Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 17:58
La chasse à courre

En complément un courrier de Jean Baubérot.

Sus au Plenel ! Haro sur Boniface ! Les accusations de turpitudes à l’encontre du frère Tarik ont été le prétexte pour lancer la grande chasse à courre contre les idiots utiles, les compagnons de route, les islamo-gauchistes. Bizarre alliance où l’on trouve le Figaro, Marianne et Charlie réunis. Taïaut ! Taïaut !

Précaution oratoire (indispensable, mais qui je le sais, ne suffira pas à échapper à l’appellation d’idiot utile) M. Ramadan ne m’inspire aucune sympathie particulière. Mais quand il dit, par exemple – je cite de mémoire – « Le Coran exige que la femme soit voilée, mais chacune est libre de le faire »,  si d’autres experts ès Coran mettent en doute cette obligation, laïquement je m’en tamponne. Que telle religion interdise le cochon, ou édicte toute autre prescription, c’est son problème. A condition bien sûr que ça ne soit pas contraire à la loi et que les ouailles ne soient soumises à aucune obligation autre que morale. A condition surtout que ces religions n’essaient pas d’imposer leurs interdits ou prescriptions à l’ensemble de la société. Vous réprouvez le mariage entre deux personnes du même sexe, ne bénissez pas ces unions si ça vous chante ; mais n’empêchez pas la société d’ouvrir cette possibilité à celles et ceux qui la réclament. Et l’on voit qu’il y a encore des combats laïques à mener par exemple sur le droit à mourir dans la dignité !

Pour en revenir au Frère Tarik, comme dit  Mme Fourest, quand il sort des sottises sur l’excision ou  demande un moratoire (!) sur la lapidation, ses propos sont évidemment exécrables et condamnables.

La chasse à courre

Une affaire prétexte

Mais tout cela ne date pas d’hier. Non, voilà qu’après l’affaire Weinstein, éclate une affaire du même type, visant Ramadan. Une puis deux accusations de viols très violents, puis des accusations de détournements de mineures. Comme d’habitude, les cagots remettent sur le tapis DSK et Polanski. Comme d’habitude aussi, certain-e-s, Madame Fourest en tête, disant qu’ils-elles le savaient. Mais ne pouvaient rien dire. Et du coup emballement, Le Figaro en tête, Marianne ensuite, et Charlie enfin – L’OBS va ensuite se glisser dans l’équipage avec en particulier un article assez crapoteux sur Boniface - se servent de cette affaire (qui reste encore à juger) comme prétexte pour abattre les affreux multiculturalistes, qui portent atteinte à notre République universaliste.

Et Manuel Valls, le pourfendeur de l’observatoire de la laïcité, prend la tête de ce qu’il espère être la curée.

La chasse à courre

"Tariq Ramadan ne sera jugé ni pour ses idées, ni pour adultère (encore heureux !), mais pour viol, violences sexuelles et menaces. C’est pour cette (…) raison que j’ai trouvé la Une consacrée à Edwy Plenel problématique. Le souci, à mes yeux, réside moins dans le dessin que dans sa légende : « Affaire Raman, Mediapart révèle : ‘‘On ne savait pas’’ ». Les mots ont un sens, et, dès lors qu’on se rappelle que l’ « affaire Ramadan » est une affaire de viol, on admettra que le sous-entendu, fût-il involontaire, est indéfendable : il ne fait pour moi aucun doute qu’Edwy Plenel (et Mediapart avec lui) n’avait aucunement connaissance des faits précis dont on accuse Tariq Ramadan. Reprocher à Edwy Plenel son attitude vis-à-vis de Tariq Ramadan est une chose, le faire en lien avec une affaire de viol en est une autre […]"

