Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 07:37
Ruffin la Haine et sophismes ninistes

Quand on lit ça – « Vous êtes haï, monsieur Macron » - on hésite sur le qualificatif entre grotesque et ignoble. Ruffin n’est plus. Il hait !* Macron n’est même pas élu qu’il vomit cette haine délirante. Mais il n’est que la caricature extrême d’un discours de ninistes qui expliquent que la politique ultralibérale que mènera Macron ne peut qu’aboutir dans cinq ans à la victoire du FHaine.

Monsieur Ruffin, je lis dans Le Monde votre « Lettre ouverte à un futur président » (édition du 5 mai), et, à mesure que j’avance dans sa lecture, la haine qui en transpire, rythmée par un refrain on ne peut plus explicite (« Vous êtes haï, vous êtes haï, vous êtes haï »), antienne que, pour ne pas vous-même l’incarner, vous prêtez à ce « peuple » qui parlerait à travers vous, oui, à mesure que j’en mesure la noirceur, cette haine qui vous habite me donne la nausée.

Serait-ce qu’entre vous, monsieur Ruffin, et Marine Le Pen, la différence morale ­serait infime ? Que vous seriez, comme elle, un vecteur de vulgarité, de haine et de violence ? "

Jean-Pierre Le Dantec

A lire ces délires, on se prendrait à croire que nous sortons de cinq années de plomb, comme on disait au Maroc, du temps d’Hassan II.

Le pauvre Valls est devenu l’objet d’abjection. Le 49.3 est la marque d’un régime dictatorial. La loi dite El Khomri  nous ramène au XIXe siècle pour le droit du travail.

Inutile d’arguer que le 49/3 n’est pas cette arme diabolique qu’on prétend qu’elle est, ni que, dans la loi Travail, il y a des avancées notables. Et que la seule organisation syndicale qui ne l’a pas vouée aux gémonies ne s’en tire pas si mal au point de vue représentativité. Nos BOGÔs, détenteurs autoproclamés de la vraie gôche, savent mieux que ces salariés aliénés qui ont amenés la CFDT à la 1ère place du privé, quel est leur bien !

Ruffin la Haine et sophismes ninistes

Et si le FN monte, c’est de la faute à qui et à quoi ? à Valls et Hollande et à leur politique ultralibérale bien sûr qui jette les classes populaires dans les bras de Marine.  Outre qu’on se demande pourquoi ça ne les jette pas plus vers les insoumis de Mélenchon et leur dégagisme poujadiste, on notera que cette mécanique fatale – libéralisme donne extrème-droite xénophobe – joue beaucoup moins dans des pays à la politique libérale plus affichée.

Certes l’UKIP a fait une percée, mais timide et fragile, au Royaume-Uni, et sur une base anti-européenne ; certes Pegida et l’AfD en Allemagne ont un peu prospéré mais sur une base xénophobe et surtout musulmanophobe ; l’Espagne à l’austérité économique bien plus marquée a vu naître un mouvement d’extrême-gauche puissant, Podemos, mais pas d’extrême-droite…  Et ni l’UKIP, ni l’AfD, ni aucun de leurs cousins européens ne remettent en cause une économie libérale bien plus ancrée que chez nous. Le moteur de leur croissance relative est l’anti-Europe et la xénophobie. Et, pour le FN aussi, l’attraction qu’il exerce repose d’abord et avant tout sur ce prurit nationaliste et sur la haine de l’autre, de l’étranger (voire du gauchiasse, des merdiacrates, etc.).

Le lien de causalité mécaniste avec une prétendue politique hyper libérale relève du fantasme idéologique.

Ruffin la Haine et sophismes ninistes

Anne-Sophie Jacques - chroniqueuse d'Arrêt sur images - semble ici atteinte d'une variante du syndrome de La Tourette. Il est vrai qu'elle ne fait que reprendre servilement le propos de Ruffin !

