Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2020 1 30 /03 /mars /2020 15:49

Comment parler du con finement ?

Juste donc une petite anthologie des effets des ravages d'une autre pandémie : celle du "conarovirus".

 

LA PALICE me voilà

CONAROVIRUS
TROUBLES DE LA MÈMOIRE ou MAUVAISE FOI ?
 
Touitte de Mélenchon le 27 mars, à propos de l'élection municipale
 
Jean-Luc Mélenchon @JLMelenchon
#Castaner est un minable menteur car il meurt de peur. Il sait qu'il sera jugé : il a organisé ces élections sans notre avis, alors qu'il savait le danger. #vousavezlaparole
CONAROVIRUS

Je ne sais si Castaner (ou Philippe) a bien consulté Mélenchon avant l'élection, mais le soir du 15 mars il se félicitait de la tenue des élections (la copie d'écran est tirée de la vidéo et le texte copié/collé de celui qui accompagnait la vidéo avec cette précision "seul le prononcé fait foi" et le prononcé correspondait au texte).

 

 

 

 

Autre contaminé au CONAROVIRUS semblant souffrir de troubles de la mémoire et frappé, lui aussi, de la variante " vychinskiste*" du conarovirus, le guignol chef.

 

* Vychinski  fut le procureur des procès de Moscou organisé par Staline.

CONAROVIRUS

Dans la série faux-culs, on a pu entendre les LR critiquer - mais mezza voce - la tenue du 1er tour, or trois jours avant ils faisaient diffuser par leurs 'cadres' locaux - ici un djeun élu départemental de la Vendée - des appels au maintien du 1er tour.

CONAROVIRUS

 

Le COMPLOTISME - variante du conarovirus - fait des ravages.

CONAROVIRUS

Aussi bornée que ses troupes, Marine LE PEN vient évidemment en renfort des thèses complotistes.

CONAROVIRUS

 

 

"Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir." Pierre DAC

Donc il est plus sûr de les faire a posteriori et de jouer les prophètes de l'avant-veille.

CONAROVIRUS

Sur grand fond bleu, une citation de l'ex-ministre de la santé, avec le traditionnel "Faites circuler" ! J'ai encadré en rouge le message initial et juste ajouté quelques faits et citations de grands professeurs".

CONAROVIRUS

 

Le grand druide de Marseille et son traitement miracle - c'est fou le nombre de virologues que compte notre beau pays, sans le savoir, et qui, pour la plupart n'avait jamais entendu parler de chloroquine mais qui en sont les fans absolus, ne souffrant aucune critique - méritait cet hommage.

CONAROVIRUS

Un spécimen de groupie, André Bercoff, qui se faisant piéger par un compte parodique qui fait dire des énormités à son idole, trouve ça bien !  Un exemple de cas critique ! à chloroquiner d'urgence !

CONAROVIRUS

Un autre fan de la chloroquine mérite d'être cité.

CONAROVIRUS

 

Vue la faillite de Macron, Philippe et les autres, un gouvernement de SALUT PUBLIC s'impose.

CONAROVIRUS

LAPSUS RÉVÉLATEUR

CONAROVIRUS

SIMPLET PREFET DE POLICE

CONAROVIRUS

Cette page ne peut que grossir, les victimes du conarovirus étant encore plus nombreuses que celles du coronavirus...

Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 18:57
ANTI GILETS JAUNES

« Happy few » comme disait Stendhal. Enfin, pas trop happy, mais few c’est certain.

Bien que ponctionné (CSG), retraite dévalorisée (par rapport à l’inflation), le pensionné que je suis fait partie des 23 % de Français qui ne soutiennent pas les gilets jaunes. Et ce ne sont pas les scènes soit débiles – voir une bande de connards se prendre sur la tronche la grille qu’ils ont réussi à abattre – soit franchement révoltantes de violence et vandalismes – l’Arc de triomphe en étant le symbole – qui me feront changer d’avis.

ANTI GILETS JAUNES

« Pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour », ce mot d’ordre de Pierre Dac n’a jamais été plus d’actualité.

ANTI GILETS JAUNES
ANTI GILETS JAUNES

Hollande, un peu moins chamallow qu’on le disait – on lui doit le mariage pour tous malgré l’agitation des cagots – a connu une telle détestation qu’il a jeté l’éponge. Les primaires de droite ont éliminé le (supposé) modéré Juppé, au profit d’un Fillon qui programmait une saignée de la fonction publique et une gentille augmentation de la TVA ! Grâce à Pénélope – emploi fictif – et à Bourgi – costards de luxe – de favori, il est tombé à la 3e place. La deuxième n’a laissé à personne le soin de se ridiculiser toute seule, mais a quand même réuni plus de dix millions et demi de voix au second tour. « Une question [aux souteneurs des gilets jaunes] : pourquoi n’avez-vous pas voté plus massivement pour l’insoumis, lui qui se dit aujourd’hui en communion avec les gilets jaunes, afin de le placer à cette fameuse seconde place ? » (J. Berthomeau).

ANTI GILETS JAUNES

"La révolution c'est les soviets plus le gazole à 1 €uro" Lénine (pcc JFL)

Donc, par une heureuse conjonction des planètes, l’ex conseiller et ministre de Hollande, E. Macron, a été élu. Qu’il soit la synthèse de Giscard, pour le libéralisme, et de Sarkozy pour l’arrogance, n’empêche pas, qu’en face, les outrances de l’un – Mélenchon – et le cynisme de l’autre – Wauquiez – sans oublier la totale décrépitude de la gauche de gouvernement pouvaient lui assurer, avec une Assemblée nationale de godillots, un quinquennat relativement tranquille.

ANTI GILETS JAUNES

Lendemain de fêtes

Un gilet jaune qui vandalise, c'est la révolte du peuple. Le même acte en banlieue est un fait de délinquance.