MARYLIN MAESO  Je ne suis pas Charlie, donc, je suis avec Charlie

Ainsi, à Hervé Hamon qui commentait la Une de Charlie sur Plenel par : « Je ne suis pas du tout Charlie cette semaine. Indigne et indigent, (…) J'ajouterai que ça sent la chasse aux sorcières, style Hoover dans les années 50. Beurk! », un commentateur dénonce « La curieuse connivence intellectuelle (attestée par de nombreux articles ou documents de toutes sortes) entre Tariq Ramadan et ce qu’il représente, avec une certaine gauche dont E. Plenel, P. Boniface, E. Morin, le journal Le Monde (qui n'oublie jamais de citer T. Ramadan avec toutes appellation de pacotille), J. Baubérot*, V. Geissler, R. Liogier...et tant d'autres est sidérante, leur capacité à biaiser systématiquement le débat sur la réalité islamique ne l’est pas moins. » Et quand je lui demandais ce que Baubérot venait faire là, il ajoutait : « On parle de connivence intellectuelle objective entre T. Ramadan et une certaine gauche qui ne veut pas voir ces perturbations sociétales, ou si elle les capte les tient sous silence ou les minimise alors qu’en l’occurrence il s’agit de coups de boutoir répétés à l’encontre d’éléments socles, fondateurs du pacte républicain. J.Baubérot est de ceux-là. »  On notera cette « connivence objective » qui rappelle de vieux souvenirs, mais toute cette soupe a un goût de brouet réchauffé de la guerre froide.

Ici il s’agit de haines recuites. Et le reproche fait à Plenel de ne pas avoir dénoncé un scandale – pour le moment d’ailleurs non jugé – est des plus cocasses, s’il n’était pas quand même sordide, quand ceux qui l’accusent, Le Figaro, Marianne, Charlie, l’ont eux-mêmes ignoré (ou, comme Mme Fourest, n’ont rien pu en dire). Ils n’ont sans doute pas manifesté avec toute la véhémence attendue par la meute leur indignation devant les accusations dont le p(r)êcheur faisait l’objet. Et le prétexte était donc tout trouvé pour lancer la chasse ! Taïaut !

 

 

PS Dans la meute je suis tombé sur un chien particulièrement hargneux et quelque peu vicelard dans l’insinuation calomnieuse d’antisémitisme (car là c’est l’angle choisi en particulier par Valls)  « Je vois que tu fais, comme beaucoup de France insoumise*, l'amalgame Marianne/le figaro. Tu ne dis rien sur Mediapart qui est totalement muet comme E Pleynel ami de Ramadan... Cet organe de presse doit te convenir.. Moi je fais avec tout.. Après le procès de la presse bourgeoise que tu fais , je trouve que jouer les martyre offensé en rajoute un peu. Quant au commentaire que tu as fait sur mon autre publication, je trouve qu'il met en cause mais ça doit être un hasard (qui fait bien les choses) des personnalités juives. Moi je suis totalement laïc et athée. Je n'attaquerai jamais les gens pour leurs origines ou pour leur religion pour autant que cette religion ne porte pas atteinte à la liberté de chacun et chacune. » (copié/collé, c'est moi qui ai mis en gras).

J’ai eu beau relire les commentaires que j’avais pu faire sur une publication de la même encre du Monsieur je n’ai pas vu à quelle personnalité juive (sic) il faisait allusion.  Certes dans l’article sur Valls et l’observatoire de la laïcité, auquel il fait peut-être référence, je critique des propos de Mme Badinter : là on voit bien le procédé franchement dégueulasse qui consiste à m’accuser implicitement d’anti-sémitisme pour une controverse sur religion et sphère publique et privée. Mais c’est celui de Valls qui assimilant critique de la politique de Netanyahu avec de l’antisionisme et l’antisionisme avec antisémitisme ferait de Charles Enderlin un antisémite !

 

* Sur ma prétendue appartenance à la France Insoumise, je renvoie à quelques articles où j'affiche mon mélenchonnisme forcené ici ou (pour ne prendre que deux articles récents)

 

NB Faut-il préciser aussi que je n'ai pas de sympathie particulière pour Plenel qui, du temps où il dirigeait Le Monde, m'a fait fuir quelques temps la lecture de ce journal ? Et que je ne suis pas abonné à Mediapart. Donc je suis autant Plenelien que Mélenchonniste.

* Jean Baubérot m’a fait l’honneur de réagir à ce papier où je citais un commentateur de la page facebook d’Hervé Hamon écrivain :

 

"J'ai donc lu, dans la note d'aujourd'hui, qu'un "commentateur" me mettait en cause. (…)

 

"En même temps", comme dirait l'autre, ce qui me rassure c'est que si, en France, je suis parmi les personnes qui attaque les "éléments fondateur du pacte républicain", il me semble que notre République n'a vraiment pas d'inquiétude à se faire.

