Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 20:32
Au secours la droite revient

Robert Ménard, l’ex-cofondateur de Reporters sans frontière, a tenté de réunir les droites à Béziers fin mai. Les droites surtout extrêmes. Il a fait adopter à cartons bleus levés, sous le signe de « Oz ta droite », par un échantillon représentatif de la droite rance, 51 marqueurs de la droite, la vraie !

Avec des prolégomènes qui affirment notamment que la France a besoin d’identité et d’autorité, qu’à force de naturaliser en masse, on dénature en bloc, que mieux vaut faire des enfants que les importer, le ton est donné, droite dure, identitaire, xénophobe. D’autant que le petit maire de Béziers avoue que son Oz ta droite, ce n’est pas un programme, c’est une frontière.

Midi Libre

Midi Libre

Sur ses 51 fameux marqueurs, beaucoup sont de fait communs aux candidats aux primaires LR comme suppression des 35 heures, retraite à 65 ans, priorité aux économies dans le domaine de l’État-providence…

L’ex Président de Reporters sans frontière ne voue pas un amour immodéré aux journalistes et à la presse puisqu’il préconise l’abolition des privilèges (sic) par la suppression de l’abattement fiscal des journalistes et surtout la suppression de toutes les aides publiques, directes ou indirectes, à la presse ; autrement dit la mort programmée de la presse écrite.

Education le grand bond en arrière

En ce qui concerne l’éducation, il reprend une proposition chère aux libéraux modèle Madelin : un chèque éducation qui supprime de fait l’école de la République ! Un grand bond en … arrière avec la suppression du collège unique lancé par Haby en 1975 et réellement mis en place par Alain Savary – un des plus grands ministres de l’Education nationale – à partir de 1981. Et la sélection à l’université ce qui fera encore régresser la France pour l’accès à l’enseignement supérieur. De quoi enthousiasmer l'UNI !

Inutile de dire que le quasi born again catho qu’est devenu Ménard, sous l’influence de sa dernière épouse, prône la suppression de la diabolique loi Taubira (sans rétroactivité tout de même). Plus fort encore il veut interdire la Gestation par autrui (GPA) qui … n’est pas autorisée ! Quant au PACS, il compte le remplacer par un contrat d’association ouvert à tous ceux qui vivent sous le même toit (serait-ce la porte ouverte à la polygamie contractuelle ?).

On pourrait mettre sur le compte d’un prurit sécuritaire son dangereux et dispendieux projet de création d’une Garde nationale composée de volontaires sélectionnés, âgés de 25 à 50 ans, sans double nationalité – autrement dit beaufs de souche garantis purs gaulois - et constituée sur une base départementale, pour un effectif total de 100 000 hommes et femmes si ce n’est que ça vient s’ajouter à de prétendues zones de « non France » dans laquelle il veut installer un poste de gendarmerie permanent, couplé à des moyens juridiques spécifiques et conséquents ! On serait curieux de connaître la carte de ces 100 (oui cent tout rond) zones.

Au secours la droite revient

Des mesures xénophobes et anti-musulmanes

En tout cas les populations qui y vivent sont clairement identifiées et visées par une série de mesures xénophobes ! Ce n’est pas pour rien que Renaud Camus le barde du grand remplacement a fait un tabac auprès des soi-disant invisibles, tandis que Rioufol du Figaro se faisait siffler pour avoir osé dire qu’il ne fallait pas rejeter tous les musulmans.

Dans la salve de mesures anti-musulmanes on notera une délicieuse autorisation : autorisation du voile islamique au seul espace privé ; autrement dit une mesure à l’iranienne ou à la saoudienne, mais inversée : là-bas le port du fichu est obligatoire, pour Ménard et ses sbires l’interdit remplace l'obligation, c’est la même logique liberticide. Le moratoire sur la construction de mosquées n’est qu’un amuse-gueule, car derrière il y a l’artillerie lourde : instauration de la priorité aux Français pour les logements sociaux et l’emploi ; suppression du droit au regroupement familial pour les étrangers non communautaires ; suppression de la double nationalité hors Europe ; déchéance de la nationalité bien sûr et expulsion des étrangers condamnés en fin de peine ; et surtout un rétablissement du droit du sang et limitation des naturalisations aux cas d’assimilation ! Selon la méthode ménardesque, ce « rétablissement » d’un droit qui a de tout temps existé (un enfant de parents français même né à l’étranger est Français) veut dire en fait la suppression du droit du sol* qui fait qu’un enfant de parents étrangers nés en France peut obtenir la nationalité française.

