Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 10:41
Baliser ou infiltrer

Horreur, malheur ! LREM appellerait à « infiltrer » la manif des insoumis.

Quoi, ceux que lesdits insoumis – pas totalement à tort d’ailleurs – présentent comme des nantis, naguère on aurait dit des bourges, iraient soit bêtement grossir les rangs des manifestants, soit même, chaussés de leurs mocassins à gland, y semer la provocation, en agitant quatre doigts de leur main, pour rappeler sadiquement la 4e place du quasi président à 800 000 voix près.

Bon quand on regarde ce « blog politique » de FR3 occitanie, le « médiacrate » de service cite un courriel, dont « les adresses mails et les noms correspondent bien à des responsables locaux de La République En Marche en Haute-Garonne », qui dit « Soyons nombreux, samedi. Balisons le trajet de la manif. Prenons des photos à adresser à [nom d’un animateur local] qui saura en faire le meilleur usage ». Notre médiacrate de s’interroger sur ce que vont devenir ces photos ? Faut-il lui rappeler que, sauf, quand il s’agit de Mélenchon lui-même qui chasse ses collègues de France-info d’un meeting en plein air sur la voie publique, en principe les manifestants s’exposent publiquement - c'est même le but - et doivent donc admettre qu’ils puissent être photographiés ?

Le blogueur politique de FR3 poursuit : Dans le même mail, il est demandé aux sympathisants LREM de faire un signe de reconnaissance : «  Le 23 accompagnons la manif par ce signe de la main (les 4 doigts de la main) pour rappeler à Jean-Mélenchon qu’il est arrivé 4e à la présidentielle et qu’il n’a aucune légitimité à représenter le peuple. Faisons ce signal et sa signification. Beaucoup au-delà de nos rangs se reconnaîtrons. »

Baliser ou infiltrer

Evidemment nos insoumis attentifs à la mediacratie occitane de s’indigner : « En Marche appelle à « infiltrer » la manifestation de Jean-Luc Mélenchon. Ça flippe grave, là-haut » clame Hélène Franco, relayée par l’ineffable Bruno Gaccio ; ne parlons pas des commentaires du bataillon de suiveurs FI, le plus souvent anonymes bien sûr.

Or,

1°) Le ‘là-haut’ de Mme Franco désigne « des responsables locaux de La République En Marche en Haute-Garonne »

2°) Bien que le médiacrate utilise les mots d’infiltration et d’infiltrer, rien dans ce qu’il cite n’étaye cette affirmation, puisque nos LREM haut-garonnais parle de baliser*, autrement dit de se mettre le long du parcours et non, sauf totale débilité, de venir grossir le flot impétueux qui va déferler sur les rues de Toulouse !

3°) Notre journaliste de FR3 ne semble pas avoir eu la curiosité d’interroger les émetteurs présumés du courriel 

Mais ça permettra à FI, si d’aventure une manif est victime de perturbateurs, de désigner le coupable LREM…

 

 

* Délicieuse variante de la définition du verbe "baliser" tirée du CNRTL : Orner les rues, pour une fête, avec de petits arbres coupés dans la forêt. Baliser les rues pour la Fête-Dieu`` (Canada 1930). Des enmarcheurs, comme des petits sapins, balisant la Fête-Méluche !

- Embrassons-nous !  - Pas sur la bouche !

- Embrassons-nous ! - Pas sur la bouche !

Repost 0
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 18:11
Venezuela : les trucages minables des pro-Maduro

Fusils en main les Forces Armées du Venezuela appellent au dialogue et à la paix !