 

En revanche, je dirai que "dame bêtise" (pour paraphraser J. Brel), elle, doit être ravie. Le dit commentateur a-t-il lu _La laïcité expliquée à M. Sarkozy... et à ceux qui écrivent ses discours_ (Albin Michel 2008) sinon, l'ouvrage lui-même (n'en demandons pas trop!) du moins les "dix commandements que doit se réciter, chaque matin, un président de la République laïque" (p.217-221) et, surtout, dans _La laïcité falsifiée_ (La Découverte, paru au début de 2012, au moment de la campagne présidentielle, réédité en poche en 2014) le chapitre sur "Un programme républicain pour refonder la laïcité" (p. 121-144) ? Je serais très intéressé à savoir ce qui sape le pacte républicain dans mes propositions: serait-ce la demande de lois permettant de "nouvelles libertés laïques" comme "la possibilité [non acquise quand je rédigeais mon livre] du mariage entre personne de même sexe, l'autorisation de la recherche sur les cellules souches, et plus généralement des avancées en matière de bioéthique, le droit de mourir dans la dignité par la possibilité de choisir l'euthanasie" (p. 134), ou encore la refondation de la HALDE, la suppression des cours confessionnels de religion en Alsace-Moselle et la mise en route d'un processus, dont je fixais la fin à 2019, pour sortir ces départements du régime concordataire (p. 138) ?

Serait-ce la mise en cause "des élus locaux" qui "tiennent un discours absolutiste sur la laïcité " et "ont une toute pratique" qui consiste à "déléguer la  construction de la paix sociale à des autorités religieuses" (p. 141) ? Serait-ce, enfin, la demande "que les convictions philosophiques non religieuses soient traitées à égalité avec les religions " alors que, "paradoxalement, cela n'est souvent pas le cas en France" (p. 142) ? Je ne demande qu'à être éclairé par une argumentation si possible un peu rationnelle. Mais sans doute est-ce trop demander !

D'une manière générale, ce qui me frappe dans cette affaire, c'est que parmi des centaines, voire de milliers de témoignages mettant en cause autant de personnes, il y a comme une sorte d'entonnoir qui - in fine - attaque des gens qui n'ont rien à voir avec les accusations portées et permet d'éviter tout débat démocratique sur les positions des uns et des autres.

Pour ma part, ce que j'ai envie de dire à toutes les femmes qui voudraient parler avec moi du sujet, c'est : habillez vous comme vous le voulez, jupe au ras des fesses ou foulard sur la tête, mais surtout faites jouer votre libre-examen, faites en sorte que ce soit votre propre décision et non pas le fait de suivre la mode ou d'être influencée par un leader charismatique. Construisez-vous des choix libres, ce qui n'est pas une mince affaire, c'est même une démarche jamais achevée. Et, naturellement, cela ne concerne pas, loin de là, que l'habit, même si la société hypertrophie cet aspect.

 

[…]

 

Jean Baubérot

 

Courrier mis en ligne avec l'autorisation de l'auteur, les seuls passages supprimés étant personnels.

 

Pour compléter un article de Jean Baubérot sur son blog :

Laïcité et démocratie, l’enjeu de la polémique Charlie,Valls, Mediapart

 

et une tribune de Philippe Corcuff

Charlie, Mediapart, Valls, Filoche et les autres : la gauche déboussolée

 

Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 20:42

adoption-homo3

Si l’on en croit Le Figaro et l’IFOP, les Français sont contre l'adoption homo. Bizarrement, au lieu de mettre en relief les 52 % de contre, le journal sous-titre « Ils n'y sont favorables qu'à 48 % ».


L’IFOP avait cependant fait mieux avec un sondage en septembre puisque du coup, seuls 34 % étaient d’accord pour que « les couples homosexuels puissent adopter des enfants ». Ce sondage était réalisé pour le compte d’une Association « Les adoptés ». Association assez mystérieuse, et qui revendique que les adoptés, qu’elle prétend représenter, "soient consultés par les organes officiels sur les questions politiques liées à l’adoption". Une présidente dont une parfaite homonyme fait partie de l’Association des parents (APEL) de l'école privée St-François d’Eylau (XVIe arrondissement) où elle s’occupe d’organiser en début d’année scolaire l’accueil des nouvelles familles grâce à un parrainage, un pique-nique au jardin du Pré-Catelan, un cocktail de rentrée à l’école. Association qui avait les moyens de se payer, comme Le Figaro, un sondage IFOP ! Avec un questionnement assez singulier. La question n’était pas tout bêtement du style « êtes-vous pour que les couples homosexuels aient le droit d’adopter des enfants ? », mais plus contournée :

Vous savez que le Gouvernement veut légaliser le mariage homosexuel et l’adoption d’enfants par des couples de même sexe. A ce propos, lequel des deux principes suivants vous semble devoir être garanti prioritairement 

Il faut que les enfants adoptés puissent avoir un père et une mère ?

