Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 16:21
LOI DE 1905 : 110e anniversaire

Ouest-France

9 décembre 2015

Entretien avec Jean Baubérot

Laïcité, nous écrivons ton nom

Ligue de l'enseignement

 

  Le guide pratique de la laïcité.

Une clarification par le concret

Jean Glavany

Fondation Jean Jaurès

 

 

 

 

La laïcité selon Marine Le Pen

Un principe perverti au service de l'islamophobie

J-P De Lisle

 

La Séparation 1905 Loi de séparation des Eglises et de l'Etat

Repost0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 21:17
Onfray : athée daechien

Un texte boursouflé d’un faux tiers-mondiste et vrai imposteur

 

Encore un article de fainéant, puisque il est, pour l’essentiel, extrait de celui de Maurice Szafran : « Quand Michel Onfray trouve bien des excuses à l'Etat islamique » (Challenges 17/11/2015)

Boursouflé, oui, car nous avons une nouvelle fois la confirmation qu'Onfray se prend fort au sérieux, qu'il a une très haute idée de lui même. Il incarne la philosophie et les philosophes tandis que les journalistes qui l'entourent (et dont il sait se servir avec une parfaite dextérité), eux, ne sont que des ectoplasmes au service de cet Occident et de ce capitalisme libéral dont la juxtaposition incarne le mal absolu.

"Le travail du journaliste est de commenter ce qui advient, celui du philosophe de mettre en perspective ce qui est avec les conditions qui ont rendu possible ce qui advient". Donc: "il faut sortir du temps court du journaliste qui vit d'émotion pour entrer dans le temps long du philosophe qui vit de réflexion". Onfray a décidément besoin que chacun sache et se persuade que lui, il "philosophe".

 

Le choix répété à deux reprises de la formule "Islam politique" a une signification politique on ne peut plus claire: les mots islamisme, djihadistes, terrorisme sont interdits sous la plume de Michel Onfray. Islam politique, c'est autrement plus respectable. Et Onfray s'apprête sur le site du Point à respectabiliser les tueurs de Daech, à leur donner une épaisseur historique et, in fine, à les déresponsabiliser de leurs crimes. Bien sûr, ils tuent, ils massacrent, mais ce n'est pas forcément de leur faute puisque nous, les occidentaux, les libéraux, les sociaux-démocrates, nous les avons cherchés, provoqués, agressés. Alors ils répliquent !

"Ce qui a eu lieu le vendredi 13 novembre est certes [apprécions le certes...]  un acte de guerre, mais il répond à d'autres actes de guerre dont le moment initial est la décision de détruire l'Irak de Saddam Hussein" [une guerre absurde, malfaisante, aux conséquences désastreuses là, Onfray a mille fois raison]. Les guerres d'Irak (criminelle), d'Afghanistan (inefficace), de Libye (mal conduite), du Mali (déclenchée à la demande du gouvernement légal) auraient fait fi de la possibilité dont disposaient ces peuples "d'instaurer chez eux le régime de leur choix". Donc selon Onfray révisant l'histoire, les Irakiens sous Saddam Hussein ou les Afghans sous le joug des Mollahs auraient été en mesure "d'instaurer le régime de leur choix" ? Des centaines de milliers de morts, de torturés, de martyrs attestent que non et Onfray le sait pertinemment. Il est indigne de sa part de passer à nouveau par pertes et profits ces victimes dans le seul but de parfaire sa démonstration anti-occidentale.

Une guerre "islamophobe"

Dans un total délire verbal il accuse la France de vouloir faire la guerre à la communauté musulmane planétaire, l'oumma (c’est fou comme certains se gargarisent de mots dont ils ignorent le sens). Oumma tout-à-fait fictive puisque l’Islam est fracturé entre chiites et sunnites !

La France de Hollande conduirait donc une guerre "islamophobe" contre les musulmans.

Un degré supplémentaire encore franchi dans le grand n'importe quoi: "une trêve pourrait être signée entre l'EI et la France pour que son armée dormante sur notre territoire pose les armes". Obscène dans chaque détail de sa formulation: "on [la France] préfère dire qu'on agit contre le terrorisme alors qu'on le crée ainsi car il n'existait pas avant qu'on le fasse naître de la sorte". Quand Onfray disculpe  sans plus de manières les tueurs de Daech...

Il n'est d'ailleurs plus en mesure de dissimuler l'admiration que ces derniers provoquent chez lui. "C'est une guerre menée par l'Islam politique avec autant d'intelligence que l'Occident mène la sienne, mais avec moins d'armes ou avec d'autres armes que les nôtres- des couteaux et non des porte-avions, des kalachnikovs à 500 euros et non des avions furtifs coûtant des millions de dollars. Ils disposent également d'une vision de l'Histoire, ce que nous sommes incapables d'avoir, tout à notre matérialisme trivial".

 

Extraits de l'article

L'athée de pacotille

Le soi-disant athée, athée prosélyte même, feint d’ignorer que dans la prétendue « vision de l’Histoire », avec un H majuscule comme il se doit, qu’il prête aux fanatiques de DAECH, comme les Yézidis, comme les chrétiens d’Orient, il serait voué à être égorgé en chien d’incroyant qu’il est. A leurs yeux.

Malhonnêteté intellectuelle

On a une fois de plus la démonstration de la malhonnêteté intellectuelle constitutive de la pensée onfrayante.

Malhonnêteté quand il prétend être le réprouvé du petit milieu de l’édition parisienne. Malhonnêteté quand avec Belghoul il prétend qu’on enseigne à l’école une prétendue théorie du genre. Malhonnêteté encore quand, reprenant les thèses nauséabondes d’un Jean Soler sur les racines hébraïques du nazisme, il joue de la victimisation quand les spécialistes dénoncent cette scandaleuse imposture.

Et totale incapacité de contre-argumenter : face aux démonstrations du total contre-sens, pour rester dans l’euphémisme, de l’analyse qu’il relayait il se contente de proclamer son sionisme. Dans la récente polémique avec Joffrin, même procédé.

 

Et surtout, une fois encore, le philosophe de comptoir bas-normand démontre que le principe de non contradiction ne fait pas partie de sa fulgurante pensée, puisqu’au moment de l’intervention française au Mali il reprochait à Hollande de vouloir redorer son blason à moindre coût en pourchassant « des va-nu-pieds dans le désert plutôt que de s'attaquer à des Etats riches, forts, puissants, disposant d'une véritable armée, voire de bombes atomiques, et qui souscrivent à l'idéal terroriste d'un certain nombre de musulmans intégristes, notamment l'expansion idéologique en Occident ! ».

Donc en avril 2013, il était question d’intégristes, d’idéal terroriste dont il fallait redouter l’expansion idéologique en occident ! En novembre 2015, plus de mots aussi péjoratifs, juste un islam politique qui nous apporte sa vision de l’histoire à coups de kalachnikovs et de kamikazes.

Au cri d’Allah akbar, qu’applaudit l’athée.