Le cher Bruno Gaccio – ex-scénariste des Guignols de l’Info du temps de leur splendeur, devenu mélenchonniste fanatique – se fait l’écho de tout ce qui glorifie Maduro. Ainsi cite-t-il le Guardian. Lien exploré, il s’agit d’un courrier d’un lecteur plutôt bas de plafond et absolument pas d’un article du Guardian lui-même. Mais présenté comme tel par notre Gaccio. En toute honnêteté intellectuelle bien sûr ! Et juste après, le vla qui cite un touitte d’un certain Olivier Berruyer. Non rien à voir avec Béru, le Bérurier de San Antonio. Il n’a pas du tout la tête à cela, l’actuaire. Mais il tient un blog – Les Crises – loué par Emmanuel Todd, Jacques Sapir, Lordon et Ancelin ! Que du beau monde, avec en prime Arrêt-sur-Images de Schneidermann pour faire chorus.

Comme le Berruyer m’a « bloqué », à l'instar d'un toubib médiatique, j’ai jeté un coup d’œil sur son blog aux si prestigieux parrainages. Et je tombe sur un article intitulé « Cinq mythes sur la crise (et ce qui se passe réellement au Venezuela), par la BBC », 31 juillet 2017. Du Gaccio en mieux encore, car Daniel Pardo, l’auteur, lui, est bien journaliste de la BBC. Il fait un peu le point sur trois années passées au Venezuela.

De mal en pis

L’article lui-même veut nuancer des affirmations péremptoires sur la crise vénézuélienne.  Mais il démarre quand même par ce chapô : « Lors des trois dernières années, la crise au Venezuela est allée de mal en pis (de castaño a oscuro). »

"Cola" = queue, pour trouver quelques rares produits
"Cola" = queue, pour trouver quelques rares produits

"Cola" = queue, pour trouver quelques rares produits

Le premier mythe auquel il s’attaque est la supposée famine au Venezuela. Il ne s’agit pas de la famine telle qu’elle est définie par le programme alimentaire mondial des Nations Unies. Cependant, 43% des ménages subissent une pénurie de produits de base tels que le riz, la farine ou le lait. Et la malnutrition touche entre 20 et 25 % de la population.

Venezuela : les trucages minables des pro-Maduro

Le deuxième mythe serait que le Venezuela serait devenu Cuba. Outre la situation géographique – le Venezuela n’est pas une île et en plus des dizaines de milliers de personnes qui vont se ravitailler en Colombie, l’émigration massive se fait par la terre ferme – Pardo met en avant le secteur privé encore présent. Mais il souligne cependant la cubanisation que reflètent les files d’attente pour acheter des produits rationnés. Et il note restrictions et expropriations de l’État qui exerce un contrôle croissant sur l’économie, avec la militarisation du gouvernement.

Est-ce une dictature ? Le journaliste note qu’il y a une opposition, même si elle est empêchée d’exercer ses droits politiques (et que certains de ses membres sont emprisonnés ou assignés à résidence). Il y a une presse d’opposition mais privée du papier pour imprimer et dont beaucoup de journalistes sont poursuivis.

Venezuela : les trucages minables des pro-Maduro

Qu’en est-il du rejet de Maduro ? Selon diverses enquêtes, Maduro est soutenu par 20 à 30% de la population. Mais quand on interroge en off des chavistes qui, dans les sondages, disent soutenir Maduro, "la parole se libère et coule alors un flot d’insultes contre le Président". Leur soutien est motivé par la peur de perdre des avantages sociaux (bons alimentaires, pension, logement, etc.).

Le dernier mythe repose sur une réalité l’insécurité mortifère du pays en général et de Caracas en particulier. Une réalité mais qui n’empêcherait pas la vie quotidienne de se dérouler.