Comme Pierre Dac encore l’avait bien dit “Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir”, ainsi voit-on de multiples et pertinents prévisionnistes, jusqu’aux préfets, qui nous assènent leurs prévisions si confidentielles que personne ne les avait entendues.

ANTI GILETS JAUNES

Après les beaufs en gilets jaunes qui obligent à afficher leur fameux gilet sous le pare-brise comme laisser-passer, espérons qu'ils ne fassent pas école et que les culs-bénits anti PMA pour toutes ne fassent pas de blocages en obligeant à tremper les doigts dans l'eau bénite suivi d'un signe de croix !

En revanche, Macron, lui, avait été sourd aux avertissements sur le danger de négliger, voire de bafouer, ce qu’on appelle les corps intermédiaires – syndicats, collectivités territoriales, mouvement associatif... ! Mais ce ne sont pas des décisions inconsidérées, telle la suppression massive des emplois aidés, qui ont mis le feu aux poudres, mais une augmentation annoncée, programmée, des taxes sur le gazole.

ANTI GILETS JAUNES

Que dans les 300 000 gilets jaunes du début, il y ait eu de véritables victimes de cette augmentation qui se couplait avec une augmentation ponctuelle du brut, est vraisemblable : mais ce ne sont pas ces rurbains, attirés par l’attrait du pavillon avec terrain dans un lotissement paumé au milieu de nulle part et astreints à la double bagnole pour le boulot et les courses, qui ont poursuivi les blocages : prix du gazole ou pas, ils sont repartis au boulot. Et ceux qui restent, qui s’acharnent à emmerder leurs contemporains aux ronds-points (dans le meilleur des cas) et à vandaliser les villes (et pas que Paris) reçoivent donc, si l'on en croit les sondages, un appui des trois quarts de l’opinion. Paradoxe apparent quand on se souvient du retour de manivelle de 1968. Et plus près, l’indignation contre les exactions des sauvageons, des racailles, etc. de banlieues baptisées zones de non droit. Là, même si, quand même, la violence est condamnée, la massivité du soutien interroge.

ANTI GILETS JAUNES

RT - Russia Today, la télé Poutine en ligne - a envoyé sur le front des émeutes un reporter casqué qui, comme le hasard fait bien les choses, est tombé sur un jeune homme au gilet jaune éclatant, prénommé "Axel" qui lui a révélé tout de go que les violences étaient le fait de policiers déguisés en civils ("oui, oui, il en avait vu remettre leur brassard").

Or il se trouve que ce doux garçon - à qui, à juste titre, on donnerait le bon dieu sans confession - de son nom ROKWAN est le fondateur des "Veilleurs" émanation de la manif anti mariage pour tous.

Le hasard, vous dis-je !

Il repose d’abord sur les dix millions et demi de votants Le Pen du 2e tour, auxquels vient s’adjoindre la droite classique : Le Figaro est quasi devenu un brûlot et il devrait s’imprimer sur papier jaune, tant son soutien est appuyé ; Wauquiez, le cynique, dans sa surenchère droitiste, joue les boutefeux.

S’y ajoute, bien sûr, les insoumis qui préfèrent ignorer tout ce que ce mouvement charrie de xénophobie, ignorer surtout qu’il est travaillé par une extrême-droite anti-démocratique. Rien que de prévisible hélas.

ANTI GILETS JAUNES

Quand ces braves #Giletjaunes font de la chasse aux migrants !

ANTI GILETS JAUNES

Doux moment de détente avec Dieudonné pour s'adonner à la joie de la quenelle.

ANTI GILETS JAUNES

MM les néo-nazis, plutôt que de vous adonner à la quenelle à la Dieudonné, vous pouvez à nouveau fièrement dresser le bras main tendue, sous réserve toutefois de remplacer le "Heil" teuton, par un "Ave" latin.

En revanche, sans parler de people dont certains mettent leurs cachets à l’abri du fisc confiscatoire français, voir Hollande et Royal se joindre au chœur des pro gilets jaunes est assez consternant.

ANTI GILETS JAUNES

GUÉNOLÉ le GUEVARA au gilet jaune

Voilà donc un éminent politologue (non pas bêtement titulaire d'un doctorat, mais PhD ça fait plus chic), co-responsable de "l'école de la France insoumise" (apprendre l'insoumission en 15 leçons), candidat de ladite FI aux européennes, qui, participant, on le suppose, à la manif des gilets jaunes, au lieu d'aller taguer l'Arc de Triomphe, est tout préoccupé parce que son portable est déchargé. Et quand votre portable est déchargé, vous ne trouvez rien de mieux, élégamment vêtu de votre gilet jaune, que de rentrer dans le 1er hôtel de luxe venu pour recharger la batterie, c'est bien connu ces hôtels ont des bornes offertes à tous les passants en panne de portable, et, à l'arrivée de ce gilet jaune à l'Iphone X entre les mains, pas tibulaire mais presque comme disait Coluche, les clients apeurés se sont barricadés dans leur chambre à 1000 € la nuit, ou cachés sous les tables du bar ! 🤣

ANTI GILETS JAUNES

Quelle que soit l’issue – et on ne peut écarter qu’elle soit factieuse, une police noyautée par le RHaine pouvant faire défaut – on est dans un jeu de perdant-perdant. Et où la gauche – de gouvernement ou pas – sera sûrement la super perdante et où, en revanche, l’extrême-droite populiste marquera des points, malgré la nullité de ses leaders Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan.

Grande perdante aussi et à coup sûr l’Europe ! et, sans doute, la démocratie !