Et quant à prétendre que Macron va se lancer dans cette politique hyper libérale, c’est un mensonge.

Certes, sous prétexte de déverrouiller une économie bloquée, il propose un catalogue de mesures touchant au code du travail, à la défiscalisation des heures sup, etc. ; il semble vouloir réduire le rôle des syndicats ; au pire, une politique à la Schröder. Mais on est loin du libéralisme débridé et agressif des années Thatcher et Reagan.

C’est aussi faire comme si le possible futur président n’aurait pas à composer avec un parlement pas obligatoirement tout-à-fait acquis à sa cause et un mouvement syndical qui ne va pas se laisser dépouiller d’un rôle de partenaire social au niveau national.

Autrement dit, les péremptoires prophètes à cinq ans, qui préfèreraient le FHaine aujourd’hui, fabriquent une fausse causalité – quand ce n’est pas, comme les imposteurs Todd et Onfray notamment, une équivalence extrême-droite=centrisme libéral – feignent d’oublier que les motivations des citoyens ne sont pas déclenchées mécaniquement, qu’on ne peut faire de prophéties alors que personne, pour le moment, ne peut prévoir à un peu plus d’un mois le résultat de législatives et que ce qui peut se passer dans un quinquennat est très largement aléatoire.  

 

 

* Formule empruntée à Nicolas Domenach (qui, lui, visait Onfray).

PS1 Nos ninistes ‘insoumis’ – qui feraient quand même bien de se méfier pour les législatives car, à piétiner la discipline républicaine, ils risquent d’être aussi victimes du ninisme – ne maudissent guère les idées mortifères de la dame Le Pen ! Non ils se disent harcelés par les donneurs de leçons qui jouent les directeurs de conscience. C’est-à-dire ceux qui osent essayer de convaincre les électeurs – eux comme les autres - que Le Pen et Macron, ce n’est pas vraiment la même chose. Essayer, comme Ruffin (suivi d’ailleurs par un Eric Brunet, journaliste de droite extrême) de nous faire croire que Macron, ce Bayrou rajeuni, ce centriste, est une menace quasi totalitaire qui ne mérite que haine est une infamie qui, en revanche, ne les fait pas frémir, les gazelles effarouchées par notre harcèlement.  

PS2 "Un président de la République qui a démontré, lorsqu'il participait au gouvernement « socialiste », sa capacité à s'attaquer à tous les conquis sociaux pour lesquels nos parents et grand-parents s'étaient battus" : à peine élu, le nouveau président est voué aux gémonies par un blogueur insoumis ! Eh oui ! rendez-vous compte, les 'conquis' sociaux de nos parents et grands parents ont été attaqués par l'ex-ministre de l'économie. Autrement dit et en résumant : les conquêtes de 36, celles de la Libération, puis de 1981 enfin de 2000 ont été attaquées ! Exemple caricatural mais qui illustre bien la spirale délirante et haineuse à la Ruffin qui aspirent nos BOGÔs dans leur constante surenchère verbale.

 

Repost 0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 10:38
Vendée 1er MAI : CGT, FSU ignorent le péril FN !

 

Reçu ce tract d’invitation aux manifs vendéennes du 1er mai, appel co-signé par CGT, FO, FSU et Solidaires ! Lu et relu : pas un demi- mot sur l’enjeu du 7 mai ! Pas un demi mot sur le FN ! A croire que la bande des quatre a repris l’appel du 1er MAI de l'an passé, en changeant juste l’année. Et cela, pour la CGT et la FSU, au mépris des appels nationaux.