L’article a provoqué des commentaires de haute volée – ânonymes bien sûr. Ainsi un 'Toff de Aix' (sic) nous assène que « Nous en sommes au point où la narrative (resic) officielle sur la “dictature venezuelienne” se heurte au mur de la réalité. » et entre autres monstruosités : « Il y a la famine au Venezuela, mais il y meurt moins de gens de faim et de froid que dans notre “beau pays des droits de l’homme”. » (On conviendra qu'en ce qui concerne "mourir de froid" ce Toff a parfaitement raison). Et quand il ajoute que Maduro a « fait élire une constituante avec un système électoral non truqué, internationalement reconnu comme valide par la CEO(?) », devant un tel degré de malhonnêteté délibérée on ne peut que tirer son chapeau. Un peu probable Kazhim, lui, pense que « les pauvres du vénézuela ont plus de liberté et de droits que les pauvre d’Angleterre. » Quant à Pepin Lecourt, il affirme que « Pour la faim, petit rappel aux USA il y a chaque jour en moyenne 46 millions de personnes devant faire la queue, souvent dès 6 heures du matin devant la Soupe Populaire ( Source BusinesBourse ) et un américain sur 7 déclare se coucher en ayant encore faim (source Joseph Stiglitz* dans ” Triomphe de la cupidité) “performances” que l’on évite soigneusement d’évoquer dans nos médias. »

Trucage

Sauf que si l’article est authentique, le cher Berruyer a procédé à un petit trucage, tout simple : 5 mitos sobre la crisis en Venezuela (y lo que pasa en realidad) est daté du 21 julio 2016, sa traduction parue le 21 août 2017 est datée, elle, du 21 juillet 2017 ! Et entre temps il y a eu l’élection truquée d’une assemblée constituante – faut-il encore rappeler que la Constitution actuelle est l’œuvre d’Hugo Chavez ? – véritable coup d’état institutionnel de Maduro et sa clique.

Sans médicaments pas de santé !

Sans médicaments pas de santé !

Et Berruyer a oublié de faire traduire d’autres articles de Daniel Pardo. Ainsi, dès mai 2016, sous le titre « tes patients meurent parce que tu n’as pas de quoi les traiter », mots qu’il met dans la bouche d’une Docteure d’un des plus grands hôpitaux de Caracas, décrit il l’état lamentable du système de santé faute de produits et surtout de médicaments. La fédération pharmaceutique vénézuélienne affirmait qu’en avril 2016, 85 % des pharmacies ne disposaient plus des médicaments de bases et que seulement 5 % des hôpitaux pouvaient opérer dans des conditions normales.

Venezuela : les trucages minables des pro-Maduro

Il oublie aussi, bien sûr, de parler de l’ex-procureure générale, Luisa Ortega Díaz,  une femme qui naguère parlait d’Hugo Chávez comme l’homme le plus humaniste qui a existé sur cette planète (“hombre más humanista que ha existido en el planeta”) a dû, avec son mari, député, chaviste comme elle, demander l’asile politique en Colombie.

Et ceux qui ont l’indécence d’oser comparer cette ganache de Maduro à Allende oublient que c’est la bravache qui tient l’armée. Si Pinochet il y a, il viendra de son propre camp !

Venezuela : les trucages minables des pro-Maduro

Et ni Gaccio, ni Berruyer (et encore moins leurs hyaineux commentateurs) n’ont entendu parler du rapport du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) qui dénonçait début août l’effondrement de l’état de Droit « dans un climat d'attaques constantes du gouvernement contre l'Assemblée nationale et la procureure générale » et depuis la situation s’est aggravée puisque l’Assemblée nationale est privée de tout pouvoir et la procureure générale a été révoquée arbitrairement.

Rapport qui fait également état d’arrestations arbitraires d’au moins 5000 opposants, avec usage de la torture !

Pour Gaccio et la clique désinformatrice l'ordre règne à Varsovie, pardon à Caracas !

 

 

*Stiglitz en 2007, du temps où Chavez peaufinait une Constitution que Maduro veut mettre à bas, proclamait: “Crecimiento venezolano es impresionante” (la croissance vénézuélienne est impressionnante) ; aujourd'hui que dit-il sur l'impressionnante dévalorisation de la monnaie, l'inflation galopante et les pénuries généralisées ?

 

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:54
Natacha Polony victime du Ku Klux Klan ?