La fin de l'état de Droit

Mais le marqueur, comme il dit, le plus dangereux est celui qui affirme le principe de supériorité du politique sur le juridique : limitation du contrôle de constitutionnalité. Dans son style habituel, il envisage, en fait, la suppression de l’état de droit. Cela apparaît d’ailleurs dans d’autres items comme l’élargissement de la notion de légitime défense pour les forces dites de l’ordre, en passant par la très poujadiste simplification radicale des normes et obligations administratives pour les agriculteurs, artisans, commerçants, professions libérales, PME mais surtout la dénonciation de l’adhésion de la France aux articles de la Convention européenne des droits de l’homme qui privent la police et la justice françaises des moyens de mener à bien leurs missions. On voudrait bien connaître ces articles qui empêcheraient police et justice de mener à bien leurs missions !

Au secours la droite revient

On peut bien sûr ironiser sur ce rassemblement d’un ramassis de catho-tradis, de nostalgiques de l’OAS, de desouche forcenés et de racistes à peine masqués, ironiser sur son échec à faire venir ne serait-ce que Zemmour ou de Villiers, à qui il avait servi de paillasson avec son « Béziers libère la parole », ironiser sur son intellectuel de service, l’ineffable Tillinac, sodomiseur de rossignol, qui s’est encore surpassé, ironiser encore sur le départ de Marion Maréchal-la-voilà-plus-Le Pen qui n’a pas supporté qu’il prétende ne pas être le marchepied du FN alors que le FN lui a servi de tremplin pour conquérir Béziers. On peut donc arguer que ses marqueurs ne représentent que lui-même et une groupusculaire droite encore plus extrême que le FN. Sauf que les candidats à la primaire de droite, à commencer par le très lisse Le Maire – on ne parle pas de Morano Nadine notre Sarah Palin, ni de Myard le Charasse de la droite -  le non moins lisse Fillon, sans oublier Copé et encore moins Sarkozy, font assaut de propositions outrancières qui ne risquent pas de provoquer l’agit-prop, promis par l’agressif maire de Béziers, contre ceux qui ne s’inscriraient pas dans ses marqueurs.

Il n’est donc pas tout-à-fait interdit de relativiser les griefs dont on accable la gauche de gouvernement et de se souvenir que la droite, la vraie, c’est autre chose ! Quelque peu plus pire !

 

 

 

 

 * Patrick Weil fait remonter le droit du sol à 1515 ! Pour avoir un aperçu historique voir La citoyenneté et la nationalité dans l'histoire. Voir aussi l’état actuel de l’acquisition de la nationalité française.

Repost0
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 10:59
Ménard nostalgique de l’OAS

Avec Ménard, le pire est toujours sûr !

Articles incendiaires contre le Midi Libre, mots croisés sur l'Algérie Française, promotion des mesures contre l'insécurité... Le maire apparenté FN a fait du «Journal de Béziers» un tract politique. Même Le Figaro le constate !

 

Ménard  a donc débaptisé la rue du 19 mars 1962 (signature des accords d’Evian mettant fin à la guerre d’Algérie) pour lui donner le nom d’un officier factieux. Et cela en présence d’un ramassis de badernes à bérets de paras, aussi décorés que les généraux soviétiques du temps de Brejnev, de vieillards nostalgiques de l’OAS, mais aussi de FHaineux bien trop jeunes pour avoir connu l’Algérie Française !

Ménard nostalgique de l’OAS

Badernes plus décorées qu'un arbre de Noël et mots croisés à la gloire de l'Algérie Française

Même les nourrissons qui sont revenus d’Algérie après l’indépendance ont maintenant plus de 53 ans. Quant aux pioupious qui ont crapahuté dans les djebels, ils en ont plus de 70. Le faraud au menton viril pris en contre-plongée n’a pas obtenu ses médailles contre les fellouzes.