Onfray sous-titré en arabe par DAECH

"Les djihadistes avaient raison d'appliquer la charia"

Comme le rappelait France 24, la renommée d'Onfray dans les milieux djihadistes n'est pas récente. Ses déclarations lors d'une interview chez Jean-Jacques Bourdin en 2013 avaient déjà été traduites en arabe, pour être reprises dans les réseaux islamistes. Pour défendre le droit des djihadistes à appliquer la charia au Mali, le philosophe avançait en effet le même argument que les djihadistes: " On ne va pas faire la loi chez les musulmans. Les musulmans sont chez eux. Dans ces cas là, pourquoi on ne va pas faire la loi en Israël... Il faut arrêter de faire la politique coloniale qui est la nôtre, sous prétexte que ce serait les droits de l'Homme qui nous animerait !

 

"Onfray reprend mot pour mot le discours de l'EI"

 

On comprend donc mieux pourquoi le philosophe bénéficie d'une certaine popularité dans les rangs des Français de l'EI, malgré son statut de "mécréant". C'est ce que révélait sur Twitter le journaliste David Thomson, spécialiste des mouvements djihadistes.

 

NB Gageons que comme à son habitude le soi-disant philosophe va exciper de quelque libre opinion sioniste par exemple - il l'a déjà fait - pour se disculper sur ces propos ignobles sur la charia au Mali.

 

 

Pour compléter des extraits de l’article de Laurent Joffrin (Libération 22/11/2015)

Non, Michel Onfray, le monde musulman n'est pas Daech

 

En quelques phrases mirobolantes et péremptoires, voilà le tableau brossé : l’Occident a attaqué l’islam, l’islam se défend en venant tuer au cœur de Paris. Au fond, c’est tout simple. Les tenants du «politiquement correct» refusent de voir cette réalité que le philosophe, lui, a détectée.

 

Quelques rappels factuels, toutefois. La montée de l’islamisme n’a pas commencé en Irak mais en Iran, contre le Shah, et en Afghanistan contre l’occupation russe avant de se propager dans l’Algérie de la guerre civile. Les Etats-Unis soutenaient le chah (musulman) avant de l’abandonner au profit de ses opposants (musulmans). Ils luttaient aussi, pour contrer l’URSS, aux côtés des insurgés afghans (musulmans, parmi lesquels un certain Ben Laden). La France, enfin, soutenait le gouvernement algérien (musulman) contre le Groupe islamique armé, le GIA (musulman).

La première guerre d’Irak a été menée par George Bush père pour venir au secours du Koweït (musulman). Il s’agissait de contrer l’agression de Saddam Hussein (musulman).

La deuxième guerre d’Irak [fait suite à] l’attentat du 11 Septembre, fait essentiel, qu’Onfray s’abstient de rappeler. La guerre d’Irak, a été précédée d’une intervention en Afghanistan, dont le régime intégriste abritait les terroristes d’Al-Qaeda (intervention menée avec une coalition de musulmans anti-talibans).

La deuxième guerre d’Irak fut, à coup sûr, une tragique erreur fondée sur un mensonge d’Etat. Mais faire remonter l’affrontement avec l’islamisme à ce seul événement (dont la France s’est désolidarisée) est une simplification infantile.

 

Il reprend de manière naïve le discours des intégristes, qui ne cessent de présenter leurs crimes comme une réponse à l’agression occidentale. Il fait de Daech – quel honneur ! – le cœur même de l’Oumma, conférant à cette phalange obscurantiste et terroriste le statut de représentant légitime de l’islam dans le monde ! Il le fait au mépris des musulmans humanistes de tous les pays qui se battent courageusement contre l’intégrisme et le terrorisme.

 

Avec cette phrase merveilleuse au passage : «La civilisation islamique à laquelle renvoie l’Etat islamique est en effet puritaine.»  Les intégristes assassins qui interdisent la musique, le sport, qui détruisent Palmyre, décapitent les récalcitrants et ramènent la femme au Moyen-Age sont effectivement un peu «puritains». Des Quakers un peu excessifs en quelque sorte !

 

Une pensée (?) qui proclame à la fois la guerre des civilisations mais refuse toute action contre les intégristes, qui méprise la démocratie (matérialiste, médiatique, cynique, etc.) mais s’en réclame néanmoins, qui reprend dans un salmigondis obscur les thèses de l’extrême droite et de l’extrême gauche.

 

 

 

 

Retour en arrière

Me décidant à faire un peu de nettoyage dans ma messagerie, je suis (re)tombé sur un délicieux message du grand philosophe bas-normand, des plus lapidaires.

"Gros con" : quelle force philosophique dans l'insulte ! 11/03/2015 23 h 59

"Gros con" : quelle force philosophique dans l'insulte ! 11/03/2015 23 h 59

Il répondait à un message intitulé Charb et Gotlib

(10 mars 2015)

Onfray : athée daechien
Onfray : athée daechien

Dédié une fois de plus à Onfray qui, dans une tribune qui paraissait un peu plus sensée que d’habitude, n’a pas pu s’empêcher de crétiniser :

“Ce que le Parti de gauche nomme, fort justement, «la libre critique de la religion» fait partie du logiciel(sic) de toute gauche véritable, historique. La gauche qui nous gouverne y a renoncé en préférant le sarcasme, le blasphème (auquel je ne souscris pas), l’ironie, quand il s’agit des chrétiens, et la langue de bois, quand il s’agit de l’islam et du judaïsme, car il est facile d’être fort avec les faibles (et nul ne niera que le pouvoir réel des chrétiens est quasi nul dans une France déchristianisée) et faible avec les forts (les juifs ne laissent rien passer, et ils ont raison, pas plus que les musulmans qui le font avec la même détermination, sans oublier parfois de recourir aux épées à l’ombre desquelles, dixit un hadith, se trouve le paradis).” (Libération 10/03/2015)

Notre philosophe de comptoir peut-il nous sortir ces “sarcasmes”, ces “blasphèmes” proférés par “la gauche qui nous gouverne” ? Est-ce Mme Taubira qui a insulté les cagots de la manif anti mariage pour tous ou l’inverse ?

A-t-il même entendu parler de ces manifs anti-mariage pour tous, lui qui nous sort que le pouvoir des bigots est quasi nul ?

Et sa condamnation du ‘blasphème’ – on peut d’ailleurs se demander comment l’athée qu’il prétend être peut souscrire ou pas au blasphème – retentit bizarrement quand les religions monothéistes, unanimes, cherchent à imposer une loi anti-blasphème.

 

Lui qui se prétend philosophe libertaire ferait bien de visiter les collections de l’Assiette au beurre, un “brûlot anarchiste”. Mais on ne peut que lui déconseiller, à la même époque, Les Corbeaux où il verrait, à juste titre, ironie, sarcasme et blasphème... qui en font tout le charme.

Onfray : athée daechien

A noter que le voeu des Corbeaux – pendre le dernier moine avec les boyaux du dernier ratichon – a été honteusement copié en Mai 68 – une autre hantise du philosophe bas-Normand avec la prétendue théorie du genre  – par des lycéens qui rêvaient de pendre le dernier protal avec les boyaux du dernier sanscul (entendez proviseur et censeur).