Pour compléter : le point de vue d'un élu régional PS (reçu par courriel) :

 

Gilets Jaunes : Colère populaire et dérive populiste

Autant le mécontentement populaire peut apparaître comme légitime, autant les réponses gouvernementales ont tardé,

Autant les manifestations pacifiques, voire « bon enfant » sont acceptées et soutenues par les citoyens, autant les violences urbaines liées à ces manifestations, qui dévoient ce mouvement de contestation, sont inadmissibles et mettent en danger la République et la vie démocratique dans notre Pays,

Autant les orientations vers une politique de la nécessité écologique recueillent un assentiment général, autant les mesures prises pour les mettre en œuvre se révèlent actuellement maladroites et injustes. Cependant des décisions sont indispensables et les efforts à faire doivent être répartis équitablement entre tous les français.

Alors, autant s’en remettre à la sagesse d’un renoncement, d’une pause, et engager un large dialogue républicain avec les représentants des forces vives du pays en évitant les surenchères et les récupérations politiciennes :

Notre avenir et celui de nos enfants est à ce prix.

                                                                              RP

Repost0
11 août 2018 6 11 /08 /août /2018 16:45
HISTOIRE BELGE

Fichage politique, matricule, barbouze, Orwell et jusqu’à l’évocation du fichage des juifs par les nazis en 1933 ! Voilà ce que devient une feuille excel réalisée par un jeune belge !

Le pôv Nicolas Vanderbiest, un thésard belge de l’université catholique de Louvain, aurait mieux fait sans doute d’aller au bistrot s’enfiler quelques bières plutôt que de suer sang et eaux pour, du 13 juillet au 2 août, au nom d’une prétendue ONG DisinfoEU, entrer sur sa feuille de tableur près de 55000 comptes touitteurs ayant glosé sur l’affaire Benalla.

HISTOIRE BELGE

Son étude avait pourtant de quoi intéresser tous les bords puisqu’elle montrait que "plus de 4,5 millions de tweets en français ont été échangés" sur l'affaire Benalla, un volume qualifié d'"exceptionnel", bien supérieur à la vague de #balancetonporc : preuve donc que cette affaire avait soulevé non pas une tempête dans un verre d’eau mais  un tsunami de touittes. De quoi satisfaire RN, LR et FI... Mais, en même temps, les premiers constats étaient qu’en fait 1% des comptes auraient produit 47% des messages. Comme une variante caricaturale de la loi de Pareto. Là ce furent les marcheurs qui se réjouirent.

HISTOIRE BELGE

D’autant que, les comptes ayant été dotés d’appartenance politique – celle qui ressortait de leur propre profil public –, l’hypothèse fut émise que cette sur-production était l’œuvre des FI, LR et mêmes de russophiles, et qui dit « russe » dit attaque du gouvernement russe. Et « Le mot 'gonflage numérique' est devenu 'bot' ». Et du coup les troupes LREM s’en donnèrent à cœur joie, jusqu’à Jean Quatremer, correspondant bruxellois de Libé, qui faisait de l’affaire Benalla une « manipulation », comme si elle était née de comptes touitteurs, et non d’un article d’une de ses consoeurs.

Mais, patatras, l’opération « manipulation » des affreux zinsoumis et des horribles bots du FSB à Poutine, fit long feu. Car voilà que notre belge eut la naïve idée – pour démontrer de sa bonne foi et du sérieux de sa démarche – de publier la page Excel où il avait recensé ces 55000 comptes. Comptes donc numérotés ligne par ligne et qui fait que Mélenchon est à la ligne 14442 et MLP à 14802.

 

HISTOIRE BELGE
HISTOIRE BELGE

L’espoir change de camp, le combat change d’âme !

C’est un déferlement. De MLP à Mélenchon en passant par Ciotti et Attard, sans compter les innombrables comptes anonymes aux pseudos ridicules qui feignent d’être fichés, une surenchère dans l’outrance. Et si pour les uns, puisque la prétendue ONG affiche EU, il s’agit d’une opération perpétrée par les européistes de Bruxelles, pour les autres c’est évidemment un signe de plus de la mise en place de la dictature macronienne. Orwell, qui n’y peut mais, est bien sûr évoqué. Et jusque donc – avec une totale indécence - le fichage des juifs par les nazis en 1933 !

HISTOIRE BELGE
HISTOIRE BELGE

Samuel Laurent (Décodeurs Le Monde), dans une longue suite de touittes, démonte la stupidité - pour rester modéré - de cette histoire de matricule et montre aussi comment avec des outils simples (Google et Followerwonk) on peut chercher les "en marche" dans son exemple ou FI ou RN ou LR, etc. parmi les touitteurs (données qu'ils affichent eux-mêmes) .

Qu’un thésard, fût-il Belge,profitant de cette vague médiatico-touitteuse, essaie d’analyser le phénomène, quoi d’anormal ? Il le fait avec un outil de base, un tableur, doté de quelques outils statistiques tout aussi de base. Il se tape un boulot dingue pour décompter tous les messages avec le mot-clé #Benalla, puis récupérer des comptes émetteurs et tenter de les classer selon leur appartenance politique affichée, comme le ϕ qui désigne plus souvent des zinsoumis que des lecteurs des cahiers pédagogiques. Que, de ces données, il ait pu hasarder des conclusions fragiles – qui de plus ont été amplifiées par les supporters de Macron – est indéniable puisqu’il est lui-même revenu dessus. Mais de là à le traiter de "barbouze" - alors qu’il ne se cache pas -  d’agent de la vilaine Europe et/ou de suppôt de la dictature macronienne qui nous accable, il y a une marge que certains politiciens franchissent assez cyniquement. Et faire d’une feuille d’Excel  l’équivalent du fichier juif nazi, c’est honteux.

Quant au pauvre Nicolas Vanderbiest, démissionnaire de son université, il eût dû tout simplement, ne publier justement que les n° de ligne, en masquant la colonne comptes (c'est-à-dire noms ou pseudos), ce qui aurait évité de voir  tous ces imbéciles qui affichent un prétendu « matricule ».