Certes le communiqué de la CGT nationale ne brille pas par une affirmation nette. S’il parle de « Faire barrage à l’extrême-droite », les trois quarts du texte fustigent la politique du quinquennat Hollande. La seule mention de Macron est pour dénoncer la loi qui porte son nom. Cependant, on peut y lire – mais pas à La Roche semble-t-il  - :

« Pour la deuxième fois dans le pays, sous la Vème République, une candidature d’extrême droite, représentée par le front national, sera présente au second tour des élections présidentielles. C’est un danger pour la démocratie, la cohésion sociale et le monde du travail. (…) La CGT ne se résoudra jamais à accepter un tel scénario. (…) L’utilisation des peurs, du terrorisme, les amalgames éhontés entendus lors de la campagne, la xénophobie, le racisme, le sexisme et l’homophobie, la préférence nationale ne résoudront pas les inégalités, le chômage et les bas salaires. La CGT les combat et les combattra sans relâche ! Elle n’aura de cesse de faire barrage à l’extrême droite ! Pas une voix ne doit se porter sur sa candidate ! »

Vendée 1er MAI : CGT, FSU ignorent le péril FN !

La FSU est beaucoup plus nette : « Élections présidentielles : pas une voix pour le Front national ! »

« Une arrivée au pouvoir du Front national est inenvisageable pour la FSU. Outre les replis nationalistes, les discours de haine et de racisme, le programme du Front National est contraire aux objectifs et valeurs de solidarité, justice sociale, égalité et de paix que porte la FSU. Compte tenu des pouvoirs octroyés au président de la Vème République, la prise de pouvoir du Front national serait une catastrophe pour notre pays : préférence nationale et racisme d’État aggraveraient encore les fractures de notre société. Les plus fragiles de nos concitoyens seraient les plus touchés. La FSU ne peut l’envisager. »

Vendée 1er MAI : CGT, FSU ignorent le péril FN !

Que la CFDT 85 – 1ère force syndicale du département, sauf erreur – ne se soit pas associée à ce 1er Mai hors sol est tout à son honneur. En revanche CGT 85, FSU 85 se déshonorent en s’associant à une FO très molle face au péril FN, sur cet appel  langue de bois et hors contexte !

 

En complément,

cet extrait d’une  réaction d’un camarade cédétiste :

…Concrètement le gagnant, c'est celui qui arrive à mobiliser le plus ceux qui mettront le bulletin de vote portant son nom dans les urnes. Si je ne veux pas que ce soit cette personne qui soit élue, et en l'occurrence il s'agira de Marine Le Pen, parce que son parti porte en lui le rejet de la démocratie, il faut que je vote de telle manière à ce que son concurrent ait plus de voix qu'elle ; ce sera donc un vote Macron. C'est froid, c'est mathématique, c'est mécanique, c'est opportuniste, c'est cynique, mais c'est efficace si je ne veux pas que Marine Le Pen soit élue. Et cela n'obère en rien mon choix pour les législatives et l'exercice de ma liberté d'aller manifester contre la politique de Macron. En sus, je préfère manifester entouré de policiers et gendarmes sous Macron que de le faire avec les mêmes policiers et les mêmes gendarmes sous Le Pen ; quand on connaît le vote majoritaire chez ces "fonctionnaires", ça donne aussi à réfléchir. Et pour finir, quand on voit comment dans les municipalités dirigées par le Front national, des associations sont muselées, étranglées (Ligue des Droits de l'Homme, Secours populaire,  clubs sportifs fréquentés par des ados de classes modestes en général maghrébins,...), privées de locaux (CGT, FCPE,...), comment les bibliothèques de ces municipalités sont "épurées", eh bien, des associations comme le Planning familial, les CEMEA, les associations d'insertion, les petites associations culturelles, troupes de théâtre,etc., considérées comme politisées car marquées à gauche,  ont du souci à se faire et surtout leurs salariés ; c'est sûr l'extrême droite qui parle du " Grand remplacement"  va procéder au sien ; et ce jour-là, faudra pas pleurnicher ou faire des moulinets avec les bras en criant : "C'est des salauds" ; fallait se donner le moyen, avant,  de faire en sorte qu'elle ne soit pas au pouvoir.