 

Quant à Ménard, il avait 9 ans en 1962 ! Alors quand il chante les « filles à la peau suave », il doit parler des gamines de CE2 ou de CM1. Et le « paradis à nous » n’était pas celui des « indigènes ». “Il est méprisable de dire que le peuple kabyle s’adapte à la misère. Il est méprisable de dire que ce peuple n’a pas les mêmes besoins que nous... Il est curieux de voir comment les qualités d’un peuple peuvent servir à justifier l’abaissement où on le tient et comment la frugalité proverbiale du paysan kabyle est appelée à justifier la faim qui le ronge”, écrivait Camus, en 1939, pour dénoncer l’ordre colonial, et la pauvreté et l’abaissement auxquels étaient réduits les “musulmans”. Une vingtaine d’années plus tard, ça n’avait guère changé.

 

Et le verbiage ménardesque, 53 ans après, est aussi stupide que vain. Les traîtres qu’il dénonce – à commencer par De Gaulle – ont été approuvés par l’immense majorité du peuple français à l’époque. Et la majorité des rapatriés ne se sont pas complus dans cette rancœur aigrie des nostalgiques de l’OAS.

Ménard nostalgique de l’OAS

Attaque ad hominem !

L’ancien patron – déjà à l’époque atteint d’égobésité – de Reporters sans frontières  s’en prend, avec des propos les plus indignes, au Midi-Libre. Il ose même, pour ce journal issu de la Résistance, détourner le slogan de Pierre Dac sur Radio-Paris pendant l’occupation (Radio-Paris ment, Radio-paris ment, Radio-paris est allemand). Rien de ce qui est abject ne lui est étranger et il attaque nominalement un journaliste.

Il va même jusqu’à évoquer les subventions de l’état à la presse, ce qui lui vaut une réplique cinglante du SNJ 5syndicat national des journalistes) : « Oui, l’Etat subventionne le secteur de presse et ce n’est pas nouveau. L’association Reporters sans frontières, dont Robert Ménard a longtemps été le secrétaire général, en a d’ailleurs bénéficié. Mais cela c'était avant. Du temps où Ménard prenait vigoureusement la défense des journalistes... y compris quand ces derniers étaient la cible de publications de propagande politique tel qu’apparaît désormais le bulletin municipal de Béziers. »

Ménard nostalgique de l’OAS

Et une fois de plus Ménard « libère la parole » d’un opprimé qui ne bénéficie que d’une émission sur Europe 1 et d’une chronique au Figaro, un vrai paria des médias. Il est vrai que cet ex-magistrat qui ne dit pas que des çonneries – il en écrit aussi énormément – Bilger, s’en prend à Christiane Taubira, la cible constante de l’extrême-droite et de la droite-extrême.

 

Le bulletin de propagande, comme Le Figaro qualifie cette feuille, joue aussi sur la nostalgie des gloires sportives passées avec des pages à la gloire du rugby biterrois qui, comme Lourdes, a connu le déclin.

Sans oublier, René Vignal, gardien de but d’autant plus mythique que les moins de 70 ans (et encore) n’en ont pas entendu parler, si ce n’est à la rubrique fait-divers, puisque sa carrière sportive a pris fin au milieu des années cinquante du siècle dernier.

Mais un peu de démagogie chauviniste sur les gloires sportives d’autrefois n’est pas inutile pour faire passer le brouet idéologique.

Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 16:04
MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

« Les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît.  » Si la définition de Michel Audiard est juste, Ménard mériterait l’appellation haut-la-main ! Il ose ici parler de « révolution », de « libérer la parole » et même employer un « no pasaran » véritable insulte envers les républicains espagnols.

 

Son absence totale de retenue, sa conviction absolue d’avoir toujours raison, son absence de tout respect humain, cette enflure démesurée du MOI, c’est ce qui fait sa force. Il était déjà comme cela à Reporters sans frontières n’hésitant pas à se lancer dans des actions à la frontière, elles, du ridicule. Mais à nos yeux de gogos, c’était pour la bonne cause.

 

Yeux ébahis de découvrir que, derrière l’intrépide et farouche défenseur de la liberté de la presse, se cachait un fieffé réac et des plus bornés.

Mais pour ce qui est de son narcissisme, ceux qui l’ont fréquenté de près à RSF, nous avaient prévenus. Ainsi Rony Brauman, cofondateur de RSF « J'ai vu l'autre Ménard, le petit tyran domestique, sortir de sa chrysalide. Il a un ego exagérément enflé, qui le pousse à être excessif » « Monsieur Ménard aspire trop à substituer sa propre personne à la cause entière de la liberté de la presse » confirme Alla Lazaréva, ancienne correspondante de RSF.