Maurice Szafran

Le Magazine littéraire • N° 563/Janvier 2016

Gotlib L'intégrisme en question 1

Gotlib L'intégrisme en question 2

Gotlib L'intégrisme en question 3

 

 

Réaction

 

Je reçois par le biais du ‘formulaire de contact’ du deblog-notes, cette diatribe :  

 

«  "Un texte boursouflé d’un faux tiers-mondiste et vrai imposteur": c'est du Valls par la vacuité des qualificatifs!

Je regrette les mots trop gentils que je viens d'avoir pour les propos de votre site, je dois nuancer. Ca sent pas très bon en effet, quand je lis cette prose sur Onfray. La haine, dans ces passage en tout cas, la violence, le conformisme de la pensée, vous* les portez haut et fort à coup d'invectives non justifiées et bien sur d'étiquettes très superficielles. Le deux poids deux mesures ne vous gênent apparemment pas. Je ne suis pas de cette planète en tout cas, et Onfray en la circonstance a été à mes yeux particulièrement courageux et lucide, à l'encontre du prêt-à-penser sans épaisseur, guerrier que la caste a fourni aux français et que vous avez cru bon d'adopter. Pour rappel, le massacre a des racines, ce n'est PAS une simple anecdote, et notre politique internationale guerrière, colonialiste, violente n'y est pas étrangère. Ecoutez ce qu'en dit Villepin, qui n'est pas un gauchiste. Mais qui, lui, pense en termes de solutions et en contexte, pas de punition.

Mais je vais quand même poursuivre ma lecture, vous avez au moins la franchise de vous exprimer.

LD »

Or ce LD m’avait déjà infligé une ode à Philippot Fhaine  intitulé : « Philippot la haine, Valls la haine ou Launay-la-Haine? »  

«  "Philippot FHaine à la victoire". Je suis très à gauche au niveau des idées, révolté par les injustices sociales et la guerre, mais ce que vous écrivez là est débile, et j'ai mes humeurs moi aussi quand j'entends de tels propos - ce qui est fréquent. Notez d'abord ce que j'épingle est ce qualificatif appliqué à Philippot, mais que j'apprécie dans l'ensemble le reste de votre discours.

Sans doute n'avez-vous jamais écouté parler Philippot, donc il faudrait commencer par là avant de lancer des invectives. Valls-la-Haine, d'accord, il suffit de parcourir ses propos sur internet (et sa manière quasi hystérique de les proférer) et de suivre sa façon de gérer les affaires de l'état, depuis le début du pogrom anti-dieudonné jusqu'aux dérapages violents et répétés contre ceux qui pensent, en passant par sa gestion à coup de 46-3. Mais Philippot, lui, est mesuré, donne des arguments et est bien plus social dans ses discours. Ou alors vous le chargez de tous les propos racistes tenus par une fraction des membres du FN, ce qui est quand même un peu bas, mais surtout profondément irresponsable. Si le FN vire au social et se détourne du racisme affiché, c'est plutot positif. Certes, ça enlève des parts de marché au PS, mais c'est son choix politique de s'être désengagé (le mot est faible) du social, et de s'être tourné vers une politique de répression violente comme jamais dans les dernières décades de la république.

Pour moi, qui ne répète jamais les invectives incessantes de Libé et de cette presse maffieuse à la botte, la haine et le racisme profond, c'est au PS qu'ils se trouvent aujourd'hui: un bon nègre est soit un courtisan, soit un bouffon, mais ne doit pas penser. Ou encore, hors de chez nous, il faut ramener sans ménagement les brebis noires égarées dans le giron de la civilisation. J'imagine que vous comprenez ce que je veux dire ou dois-je élaborer?

Le FN, lui, est écartelé entre ses traditionnels racistes épidermiques et des sensibilités nouvelles, bien plus proches du front de gauche ou de podemos. A fonctionner sur étiquettes périmées, il ne vous reste plus que les invectives et les amalgames pour casser du FN. Cette manière de faire est hélas en ligne avec ce néo-fascisme rose-PS au pouvoir, répressif comme jamais, ami des pires régimes de la planète, générateur de guerre et de haine plus que n'importe quel pays au monde, manipulateur, arrogant et anti-social. Et ces qualificatifs-là, ce ne sont pas des invectives, en tout cas pas tous. ils se basent sur des propos et surtout des actes bien réels.

LD »

Comme on le voit ce Môsieu très nuancé est tellement de gôche qu’il admire l’anti-sémite Dieudonné pour lequel il a l’indécence d’employer le mot « pogrom » ! Il pointe « invectives et amalgames » mais y va de sa "presse mafieuse", son "néo-fascisme-rose-PS" "anti-social" etc. Et le très patelin Philippot, qui de fait dit les mêmes horreurs que sa patronne mais sur un ton doucereux, est son idole.

Onfray a les admirateurs qu’il mérite !

 

* Ce cher Môsieu me fait l'honneur de m'attribuer la paternité de la prose de Maurice Szafran : tellement aveuglé par ses oeillères, il n'a même pas vu que c'était des extraits d'article ; c'est dire la solidité intellectuelle du personnage...

Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 17:54
Baston avec Riposte Raciste

Pierre Cassen, fondateur de Riposte faussement laïque.(Hélas, le vrai livre est beaucoup moins 'cochon' !)

Retour de flammes ? Flammes à la FHaine alors. Nouveaux échanges très musclés avec Riposte Raciste. Et en même temps publication de ‘bonnes feuilles’ d’un livre posthume de Charb qui récuse le concept d’«islamophobie».

 

Or donc, le 7 avril 2015 je reçois sur la boîte à lettres de mon deblog-notes une pub de riposte soi-disant laïque pour une de leur publication signée par une baderne sous-galonnée. Inutile de dire que je n’ai jamais sollicité cette officine raciste. Au contraire puisque dans le passé les échanges avec ces racistes patentés furent déjà vigoureux. Réponse donc : « Epargnez-moi vos merdes xénophobes. Merci ». Retour : « Bonsoir, Ducon, qui juge un live(sic) qu'il n'a pas lu... ».

 

UNE DERIVE DORIOTISTE

 

  Pour situer rapidement ce groupuscule nuisible disons déjà que sous l’égide de Renaud Camus, avec le Bloc identitaire notamment, ces faux laïques et vrai racistes ont essayé de lancer un Pegida à la gauloise. Ils ont deux étiquettes : Riposte Laïque et Résistance Républicaine, mais ce sont les mêmes, aussi peu républicains que laïques.

 

Le parcours de leur fondateur, Pierre Cassen, en fait un jumeau de Soral, passant de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, sauf que l’un a dérivé vers une islamophobie qui n’est, comme l’écrit Charb, que le masque d’un racisme anti-arabe, tandis que l’autre est un antisémite fanatique.

Cassen était un membre éminent de l’UFAL (Union des familles laïques) et participant à ce titre au journal en ligne Respublica. Cet ancien ouvrier du livre, militant CGT, a fait partie du PCF puis de la LCR. Nicolas Gavrilenko, secrétaire général de l’UFAL et rédacteur en chef de Respublica, décrit "une dérive doriotiste [du nom de Jacques Doriot , qui, de communiste, a fini fasciste et collaborationniste], mais sans antisémitisme".