PL

En annexe :

 

Présidentielle 2017 : pour qui les enseignants ont dit aller voter (IFOP pour SOS éducation)

Paru dans Scolaire le mercredi 26 avril 2017.

 

Pascal Bouchard, remarquable contributeur du deblog-notes notamment : ici, ici, ici ou encore ici… m’a fait parvenir cette analyse d’un sondage IFOP sur le vote annoncé des enseignants.

 

Interrogés par l'IFOP à la demande de SOS éducation dans la semaine qui a précédé le 1er tour de l'élection professionnelle, les enseignants se démarquent de l'ensemble des Français pour les principaux candidats. Ils avaient les mêmes intentions pour Nathalie Arthaud (0,5 %), Philippe Poutou  (1,5 %), Jean Lassalle  (1,5), Nicolas Dupont-Aignan (4 %), François Asselineau (0,5 % vs 1 %), Jacques Cheminade (-). Ils ont dit voter davantage pour Jean-Luc Mélenchon (23 % vs 18,5 %), Benoît Hamon (15 % vs 7,5 %) et Emmanuel Macron (38 % vs 23,5 %) et nettement moins pour François Fillon (11 % vs 19,5 %) et Marine Le Pen (5 % vs 22,5 %).

 

En ce qui concerne Jean-Luc Mélenchon, il fait ses meilleurs scores chez les enseignants du 1er degré et en ZEP, Emmanuel Macron fait ses meilleurs scores chez les plus de 50 ans, et mieux dans le second degré que dans le premier, le public le préfère au privé;  la différence est moins importante (10 points) que pour J-L Mélenchon (15 points), mais plus forte que pour Benoît Hamon (4 points).

 

François Fillon fait ses meilleurs scores chez les moins de 30 ans, parmi les professeurs de l'enseignement professionnel (PLP), et surtout dans le privé (33 % vs 7 % pour le public). Marine Le Pen fait ses meilleurs scores dans "l'enseignement supérieur hors université" (20 %) et parmi les PLP (11 %).

 

Les proximités syndicales

Les enseignants proches de la FSU ont annoncé qu'ils voteraient pour E. Macron à 49 % et pour J-L Mélenchon à 26 %. Ceux qui sont proches de l'UNSA ont également davantage voté pour E. Macron (35 %), pour B. Hamon (26 %) et moins pour J-L Mélenchon (15 %). Les électeurs SGEN-CFDT sont plus partagés (40 % pour E. Macron, 31 % pour J-L. Mélenchon, 17 % pour B. Hamon). Les électeurs FO se sont davantage portés sur J-L Mélenchon (44 %) et sur M. Le Pen (20 %), et fort peu sur B. Hamon (15 %) et sur E. Macron (6 %). A noter pour la CSEN (SNALC et SNE), un vote important en faveur de J. Lassalle (18 %) et de F. Fillon (16 %) et très faible pour B. Hamon (4 %). A noter encore que parmi les enseignants qui se disent proches du Front national, 9 % ont annoncé leur intention de voter pour J-L. Mélenchon.

 

Les enseignants sont très favorables (86 %) à ce que l'on réserve "les trois quarts du temps scolaire en primaire aux enseignements fondamentaux". Ils sont également plus de 8 sur 10 à penser qu'on devrait "mettre en place un service public du soutien scolaire" et à attendre du prochain président qu'il abroge la réforme du collège, 7 sur 10 à lui demander de "supprimer ou assouplir la réforme des rythmes scolaires", qu'il avance l'âge de la scolarité obligatoire, et qu'il autorise "l'apprentissage à partir de 14 ans". Ils sont majoritairement favorables  à une part de rémunération au mérite et à une réécriture des programmes d'histoire "de manière chronologique dans le sens d'un récit national", mais sont minoritaires lorsqu'il s'agit de la création d'établissements spécialisés pour les élèves perturbateurs, d'autonomie des collèges et lycées, de port de l'uniforme et surtout de réduction du nombre d'épreuves au baccalauréat (38 %).