 

  Son autolâtrie se traduit dans Le journal de Béziers, non seulement par des titres délirants et des articles dithyrambiques, par son omniprésence – après tout le genre « ma binette partout » est célébré régulièrement dans Le Canard enchaîne – mais surtout par sa seule présence. Nul-le adjoint-e pour partager une miette de notoriété. Béziers, c’est moi.

Feuilletons donc ce morceau de bravoure à la gloire du little big man biterrois.

MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS
MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS
MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

La « révolution » biterroise est en marche sous la direction de son petit timonier. Lui ce n’est pas Banga-banga, mais Zinga-Zinga. Les 2000 fonctionnaires municipaux tenus de venir écouter le sévère sermon du premier édile. Fini de rire. Son auto-interview est sans complaisance : « seulement le retour à la loi… où est la révolution annoncée ? » demande Robert « Dans un pays comme la France le simple fait d’appliquer la loi est déjà une révolution » lui rétorque Ménard.

Fini de rire les fègnasses de fonctionnaires : 1607 h annuelles et non plus 1544 comme accordées par ses laxistes prédécesseurs ; guerre à l’absentéisme chronique ; sus aux heures sup inutiles ; prime au mérite… Et il s’agit de faire la guerre tout azimut : à la saleté, à la laideur, aux gaspillages, à la petite délinquance ! Et il y a tout Ménard dans cette phrase « J’ai la certitude absolue qu’il n’y a pas d’autre cap que le nôtre », entendez bien sûr que le mien !

MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

Ce « No Pasaran » est non seulement scandaleux mais incongru : il s’agissait de sauver une librairie du centre-ville, menacée de liquidation judiciaire. Sur ce dossier, Ménard était prêt à prendre des mesures novatrices, certes, et il a soutenu la reprise par une autre librairie. Dont acte. Mais cela ne mérite quand même pas ce surtitre outré.

MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

Ménard défend ses arrêtés –risées de certains arrondissements parisiens : l’anti-parisianisme est une valeur sûre – sur les paraboles et le linge à sécher et il y ajoute l’interdiction de glaviotter (l’étend-il aux stades ?) en se référant à un décret. Celui communément cité est un Décret du 22 mars 1942, Article 74 (Modifié par Décret n°92-478 du 29 mai 1992 - art. 16 (V) JORF 30 mai 1992 en vigueur le 1er novembre 1992) qui dans son 8° interdit De cracher ailleurs que dans les crachoirs disposés à cet effet. Mais on oublie de préciser qu’il portait règlement d'administration publique sur la police, la sûreté et l'exploitation des voies ferrées d'intérêt général et d'intérêt local. Donc cette fameuse interdiction n’avait cours que dans les chemins de fer.

MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

La blouse aux armes de la cité a donc été distribuée à l’école privée Sainte-Madeleine.

Par le maire lui-même comme il se doit !

MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

Quand il n’y a pas sa binette, il s’auto-félicite pour avoir eu l’idée géniale de fonder une mutuelle, il s’auto-cite dissertant sur la devise de la République, avec d’ailleurs une vision de la Fraternité assez affligeante  (elle suppose l’appartenance à un même groupe ! négation même de la portée universelle de cette devise), il fustige enfin la décision déshonorante prise par la ministre de l’éducation nationale de supprimer la « bourse au mérite ».

MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

La quintessence de l’autolâtrie du personnage est d’abord dans le titre « On parle de Béziers dans les médias » avec un Robert Ménard qui s’intercale.

Puis dans la complaisante auto-célébration où même la TV de la République tchèque est convoquée.

Puant !

MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

Entre Alfa et Robert, le plus cabot des deux n’est pas le quadrupède.

Et c’est sans vergogne que Robert Ménard exploite une catastrophe dans une commune voisine pour une fois de plus se mettre en relief.

MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

Question mettre son empreinte, Ménard a mis son empreinte en instaurant une messe aux arènes pour lancer la féria de Béziers qui s'en était passée jusqu'alors.