C’était le 1er novembre. Natacha Polony dans un touitte tentait de faire dans ce qu’elle croyait être de l’humour à la Zemmour. « Leonarda de retour en France pour la fashionweek » légendait-elle une photo d’une femme en haut des marches d’une bouche de métro, photo représentant une mendiante rom (pour elle) un plaid autour des jambes, portant en grosses lettres la griffe Givenchy.

 

Elle était si peu sûre de la qualité de son humour que, essuyant des commentaires peu acerbes, elle retirait piteusement l’image et sa légende : « Bon, une photo insolite envoyée par un ami et un trait humour pas très drôle. C'est tout. ».

 

Entre temps, elle s’était fait allumer par Rue 89 et par deux chroniques du « Plus », une annexe du Nel Obs. « Avec ce dernier tweet, elle prouve qu’elle est la représentante de la France rance. » « La France rance, la France moisie, a-t-elle table ouverte, avec rond de serviette, comme si de rien n'était, sur France 2 ? » Question insolite, au demeurant, car Polony ne fait pas pire que son prédécesseur Zemmour.

 

« Que Polony dérape, quoi de surprenant ? Mais il y a peut-être des sujets de préoccupations plus brûlants, comme la série d'attaques dont a été victime la garde des sceaux »avais-je commenté un des articles.

 

Diatribe hargneuse de la dame Polony dans Marianne.

 

Tel Finkielkraut, après son fameux « black, black, black » craignant de se faire virer de France culture, la dame a dû serrer les fesses quelque temps. Mais, bien qu’ayant reconnu sa bêtise, elle contre-attaque dans son ex-hebdo, où chevénementiste à l’époque, elle a sévi naguère. Et comme Finkielkraut encore, elle joue les victimes. Grand classique d’ailleurs à Marianne que cette dénonciation rituelle de la pensée unique et du politiquement correct.

Natacha Polony victime du Ku Klux Klan ?

Elle s’en prend donc au "chœur des indignés hurlant au scandale avec les termes consacrés: «dérapage», d’abord, et puis nauséabond, immonde". Puis elle s’en prend plus précisément  à un article sur le site du Nouvel Obs et un autre sur Rue 89 («Natacha Polony :la France rance») : "je suis flattée de savoir que j’incarne la France, qui, elle, bien sûr, peut être insultée sans vergogne." On retrouve là la thématique identitaire la plus vulgaire, chère à Zemmour, entre autres, sur la France que les vilains allochtones font rien qu’à insulter. "Ah, le jour de gloire pour ces militants du Klu Klux Klan de la juste pensée, Natacha Polony enfin débusquée dans sa tanière crypto lepéniste", ajoute-t-elle aigrement.

 

Aurait-elle lu les dizaines de commentaires qui suivaient les chroniques du « Plus », elle aurait constaté qu’elle bénéficiait de soutiens de fait des plus immondes.

 

Polony : la voix du peuple !

 

Mais c’est là sans doute la voix de son "peuple". Car la chroniqueuse a le soutien du peuple. Pensez-donc, sur le site du Parisien, sur 12637 votants, 83,7% répondaient ne pas avoir été choqué par le touitte. Gageons que si la question avait été posée à Valeurs actuelles, on friserait le 100%. "Les grands Inquisiteurs ès-humour se rendent-ils compte de ce qu’ils sont en train de faire? Savent-ils que chacune de leurs condamnations blesse un peuple déjà largement exaspéré?" Eh oui ! Natacha n’est peut-être pas l’incarnation de la France, mais elle est celle du peuple !

 

La conclusion vaut son pesant de cacahuètes, avec d’abord un très giscardien : Je ne vous laisse pas le monopole du rire, parce que je ne vous laisse pas le monopole du cœur. Suivi du refus assez classique d’un clivage gauche-droite aussi obsolète que vos fantasmes anti fascistes. Pour terminer sur une envolée d’un lyrisme pompier où elle refuse de s’excuser de chérir la France, son histoire, ses paysages, et tous ceux, d’où qu’ils viennent, qui l’aiment assez pour vouloir en perpétuer l’âme.