Il faut que les couples homosexuels puissent adopter des enfants ?

S’est ajoutée une réponse non suggérée : Les deux principes sont aussi prioritaires l’un que l’autre

Il est un peu surprenant que l’IFOP ait accepté de poser une question aussi biaisée, d’autant que le Code civil reconnaît la possibilité pour une personne seule, âgée de plus de vingt-huit ans, de demander l’adoption plénière.

 

Une régression due à l’UMP, aux hommes et aux vieux

adoption-homo sondage

Plus sérieux est le questionnaire pour Le Figaro, qui s’inscrit dans une série de sondages.

Vous personnellement, pensez-vous que les couples homosexuels, hommes ou femmes, devraient avoir le droit en France :

• De se marier ?

• D’adopter, en tant que couple, des enfants ?

Si d’août à octobre, on passe de 65 % à 61 %, pour le droit de se marier et de 53 à 48 pour l’adoption, c’est uniquement par l’évolution des sympathisants de droite, ceux de gauche restant à 81 % pour le mariage et passant de 68 à 69 % pour l’adoption. Il est particulièrement intéressant de noter que les sympathisants du FN sont moins fermés sur cette question de société que ceux de l’UMP. Les « pour » mariage passent de 49 à 47 % au FN et de 46 à 36 % à l’UMP, quant à l’adoption, FN de 38 à 37 %, quasi stable encore, UMP de 38 à 21 %.

Il est loin le temps où les femmes étaient censées se plier aux volontés des hommes (à commencer par celle des curés), puisque sur les deux questions les femmes sont en avance sur les hommes. C’est net sur le mariage 64 % contre 58 %, c’est écrasant sur l’adoption 56 % contre 39 % ! Classique aussi, les 18-24 ans sont aux trois quarts pour le mariage homosexuel et à 59 % pour l’adoption, les plus de 65 ans à 48 % et à 37 %.

adoption-homo2

Vingt-trois, Barbarin mais aussi et surtout Copé, Fillon – pour une fois d’accord – NKM (mais pas Morano), Vanneste et tous les homophobes ont réussi leur coup. Faire croire à droite que leur conception « traditionnelle » voire « naturelle » de la famille du genre papa, maman, la bonne et moi (R. Lamoureux) est la seule possible. Historiquement c’est faux : au haut Moyen âge les rares enfants survivants avait très peu de chances de garder leurs deux parents jusqu’à l’âge adulte, Elisabeth Badinter conte comment les enfants de l’aristocratie étaient confiées à des nourrices parfois négligentes comme celles de Talleyrand et après à des précepteurs, plus tard dans les familles aisées les pensionnats éloignaient les enfants neuf mois sur douze, la grande saignée de la Grande Guerre a laissé des centaines de milliers de veuves élever seules leurs enfants, même sans la guerre la mortalité masculine a laissé beaucoup d’autres veuves avec leurs enfants, de nos jours les familles monoparentales, recomposées, etc. font que ce pseudo-idéal d’une famille bourgeoise est totalement obsolète.

 adoption comme les autres,0

De deux chose l’une : soit on est contre le mariage homo et la question de l’adoption ne se pose plus que marginalement (adoption individuelle) ; soit on est pour, avec tout ce que cela entraîne, notamment l’adoption.Mais aussi, pour les couples de lesbiennes, le recours à la procréation assistée. Faut-il parler pour les couples masculins du recours aux mères porteuses ? Horreur et damnation ! Sauf que, les couples aisés et, pour le moment juste « pacsés », l’ont déjà fait aux Etats-Unis ou ailleurs : si la parentalité peut être refusée à l’un des deux, la paternité peut difficilement l’être au père biologique. Comment refuser à un père le droit d’élever un enfant que sa mère (lui) a abandonné ?  