"Afin de rendre [cette fête] aux Biterrois, nous avons décidé d'ouvrir au public la messe aux Arènes du 13 août". écrit-il. Phrase empreinte d'un saint mystère : des hordes impies confisquaient-elles cette féria au détriment des pieux biterrois ?
Les toros ont-il eu droit à une bénédiction avant les corridas par l'aumônier des Arènes de Béziers ?
Pour ceux qui n'auraient pas compris le sens de cette initiative, le premier édile a déclaré :« Il faut arrêter de baisser le pantalon. On nous parle tout le temps des mosquées, et dès que nous on organise une messe chrétienne il y a un scandale. Non. On est dans un pays chrétien. »
 
Il a dû échapper au petit homme que nous sommes dans un pays où, depuis 1905, est instaurée la séparation des églises et de l'état.

 

 

MOI MÉNARD, MAî(T)RE DE BÉZIERS

« Libérer la parole » ose-t-il écrire ! Car figurez-vous que Zemmour qui est invité partout sur les étranges lucarnes est privé de la liberté de parole.

Ce héraut de la pensée putride a son rond-de-serviette à I-Télé. Il sévit sur RTL. Il a colonnes ouvertes au Figaro. La sortie de son nouveau torche-cul a donné lieu à une tournée promotionnelle sur toutes les télés. Eh bien ! pour Ménard sa « liberté de parole » est en danger ! Et donc, aux frais de la municipalité, il va le recevoir en grandes pompes, pour faire la promo de sa daube mensongère.

 

Et après, les pauvres biterrois auront droit à notre neu-neu du bocage, le tovaritch-Vicomte Le Jolis du Villiers de Saintignon.*

 

Faut-il rappeler que le hargneux personnage n'a été élu qu'à une majorité relative dans une triangulaire et qu'il est d'une arrogance des plus anti-démocratiques quand il entend être la voix de tous les biterrois et leur imposer ses foucades et son idéologie des plus rances ?

 

* Voir une vidéo de ce passage chez Bobby-le-moisi

 

Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 18:09
Roland Ries réélu Maire de Strasbourg

Roland Ries réélu Maire de Strasbourg

N.B. M. Meidinger m'a envoyé, ce jour (29/04/14), une réponse que vous trouverez donc après l'article.

Pour des raisons qui me restent inconnues, un certain José Meidinger, m’envoie, ainsi qu’à une centaine d’autres correspondants, un lien vers un article commis dans Boulevard Voltaire*.

 

Intitulé « Strasbourg, Paris… La gauche sauve les meubles. Merci qui ? », il démarre par « L’Alsace, malheureusement, n’est pas (encore) une terre de rugby, comme Toulouse, Perpignan ou Béziers. » Entre autres  gracieusetés, on y lit « Le PS sauve les meubles à Strasbourg où les électeurs ont reconduit, un peu malgré eux, en marquant contre leur camp, le demi de mêlée rocardien Roland Ries, un socialo bobo mâtiné de centrisme alsacien… » et dans sa comparaison rugbystique, il prétend que l’échec de la candidate de droite n’est due qu’au  « talonneur de l’0pus Dei Jean-Luc Schaffhauser qui, en se maintenant, réalise à l’encontre de la candidate de l’UMP une magistrale cuillère », autrement dit au candidat F-Haine.

 

Meidinger se présentant comme « Ancien grand reporter à France 3 Alsace, il passe son temps entre l’Alsace et la Grèce », je lui retourne, avec copie à tous les heureux destinataires de son lien, le courriel suivant :

Cet article signé d’un ex-“grand” (sic) reporter de FR3 Alsace démontre, si besoin était, que tous les journalistes ne sont pas de gauche, contrairement à la légende.

 

Et puisque Perpignan est cité, on pourrait faire remarquer que si Jacques Cresta avait pratiqué le “ni-ni”, Alliot, F-Haine, serait passé. De même à St-Gilles dans le Gard, si Alain Gaido avait aussi pratiqué le “ni-ni” Collard serait maire !

 

Et qu’à Forbach, en revanche, la victoire du candidat PS n’est dû qu’au réflexe républicain d’une partie des électeurs de droite du 1er tour, contre leurs candidats. Car les deux candidats de droite, au risque plus que prévisible de faire passer Philippot, F-Haine, qui avait viré en tête au 1er tour, se sont maintenus !

 

Alors, cher Monsieur Meidinger, pour les leçons à donner, allez vous faire voir ... chez les grecs !