 

Pour le rire, elle convenait elle-même qu’elle n’était même pas drôle. Pour le cœur, la douce dame ne cède pas aux tentations compassionnello-boboïdes envers Leonarda et les Roms. Et politiquement, si incorrecte qu’avec Madame Boutin ou M. Barbarin, mais pour de hautes raisons anthropologiques, elle a pourfendu le mariage homo, elle est comme le centre défini par Mitterrand, ni de gauche, ni de gauche.

 

Sa diatribe hargneuse, avec cette allusion plus bête que méchante au Ku Klux Klan, est motivée par l’humiliation ressentie quand, lâchement, elle avait fait amende honorable par crainte de se faire virer de FR2.

N'achetez pas les romans de Sartre : avec Minute vous aurez les Mains sales et la Nausée (Desproges)

N'achetez pas les romans de Sartre : avec Minute vous aurez les Mains sales et la Nausée (Desproges)

P.S. Le « Grand Journal » de C+ réunissait Bruno Gaccio et Natacha Polony ; la chroniqueuse a repris – en mineur – sa diatribe de Marianne, sortant, entre autres, que si la photo et son commentaire étaient parus dans Charlie Hebdo, ça n’aurait provoqué aucune réaction.

Puis la « une » abjecte de Minute lui a été soumise : condamnation totale de la dame. Alors Gaccio, sans avoir l’air d’y toucher, a commenté : Minute est un journal raciste, cette une est sans l’ombre d’un doute raciste ; Charlie-Hebdo, sans conteste, n’est pas raciste ; s’il avait fait une une de ce style, on l’aurait peut-être jugée de mauvais goût, mais pas raciste.

Aucun plan sur Polony ne nous a permis de voir si elle avait compris le message : oui, dans feu Harakiri, le vrai, photo et commentaire auraient été dans le ton volontairement « bête et méchant » du mensuel ; mais dans un touitte Polonyesque, il n’est que bête et révèle – dans la meilleure hypothèse – son mépris trivial, très partagé par le « peuple » auquel elle se réfère, pour les roms.

Polony, Brezet, Kahn... Quand la Star Réac Academy envahit la Mutualité

21/10/2015 Challenges

Le meeting baptisé "Peut-on encore débattre en France?" a vu se rassembler à la Mutualité tous les réactionnaires de droite et de gauche, désormais unis dans le combat contre la gauche héritière de Mai 68.

Ambiance Croix de Feu et Bleu horizon à la Mutualité. Ce n’était pas un meeting sur le débat public en France, mais le défilé aux flambeaux de la Réac academy.

A la tribune de la Mutualité ce mardi soir, on pouvait contempler le rayonnement de Natacha Polony, nouvelle grande prêtresse de l’Ame nationale. Avec elle, un aréopage de barbons cacochymes (…) les glorieux Anciens combattants de la France d’avant, les Kahn, Julliard, Slama et les autres…

Oui, elle était là cette France moderne mais enracinée dans le terroir culturel bien de chez nous, pour défendre le débat bien de chez nous, entre nous, avec des sujets renouvelés et inédits: le FN, les musulmans, le terrorisme et la laïcité.

Tous étaient venus défendre Zemmour, Finkielkraut et Onfray, les Poilus de la liberté d’expression, les Soldats bien connus de la lutte contre l’envahisseur sociétal et progressiste.

Ce fut, sans le dire, le procès de Laurent Joffrin(...) Le procès de la vilaine gauche, qui a engendré Mitterrand et Hollande, l’Europe et la social-démocratie, SOS racisme et le mariage pour tous, Attali et le Rap, Terra Nova et Libération, le Nouvel Obs et l’IVG, Taubira et les gay-friendly, "Vive la crise" et Yves Montand en économiste politique…

 

Bruno Roger-Petit (extraits)

Repost 0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.