Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 14:24
Le Monde journal de droite

C’est Schneidermann qui l’assure « Xavier Niel, co-repreneur du Monde[avec] le banquier Pigasse et l'homme d'affaires Bergé, … a achevé de transformer ce journal en journal de droite ».  C’est ce qu’on peut lire dans sa chronique matinale du 9 décembre 2013, chef d’œuvre caricatural du genre : hantises anti Monde et Nel Obs et amalgame grossier.

Le Monde journal de droite

Le ver était dans le fruit, puisque Niel et ses complices n’ont fait qu’achever l’inexorable dérive du Monde. Mais retissons si j’ose dire le fil de la chronique.

 

Tout commence par une « tribune » dans Rue89 d’un certain Michel Faure qui propose de transformer Libé en journal gratuit. Ce Faure est un ancien de l’AFP, du Libé des débuts, puis de L’Express et d’Atlantico (site de droite mais auquel collabore au moins un membre d’@arrêt sur images, site de Schneidermann). Il fut vice-président d’un oxymorique Mouvement des Libéraux de Gauche (MLG)*. L’étiquette de « tribune » montre bien que son opinion n’engage aucunement Rue89.

 

Mais cela permet au chroniqueur qui a ses obsessionnelles cibles de reprendre l’offensive contre le vieux Perdriel (87 balais) qui a racheté – entendez sauvé de la faillite Rue89. Site d’information fondé par des anciens de Libé en mai 2007 « sans investisseur ni groupe de presse, et qui est devenu le premier des “pure players” français, avec plus de deux millions de visiteurs uniques par mois ». Mais dont le fonctionnement  repose sur la pub. Tel un journal gratuit : CQFD dans la logique du matinaute.

 

Et Rue89 vient de subir une infâme attaque : le Nouvel obs** a imposé “un « changement du haut de la page » (URL, « header », « favicon »), rétrogradant Rue89 au rang d’« apporteur de contenus » pour Médiamétrie et sacrifiant l’identité de notre Rue”, écrivent les journalistes en grève pour le coup ! « Et pourquoi cette annexion sauvage ? demande Schneidermann. Pour que l'audience de Rue89 soit comptabilisée avec celle de L'Obs, afin de permettre à l'entreprise de Perdriel d'imposer de hauts tarifs publicitaires. » Notez la sauvagerie d’un  Perdriel qui a mis brutalement 7,5 Millions d’euros pour sauver Rue89. Et, de fait, tenter de vendre à hauts prix de la pub pour un site d’information qui ne vit que de cela est d’une affreuse logique libérale.

 

 

Mais Niel dans tout cela ?

Perdriel, 87 ans répétons-le, dans un entretien à Buzz Média Orange-Le Figaro, dit vouloir assurer « l'avenir du groupe et plus particulièrement celui du Nouvel Observateur que j'ai fondé il y a cinquante ans avec Jean Daniel, mon frère, mon ami. C'est un journal mendésiste, social-démocrate de gauche. C'est un journal du cœur qui défend depuis cinquante ans la veuve et l'orphelin, les pauvres et les gens victimes des excès de puissance de l'État.». Et donc « cherche, dès maintenant, un ou plusieurs actionnaires qui prennent une partie du capital, majoritaire ou minoritaire, du Nouvel Observateur. (…) Je cherche une ou plusieurs personnes qui, si possible, me ressemblent et qui puissent garantir l'indépendance éditoriale et la ligne politique sociale-démocrate du journal. »

 

Et il répond « Pourquoi pas » quand on lui demande si le trio Niel-Pigasse-Bergé pourrait correspondre à cette définition. Et il dit le plus grand bien de Niel. Ce Niel donc qui a achevé de transformer Le Monde en journal de droite.

 

Tout cela se conclut dans un triste délire : « Quand Niel aura racheté L'Obs, il ne lui restera plus qu'à racheter Libé, à rendre l'ensemble gratuit… » !

 

Si on résume : une tribune prône la gratuité pour Libé (ce que le lecteur bas-poitevin que je suis, et qui donc n’aurait pas droit au dit gratuit dans le métro, réprouve) ; cette tribune paraît dans le pure player (faux anglicisme assez laid) Rue89 ; cette Rue a des divergences avec son nouveau proprio sur une modification de son header (en français en-tête) ; proprio qui d’un âge certain veut assurer la pérennité de son groupe et ne rejette pas une alliance avec un certain Niel qui avec deux autres a sauvé Le Monde ; Le Monde qui, ne partageant l'idéologie du patron d’@si, est de droite.