 

J’y joignais les résultats de Forbach :

Premier tour

Florian PHILIPPOT Front national  35.74 %

Laurent KALINOWSKI Parti socialiste 33 %

Eric DILIGENT Divers droite 18.99 %

Alexandre CASSARO UMP 12.25 %

 

Second tour

ELU Laurent KALINOWSKI Parti socialiste 47.73 %

Florian PHILIPPOT Front national 35.17 %

Eric DILIGENT Divers droite 11.87 %

Alexandre CASSARO UMP 5.22 %

 

Réaction d’un des destinataires :

pitoyable ce que vous écrivez Mr JFL

 il semblerait que votre poireau a sérieusement besoin d'être dégorgé

laissez svp les gens émettre des avis , même s'ils ne correspondent pas à votre pensée, à votre analyse

ne soyez pas dans la haine

merci

la richesse ne se fait elle pas dans la diversité???

pour ma part j'irai en Grèce cet été

sincères salutations

Henri G.

 

Malgré mes racines chrétiennes, n’ayant jamais été du genre à pardonner les offenses, je lui ai rétorqué :

Ce qui est pitoyable Monsieur c’est votre absence d’argumentation.

Que M. le grand reporter de FR3 Alsace fasse part urbi et orbi de son admirable prose écrite pour tenter de salir RIES, maire réélu de Strasbourg est son droit le plus strict.

Mais oser dire qu’en lui répondant je l’empêcherais d’émettre un avis est une totale ânerie puisque c’est justement à cet “avis” que je réponds !

Et, par cette grossière attaque qui se veut méchante et qui n’est que bête, vous déniez en fait le droit d’émettre un avis contraire à celui du grand reporter.

 

Réponse à la réponse bien sûr :

Mr, vous n'avez pas compris le sens de mon mail

la manière..., la forme de vos propos,...

vous ne parlez pas,

vous vomissez

vous crachez de la haine

dans chacune de vos phrases on sent un mal en vous , qu'il vous faudra expurger en Grèce ou ailleurs

je n'ai pas d'argumentaire à mettre en avant, reprenez vos mots dans vos phrases, soulignez le bon du mauvais

je ne tiens pas à rajouter quoi que ce soit, je n'ai qu'un avis que je donne

tout est accompli,

bonne journée à vous, bon courage pour arriver à trouver avec vous même une paix intérieure

 the END

 

J’eusse dû m’en douter, j’étais tombé sur un malade, qui donnait dans le style Torquemada avec ce mal en moi qu’il me fallait expurger et des accusations sans rapport avec un rappel de quelques désistements de gauche, sauvant des candidats de droite, et des candidats de droite se maintenant au risque de faire passer le n° 2 du F-Haine.

 

Du centrisme à l'extrème-droite xénophobe

 

    Mais ça m’a incité à aller voir de plus près qui était ce Meidinger. Or donc ex grand reporter à FR3, eh oui ! car il a réalisé des reportages sur les Alsaciens du bout du monde. Mais, il avait été aussi collaborateur de Pierre Pfimlin, dit petite prune, et de Marcel Rudloff. Ce grand reporter a dérivé d’un centrisme chrétien-démocrate à une extrême droite  xénophobe. Et lui ne choisit pas entre antisémitisme et anti-islamisme. Il cumule. Ainsi, s’appuyant sur A. Gresh du Monde diplomatique, prétend-il que l’Elysée est infiltré par le CRIF. Et reprenant une affiche Suisse de l’UDC, lutte-t-il avec acharnement contre une mosquée turque à Mulhouse. S’agissant du Mali, il écrit : « Dans la France profonde, l’Afrique, on s’en tape les reins : "Ce n’est pas au Mali, au Tchad ou en Côte d’Ivoire qu’il faut envoyer nos troupes, mais dans nos cités où le terrorisme est quotidien" enrage-t-on dans les quartiers où les opérations de guérilla se multiplient en toute impunité. » 

 

On retrouve sa prose sur le site du « Parti de France », de Carl Lang, dissident du F-Haine. Et il n’hésite pas à qualifier Robert Hébras, un des seuls rescapés d’Oradour-sur-Glane, de négationniste** des "malgré-nous".

 

Gageons que cet amoureux de la Grèce, sur son île au large de la mer ionienne, doit  y contempler l’aube dorée.

 

* Boulevard qui porte assez mal son nom (pauvre Voltaire), puisqu’il est fréquenté entre autres par Alain de Benoist, fondateur du GRECE ou Renaud Camus et qui dans la toute chaude actualité offre un entretien des plus complaisants de Robert Ménard. Il est vrai qu’il est le créateur de ce site !