 

Pour compléter, on peut lire cet article d' Olivier Tesquet qui pose les vraies questions qui sont celles de la méthodologie (et non d'un fantasmatique fichage) :

EU Disinfo, l'affaire Benalla et l'impossible fichage politique des internautes

Repost0
25 juillet 2018 3 25 /07 /juillet /2018 16:12
Dessin emprunté à Courrier International

Dessin emprunté à Courrier International

« Qu’ils viennent me chercher ! » Ce défi  puéril d'E. Macron, style « tartagueuleàlarécré », qui se veut bravache n’est que lâche. L’article 67 de la Constitution le protège. Et sa déclaration clanique – devant ses féaux et courtisans – est un véritable bras d’honneur. Sarkozy n’avait donc pas tort quand il déclarait : « C’est moi, en pire ». Même attitude d’ado attardé, narcissiquement ivre de son pouvoir.

Sarkozy en pire, mais dans l’exercice de sa fonction. Car s’il a peut-être bénéficié de remises pour sa campagne, il n’a pas eu recours à des financements exotiques et son mouvement était trop récent pour bygmallioniser, c’est-à-dire pulvériser le plafond de dépenses autorisées. Mais comme Président il fait preuve de la même faconde outrancière. Et on l’a vu marcher sur les brisées de son prédécesseur par des déclarations devant les prélats, et la remise solennelle des plus grotesques du titre de Chanoine de Latran. Et si son interpellation du collégien, coupable d’un « Manu » fut moins grossière et plus didactique que le « Casses-toi pauvre con ! », elle fut inutilement longue et vexatoire.

Même si j’ai pu comprendre celles et ceux qui ont voté tactiquement Macron dès le 1er tour, non par adhésion, mais pour éviter d’avoir un choix style Fillon/Le Pen au 2e tour, je fus de celles et ceux qui, pour que le score de la candidate d’extrême-droite soit le moins élevé possible, n’a voté Macron qu’au 2e tour.  Sans trop d’illusions, en tout cas pas celle de me faire prendre celui qui apparaissait comme un jeune Bayrou technocrate, pour un nouveau Mendès-France.

Il est vite apparu, qu’en bon centriste il n’était ni de gauche ni de gauche. Il est vite apparu aussi que, sous prétexte de rétablir une fonction présidentielle qu’il jugeait amoindrie par le côté bling-bling de l’un puis le côté velléitaire et bavard de l’autre, loin de ses discours de campagne, il méprisait tous les corps intermédiaires – collectivités territoriales, syndicats, associations... – avec des mesures brutales et non négociées (et pour la plupart, comme la suppression de la taxe d’habitation, très mal préparées).

Mais il bénéficiait d’un contexte favorable : outre une majorité parlementaire confortable et soumise, la gauche de gouvernement complétement implosée, en lambeaux, il n’avait en face de lui que les outrances de Mélenchon et la dérive ultra-droitière de Wauquiez.

Macron : Sarkozy en pire !

Il aura donc fallu qu’il se tire lui-même une balle dans le pied avec cette minable affaire Benalla.

Un cabinet où on oublie de tirer la chasse

Elle eût pu et dû être réglée dès le 2 mai.

Mais qu’un collaborateur de l’Elysée – tellement en vue que personne ne le voyait finalement à côté de Macron – profite de son jour libre pour tabasser du manifestant en se faisant passer pour un flic est jugé comme une peccadille et ne lui a valu qu’une remontrance et une mise à pied de 15 jours. Pendant ce temps une vidéo, œuvre d’un « insoumis »,  courait sur les réseaux sociaux, mais qu’un supposé flic se comporte en voyou ne surprenait finalement personne.

Il a donc fallu que ce soit un journal, Le Monde, qui, pour Mélenchon et sa clique, est le porte-drapeau du « parti médiatique », qui révèle que le tabasseur avait usurpé les attributs policiers et était un membre clandestin du cabinet présidentiel pour que, après quand même une guignolade du porte-parole de l’Elysée, le pauvre Bruno Roger-Petit, affirmant que l’Alexandre avait subi une sanction sévère, jamais infligée jusqu’alors, pour qu’enfin le licenciement s’impose et que des poursuites judiciaires soient lancées. En toute logique, le supérieur direct, le chef de cabinet, eut dû lui aussi être prié de prendre la porte.

On ne peut plaider l’exemplarité quand de telles erreurs d’appréciation sont commises sans que le responsable direct en subisse les conséquences. 

"L’affaire Benalla met une fois de plus en lumière des conseillers occultes, des organisations parallèles, des privilèges et des passe-droits. Tout ce qui nourrit la défiance des Français, fussent-ils en vacances, avec une démocratie française toujours malade.”

Le TEMPS (journal suisse)

Macron : Sarkozy en pire !

Au lieu de ça, un petit personnage faraud, la surjouant sous les applaudissements mous de ses séides, de clamer sa seule responsabilité et de lancer ce faux défi « Qu’ils viennent me chercher ! ». Faut-il ajouter qu’il a osé – disciple de Mélenchon, le procureur du parti médiatique – affirmer  « Nous avons une presse qui ne cherche plus la vérité » ? Et de rebondir sur des bruits de chiottes répandus par l’extrême-droite qui faisait de Benalla son amant et une information d’un Le Gorafi belge sur la prétendue détention des codes nucléaires par le garde du corps.

Un cabinet pléthorique et interventionniste

L’affaire a au passage révélé que, des simples CRS jusqu’au Préfet de Police, l’onction de l’Elysée permettait à un membre subalterne et clandestin du cabinet présidentiel d’avoir accès au debriefing des manifs du 1er mai. Et ce cabinet est déjà surdimensionné puisqu’on y compte officiellement une cinquantaine de membres, sans compter les militaires et les administratifs. Sans compter non plus ceux qui, comme Benalla, n’apparaissent pas sur l’organigramme.

