Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 07:39
... pour un grand livre

Voulez-vous lire un immense roman qui pourrait être la matrice de « Games of thrones » (sans les dragons) et de « Dallas » réunis, à ceci près que les méchants sont punis et les bons récompensés ?

 

Voulez-vous savoir ce qui se passe dans la tête et dans le cœur d'un homme quand sifflent les balles, que tombent les boulets, que la fumée des canons forme un tel brouillard qu'il y voit moins bien que Fabrice à Waterloo ? Ou la veille de la bataille, quand on sait qu'on mourra peut-être quelques heures plus tard, et qu'on chante avec ses compagnons d'armes ? Et voulez-vous savoir ce qui se passe dans la tête et dans le cœur d'une petite jeune-fille de quatorze ou quinze ans, qui va à son premier bal, dont les bras sont encore trop maigrelets pour emplir la manche de sa robe, et que sa poitrine ne remplit pas davantage son corsage, mais qu'elle se rend compte soudain qu'un homme jeune et beau, riche qui plus est, celui que toutes celles qui sont déjà plus femmes qu'elle regardent à la dérobée, a les yeux sur elle plus souvent qu'il ne faut, et qu'il se dirige vers elle pour la première valse ?

 

Vous êtes-vous déjà demandé comment, après Hegel, vous pouviez penser l'Histoire telle qu'elle se fait ? Quel crédit il faut accorder aux grands hommes et aux grands stratèges ? Jusqu'à quel point ils sont responsables des victoires ou des défaites qu'on leur impute ?

 

A moins qu'il ne faille les imputer aux peuples eux-mêmes, à leur « âme ». Mais cela existe-t-il ? ces mots ont-ils un sens ? Si tel est le cas, le véritable grand homme est celui qui ne fait rien, qui prend seulement soin de ne pas contrarier l'Histoire en marche, qui recule quand les temps lui sont défavorables pour limiter les pertes, et qui avance avec prudence quand les vents sont porteurs, pour ne pas gaspiller ses forces.

 

Ces quelques lignes vous inquiètent. Vous n'avez pas envie de philosopher. Vous avez envie de passions, à la manière d' « Autant en emporte le vent », d'amours, de haines, de ruines soudaines et de fortunes inattendues. La petite part un peu midinette de votre cœur, que vous soyez homme ou femme d'ailleurs, veut s'émouvoir, pleurer avec André, trembler avec Pierre, elle veut passer du rire aux larmes avec Natacha, se laisser un instant séduire par un beau ténébreux plus voyou que gentleman, ou haïr la séduisante Hélène, ce mauvais ange aux formes généreuses, sotte comme tout, et que la foule de ses admirateurs créditent d'un bel esprit.

 

Et vous voulez savoir comment d'adolescent fantasque on devient homme, comment les épreuves vous brisent ou vous apprennent comment vivre ? Et comment mourir ? Et la vie n'est-elle pas une force qui nous dépasse, qui, lorsque le malheur vous broie, après un temps, surgit malgré soi au coin d'un œil, et qui, sans que vous l'ayez voulu, et malgré tous vos stratagèmes vous emporte et vous amène des larmes du deuil aux soupirs amoureux ?

 

Un peu de « Games of thrones » un peu de « Dallas », pas mal d' « Autant en emporte le vent », quelques gouttes d'eau de rose, un peu de philosophie, quelques règlements de compte avec des contemporains, sur seize cents pages. Je les avais lues il y a 35 ans de cela, et j'avais tout oublié. Je les ai demandées en cadeau de Noël et je me suis dit, « c'est bien, j'en aurai pour un an au moins ». Ça m'a tenu trois mois.

C'est « La Guerre et la Paix », d'un certain Léon TolstoÏ. Ça ne fait rien, je vais attaquer le 3ème tome de la trilogie de Peter May, ouverte avec L'Ile des chasseurs d'oiseaux et continuée avec L'Homme de Lewis, autant de tragédies grecques sur les Hébrides écossaises, dans la pluie, le vent et la tourbe.    

 

Pascal Bouchard*

 

Léon Tolstoï La Guerre et la Paix

Éditeur : Pierre Pascal Traducteur : Henri Mongault Index historique par Sylvie Luneau Parution le 12 Mars 1945  Réimpression 2008, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1696 pages.

 

 

  * Pascal Bouchard (ToutEduc), auteur notamment d'un indispensable Anti-manuel d'orthographe, a déjà contribué à « Mes lectures favorites » (MLF) avec Un jour de colère (08/04/09) "Le principal, il nous aime pas", un livre exceptionnel (28/03/11) "Un Sujet français" (18/09/11)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.