 

Le sondage détaillé est téléchargeable ici (PDF)

 

NB SOS éducation fait partie d’une nébuleuse d’associations assez affairistes et se caractérise par une conception ultra-réactionnaire de l’éducation.

 

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans FN Macron
commenter cet article
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 17:50

Quasi caricatural ce touitte de la vindicative essayiste !

La méthode Fourest

Donc le CCIF - Collectif Contre L'Islamophobie en France – félicite Macron pour une déclaration qu’il intègre dans son propre message.  Dans son propre touitte E. Macron réagissait à l’ « Intolérable incendie criminel de la salle de prière musulmane à Château-Thierry : dans notre République, chacun est libre de croire ou pas. ». Et la courte vidéo qui suivait n’aurait dû appeler que l’approbation de la passionaria d’une laïcité, beaucoup moins excessive sur le fond, qu’elle se croit obligée de l’afficher dans la forme.

La méthode Fourest

Précision : sachant que la méthode Fourest n'est pas son exclusivité - pour avoir voulu montrer que la Loi Carle bafouait la Loi Debré, donc que la droite de l'époque trahissait la droite gaullienne, j'ai été accusé "de renier un serment de Vincennes de 1960 " - je précise que si j'ai lancé une recherche dans le compte touitteur de M. Macron pour  permettre à tous de l'écouter et démontrer à Mme Fourest que tout un chacun peut en faire autant, cela ne démontre pas que je sois un Macronien !

Mais non c’est un comminatoire est-ce avec son accord ou pas ? Serait-ce faire preuve d’une suspicion déplacée de subodorer que, s’il n’y avait aucune réponse ou pire si elle était positive - si l'intégration s'était faite avec son accord - le Macron ne coupait pas à l’accusation de suppôt du salafisme ! Son équipe a, de mon point de vue, commis la faute de répondre à une interrogation qui ne méritait que mépris.

La dame – mais elle partage ce penchant avec Valls, par exemple – de jeter l’anathème sur quiconque lui semble frayer avec des associations – parfaitement légales au demeurant – qu’elle taxe de frèrisme, entendez d’être des sous-marins de frères musulmans : le CCIF bien sûr, l’UOIF évidemment, sans doute Coexister et d’autres… Ainsi suffit-il, au lendemain de l’attentat de Charlie de co-signer un appel consensuel avec 79 autres responsables d’organismes et associations, mais parmi eux le responsable de ce CCIF, pour être accusé par Valls et Fourest de complaisance avec des signataires qui participent à un « climat nauséabond ».

On notera que Valls, à l’époque 1er ministre, ayant fait adopter l’état d’urgence, n’a cependant engagé aucune action contre ces associations néfastes !

Et Fourest persiste dans cette assez lamentable chasse au sorcier Bianco. Outre des attaques personnelles calomnieuses à l’encontre de Jean Baubérot, on retrouve cette manie excommunicatrice : il est dénoncé comme compagnon de route de l’UOIF !

L'islamophobie

peut se définir comme la peur, ou une vision altérée par des préjugés, de I'islam, des musulmans et des questions en rapport. Qu'elle se traduise par des actes quotidiens de racisme et de discrimination ou des manifestations plus violentes, I'islamophobie est une violation des droits de I'homme et une menace pour la cohésion sociale.

Conseil de l'Europe

Le terme d’islamophobie est récusé parfois par certains – Charb par exemple – en ce qu’il permettrait de discréditer toute critique de l’islam et viserait à (r)établir un délit de blasphème ; il est revendiqué même – Mme Badinter par exemple – par celles et ceux pour qui, la religion étant prétendument  affaire privée – il faut interdire le port du fichu, baptisé voile islamique, à l’université, voire dans tous les lieux publics.

L’objection de Charb vise plutôt une utilisation abusive du terme. La revendication de Mme Badinter reflète une conception liberticide de la laïcité, contraire d’ailleurs à la Loi de 1905.