On est dans une sorte de forme de raisonnement style « marabout, bout de ficelle, selle de … » où l’honnêteté intellectuelle du chroniqueur est un peu estompée par ses œillères dogmatiques et ses haines recuites.

 

 

 

* Schneidermann, le disant  membre du Parti Libéral Démocrate qui "entend reprendre le flambeau de Démocratie Libérale, formation disparue en 2002, avec le retrait d'Alain Madelin de la vie politique", j’ai posé la question directement à l’intéressé, M. Faure, qui m’a fort aimablement répondu :

« Comme l'écrit Schneidermann, je suis bien membre du bureau national du Parti libéral démocrate (PLD). Je fais par ailleurs partie des membres fondateurs du Mouvement des Libéraux de Gauche, et si j'en suis toujours membre, je n'y exerce plus aucune responsabilité, en accord avec les statuts du MLG dont le site, peut-être, n'a pas été révisé depuis longtemps.

Si vous me posez cette question, c'est que le sujet de la libre opinion que j'ai écrite sur l'avenir de Libération vous intéresse, je vais vous préciser deux choses.: je ne suis plus journaliste salarié depuis que j'ai quitté L'Express le 31 décembre 2004, quand le magazine a été racheté par la Socpresse, c'est-à-dire par Marcel Dassault, parce qu'un patron dont l'industrie dépend des commandes de l'Etat n'a rien à faire dans la presse, à mon humble avis. Je travaille désormais dans l'édition en tant que lecteur, traducteur et auteur chez Robert Laffont, et comme auteur aux éditions Perrin. Si je continue, de temps en temps, à écrire dans les médias ou sur le web - et j'ai eu une activité de blogueur sur Rue89 ("Panamericana") sur l'Amérique latine, pendant quelque temps - mon activité journalistique est devenue très rare, généralement sous forme de libre opinion, pour le plaisir d'écrire ce que je pense de tel ou tel sujet (j'ai par exemple écrit tout le mal que je pensais récemment de "l'Alternative" née de l'alliance Borloo - Bayrou dans l'Opinion, tribune que j'ai signée en précisant que j'étais membre du BN du PLD.). Je vous dis cela parce que Schneidermann me reproche de n'avoir pas précisé que j'était membre du PLD dans mon article sur Libé. Soit, mais à Rue89 comme à Libération, comment dire, je suis en famille. J'écris sur Libé en tant qu'ancien de Libé, et dans Rue89 où je connais tout le monde (des anciens de Libé, eux aussi, bien sur) et je n'ai pas ressenti le besoin de préciser mon militantisme libéral dont je ne fais, par ailleurs aucun mystère. C'est le deuxième point que je voulais préciser. Je suis fier d'être libéral, de travailler pour la défense des libertés, pour réclamer que l'Etat reprenne sa juste place, mais là, c'était l'ancien journaliste de Libé qui parlait, et mes idées libérales n'avaient pas grand chose à voir avec ma nostalgie, mes souvenirs de jeunesse, mon inquiétude pour le sort de ce journal et ce que son éventuelle disparition signifierait pour moi. Faites un tour sur Facebook et Twitter et vous verrez que j'y suis discret sur mes humeurs ou ma vie privée, mais très disert sur le libéralisme.

Enfin, on peut penser ce que l'on veut de mon idée de gratuité pour l'avenir de Libération, et je m'attendais à des messages critiques ou favorables à cette idée, à des arguments pour ou contre. Ce que je reproche à Schneidermann c'est un réflexe digne d'une pensée totalitaire qui disqualifie ce que j'écris sous le seul argument que je suis libéral. Nous sommes là, convenez-en, dans la stratosphère de l'analyse ! Une telle démonstration d'intolérance intellectuelle, je vous l'avoue, m'a laissé pantois. »

Inutile de dire que si je partage la conception libérale de la Loi de 1905 affichée par A. Briand, le social-démocrate que je suis n'adhére pas au libéralisme économique défendus par des disciples d'A. Madelin.