 

 

 

petition-mariage-pour--tous.jpg

Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 07:40

DSK-figaro2.jpgCoïncidence qui ne peut être que fortuite ou, si vous préférez, le fruit du pur hasard, au moment même où le sortant et ses sbires en font des tonnes sur de peu originales prétendues déclarations de DSK Le Figaro révèle les échanges entre l'ex-patron du FMI et les magistrats Lillois qui, à l'issue de cette audition, le mettront en examen pour «proxénétisme aggravé en bande organisée».

 

« Le Figaro [qui dans le chapô de l’article évoque l’article du Guardian] a pu consulter le procès-verbal de la comparution de DSK le 26 mars dans une caserne de Lille. Une longue partie de chats et souris, instructive sur la stratégie des deux camps. Les magistrats tentent d'obtenir que l'ex-ministre reconnaisse avoir participé à un réseau organisé pour satisfaire ses «besoins sexuels» en recourant à des prostitués. Dominique Strauss-Kahn, lui, campe sur sa ligne de libertinage assumé et s'emploie à contester point par point la thèse des juges. »

 

On a droit au verbatim, le Procès verbal en direct avec vous :

- «Fabrice Paszkowski dit que vous n'étiez pas l'instigateur mais que vous étiez content (…) parce que vous aimez le sexe.»

- «Il a raison de dire que je n'étais pas l'instigateur (…) J'étais content comme je le suis généralement quand des amis m'invitent à faire quelque chose.»

- «Ne pensez-vous pas avoir mis en place ce système de complaisance dans votre entourage dans le but de satisfaire vos besoins sexuels?»

- «(…) Non, je n'ai jamais eu le sentiment d'une quelconque forme d'organisation mise en place et encore moins que cette organisation faisait appel à la prostitution.»

 

On peut supposer que notre grand journal d’investigation a tout le reste d’un long interrogatoire. Car, en effet, Le Figaro nous donne tous les détails sur l’organisation des parties fines (partouzes si vous préférez) avec des copies de SMS échangés entre DSK et ses amis libertins. Ne reculant devant rien, la Pravda UMPiste nous apprend qu’en janvier 2010, selon des échanges de SMS, l'ancien leader politique offre un «cadeau» -une prostituée, selon les soupçons des juges- à l'ex-navigateur et peintre Titouan Lamazou.

 

Les enquêteurs sont d’une pertinence incroyable : ayant employé le mot de « copines » dans un SMS, DSK a droit à cette remarque lors de sa garde à vue: « Si nous vous disons que dans le milieu du proxénétisme, “des copines” est le terme voulu par la bienséance pour désigner des prostituées ou des escort-girls, qu'avez-vous à répondre à cela ? » DSK: «Je ne connais pas le milieu des prostituées.» Plus fort encore : « La juge tente un autre biais: « Florence dit que vous étiez un élément très actif du groupe sur le plan sexuel et que vous étiez très intéressé par les “nouvelles venues”, moins par les anciennes. Qu'en dites-vous ? » - «Sur la première partie, c'est un commentaire que je lui laisse sur mon activité (…) Il est vrai que l'intérêt du libertinage repose en partie sur la nouveauté.»

 

La juge Stéphanie Ausbart de fait n’hésite pas à aller au fond des choses… Elle ne doit pas être submergée de dossiers pour, avec deux autres collègues, consacrer tant de temps à une affaire, certes très médiatique, mais qui, sur le plan judiciaire est quand même secondaire.Et si elle instruit à charge et à décharge, le 2e mot doit être pris dans son acception gaillarde plus que juridique.

 

Le Figaro nous a déjà habitué à de tels exploits : il a été ainsi capable, lors d’un interrogatoire totalement illégal, de l’ex-comptable de Mme Bettencourt de publier, soigneusement caviardé, le PV, photocopies à l’appui, de cet interrogatoire. Inutile de trop chercher la source, le procureur chargé à l’époque de l’affaire était Courroye, qui remontait directement le PV au fur et à mesure à l’étage au-dessus, les policiers faisaient de même et Mougeotte était en ligne directe avec le palais.

 

Ce qui est quand même un peu étonnant, c’est que le sortant et Mougeotte osent encore employer un procédé aussi indigne.

 

Décidément, avec Sarko, le pire est toujours sûr !

Repost0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 14:44

Le ton et le fond

Non, il n’y a pas de contrepèterie dans le titre. Juste une expérience de communication où le ton cache le fond.