Ces conseillers du prince outrepassent leur rôle en jouant les tuteurs des ministres. Ainsi, la pauvre Ministre de la culture, envisageant de renouveler l’actuel responsable à la tête de l’opéra, se heurterait au veto de la conseillère culturelle qui n’a toujours pas digéré une histoire de suppression de cloisons fixes entre des loges de l’Opéra Garnier en 2015, qui avait déclenché une pétition qu’elle avait signée.

Plus globalement, le cabinet intervient sur la composition des cabinets ministériels, mettant leurs membres en état de sujétion.

Il est malheureusement très peu probable que l’affaire Benalla mette fin à cette dérive qui voit des petits marquis surdiplômés et surmenés s’arroger des pouvoirs au détriment de ministres responsables, eux, devant le parlement. Au contraire, par son intervention Macron leur dit clairement qu’il leur garantit l’irresponsabilité judiciaire. Tant qu’ils sont ses hommes-liges.

Repost0
18 décembre 2017 1 18 /12 /décembre /2017 16:21
Si Chambord m’était conté

Oyez, Oyez, vils manants ! notre bon Président Macron a fêté son 40e anniversaire en son château de Chambord. A moins que ce ne soit un Noël anticipé.

Cette historiette de Chambord m’aurait échappé, si ce n’était le tintamarre mené sur la touittospère par les godillots en marche contre les vilains qui osaient au mieux s’esbaudir, au pire jouer l’indignation devant ce royal caprice du jeune prince qui nous gouverne.

Tout serait né d’un article de la Nouvelle République du 15 décembre, titré « Emmanuel Macron ce week-end en Loir-et-Cher pour ses 40 ans » et qui précisait « Le président de la République a prévu de fêter son 40e anniversaire en famille ce week-end au Domaine de Chambord. » Après tout, dans ses statuts, le Domaine national de Chambord est placé "sous la haute protection du président de la République". Et s’il festoyait dans un salon du château, il logeait dans un logis proche et non dans la royale enceinte.

Logis des "réfractaires"

Logis des "réfractaires"

Bien sûr le sans-culotte qui sommeille chez Mélenchon s’est réveillé en sursaut : "Pourquoi est-ce qu'il s'en va célébrer son anniversaire à Chambord ? Quelle drôle d'idée ! Je suis tellement républicain que tout ce qui touche aux symboles royalistes m'exaspère, je trouve ça ridicule." On conviendra cependant qu’on l’a connu plus mordant, le Robespierrophile.

"Les deux chiffres du jour. Les 40 ans qu'@EmmanuelMacron va fêter au château de #Chambord. Et les malheureux 1,24% de revalorisation du #SMIC au 1er janvier. Les deux infos tombent en même temps. On a connu communication mieux maîtrisée...", a relevé pour sa part la sénatrice EELV Esther Benbassa, sur Touitteur. Le rapprochement entre les deux informations non synchrones est un peu capillotracté.

Mais à côté de Thierry de Cabarrus, grand officier dans l’ordre  national des Brosses à reluire*, la Sénatrice Verte fait pâle figure. Il en appelle d’abord au grand Charles : « Je n'ai pas le souvenir d'avoir entendu dire, depuis Charles @deGaulle**, qu'un président avait payé de sa poche un weekend privé #emmanuelmacron #chambord », pour ensuite fustiger les « polémistes politiciens » : « Il est temps que les oppositions républicaines stoppent cette polémique (#Chambord) pour s'inquiéter du vrai danger, le #FN toujours très fort, au vu de ce qui se passe en #Autriche (3 ministères régaliens à des fachos) et de la poussée en #Allemagne du parti #AfD au #Bundestag ».

Et de retouitter (RT) des messages de la même encre, comme des éléments de langage repris par de disciplinés godillots en marche. Ainsi d’une certaine Roberte C. : « Je constate que nous assistons à la discussion la plus vaine la plus inutile,la plus crasse, concernant l'anniversaire du Président. Ce peuple n'a pas d'autres préoccupations que juger, critiquer,envier,jalouser? Pauvre France tu n'es pas prête de te relever avec un tel peuple😣 ».

Un Herve Sc. en rajoutera une couche des plus épaisses : « Les étrangers sont stupéfaits de la médiocrité des médias français où Macron à une cote énorme ! Ils ne comprennent pas cette médiocrité nationale ». Et oui, certains parlent au nom du peuple, des Français, lui, plus ambitieux parle au nom des étrangers, ce qui fait quand même plus de monde !

Le Parti Juche de France est guidé par les exploits du Grand Leader Kim Il-sung et du Dirigeant bien-aimé Kim Jong-il.

Le Parti Juche de France est guidé par les exploits du Grand Leader Kim Il-sung et du Dirigeant bien-aimé Kim Jong-il.

Sauf que le perfide Telegraph titre 'Who is the king?' et le journal britiche de persiffler « Emmanuel Macron, the French president, celebrated his 40th birthday on Saturday night at a sumptuous palace built for a king in the Loire valley, a choice unlikely to dispel accusations that he is the "president of the rich". » Ce qui, traduit à la louche, doit à peu près dire que cette décision de célébrer son 40e anniversaire dans un somptueux palais bâti pour un roi dans la vallée de la Loire est un choix qui ne risque pas de faire disparaître les accusations d’être le "président des riches”.

Bien sûr que ce royal anniversaire – ou ce Noël anticipé – ne méritait pas plus que l’article de la Nouvelle République. Mais le, relatif, tintamarre a surtout été entretenu par les godillots à clous qui ont martelé leurs éléments de langage dans la touittosphère pour dénoncer d’imaginaires bataillons de polémistes, alors que la plupart des opposants s’en tamponnaient le coquillard avec une patte de homard !

* Touitte extatique pour commenter l’entretien de son little big man avec Delacarpette, pardon Delahousse : « Il faut un peu de temps pour se remettre de ce tsunami d'idées, cette boulimie de projets, cette avalanche de réformes achevées, en cours, en gestation, cette formidable certitude de servir, conduire la France dans le bon sens avec les bonnes personnes #MacronJT20HWE »

 

** Un Dominique Reynié, professeur à Sciences Po, nous ressortira la même antienne : « N’est-ce pas la première fois depuis Charles de Gaulle que nous avons un président qui finance sur ses deniers personnels une fête privée? C’est à la fois un progrès et une promesse tenue. Saluons les deux. »

 

NB Les touittes cités ont été copiés/collés.