De fait la haine de l’arabe remplace chez lui celle du juif.

 

Un de leur grand fait d’armes fut l’organisation du grand apéro sauciflard-pinard, avec le bloc identitaire, issu d’Unité radicale (dissous en 2002 après qu’un de ses militants, Maxime Brunerie, a tiré sur Jacques Chirac). Dans un entretien donné au site Marianne2 (!) , Pierre Cassen affirmait que "dans tout le paysage politique il n’y a qu’une personne qui reprenne le discours sur la laïcité à son compte, c’est Marine Le Pen".

 

BASTON

 

A tort ou à raison – à tort sans doute pour les gens raisonnables, mais partant du principe qu’il ne faut pas laisser le champ libre à ces têtes d’haineux – j’ai riposté, comme il se doit au « Ducon, qui juge un live qu'il n'a pas lu... »

Pas besoin de lire vos dernières saloperies !

L’ensemble de vos dégueulis racistes témoigne pour vous.

Et se faire insulter par des abrutis est un honneur !

La bouteille est un peu trop “classe” : à votre niveau (=caniveau) c’est le le kil de rouge !

RL :

Bigre, Ducon, le pinard et le saucisson, c’est raciste !

Tu t’es converti à l’islam ? 

Quelle variété dans l’insulte ! mais quelle stupidité dans le propos.

Et ce tutoiement de flic en contrôle d’identité au faciès, digne des petits pegidistes à la gauloise !

 

Faut-il rappeler à l’anonyme les exploits de son ramassis de bas-du-fronts, quand sur la foi d’un appel d’une certaine Sylvie François (sans doute née Desouche), habitante de la Goutte d’or, leur torche-cul virtuel avait appelé à un rassemblement pour un apéro sauciflard-pinard ? Or cette "habitante du quartier de père en fille depuis des générations" (prétendu entretien avec un membre de la clique raciste) s’appelait Véronique T. et habitait… en Alsace… !

D’où cette belle pseudo-affiche pour célébrer ce haut moment de jobardise !

RL:

Mais je me rappelle de toi, bouffi, à présent.

On a châtaigné avec toi à plusieurs reprises, de par le passé.

Toujours aussi con, à ce que je vois.

Tiens, je vais te faire simple, pour me mettre à ton niveau.

Tu protèges les musulmans. Le mufti de Jérusalem était allié d’Hitler.

Tu es donc un nazi.

C’est facile de faire du Launay.

Merci Siné

Merci Siné

De la débilité dans l’insulte : “bouffi” – j’y ai déjà eu droit – “con” – après “ducon” très fort.

Et le courageux anonyme bas du front s’efforce de faire plus stupide qu’il soit possible.

Les alliés des souchiais identitaires traitant les autres de nazis, ça ne mérite qu’un ricanement méprisant.

Au fait que devient Heurtebise, le roi de l’interview bidon et du délire raciste ? Il cuve son gros rouge ?

 

PS Bien que ça dépasse à l’évidence la capacité de compréhension de cet hyperthyrrhoïdien des Alpes, notons d’abord qu’à aucun moment dans cet “échange”(?) je n’ai fait allusion aux “musulmans”, mais le nodocéphale a traduit son obsession par ce “protèges les musulmans”, sauf qu’il ne s’agit ni de protéger ni d’attaquer qui que ce soit. Juste de se souvenir de l’article 1er de la loi de 1905 : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. 

Et que PIE XII ait fait preuve de lâcheté – de mon point de vue s’entend – à l’encontre des nazis ne fait pas des catholiques des collabos, et le fait qu’un “Mufti” ait plus que soutenu les nazis ne fait pas de l’ensemble des musulmans des nazis. Inutile de rappeler – car le bas du front récite son caté xénophobe – que les juifs marocains, par exemple, avaient moins à craindre du sultan Mohammed V que du résident général Noguès !

RL :

Pour ton info, bouffi, Heurtebise est mort depuis 16 mois.

Tu peux sortir ta bouteille, un facho de moins, comme on dit dans ton jargon.

 

 

Re-Merci Siné

Re-Merci Siné

Toujours aussi niais l’âne onyme !

Faut-il lui rappeler que c’est lui et ses semblables qui accusent tout un chacun d’être, comme ils disent, les “idiots utiles de l’islamofascisme”  (entre autres gracieusetés) ?

C’est curieux cette propension de prêter aux autres leur propre vocabulaire, mais en même temps révélateur de ce qu’ils se sentent être, ces ex-prétendus gauchistes virés à l’extrême-droite et qui n’ont plus qu’un seul moteur la Haine.

Ils ne méritent que le Mépris.

RL :

Bouffi, tu me fais penser à Manuel Valls, le visage déformé par des rictus nerveux, hurlant à Marion Maréchal : « Vous êtes la haine ».

Toi qui me parait n’être qu’amour, je transmettrai tes condoléances à la famille de Roger Heurtebise.

 

 

Marion Maréchal-Le Pen

Comme les morpions, il s’accroche, le xénophobe.

Toujours un peu limité dans l’insulte, ce bouffon pas drôle.

Mais il confirme la dérive en clamant sa flamme pour la Marion, dont il oublie le 2e (et seul véritable) nom “Le Pen”, la chouchoute à son pépé dit-on.

 

PS Faut-il relever la stupidité de la remarque sur les condoléances ?

RL :

Tu nous as démasqués, bouffi, tu es vraiment trop fort !

N’oublie pas d’envoyer une lettre anonyme à la Kommandatur…

Babette s'en va-t-en guerre contre les racistes ?

Babette s'en va-t-en guerre contre les racistes ?

L’âne Onyme qui parle de lettre anonyme : décidément il prend sa bêtise pour de la confiture, il l’étale !

Et il bave minablement sa petite injure d’acéphale “bouffi”, « bouffi”, ad libitum.

Toujours révélateur de leurs obsessions, les débiles : alliés de l’extrême-droite pétainiste, ils osent lancer cette singulière “kommandantur”.

 

 

 

montage de riposte raciste

montage de riposte raciste

RL

Bravo pour cette référence à Papa Schultz, bouffi.

Tu m’as bien fait éclater de rire, et je vais en profiter pour faire suivre à toute la rédaction, car ton problème, tocard, est de vraiment croire les conneries que tu racontes.

Histoire de te donner une dernière chance, puisque tu veux faire mumuse avec le nazisme, et nous y amalgamer, je te suggère de bien regarder la pièce jointe. (voir ci-dessus)

Dessin emprunté à Charb

Envoi final

Pour conclure j’ai finalement utilisé un dessin de Charb.

 

Charb donc qui récuse le terme d’islamophobie. Sur le fond il a absolument raison. Les Cassen et consorts sont avant tout des racistes. Comme les antisémites visent le juif, eux visent l’arabe (et aussi le noir). Mais non pas, affichent-ils, parce qu’il est basané, voire franchement sombre, mais parce qu’il est censé adhérer à l’islam et que l’islam est incompatible avec la démocratie. Tout cela se mélangeant avec le mythe du grand remplacement : Renaud Camus est leur prophète.