 

** "Juste une précision pour, peut-être, expliquer les attaques répétitives de Schneidermann contre l'Obs : je me souviens  qu'à la mort de Françoise Giroud, le même Schneidermann avait postulé pour la remplacer comme chroniqueuse télé de l'Obs et qu'on lui avait dit d'attendre un peu que le cadavre soit froid " J.M.B. ancien journaliste du Nel Obs
 

 

N.B. D’aucuns pourraient – à juste titre – m’accuser de faire de Schneidermann une tête de turc. Je plaiderais que je ne suis pas un anti-Schneidermann primaire. Du temps d’Arrêt sur images sur la 5 rares furent les n° ratés. Quand il fut viré, nous étions de ses défenseurs. Quand le site fut créé, des premiers abonnés. Dans l’anti-sarkozysme, union bien sûr. Mais les premières failles vinrent de l’affaire Cassez où, pour le plaisir de se payer des collègues -  Les medias français non plus, qui mutiplient les interviews de la prisonnière, en se contentant de répéter paresseusement, pour tout rappel des faits, qu'elle"clame son innocence" – il bafouait la présomption d’innocence et calomniait des correspondants au Mexique qui ne se contentaient pas de répéter paresseusement les protestation d’innocence, mais montraient les failles béantes d’une pseudo enquête. Loin de reconnaître ses erreurs, il persistera dans la méchanceté perfide au retour enfin de F. Cassez. Sa dérive éditorialisante – « arrêt sur images » devint le plus souvent un titre vide – sa mauvaise foi  ont fini par lasser définitivement mon attachement au souvenir de ce qui fut une émission novatrice.

Alors oui, je suis un anti-schneidermann secondaire.

Le sophisme de Schneidermann

 

La dernière chronique de D. Schneidermann – La niélisation du Monde (Libération 16/12/13) – est un magnifique exemple de sophisme !

 

Il baptise d’abord dossier « économico-techno-philosophique(?) du moment »l’autorisation de vente en ligne des lunettes ou lentilles de contact que propose B. Hamon, Ministre de la consommation. Le Monde aurait soutenu ce projet. 

Prémisse : le pionnier de la vente d'optique en ligne est un certain Marc Simoncini, ancien patron de Meetic.

Or, Xavier Niel est aussi un pionnier de la Net économie (Free)  et Simoncini et lui seraient partenaires notamment dans une école pour développeurs du net.

Donc, Le Monde, niélisé, s’est transformé en « journal d’influence au service de la net économie ».

Ce qui veut dire, en termes plus crus, que la rédaction du Monde a perdu toute indépendance, ses journalistes sont devenus des larbins.

Est-il vrai ou pas que le monopole des opticiens a abouti à des tarifs d’autant plus élevés que les mutuelles sont entrées en concurrence sur le remboursement et que mieux elles remboursent plus les opticiens renchérissent le prix des produits ? Autrement dit, l’affirmation de B. Hamon que la vente en ligne peut donner du pouvoir d’achat est-elle vraie ou pas ? Questions dont les réponses pourraient éclairer la position éditoriale du Monde contre le monopole des opticiens, Schneidermann, en toute honnêteté intellectuelle, les esquive.

Pas plus qu’il n’explique pourquoi Le Monde ne s’est pas pigassé ou bergété, vu que c’est une troïka - Bergé, Niel, Pigasse – qui a tiré Le Monde de graves difficultés financières.

 

Et loin de relier entre elles des informations parcellaires il s’est adonné à son sport favori : le dénigrement des (ex)collègues avec l’accusation gravissime d’avoir été stipendiés par un de leurs proprios.

 

Envoyé au Courrier des lecteurs de Libé

 

Quand Shneidermann Freecote !

 

 

 

 

Copie d'écran du bandeau déroulant sur le site d'arrêt sur images

Copie d'écran du bandeau déroulant sur le site d'arrêt sur images

La découverte de cette invitation aux Freenautes m'a amené à envoyer ce message :

Très drôle cette adresse aux "Abonnés Freebox" leur annonçant qu'"Arrêt sur images passe en clair", etc.
 
Dans Freebox, il y a bien Free ? et dans Free - ou plutôt aux manettes- il n'y aurait pas l'affreux, l'horrible, l'abominable NIEL ? « XavierNiel, co-repreneur du Monde [avec] le banquier Pigasse et l'hommed'affaires Bergé, a achevé de transformer ce journal en journal de
droite ».  Voilà ce qu'on pouvait lire dans la chronique matinale 9h15 du 9décembre 2013 !
 
Attention on ne freecote pas avec le diable, même par Freebox interposée.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.