Repost0
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 10:41
Baliser ou infiltrer

Horreur, malheur ! LREM appellerait à « infiltrer » la manif des insoumis.

Quoi, ceux que lesdits insoumis – pas totalement à tort d’ailleurs – présentent comme des nantis, naguère on aurait dit des bourges, iraient soit bêtement grossir les rangs des manifestants, soit même, chaussés de leurs mocassins à gland, y semer la provocation, en agitant quatre doigts de leur main, pour rappeler sadiquement la 4e place du quasi président à 800 000 voix près.

Bon quand on regarde ce « blog politique » de FR3 occitanie, le « médiacrate » de service cite un courriel, dont « les adresses mails et les noms correspondent bien à des responsables locaux de La République En Marche en Haute-Garonne », qui dit « Soyons nombreux, samedi. Balisons le trajet de la manif. Prenons des photos à adresser à [nom d’un animateur local] qui saura en faire le meilleur usage ». Notre médiacrate de s’interroger sur ce que vont devenir ces photos ? Faut-il lui rappeler que, sauf, quand il s’agit de Mélenchon lui-même qui chasse ses collègues de France-info d’un meeting en plein air sur la voie publique, en principe les manifestants s’exposent publiquement - c'est même le but - et doivent donc admettre qu’ils puissent être photographiés ?

Le blogueur politique de FR3 poursuit : Dans le même mail, il est demandé aux sympathisants LREM de faire un signe de reconnaissance : «  Le 23 accompagnons la manif par ce signe de la main (les 4 doigts de la main) pour rappeler à Jean-Mélenchon qu’il est arrivé 4e à la présidentielle et qu’il n’a aucune légitimité à représenter le peuple. Faisons ce signal et sa signification. Beaucoup au-delà de nos rangs se reconnaîtrons. »

Baliser ou infiltrer

Evidemment nos insoumis attentifs à la mediacratie occitane de s’indigner : « En Marche appelle à « infiltrer » la manifestation de Jean-Luc Mélenchon. Ça flippe grave, là-haut » clame Hélène Franco, relayée par l’ineffable Bruno Gaccio ; ne parlons pas des commentaires du bataillon de suiveurs FI, le plus souvent anonymes bien sûr.

Or,

1°) Le ‘là-haut’ de Mme Franco désigne « des responsables locaux de La République En Marche en Haute-Garonne »

2°) Bien que le médiacrate utilise les mots d’infiltration et d’infiltrer, rien dans ce qu’il cite n’étaye cette affirmation, puisque nos LREM haut-garonnais parle de baliser*, autrement dit de se mettre le long du parcours et non, sauf totale débilité, de venir grossir le flot impétueux qui va déferler sur les rues de Toulouse !

3°) Notre journaliste de FR3 ne semble pas avoir eu la curiosité d’interroger les émetteurs présumés du courriel 

Mais ça permettra à FI, si d’aventure une manif est victime de perturbateurs, de désigner le coupable LREM…

 

 

* Délicieuse variante de la définition du verbe "baliser" tirée du CNRTL : Orner les rues, pour une fête, avec de petits arbres coupés dans la forêt. Baliser les rues pour la Fête-Dieu`` (Canada 1930). Des enmarcheurs, comme des petits sapins, balisant la Fête-Méluche !

- Embrassons-nous !  - Pas sur la bouche !

- Embrassons-nous ! - Pas sur la bouche !

« Macron t’es foutu, Mélenchon est dans la rue ! »

Qui méritera de rester dans les archives comme symptomatique de l’enflure verbale du personnage tout gonflé de son importance !

Déjà mettre sur le même plan la Révolution française et le retrait du plan Juppé ou du CPE est une insulte flagrante à le Révolution ! Quant à prétendre que les Nazis sont tombés par la rue est simplement stupide.

Repost0
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 17:14
Abstentions et élucubrations
Abstentions et élucubrations
L’abstention massive des législatives 2017 : une grève générale civique, proclame Mélenchon !

Si, on y regarde de plus près entre les abstentionnistes « empêchés » plus ceux qui ne votent pas par principe et ceux qui pensaient que les jeux étaient faits, sans oublier ceux qui ne trouvaient pas leur bonheur – y compris donc chez les insoumis – dans l’offre, il faut vraiment beaucoup d’imagination pour y voir une grève générale des électeurs et la qualifier de surcroît de civique !

Donc sur les 51,3% d’abstentionnistes du 1er tour, un très gros tiers, 9 Millions, dit « avoir été empêché(e) de voter pour des raisons personnelles », ce qui n’est pas vraiment l’expression d’un message politique net.  Quant aux 17%, toujours au 1er tour qui prétendent  ne pas s’être senti(e) représenté(e) par aucun candidat, vu la palette, on a bien envie de reprendre les paroles de Belmondo dans A bout de souffle « Si vous n’aimez pas la mer, si vous n’aimez pas la campagne, si vous n’aimez pas la montagne, allez vous faire foutre ! ».

Bien sûr au 2e tour (57,3 % d’abstentions), on comprend mieux que plus de 8 millions ne se soient pas retrouvés dans les candidats encore en lice, mais ce nombre global regroupe aussi bien du FN que du FI, du PS que du LR, etc., selon les circonscriptions, voire, comme dans la nôtre, un choix entre un macroniste officiel et un valssiste rallié à Macron. Les empêchés, à 7,3 millions, ont fondu d’un tour à l’autre.