 

Certes ce n’est pas parce que les antisémites dénoncent la politique d’Israël qu’il faut céder aux likoudistes français qui posent la fausse équation : critique de la politique de Bibi=antisionisme antisionisme=antisémitisme, qu’il faut renoncer à soutenir tous ceux qui oeuvrent pour la Paix en Palestine. De même, ce n’est pas parce que les racistes anti-arabes critiquent l’islam et font de tout supposé musulman un islamiste en puissance, qu’il faut renoncer à dénoncer l’islam radical sous toutes ses formes. Comme l’écrit Charb : « Lorsqu’on dessine un vieux qui commet un acte pédophile, on ne jette pas l’opprobre sur tous les vieux, on ne laisse pas entendre que tous les vieux sont pédophiles ».

 

Le problème avec les identitaires, style Riposte Raciste, c'est que pour eux, l'amalgame stupide est la règle : des terroristes se réclament de l'islam donc tous les musulmans sont des terroristes.

 

 

Pour compléter, quelques anciens échantillons des sanies de ces faux laïques et vrais xénophobes :

Bêtisier laïciste (de A à H)

Bêtisier laïciste (de I à P)

Bêtisier laïciste (de Q à Z)

Repost0
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 17:07
Défense d’afficher

Scandale chez les bigots de Challans (Vendée) : la municipalité fait retirer des affiches du diocèse ! La RATP, coutumière du fait, interdit d’affichage « Les prêtres » chanteurs.  Et pour un film, les grands groupes d’affichage style Decaux ont refusé une affiche associant un prêtre à une capote !

« Je suis Charlie » ? Et mon cul, c’est du poulet ?

Affiche du diocèse de Luçon

Colère des chaisières et des grenouilles de bénitiers à Challans. Sur plainte de mécréants sans doute, la municipalité fait retirer des affiches du diocèse – style « reborn », pour vanter le baptême  - des panneaux publics.  En effet, après relecture de la convention liant la ville à l’annonceur qui les utilise, le maire, fort marri, s’est aperçu qu’elle spécifiait que «le prestataire aura le droit exclusif d’apposer, sur les façades réservées à cet effet des mobiliers, toute publicité qui néanmoins ne devra avoir aucun caractère politique, confessionnel ou contraire aux bonnes mœurs et ne devra pas gêner la visibilité des usagers». (Ouest-France 31/03/2015)

Pas de quoi donc crier à la censure : une décision conforme à la loi de 1905.

L'évêque Di Falco plastronne avec le groupe de chanteurs "Les Prêtres"

Décision apparemment semblable de la RATP envers une affiche de concert du groupe « Les prêtres » au bénéfice des « chrétiens d’Orient », puisque Métrobus chargé de l’affichage indique dans ses conditions générales de vente « l’interdiction de publicité à caractère politique et confessionnel [dû] en particulier au principe de neutralité du service public, lequel s’impose à Métrobus dans la mesure où ses supports publicitaires sont présents sur le domaine public de l’État affecté au service public des transports ».

Le très mondain évêque Di Falco qui plastronne, croix épiscopale en évidence, au milieu de ses trois curetons adeptes de la calotte chantante s'insurge contre une règle à géométrie variable en matière de laïcité. "Je demande le même traitement pour tous. Si, il n'y a pas eu de soucis avec l'annonce du film "Qu'Allah Bénisse la France"*, je ne vois pas pourquoi il y en aurait avec la mention "chrétiens d'Orient" sur notre annonce de concert."

Cependant, un député radical de gauche, Joël Giraud,  proteste : "Je suis laïc, pas catholique**, mais là c'est de l'abus de qualification (…) J'ai été sidéré par une telle décision, car je ne vois pas en quoi un concert qui a pour objet de venir en aide à un peuple victime d'un génocide que dénonce avec force le gouvernement peut être une entorse à la laïcité". (L’Express)

De fait, deux décisions apparemment semblables peuvent susciter des points de vue divergents. Malgré la faconde de Di Falco et sa croix ostentatoire, l’objet  même du concert eût dû amener la RATP a un peu de réflexion.

Il est vrai que la censure est un réflexe de Métrobus. Etienne Daho en fut victime. Stéphane Guillon aussi et bien d’autres.

 

* La bonne foi du monseigneur de salon est assez relative, car le film est tout sauf islamique puisqu’il reprend en fait la biographie d’Abd-el-Malik. Et, à ce jeu, il aurait fallu interdire l’affichage de « Qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu ? »

** L’opposition de fait entre laïque et catholique est surprenante : les deux notions ne se situent pas sur le même plan, un laïque pouvant être athée, musulman, boudhiste, agnostique, protestant, catholique…

Les enfants du Prêtre version espagnole

Version italienne

Version allemande

La dernière affaire concerne un film Croate, vendu dans 35 pays, bardé de prix, dont le titre en anglais est The Priest’s children : Les enfants du Prêtre. Un curé nommé dans une île qui se dépeuple, perce les capotes, tandis que le pharmacien complice remplace la pilule par des vitamines…

 

L’affiche de la version anglo-saxonne est très sobre mais austère. Celles de la version espagnole, plus fantaisiste correspond sans doute mieux à la dinguerie joyeusement anticléricale du film. A noter que les ibères reprennent le titre.

Les affiches italiennes et allemandes gardent la thématique soutane-épingle-capote, même si, en Italie la capote reste dans son étui.

 

En France, au pays de « Je suis Charlie », ce film soutenu justement par Charlie-Hebdo, va connaître une censure de fait de la part des grands groupes d’afficheurs.

Les différentes versions de l'affiche française

Le titre d’abord, plus d’enfants de curé ou de prêtre, mais une « Bonté divine » assez peu explicite. Avant même Decaux et les autres, nous raconte le distributeur dans Charlie (01/04/2015), c’est le magazine Têtu qui objecte que montrer qu’on peut percer une capote pouvait être interprété comme une incitation à ne pas utiliser le préservatif ! Exit donc l’aiguille. La croix à sa place ! Mais du coup pour Decaux, MediaKiosque et Media Transports, les afficheurs, la capote associée à un prêtre, ça leur flanquait des boutons. Nouvel essai avec la capote dans son emballage, au lieu d’être déroulée, nouveau refus.  

 

Finalement, un visuel qui gomme complétement le ressort comique de l'histoire, si ce n’est un petit dessin de Charb, qu’il faudra cependant ôter pour un des trois afficheurs.

 

Inutile de dire que la censure de la RATP a provoqué des échos dans les médias avec dénonciation véhémente de l’intégrisme laïcard. En revanche, la censure privée, sans aucune autre base que l’arbitraire des afficheurs, à l’encontre de « Bonté divine », n’a eu d’autres échos que Charlie, bien sûr, et … Schneidermann.

