se servir de son immense pouvoir pour protéger les plus jeunes". "Imaginons l'onde de choc et l'espoir suscités si, dans ses derniers jours, le souverain pontife rétrogradait, punissait ou défroquait même une poignée d'évêques qui ont caché les actes pédophiles".

 

 

 

 

Mais cette démission a permis de découvrir un personnage de plus grande dimension que la Frigide Barjot mise en tête de gondole, pardon de manif, par nos prélats hexagonaux, MM Vingt-Trois et Barbarin, Odon Vallet.

 

Un style inimitable – ah ! cette teinture de cheveux si artistiquement ratée – un humour de pince sans rire et des pronostics cocardiers, pas dénués de sel quand, sans avoir l’air d’y toucher, il fustige les excès de langage du prélat des gones sur le mariage pour tous (polygamie, inceste), alors que son homologue parisien faisait preuve de plus de retenue sur la forme, même si c’était le même cléricalisme sur le fond.  


 

La bataille anti-mariage pour tous, qui s’inscrit dans la longue liste des batailles perdues dans les évolutions sociétales – divorce, contraception, IVG, PACS – sera-t-elle l’ultime, en France comme ailleurs ? Autrement dit, le futur pape amènera-t-il son église à se recentrer sur elle-même et non essayer d’imposer sa loi religieuse à des sociétés sécularisées ? Voire, comme l’a vaguement esquissé B16 à propos de la capote, de revoir une doctrine particulièrement rétrograde sur la sexualité ? Les attaques dont les chrétiens sont l’objet dans certains pays – absolument condamnables – pousseront-elles à revendiquer clairement la liberté de conscience dans ces pays de l’intolérance et de la persécution, donc de faire un pas réel vers la laïcité, outil du vivre ensemble ?

Vœux impies.

 

 

En complément :

 


repubblica.pngLa Repubblica (21/02/2013) titre en Une sur deux colonnes : "Lobby Gay nella Curia, il Vaticano sotto shock" –Lobby homo au sein de la curie : le Vatican sous le choc ! Pour le quotidien italien ce serait la cause du départ de Benoît XVI, accablé par ce nouveau scandale, auquel il ne se sentait plus la force de faire face.

Il aurait mandaté trois cardinaux à la retraite pour enquêter sur les « mauvais poissons » au cœur de l’église, dont le cardinal Julian Herranz, 83 ans, espagnol issu de l’Opus Dei. Déjà, un ancien gentilhomme de sa sainteté, Angelo Balducci, qui aimait s'entourer d'enfants de chœur, avait été impliqué dans des affaires de mœurs et de corruption et arrêté en 2010. Le rapport des cardinaux aurait fait apparaître des rencontres dites mondaines de prélats avec des laïcs homosexuels dans des saunas de Rome. Et certains d’entre eux auraient été victimes de chantage de leurs gitons.

Le porte-parole du Vatican a dénoncé des erreurs dans l’article, sans préciser lesquelles et sans démenti formel sur le fond.

 

Repost0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 10:56

Le hasard fait bien les choses. Au moment où le haut fonctionnaire Léger remettait un rapport conforme sur la suppression du juge d’instruction, le Parquet de Paris estimait, en toute indépendance bien sûr, qu’il n’y avait pas lieu de donner suite aux plaintes concernant la nomination d’un certain Pérol à la tête de l’union Caisses d’épargne-Banques Populaires.

 

Tout commence en 2005, quand les deux groupes décident de fusionner leurs deux banques d’affaires Ixis et Natexis. Or, François Pérol, après avoir été directeur adjoint du cabinet de Francis Mer, puis de Nicolas Sarkozy, au ministère des finances, pantoufle déjà en entrant à la banque Rotschild. Ce passage au privé avait été jugé d’une régularité douteuse. Mais, à l’époque, la commission de déontologie (dont la saisine était obligatoire), avait donné son aval, sous réserve qu’il ne traite pas d’affaires qu’il a eu à connaître dans son ancien poste. Il n’en a pas tenu compte, puisqu’ayant eu à gérer l’acquisition d’Ixis par les caisses d’épargne, il s’empresse, chez Rotschild, de pousser à la fusion Ixis-Natexis, qui aboutit à Natixis. Or, avec la crise, le nouvel établissement grevé d’actions pourries, style subprimes, va perdre en quelques mois des milliards d’euros. L’état va donc recapitaliser les deux groupes. Et qui est chargé du dossier au cabinet de celui qui fait président ? François Pérol ! Fort de ce renflouement de cinq milliards, il va forcer à la fusion des deux groupes, du coup.

 

Pour Sarkocescu, rien que de plus normal que de le nommer à la tête du (futur*) groupe. Il affirme, à Rome** : « La commission de déontologie a eu l’occasion de donner son point de vue », laissant entendre qu’il était positif.  Mensonge éhonté ! En fait, Guéant, le Secrétaire général de l’Elysée, avait saisi le président de ladite commission d’une question très générale sur les départs des membres des cabinets ministériels vers le privé. La réponse très prudente et nuancée ne concernait donc pas directement le cas Pérol. Mais, s’appuyant sur ce courrier, Guéant s’est bien gardé de saisir réellement la commission (dont, avec l’arrivée de Sarkozy, la saisine n’est plus obligatoire).

Impossible donc d’avoir le vrai point de vue de la commission ! Restait la possibilité d’avoir le point de vue de la justice. Il n’en sera rien. Le Parquet a classé le dossier dans la rubrique : circulez, y’a rien à voir !

 

Voilà donc qui préjuge (si l’on peut dire) bien de la réforme, annoncée ex abrupto par l’ado capricieux qui fait président, consistant à remplacer un mauvais système, par un pire ! Remplacer un juge d’instruction parfois défaillant, par des magistrats aux ordres !

 

* À l’époque la fusion n’était pas finalisée.

** Ses prédécesseurs avaient pour principe de ne pas traiter d’affaires intérieures quand ils étaient en visite officielle à l’étranger.

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.