 

** Le 16 octobre 2013, Robert Hébras est définitivement blanchi par la justice française qui a annulé l'arrêt de la cour d'appel de Colmar (sur laquelle s'appuie le calomniateur). La Cour de cassation a estimé que les propos, « s'ils ont pu heurter, choquer ou inquiéter les associations demanderesses, ne faisaient qu'exprimer un doute sur une question historique objet de polémique, de sorte qu'ils ne dépassaient pas les limites de la liberté d'expression ». Faut-il rappeler que l'appelation de négationniste vise les Faurisson qui nient la réalité de l'Holocauste ?

 

 

PS 1 La victoire d’une courte tête de Ries à Strasbourg est due avant tout à une meilleure mobilisation des abstentionnistes au second tour puisque le report mécanique des voix EELV et FG sur Ries n’assurait que 36600 voix, le Maire sortant en a réuni 38700. Comment les cartes se seraient redistribuées si le candidat F-Haine n’avait pu se maintenir, seule feu Madame Soleil eût pu le dire.

PS 2 Quelques titres de la production de J. Meidinger relevé sur un site F-Haine (qui précise que l’auteur n’est pas membre du F-Haine, mais les accueille avec joie) et sur Boulevard Voltaire où il a son rond de serviette : 

  • Strasbourg, nouveau faubourg d’Istanbul ?
  • Honni soit qui Mali pense !
  • Pas de mosquée turque à Mulhouse !
  • Athènes ne veut toujours pas de mosquée !
  • Gender : 200 000 Allemands contre l’idéologie arc-en-ciel !

 

COURRIEL de M. J. Meidinger 29/04/2014
 
Un ami vient de m'envoyer le procès en sorcellerie que vous instruisez à mon égard sur votre blog au demeurant bien fait...Vous avez une bonne tête et pourtant elle ne correspond pas aux amalgames agressifs que vous distillez, comme l'évêque Cauchon ou les Jésuites de l'Inquisition .Je ne me prends pas pour autant pour Jehanne, "la belle Lorraine (ma voisine) qu'Anglais brulèrent à Rouen", ni pour un Cathare de Montségur, mais vous, cher Jean-François, avait tout d'un Inquisiteur...
Bravo pour le travail de recherche digne des RG sur mon CV...Mais il y a quelques lacunes : vous pourriez y ajouter coopérant aux Seychelles socialistes où le peuple avait pris le pouvoir en 1978 et où j'ai eu l'honneur de travailler aux côtés du président France-Albert RENE...Avec Radio-Seychelles, nous y avions organisé et retransmis une dizaine de réunions sur la nouvelle Constitution où chacune et chacun pouvaient pouvaient exprimer librement ses idées, ses propositions...Dans le même temps, une boite postale était ouverte pour celles et ceux qui voulaient faire part de leurs idées par écrit. Au bout de six mois, une commission d'experts étrangers s'est mise au travail pour mettre tout cela en forme juridique.. La démocratie directe, l'agora sous les Tropiques , le pied quoi !
 
Idem pour le nouvel hymne national en...
créole dont les paroles ont été composées via Radio - Seychelles, par les Seychellois sur une musique d'un coopérant français..
Enfin ici près d'Ithaque,sur "mon" île je conseille bénévolement les candidats de la Nouvelle Démocratie pour les prochaines échéances municipales qui auront lieu le même jour que les élections européennes pour des raisons d'économie..
Alors pour...l'AUBE DORÉE..merci beaucoup..Allez-vous faire voir chez les Staliniens de la pire espèce ! Si vous aviez lu TOUS mes papiers sur la Grèce vous auriez peut-être vu que je les traite de ce qu'ils méritent,une bande de voyous, des nervis nazis..
Enfin, votre réquisitoire à charge ignore sans doute sciemment ou par omission mes contributions à la "Feuille de Chou" d'un gauchiste strasbourgeois historique, une "Feuille de Chou au...capital d'intimidation illimité.."
Voilà, pour éclairer un peu votre lanterne et votre gégène inquisitoriale  devrait se brancher sur le courant alternatif et laisser le ..continu volontaire de mauvaise foi aux corbeaux..
Cela dit c'est bien torché, bravo l'artiste!!!
Je me suis toujours tenu à l'écart de l'action politicienne et...  n'ai jamais voulu laisser me prendre au piège des postures partisanes dans lesquelles Ortega y Gasset voyait une forme d'hémiplégie morale..
Je passe sur les insinuations de maladie sans doute mentale, un argument qui n'est pas digne de votre plume que j'ai connue en meilleure santé..
L'assassin est toujours le jardinier et je me revendique, s'il faut à tout prix me référencer, de la Révolution Conservatrice, de ces "néocons" européens qui n'ont pas besoin de guillemets. Ce sont sans doute pour vous, au mieux de grands enfants, sinon des attardés, voire des fous dangereux...
Kalimera camarade..
 