Défense d’afficher

Ouest-France 05/04/15

Jeanne-Emmanuelle Hutin, la fifille à papa du journal, surnommée «Buisson Ardent» par les mauvaises langues de la rédaction d’Ouest-France, et la «Nouille de bénitier» par le reste du monde, y va de son prêchi-prêcha dominical. « Pâques et libertés » donc. Et, sans vergogne, elle assène d’abord un mensonge : « Le diocèse de Vendée a dû retirer sa campagne de communication sur le baptême au nom de la laïcité ». Avec son saint sens de l’amalgame, elle avait œcuméniquement évoqué un rabbin prié d’enlever sa kippa pour voter au 1er tour des départementales. Puis elle nous donne évidemment du Di Falco à propos du refus de Metrobus d’accepter l’affiche du concert des Prêtres en faveur des Chrétiens d’Orient.

 

Lit-elle Ouest-France ? On peut en douter, car sinon elle saurait que les affiches du diocèse de Vendée n’ont été retirés que des panneaux municipaux de la ville de Challans – et non des panneaux commerciaux – et cela au nom de la convention liant l’afficheur à la ville.

 

L’excès de zèle d’une assesseure PCF à Toulouse à l’encontre d’un rabbin –sottise certes – n’a pas empêché celui-ci de voter.

 

Quant à Di Falco, s’il avait su faire preuve d’un minimum de modestie en ne s’affichant pas avec sa croix pastorale ostentatoire au milieu de ses prêtres chanteurs, il serait mieux placé pour s’en prendre à un « intégrisme laïc » qui, d’ailleurs, n’est que l’application de règles claires, les mêmes qui ont obligé le maire de Challans – volens, nolens – à faire retirer les affiches du diocèse des panneaux municipaux.

Repost0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 18:26

Dans la série, J'irai cracher sur vos tombes, Delfeil est rejoint, entre autres, par un curé mondain et un économiste spinozien. Sans oublier un trouduc Schneidermannien.

CHARLIE : Delfeil n’a pas le monopole du glaviot

Glaviot sacré

 

Commençons par un sacré glaviot ou un glaviot sacré, celui d’un père Zanotti-Sorkine, "prêtre catholique, prédicateur, écrivain, compositeur et chanteur", comme il se présente, en toute modestie. Voulant me la jouer “libéral avancé” – style vous voyez le prétendu bouffeur de curés est capable de faire suivre la prose d’un prêtre catholique, etc. -  j’avais transféré le saint texte reçu d’un collègue.

 

Je n’avais fait qu’une lecture en diagonale du texte ecclésial. Ce prône, au ton empreint de componction un peu jésuitique et confit de dévotion, m’était apparu comme un hommage insolite. "Certes, vous demeurez Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, dessinateurs de profession, crayonneurs d’idées, trublions de vie politique, insulteurs de justes et de coupables, souvent drôles et méchants sous le crayon vulgaire et obsessionnellement blasphémateur du sacré, mais à mon esprit éduqué par le Christ à dépasser les apparences, vous apparaissez plus grands que votre œuvre, plus grands que vos dessins offerts aux combats rétrécis de la terre. Seule la bonté personnelle qualifie un être et l’ennoblit jusqu’à la moelle, je le crois, et pour cela, je mourrais. Tout le reste n’appartient qu’à la petite histoire qui finit sous le dégueuloir conventionnel des hommages et des récompenses accordés entre hommes, au gré des intérêts particuliers et des partis. Bah ! que tout cela est bas !"

 

Mais m’avait échappé cette énormité “D’une certaine façon, vous avez touché de votre humour grinçant les régions les plus viscéralement haineuses de la nature humaine assoiffée de justice et de vengeance, et par là, vous avez provoqué l’avénement de la barbarie”*. Certes, ce “vous avez provoqué...” vient en conclusion d’une phrase assez contournée, mais ça n’en reste pas moins une accusation infamante qui fait des victimes des coupables.

 

Pour ma pénitence, je me suis astreint à revoir une à une les cartes postales tirées des Corbeaux.

 

* Vertement, mais justement, signalé par un des destinataires : je soupçonne donc les autres de n'avoir lu, comme moi, qu'en diagonale cette prose cléricale.

Chacun son rêve !

CHARLIE : Delfeil n’a pas le monopole du glaviot

Glaviot sectaire

 

Frédéric Lordon, économiste plus atterrant qu’atterré, avoue, ce qui est son droit, "n’avoir pas varié quant à l’avis que ce journal nous inspirait – pour ma part il était un objet de violent désaccord politique. Si, comme il était assez logique de l’entendre, «Je suis Charlie» était une injonction à s’assimiler au journal Charlie, cette injonction-là m’était impossible. Je ne suis pas Charlie, et je ne pouvais pas l’être, à aucun moment. Je le pouvais d’autant moins que cette formule a aussi fonctionné comme une sommation."

 

Et poursuit dans ce délicieux style de donneur de leçons qui, dans un genre moins mielleux, n’est finalement pas loin de celui du père (qui, en principe, ne l’est pas … père), car comme lui, Lordon possède la vérité : "Mais cette unanimité sous injonction était surtout bien faite pour que s’y engouffrent toutes sortes de récupérateurs. Les médias d’abord, dont on pouvait être sûr que, dans un réflexe opportuniste somme toute très semblable à celui des pouvoirs politiques dont ils partagent le discrédit, ils ne manqueraient pas pareille occasion de s’envelopper dans la « liberté de la presse », cet asile de leur turpitude. A l’image par exemple de Libération, qui organise avec une publicité aussi ostentatoire que possible l’hébergement de Charlie Hebdo. Libération, ce rafiot, vendu à tous les pouvoirs temporels, auto-institué dernière demeure de la liberté d’expression ! — peut-être en tous les sens du terme d’ailleurs." (?)

 

  Rien n’y manque ! Un néo-poujadisme qui revêt les oripeaux de l’ultragauche : des médias globalisés et des politiques discrédités ; la liberté de la presse vilipendée : sans doute faut-il louer les douces contrées où la turpitude des médias est expurgée par la suppression de cette liberté bourgeoise ; mais on atteint le sommet , non pas de l’abjection mais du grotesque avec cet affreux Libé, injurié au passage – que veut dire ce vendu à tous les pouvoirs temporels ? – à qui il reproche de n’avoir pas hébergé les survivants de Charlie clandestinement. Auquel cas d’ailleurs, gageons qu’il l’aurait taxé de lâcheté.

 

Autre constance d’une certaine ultragauche cracher sur Libé, Le Monde ou L’OBS.

Et, tout en pourfendant la prétendue pensée unique,  mépriser avec morgue ceux qui ne partagent pas totalement leur point de vue.

 

Il voit des bites partout

 

Charlie a manipulé la France, pas moinsse, affirme sans rire un incertain Olivier Berruyer qui dit militer pour plus d’humanisme et de fraternité.

 

Et ce brave jeune homme – qui ressemble étrangement à notre Brutus vendéen, Retailleau, jeune – affirme sa sympathie pour l’ineffable Schneidermann. Il est vrai qu'il partage avec lui l'arrogance du donneur de leçons.

 

Et que nous révéle-t-il, que laisse subodorer son guide ?

Que comme dans certains dessins devinettes – style cherchez l’éléphant caché dans le baobab – Luz a caché d’horribles bites dans la couverture du dernier Charlie, tiré à 1, 2, 3, qui dit mieux, millions d’exemplaires.

