Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Certificat de laïcité ?

Certains soi-disant laïques ont une conception assez dogmatique de la laïcité et se posent donc en défenseurs intransigeants du dogme qu’ils ont forgé.

 

Pour eux la loi de 1905 est, si l’on ose dire, sacro-sainte, intouchable. Ils revendiquent cependant la stricte séparation de la sphère publique et de la sphère privée, la religion relevant de la seule sphère privée, alors que la loi de 1905 n’établit aucune distinction de ce type. « Article 1 : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. »

Ce qu’Aristide Briand explicite : « Il n'y a plus d'autres limites au libre exercice des cultes que celles qui sont expressément édictées dans l'intérêt de l'ordre public ».  Et pour dissiper toute ambiguïté, dans son rapport au nom de la commission qui a élaboré le projet de loi, A. Briand précise « Le juge saura, grâce à l'article placé en vedette de la réforme, dans quel esprit tous les autres ont été conçus et adoptés. Toutes les fois que l'intérêt de l'ordre public ne pourra être légitimement invoqué, dans le silence des textes ou le doute sur leur exacte application, c'est la solution libérale qui sera la plus conforme à la pensée du législateur. »

 

Pas besoin d’avoir fait une thèse d’histoire des religions en France pour savoir que seules les religions chrétiennes et juive sont concernées par la loi de 1905. « Les édifices qui ont été mis à la disposition de la nation et qui, en vertu de la loi du 18 germinal an X, servent à l'exercice public des cultes ou au logement de leurs ministres (cathédrales, églises, chapelles, synagogues, archevêchés, évêchés, presbytères, séminaires),[…] seront laissés gratuitement à la disposition des établissements publics du culte, puis des associations appelées à les remplacer auxquelles les biens de ces établissements auront été attribués par application des dispositions du titre II. » (Articles 12 et 13 : une très large partie de la loi de 1905 qui touche au sort des ministres des cultes salariés de l’état jusqu’alors et aux règles de  mise à disposition gratuite des édifices cultuels est d’ailleurs devenue obsolète).

Peut-on faire le constat que la religion musulmane n’a pas profité de cette mise à disposition gratuite de lieux de culte ? Corollairement, peut-on se demander s’il ne vaut pas mieux une religion musulmane s’exerçant au grand jour avec un financement transparent plutôt qu’un islam des sous-sols manipulé par de prétendus imans ? Et bien non ! oser poser ce type de question vous vaut une volée d’invectives où vous serez, au mieux traité de sarkozyste, au pire de complice de l’islamisme terroriste !

 

L'entrevue entre deux représentants d’églises chrétiennes (de Clermont et Ricard) avec le 1er ministre sur un projet de loi du ministre de l’intérieur de l'époque n’avait apparemment provoqué aucune protestation indignée. Cependant, dans le récent débat sur le traité européen, une fois écartés des articles qui ne faisaient que reprendre des dispositions déjà adoptées, ne restait, péché suprême, si l’on peut dire, qu’une mention sur le consultation des représentants religieux, pour une condamnation laïque de ce projet de traité. Et avoir voté pour son adoption vous exclut de fait de la laïcité.

 

Nos gardiens du dogme posent une équation simple : laïcité=république et inversement (Le nom même du Comité Laïcité République l’indique, mais Les amis de ResPublica est presque aussi explicite). Non pas une république réelle mais cette entité abstraite illustrée par la trilogie inscrite sur le fronton de nos mairies « Liberté, égalité, fraternité ».

Conséquences multiples et complémentaires.

Même si, dans les républiques concrètes qui se sont succédé en France depuis la loi de 1905 (3e, 4e et 5e) on est encore loin de l’application totale de ce dogme laïque (ne serait-ce que par des exceptions géographiques ou la présence d’un enseignement privé confessionnel), il est évident que seule la République Française pourra atteindre la vraie laïcité.

Les anglo-saxons s’enfoncent dans le communautarisme. Les Nordiques ont une religion « officielle » (même si cela n’a aucune répercussion sur la liberté dite de conscience). L’église catholique a encore un statut privilégié ici ou là et notamment en Espagne où on feint d’ignorer que le franquisme sévissait encore il y a trente ans, et, de toutes façons, l’Espagne est une monarchie !

Autre tare rédhibitoire – et là l’Espagne avec les statuts de ses régions aggrave son cas – cette république une et indivisible bannit toute revendication régionaliste. Occitan militant et laïque convaincu, incompatible ! La décentralisation elle-même est plus que suspecte.

L’équation se complique un peu quand la république est qualifiée de sociale. Cette «république  sociale » est assez floue et se définit négativement : anti-libérale, anti-mondialisation. Mais elle permet d’exclure pratiquement toute la droite parlementaire, et ceux que nos “laïques” mettent sous l’étiquette social-libéral, variante moderne du social-traître cher aux staliniens !

 

Au nom de sa conception de la laïcité, on peut s’affranchir de la loi.

La légitimité du combat laïque passe avant la légalité ! Ainsi, a-t-on pu voir, avant l’adoption de la loi sur le voile, alors qu’un accord raisonnable avait été pris avec l’intéressée, un professeur interdire l’accès à son cours à une élève en toute illégalité (et en toute impunité d’ailleurs, ses collègues déplorant son geste mais se disant prêts à la soutenir en cas de sanctions). Depuis, on a vu des enseignants vouloir interdire l’accès à des réunions parents-enseignants à des mères voilées, alors que la loi ne s’applique qu’aux élèves.

 

Dans l’école, d’ailleurs –sans parler de l’échec du grand service public de l’éducation nationale dû à l’intransigeance de laïcs, qui, comme Charasse, ont l’art de jouer contre leur camp – le laïc-républicain adhère à cette vision prétendument républicaine illustrée par les diatribes de Finkielkraut. Ainsi le fameux comité « laïcité république », d’obédience souverainiste, fait appel pour un colloque au Sénat, à la fine (?) fleur de la rétropensée style Boutonnet et Brighelli (dans ce domaine, de Milner à Brighelli, on est bien obligé d’admettre que le niveau baisse). Donc sus aux pédagogues, complices objectifs de la pensée libérale, exclus donc de la laïcité.

 

Ainsi d’amalgame en amalgame, dans une conception totalisante de la laïcité, les anathèmes se multiplient. Si l’on y ajoute ceux qui, à l’extrême gauche (LCR, au sein d’ATTAC) sont, à travers leurs sympathies pour la cause palestienne, soupçonnés de faiblesse envers l’islamisme politique, ceux mêmes – mais son oui au TCE le condamnait déjà – qui, comme Cohn-Bendit acceptent de débattre sans complaisance avec le “frère Tarik”, il ne reste plus grand monde à mériter d’être estampillé “laïque”.

 

N’opposons pas à cette pseudo-laïcité une laïcité “ouverte”, ce serait pléonastique. Rappelons juste à ces gardiens auto-proclamés de la laïcité, qu’on a pu voter non ou oui à un récent référendum,  que l’on peut être ou non partisan de l’économie de marché, être syndiqué à la CGT ou à la CFDT, etc. sans que ça permette à qui que ce soit, dans une conception saine du débat démocratique tout au moins, de vous délivrer on non un certificat de laïcité.


Sur un thème proche voir Jean Baubérot:
http://jeanbauberotlaicite.blogspirit.com/archive/2006/06/04/laicite-et-liberte-de-penser.html

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.