 

Prenez deux courriels envoyés à des membres éminents d’une association :

  • le premier, dans lequel est transférée une information, pose une question simple : se fait-on l’écho de cette info ? quatre semaines après aucune réponse…
  • le second, commence par de l’auto-dérision, classique calembour sur mon cerveau lent car le message porte sur un document reçu quelques jours plus tôt, la question est un peu la même – pourquoi ne pas diffuser ce document plus largement ? – mais sur un ton disons plus musclé. Résultat trois réponses, deux quasi immédiates, la troisième deux jours après (sur une bonne quinzaine de destinataires). Les deux premières agressives, seule la 3e répond calmement à la question posée.

Il serait sans doute peu scientifique de tirer des lois absolues sur deux cas ayant une extension réduite.

 

Juste donc des hypothèses.

Pour qu’un message ait une chance d’être lu, il ne doit pas être trop plat, car il n’émergera pas de la masse des courriels reçus. Mais s’il impacte trop, on n’y verra que le muscle du ton sans y goûter la moelle de la question : l’autodérision sera prise pour de l’agression, l’ironie pour une attaque personnelle !

 

Moralité : message plat, ça glisse ; message aigu, ça crispe !

 

Patriotes et français toujours !

« Nous ne sommes pas membres d'une ethnie parce que nous sommes des patriotes français ! »

Tel était le titre d’un éditorial d’une Newsletter (en français dans le texte) dont j’ignore toujours pourquoi j’en suis destinataire. A chaque fois que j’ai tenté de souligner le côté borné d’un article ( ?), j’ai eu droit à des attaques personnelles, mais aucune parution.

Mais là, cette phrase à la Déroulède fait naître comme un cantique laïque :

O Patrie, ô Patrie chérie,
Garde tes enfants de l’épidémie des ethnies !
Entends des fiers républicains retentir le cri:
Patriotes et Français toujours!
Entends des fiers républicains retentir le cri:
Patriotes et Français toujours!
Patriotes et Français toujours!
Que cet hymne patriotique retentisse dans les compagnies républicaines 

de sécurité (CRS) pour que ses membres cognent avec la même équité

le black, le blanc et le beur… et tous les séides de l’anti-France.

 

Le PS ce pelé, ce galeux, d’où nous vient tout le mal

 

Pas besoin d’acheter le Figaro pour lire les meilleurs réquisitoires anti-socialos. Libé suffit.

Deux chroniqueurs maison s’y attèlent avec une constance qui fait plaisir à lire. Marcelle qui a été honteusement privé de sa colonne quotidienne, mais bénéficie encore d’une chronique hebdomadaire. Et Lindon, le samedi.

Delenda est PS ! Lindon rêve de scission : un PSG sous la direction de Mélenchon, voilà qui aurait de la gueule, avouons-le. Et la garantie que la gauche n’irait plus jamais se salir les mains dans les allées du pouvoir.

La vie de la gauche n’en resterait pas moins joyeuse : frères ennemis du trotskysme, soi-disant républicains contre suppôts des communautarismes, verts auto-anthropophages, ça on l’a déjà, et en prime PSD contre PSG.

 

Saint-Germain ou la négociation

 

"La vérité n'est pas le contraire du mensonge, trahir n'est pas le contraire de servir, haïr n'est pas le contraire d'aimer, confiance n'est pas le contraire de méfiance, ni droiture de fausseté." première phrase de Saint-Germain ou la négociation de Francis Walder, Prix Goncourt 1958. Il conte, du point de vue de Henri de Malassise, négociateur catholique incarné plus tard par Jean Rochefort, la négociation entre huguenots et catholiques qui aboutit, le 8 août 1570, au traité de Saint-Germain.

 

Comparer Bernard Thibault  à M. d’Ublé ou M. de Mélynes (les négociateurs huguenots) ou, pire, Xavier Bertrand à M. de Malassise, serait téméraire. Cependant, quand la veille du début des grèves, la rencontre inattendue, entre les deux protagonistes eut lieu et qu’elle aboutit à ce que l’un renonce à une négociation globale tripartite et que l’autre accepte que se faisant entreprise par entreprise, elle soit tripartite, l’esprit de Saint-Germain semblait souffler…

 

En 1570 aussi, les intransigeants des deux camps, qui ne pensaient qu’à en découdre, auraient pu bloquer le processus si fragile et éphémère. Mais, il n’est pas totalement impossible que l’intelligence l’emporte sur l’intransigeance, que le manichéisme le cède au réalisme !

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.