 

Et, contrairement à ce qu’affirme Daniel – eh oui, il l’appelle par son prénom - "Personne, sur la couverture, ne nous dit qu’il s’agit de Mahomet" -  le dessinateur a hélas été clair : « Désolé on a encore dessiné Mahomet ». On note le hélas consterné de l’humaniste.

 

Qu’y a-t-il sur la couverture ? : “Tout est pardonné” + Mahomet.  On avait un message de pardon, presque chrétien (sic.) donc extrêmement fort, avec une nouvelle caricature de Mahomet, donc une nouvelle provocation de Charlie Hebdo.

Mais pour lui le message positif l’emporte trop sur le négatif ! Car c’est comme cela qu’il résonne.

 

On remarquera la très subtile pancarte "Attention manipulation" qu'a ajoutée la tête de noeud ! Et parler de "manipulation" à propos de bites...

On remarquera la très subtile pancarte "Attention manipulation" qu'a ajoutée la tête de noeud ! Et parler de "manipulation" à propos de bites...

Il faut donc après une pâteuse démonstration sur la façon dont Luz a déjà dessiné le turban en arriver à ce scandââââle suprême : il y a deux bites cachées dans le visage de Mahomet. Il suffit de retourner la couverture. CQFD !

 

Et notre indigné de nous souligner que la bite fait partie du pedigree de Charlie en montrant une une qui reprend elle-même une photo-montage d’Harakiri et quelques autres dessins où les bites sont des plus explicites.

 

Et dans une syntaxe un peu approximative, il conclut :  « Le problème c’est que le cœur de leur métier de faire des bites !!!! Ils glissent des bites comme d’autres glissent des quenelles ! »

 

Délicat glaviot de l’admirateur et invité de Schneidermann, qui compare Charlie-Hebdo à Dieudonné.

 

Et tout le reste est en fait la condamnation de cette liberté d’expression dont se revendique Charlie-Hebdo , avec, évidemment – c’est le jeu aussi de Delfeil qui opposait Wolinski à Charb – un hommage à Cabu opposé à Luz. Sauf que cet ignare ignore – c’est la caractéristique des ignares – que Cabu est l’auteur du fameux « C’est dur d’être aimé par des cons ».

Mais, en l’occurrence, ça correspond tout-à-fait à l’admiration que semble lui vouer le jeune homme.

 

 

 

 

Eh oui ! M. Berruyer, bite et couilles sont bien dans le pedigree de Charlie-Hebdo, comme le prouve cette délicieuse image tirée de son ancêtre Harakiri qui va remplir d'un saint courroux le père Zanotti-Sorkine !

Luz et Camille Emmanuelle

 

 Dans la foulée des crachats, si l'on peut dire, cet article de Camille Emmanuelle, compagne de Luz et journaliste :  Charlie-Hedbo : être aimé par des cons, c'est dur, être haï par des amis, c'est pire qui pointe quelques saloperies émises par Nancy Huston, écrivaine canadienne et Cécile Lhuillier, militante LGTB, pour qui Charlie Hebdo «est devenu un journal raciste, homophobe, transphobe, sexiste et tout particulièrement islamophobe».

 

Pour nous changer de ces faux-culs, un beau texte de Leïla Slimani

Repost0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 11:57
Delfeil de Ton par CABU

Delfeil de Ton par CABU

Lettre ouverte à Delfeil de Ton

 

« J’irai cracher sur son cadavre, encore chaud ! », ainsi pourrait-on titrer votre « hommage » à Charlie*. Hommage qui est d’abord célébration de vous-même, pionnier de la 1ère version de Charlie aux temps pompidoliens. Occasion de rappeler votre amitié pour Cavanna et pour Wolinski.

 

Mais de là à opposer Wolinski, le tendre, l’amoureux de la chair et de la vie, au mortifère Charb, de l’accuser presque de ce massacre, il y a le pas de l’abjection que vous n’hésitez pas à franchir.

 

Car il a dû vous échapper que Georges Wolinski, contrairement à vous, continuait de participer à Charlie-Hebdo.  Donc à ses choix éditoriaux, et particulièrement des UNES. Assez bizarrement, dans vos souvenirs de glorieux ancien, vous n’évoquez pas un autre dessinateur, un certain Cabu, que vous avez dû pourtant côtoyer et à qui l’on doit le magnifique « C’est dur d’être aimé par des cons ».

Que tel dessin de Charb (ou de Luz, ou de Cabu, ou de Coco) vous paraisse raté et de mauvais goût, voire inutilement provocateur soit. La liberté d’expression, dont se revendique Charlie, est aussi la liberté de le critiquer. Que le Figaro s’en réjouisse, ne peut pas faire oublier que Charlie – et Charb en premier – conchiait le journal de Dassault ! Et qu’il est peu probable que Rioufol et consort aient célébré la UNE où Cabu clamait « Aux chiottes toutes les religions ».

 

   Et l’abjection va jusqu’à accuser explicitement Charb – « Je t’en veux vraiment » - d’avoir provoqué la mort de Wolinski, « Wolin qui préférait vivre ». Cela en amputant une citation où Charb dit, un peu bravache, qu’il préfère mourir debout que vivre à genoux !

 

* "Fais-moi mal, « Charlie »" Delfeil de Ton, L’OBS 14/01/15

Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:26

Les 12 victimes :

- Charb, de son vrai nom Stéphane Charbonnier, 47 ans, dessinateur, directeur de la publication de «Charlie Hebdo».
- Cabu, de son vrai nom Jean Cabut, 76 ans, dessinateur, pilier de «Charlie Hebdo» et du «Canard enchaîné», ancien du journal «Hara-Kiri», l’ancêtre de «Charlie Hebdo».
- Georges Wolinski, 80 ans, dessinateur, membre de la bande d’Hara-Kiri dans les années 1960 puis pilier de Charlie Hebdo.
- Tignous, de son vrai nom Bernard Verlhac, 57 ans, dessinateur, pilier de «Charlie Hebdo» et de «Fluide glacial».
- Bernard Maris, alias «Oncle Bernard», 68 ans, économiste, chroniqueur à «Charlie Hebdo» et sur France Inter.
- Honoré, 73 ans, dessinateur à «Charlie Hebdo».
- Michel Renaud, fondateur du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, ex-directeur de cabinet du maire de la capitale auvergnate.
- Franck Brinsolaro, 49 ans, policier du service de la protection (SDLP), affecté à la protection de Charb.
- Ahmed Merabet, 42 ans, policier, membre de la brigade VTT du commissariat du XIe arrondissement.
- Mustapha Ourrad, correcteur.
- Frédéric Boisseau, agent d'entretien.
- Elsa Cayat, psychanalyste et chroniqueuse.

Après Charlie, faire bloc !

Prémonitoire hélas !

"Je n'ai pas de gosses, pas de femme, pas de voiture, pas de crédit. C'est peut-être un peu pompeux ce que je vais dire, mais je préfère mourir debout que vivre à genoux"

Charb

Après Charlie, faire bloc !