Que dire des 5 puis 4% (quasi le même nombre d’ailleurs d’un tour à l’autre) qui estiment que seule compte la présidentielle ? Leur prêter une quelconque insoumission semble assez hardi. Même chose d’ailleurs pour les 14 puis 15% qui estimaient la victoire des candidats LREM ou assimilés inéluctable. Au mieux ou au pire, selon le point de vue, peu enthousiasmés par cette prévisible victoire, cela n’en fait pas cependant des troupes de choc prêtes à en découdre.

Les 6% qui d’un tour à l’autre ne se retrouve pas dans le mode de scrutin, les adeptes donc de la proportionnelle (mis à part quelques disciples d’Etienne Chouard, pour le tirage au sort), aspirent sans doute à une VIe République, mais est-ce celle que préconise Mélenchon ?

Abstentions et élucubrations

Faudrait-il voir dans les 11 puis 9% qui affirment « ne plus avoir envie de voter aux élections quelles qu’elles soient » – 2,5 millions d’abstentionnistes perpétuels – des disciples de Badiou, des rebelles en puissance, qui font fi des oripeaux de la démocratie bourgeoise ?

Reste donc les 10 puis 9%, nombre remarquablement constant d’un tour à l’autre puisque l’abstention a gonflé : 2 440 000, qui ont voulu « envoyer un message de mécontentement à la classe politique », y compris d’ailleurs aux « insoumis » !

Au-delà des motifs invoqués, l’abstention massive n’est évidemment pas un signe de bonne santé démocratique.

Elle traduit peut-être aussi le désarroi d’une partie de l’électorat, en perte de repères avec l’émergence de cet objet électoral non identifié, ni droite ni gauche mais se disant en même temps droite et gauche, avec un candidat surgi quasi de nulle part, s’appuyant sur un mouvement relevant de la génération spontanée, rien donc qui s’apparente aux règles du jeu électoral habituel. Si l’on ajoute que les primaires, machine à gagner à gauche en 2012, sont devenues des machines à perdre, désignant des outsiders peu fiable pour l’un, peu intègre pour l’autre, donc provoquant des déçus à gauche et des écœurés à droite, on a, en partie au moins, l’arrière-plan d’une abstention qui va ensuite s’identifier dans les motifs fournis par l’enquête.

NB Enquête Ipsos-Sopra Steria pour le Cevipof (Science-Po) et Le Monde menée depuis plus d’un an avec le même échantillon de personnes, porte sur un panel de 16 613 Français interrogés en ligne.

Repost0
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 10:40
MélencHONTE !

Déjà en 2012, il avait fallu que le PCF lui torde le bras pour qu’il se décide à appeler à voter Hollande au 2e tour. Et là où le dilemme pour une personne de gauche n’existe même pas, Mélenchonte continue de tortiller du croupion. L’ex-sénateur PS, Mitterrandiste, retrouve donc ses racines trotskystes et, comme un Poutou, est tenté de renvoyer dos-à-dos la représentante d’un parti dont il demandait autrefois l’interdiction et un Bayrou rajeuni, un centriste qui a su, contre toute attente, nous éviter le choix douloureux entre un Fillon droite extrême et une Le Pen extrème-droite.

Comme l’y invite SLATE qu’il se relise, qu’il relise sa déclaration de 2002 quand, ministre de l’enseignement professionnel du gouvernement Jospin, il appelait à voter Chirac !

MélencHONTE !

Ses séïdes eux ont trouvé le coupable de l’échec de leur lider maximo aux portes du 2e tour : Benoît Hamon ! « Hamon le traître », « Hamon la pute » clament ses doux gazouilleurs qui inondent les réseaux sociaux. Car le pauvre, non content d’atteindre un score quasi deferriste, n’a pas apporté ce maigre score à l’imprécateur. Sauf qu’il a dû échapper à ces insoumis, fort soumis à leur auto-proclamé candidat, qu'Hamon n’était pas, lui, propriétaire de sa candidature, mais mandaté par 4 millions de citoyens. Faut-il d’ailleurs rappeler à ces excités forts insultants – « pays de cons » peut-on lire dans leurs poétiques messages, comme qui dirait que « L’humain d’abord » est passé aux oubliettes de la (petite) histoire – que leur méprisant chef a refusé d’emblée tout rapprochement avec Hamon ? Le lider des insoumis ne tolère que des alliés... soumis !

Mélenchon avait su gommer les aspects les plus rugueux de sa personnalité, ce qui lui a permis de faire une percée remarquable. Cependant, on l’a vu avec l’affaire Joann Sfar, ses troupes de choc, sur les réseaux, faisaient preuve d’un sectarisme des plus agressifs. Chassez le naturel il revient au galop. Appuyé par ses soutiens les plus fanatiques, Mélenchonte retombe dans ses diatribes les plus excessives !

 

 

 

MélencHONTE !
MélencHONTE !
Commentaire du texte de Amine El Khatmi reçu par courriel :
 
"Tout est dit.
 
A défaut d’un gâteau à mon goût, je préfère un biscuit sec plutôt qu’un steack saignant à l’arsenic ! S’abstenir, ne serait-ce pas, finalement, laisser entendre que le F-haine est un parti comme les autres ?"
GG

"Le Pen et Mélenchon ont tous deux fait campagne contre l’Union européenne, contre l’euro et contre l’Allemagne, en partageant une même fascination pour la politique de Vladimir Poutine Le non-choix de Mélenchon rappelle que l’histoire européenne est remplie de ces épisodes où puristes d’extrême gauche et responsables d’extrême droite préférèrent s’allier de facto contre les partis démocratiques de droite et de gauche. Pour le pire.”

Ha’Aretz

Quand Jean-Luc Mélenchon croise par hasard Marine Le Pen
L'échange est très cordial, sous les caméras de "Portraits de campagne", la nouvelle émission politique de Direct 8.
 
 

C'était en 2011, au Parlement européen où, exceptionnellement les grands abstentéistes Mélenchon, Le Pen et Dati étaient là, se croisent et échangent fort civilement.