Mais quel terme employer alors quand, le neu-neu-du-bocage, je veux dire le Vicomte de Villiers, clame dans tous les micros complaisamment tendus : "L'islam est incompatible avec la République, incompatible avec la civilisation française" ; "Il n'y a pas de compromis possible avec l'islam" ? Ou bien quand Zemmour, dans « Un quinquennat pour rien », affirme que « le défi de l’islam est lancé » et qu’il faut donc livrer bataille aux musulmans ?

Et si l’emploi à tort et à travers de l’invective islamophobe doit être dénoncé, que dire de ceux qui voient des dhimmis partout (avec une vision très anachronique du terme) et qui vous traitent, au détour d’un touitte, d’idiots utiles, de collabos, d’islamo-gauchistes !

Repost 0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 21:13
Les 100 jours du Nabotléon ?

Eh oui ! tel son prestigieux devancier, remontant du Cap Nègre aux studios de France 2, le Nabotléon, qui a rallié au passage le Maréchal Wauquiez, l’homme qui combat les sybarites du RSA, part à la reconquête de l’UMPire.

Avant de reconquérir son trône après en avoir chassé l’usurpateur.

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Cette photo qui éclate de spontanéité, dans sa mise en scène même, est révélatrice du personnage. Il trône dans son fauteuil et pérore, avec des gestes de pêcheur à la ligne qui raconte sa dernière prise. NKM et peut-être Pechenard ont droit à un canapé. Hortefeux, Estrosi et le petit jeune, Gérald Darmanin, se contentent d’une chaise. Et le grand Wauquiez n’a rien trouvé de mieux que de s’asseoir sur un meuble. Regards extatiques rivés vers le little big man, sauf NKM qui prend l’air d’en avoir deux ; pas dupe, sans doute, d’être la potiche de service. Car une seule femme pour six hommes !

Il y en a une qui prétend avoir été sollicitée - Nicolas Sarkozy m'a proposé de faire partie de son organisation et de son équipe. – mais qui a refusé à cause du choix de Pechenard comme direteur de campagne.

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Vieille rancune. Des rumeurs couraient sur Carlita soupçonnée de roucouler avec un chanteur et son chouchou accusé de s’initier à des katasoutras  avec une de ses ministres (mais non ! ce n’était pas Alliot-Marie !). Et Péchenard aurait suspecté Dati d’être à l’origine de ces rumeurs et auraient, très illégalement, saisi les fadettes de son téléphone mobile. Les vagues menaces de Dati ont, miraculeusement, fait cesser l’enquête.

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Lors de son intervention, Sarko qui ne recule jamais devant une outrance, a accusé « un banquier » de qualifier des ouvrières d’analphabètes. En fait, Macron n’avait pas parlé d’analphabètes, mais d’illettrées, mais il n’est pas sûr que l’ex sache précisément la différence entre ceux qui n’ont jamais appris à lire et à écrire et celles et ceux qui soit n’ont jamais su en maitriser l’apprentissage ou qui, faute de pratique, en ont perdu les codes.

Mais avec son habituel culot il s’est étonné qu’un ancien associé de la banque Rotschild soit bombardé ministre, alors qu’il était lui-même accompagné par un certain Proto, associé-gérant de ladite banque !

 

Faut-il d’ailleurs rappeler à ce prétendu héritier du gaullisme que la banque en question a fait don d'un Directeur Général à la France, comme 1er ministre d’abord, puis comme Président : Pompidou !

 

 

NB La première image est empruntée à la couverture du livre de P. Rambaud "Les chroniques du règne de Nicolas Ier", les montages avec Sarko sont faits à partir de copies d'écran de la "Nouvelle édition" C+ du 25/09/2014.

 

Pour compléter Médias et journalistes: Sarkozy sur le sentier de la guerre

Repost 0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.