Wolinski

Après Charlie, faire bloc !

Honoré

Après Charlie, faire bloc !

Bernard Maris

Après Charlie, faire bloc !

Encore plus d'actualité... hélas !

Après Charlie, faire bloc !

Ils ont tué CHARLIE HEBDO. Ils ont tué le mot, le dessin, le papier, la langue, l’encre, le crayon,… Charlie était cela. Charlie avait dénoncé les tueurs du mot du papier, du rire…

Mon mot agonise en moi.

Me vient  à l’esprit l’histoire de Kaab ibn al Ashraf,  noble médinois, juif de religion par sa mère, poète qui n’hésitait pas à dénoncer les dérives guerrières de Muhammad, l’annonceur de l’Islam.

 « Le Prophète » commanda son assassinat et promit le paradis au groupe désigné pour la besogne. Le commando  exécuta le poète dans un odieux traquenard en l’an 624. Quelques années plus tard, tous les juifs de Médine furent décimés et tous les poètes furent damnés par le Coran, car ils inventent et  sont la proie des rêves (sourate XXI, verset 5).

 

Said Sayagh

 

 

 

 

 

Amis, Frères, Citoyens du monde, Camarades…

 

Nous ne sommes pas femmes et hommes qu’on résigne

Ne comptez pas surtout que l’on courbe le dos

 

La haine n’a jamais conduit à un digne combat

La gâchette d’une arme n’est pas porteuse de foi

Tueurs assassins d’un jour

vous n’êtes que poussière

ne vous cherchez pas dans un miroir

                       vous n’existez pas

 

Notre cœur saigne mais nous ne baisserons pas la tête

Citoyens du monde,

Humains de la planète terre

Pour moi le seul réseau social qui vaille

C’est vous

C’est toi à mes côtés

Lorsque nous sommes rassemblés 

Sur une place ou

Dans la rue

Pour chanter le même chant qu’Éluard nous a

Transmis sur ses cahiers d’écolier

 

Tueurs assassins d’un jour

vous n’êtes que poussière

                       résidus

rejetés

par les vents nauséabonds de la haine

vous n’existez pas

La haine n’a jamais conduit à un digne combat

Ne laissons pas l’écran d’ordinateur

Masquer les battements de nos cœurs

 

Nous ne sommes pas femmes et hommes qu’on résigne

Ne comptez pas surtout que l’on courbe le dos

 

Qui es-tu Charlie

viens me le dire

tu me reconnaitras bien

           je suis sur la place

                                              

Gérard-André

Mélodiste-compositeur, Auteur, Interprète

 

 

Etais La Sauvin (Yonne) Le lendemain du 7 janvier 2015*

 

Texte envoyé par un animateur de L'Huma-café de Nantes

cliquer pour agrandircliquer pour agrandir
cliquer pour agrandircliquer pour agrandir
cliquer pour agrandircliquer pour agrandir

cliquer pour agrandir

Après Charlie, faire bloc !

Quelques dessins dans la presse internationale.

Après Charlie, faire bloc !
Après Charlie, faire bloc !Après Charlie, faire bloc !
Après Charlie, faire bloc !Après Charlie, faire bloc !
Après Charlie, faire bloc !Après Charlie, faire bloc !
Après Charlie, faire bloc !Après Charlie, faire bloc !
Après Charlie, faire bloc !

Des UNES de la presse internationale

NOUS SOMMES CHARLIE

 

Yahia Belaskri et Anouar Benmalek

Publié dans le journal El Watan (10/01/15)

 

«…Si tu parles, tu meurs/ Si tu te tais, tu meurs/ Alors parle et meurs !», par Tahar Djaout

 

Nous sommes Charlie. Oui nous sommes Charlie, ne vous en déplaise, messieurs les tueurs ! Nous savons que cela vous insupporte car vous haïssez la liberté, toutes les libertés. En particulier l’une des plus fondamentales, la liberté d’expression, celle que vous croyez tuer en assassinant lâchement des dessinateurs de presse qui ont élevé l’irrévérence au firmament du journalisme, en pratiquant l’humour et la dérision.

Vous n’aimez pas la liberté de penser car elle permet le libre arbitre et celui-ci vous est totalement étranger, vous qui prétendez installer les ténèbres dans nos cœurs et nos têtes. Vous n’aimez pas non plus la liberté de conscience, vous qui vous arrogez la folle prétention de diriger nos consciences. Vous n’aimez pas l’amour, ni l’humour bien entendu – l’amour et l’humour vous font peur, vous les suppôts de la haine et du rejet.

Vous n’aimez pas la vie, vous n’en avez aucun respect puisque vous semez la terreur et la mort, brutalement, lâchement. Vous n’aimez rien, au fond, vous n’êtes rien d’autre que des criminels méprisables. Parce que vous êtes incultes et faibles, vous utilisez la violence barbare et l’infamie. Comme nous avons été américains lors de l’attaque contre le World Trade Center, comme nous avons été espagnols lors des attentats de la gare d’Atocha, comme nous avons été algériens lors de la tentative d’extermination de l’intelligence de ce pays, yézidis sur le mont Sinjar, kurdes dans la ville assiégée de Kobané, nous sommes aujourd’hui français…

Nous sommes Charlie. Comme nous avons été Tahar Djaout, Abdelkader Alloula,  Saïd Mekbel, aujourd’hui nous sommes Cabu, Charb, Tignous, Wolinski,  Mustapha Ourad et les autres. Nous sommes Charlie.

 

 

Et Si En Plus Y'A Personne

 

Abderhamane, Martin, David

Et si le ciel était vide

 

Tant de processions, tant de têtes inclinées

Tant de capuchons tant de peur souhaitées

Tant de démagogues de Temples de Synagogues

Tant de mains pressées, de prières empressées

 

Tant d'angélus

Qui résonne

Et si en plus

Il y'a personne

 

Abderhamane, Martin, David

Et si le ciel était vide

 

Il y a tant de torpeurs

De musiques antalgiques

Tant d'anti-douleurs dans ces jolis cantiques

Il y a tant de questions et tant de mystères

Tant de compassions et tant de révolvers

 

Tant d'angélus

Qui résonne

Et si en plus

Il y'a personne

 

Arour hachem, Inch Allah

Are Krishhna, Alléluia

 

Abderhamane, Martin, David

Et si le ciel était vide

 

Si toutes les balles traçantes

Toutes les armes de poing

Toutes les femmes ignorantes

Ces enfants orphelins

Si ces vies qui chavirent

Ces yeux mouillés

Ce n'était que le vieux plaisir

De zigouiller

 

Et l'angélus

Qui résonne

Et si en plus

Il y’ a personne

 

Et l'angélus

Qui résonne

Et si en plus

Il y'a personne

 

Et si en plus y'a personne est une chanson écrite et interprétée par Alain Souchon et composée par Laurent Voulzy sortie en 2005.

 

 

Après Charlie, faire bloc !

Alain Souchon 11 janvier 2015

Repost0
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 21:01

Finky il n'écrit pas que des conneries...  il en dit aussi !

Mauriceetpatan2.JPG

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.