A noter que la Parti de Gauche va éjecter de la tête de liste Maurice Melliet, aux municipales de 2014 à Périgueux, pour avoir trinqué avec des amis de droite, dont Yves Guéna, ancien résistant, qu'il connaissait depuis 30 ans.

Est-il plus honorable de tailler une bavette avec la dame Dati ou la dame Le Pen que de trinquer avec Guéna ?

 

 

En complément :

un 1er mai de la confusion avec en particulier une fédé CGT aux affiches ignobles et un Alexis Corbière pris à partie par deux électrices de Mélenchon

Repost0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 16:48
Venezuela : Maduro vers la guerre civile ?

Maduro, le médiocre successeur de Chávez, après un coup de force raté contre le Parlement, face à la montée des protestations, veut armer un million de miliciens. Le Président vénézuélien compte sur l’appui de l’armée pour contrer les manifestations de l’opposition.

Nicolás Maduro a annoncé lundi 17 avril 2017 son intention d’armer un million de civils, comme membres de la Milice Nationale Bolivarienne, un corps de soutien des forces armées. La première étape consistera à atteindre les 500 000 miliciens, mais l’objectif final est d’arriver à 1 000 000 de miliciens et miliciennes, organisés, entraînés et armés pour « défendre la paix, la souveraineté et l’indépendance de la nation ».

Maduro assure avoir l’appui de l’armée à la veille d’une grande manifestation organisée par l’opposition mercredi 19 avril. A l’occasion du septième anniversaire du jour de la milice nationale, il a assigné comme rôle aux miliciens de défendre leur quartier, leur territoire, l’état !

Venezuela : Maduro vers la guerre civile ?

La popularité de Maduro est en chute libre et il a dû se résoudre le 1er avril à annuler la décision de la Cour suprême (Tribunal Supremo de Justicia) à sa dévotion de s’arroger les pouvoirs d’une Assemblée nationale dominée par l’opposition. Cette décision avait suscité un mouvement d’indignation et des accusations de “dictature” contre le gouvernement de Nicolás Maduro ; la procureure générale de la République, Luisa Ortega Díaz, a reconnu qu’il s’agissait d’une rupture de l’ordre constitutionnel ; et des pressions ont été exercées par l’Organisation des États américains, dont 19 membres ont signé une résolution dénonçant une violation de l’ordre constitutionnel.

 

Mais, après cet échec, il a commis un autre coup de force : la Cour des comptes, aussi à sa dévotion, a frappé Henrique Capriles, gouverneur de l’état de Miranda, de 15 ans d’inéligibilité, pour des irrégularités de gestion dans sa province. Capriles a été le candidat de l’opposition face à Chàvez, puis à Maduro. Avec Capriles écarté, Leopoldo López condamné à près de quatorze ans de prison et d’autres grandes figures dissidentes poursuivies, harcelées ou placées en résidence surveillée, le chavisme à la Maduro mise aujourd’hui sur la décapitation de son opposition.

Même si le sang doit couler, il n’y aura pas de changement politique au Venezuela.”

Diosdado Cabello

La dissuasion par la peur, telle semble être la nouvelle ligne prônée par Nicolás Maduro.

La journée de la Milice Nationale a cherché à être une démonstration d’unité derrière Maduro. « La Force armée nationale bolivarienne a préservé son unité monolithique, granitique et a affirmé sa loyauté inconditionnelle à Monsieur le Président » a proclamé le Ministre de la défense, Vladimir Padrino López. Et cette Force armée doit se dresser contre les « traîtres à la patrie », c’est-à-dire l’opposition qui réclame la convocation des élections présidentielles.

Venezuela : Maduro vers la guerre civile ?

Depuis plus de deux semaines de protestations, le Venezuela connaît un climat de tension extrême. L’exécutif de Maduro tente d’imputer les épisodes de violences, avec morts et blessés, à l’opposition dont les dirigeants appellent à se mobiliser dans la paix, mais avec force et fermeté pour obliger le gouvernement à lancer le processus électoral. Henrique Capriles a fustigé l’annonce du renforcement et de l’armement de la milice en proclamant que le Venezuela n’a pas besoin de fusil mais a besoin de nourriture et de médicaments. Il réclame la libération des prisonniers politiques, comme Leopoldo López, et l’établissement d’un couloir humanitaire pour apporter l’alimentation et les médicaments dont le pays a besoin.

Tel est donc le paradis bolivarien, cher à Mélenchon. Un pays dont la monnaie, en 2016, a été dévaluée de 75 %, où l’inflation toujours en 2016 est de 500 % et risque d’exploser en 2017. Et où la pénurie règne. S’y ajoute une insécurité endémique qui fait de Caracas la capitale la plus dangereuse d’Amérique Latine. Et Maduro semble se préparer à lancer une véritable guerre civile.

Manifestation 19 avril 2017

Repost0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 17:50
No comment (ou Delenda est PS)
No comment (ou Delenda est PS)

 

PS François Mitterrand définissait ainsi le CERES* "Un faux parti communiste, avec de vrais petits bourgeois"

Leur succèdent aujourd'hui les BOGÔS : vrais petits BOurges qui se la jouent plus à che que moi, je meurs !

 

* CERES : Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste, courant du PS, qui se voulait l'aile gauche du PS des années 70, dirigé par Jean-Pierre Chevènement qui, de dérive en dérive, s'est retrouvé proche de Dupont-Aignan, avant d'être rattrapé par le fond du falzar par Hollande pour diriger la Fondation de l'islam de France...

 

 

NB La bulle n'est pas d'Ouest-France

No comment (ou Delenda est PS)

En complément :

Pourquoi je ne voterai pas Mélenchon

En 2012, j’ai voté et appelé à voter pour Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle. Cinq ans plus tard, je n’en ferai pas de même pour le leader de la France insoumise (FI)....
Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.