Cyril Kostas alias José Meidinger  
Repost0
30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 20:58

Fille adoptive des Chirac, Anh Dao Traxel préside aujourd'hui une association de bienfaisance. La Franco Vietnamienne plaide en faveur des Jeux olympiques de Pékin.

 

« J'ai vécu l'enfer de la guerre et des camps de prisonniers, les coups de crosses et le Napalm. Ce n'est en rien comparable avec la Chine actuelle, qui a accompli énormément de progrès en quelques années. Aujourd'hui, je croise des gens heureux, loin des préjugés qu'on nous inflige en France, et fiers d'organiser les Jeux olympiques. J'ai vécu les J.O. en avant-première, car j'étais la marraine des Foulées de la Soie, une course pédestre qui a traversé la Chine, Tibet compris, du 7 au 22 juillet. Près de 700 sportifs, venus de toute la planète, y ont participé. De mon côté, j'ai couru le dernier relais en gravissant la Grande Muraille de Chine. Les autorités m'ont exceptionnellement autorisée à déployer une banderole, sur laquelle on pouvait lire : « Pour une paix internationale, dans l'esprit olympique. »

La demande [de Robert Ménard] de libérer les journalistes emprisonnés en Chine est légitime. Faut-il pour cela avoir recours à la violence morale (sic) ? La méthode est intolérable. En utilisant le symbole des menottes pour détourner le drapeau olympique, Ménard a trahi l'amitié franco-chinoise, sali l'image des J.O. et profondément vexé le peuple chinois. Le boycott* qu'il propose ne mène nulle part. Même le Dalaï-Lama, prix Nobel de la paix, s'y est opposé. »

http://www.ouest-france.fr/Anh-Dao-Traxel-fille-de-coeur-femme-de-combats/re/actuDet/actu_3635-676155------_actu.html

 

Hésitation d'abord à dénoncer une telle imposture : la malheureuse, réfugiée en France en 1979 (à 21 ans) et recueillie par le Maire de Paris de l'époque, a connu les horreurs de la guerre dans son Vietnam natal,  même si elle mélange un peu coups de crosses (que l'on suppose vietminh) et napalm (sans conteste états-uniens). 

Mais ça ne l'autorise pas à avancer des énormités dignes de l'agence Chine nouvelle sur l'état des droits de l'homme en Chine. Les tibétains, ouïgours ou simples paysans connaissent autant de coups de crosses, sinon pire que ce qu'elle a subi au Vietnam. Et oser affirmer que le Tibet, féodal, indépendant de fait avant 1950, a connu un régime pire que celui qu'a instauré Mao est une imposture. Répression sanglante de 1958, Révolution culturelle ont coûté énormément plus de morts qu'un régime féodal  dont aucun thuriféraire du totalitarisme post maoïste n'a donné un commencement de preuves de quelconques massacres. Et la situation actuelle au Tibet est aussi dramatique que du temps de la démence  de Mao (Le Tibet sous la botte, Nel Obs 24/07/08).

À côté de cela la censure d'Internet pour les journalistes étrangers relève d'un arbitraire totalement ridicule : que ces journalistes aient accès ou non à Amnesty International ne changerait, hélas !, rien à la situation des journalistes écroués, internautes pourchassés (un professeur qui diffusait des images d'établissements scolaires écroulés après le dernier tremblement de terre : un an de prison**) des paysans, révoltés par les exactions, sauvagement réprimés,  des ouvriers surexploités, etc.

Mais les faux-culs du Comité International Olympique ferment les yeux, au lieu d'exiger le respect des engagements pris. Et notre Ouf 1er, toute honte bue, ira se commettre à la cérémonie d'ouverture, sans en tirer aucun bénéfice, au contraire. 

Quand on baisse son pantalon, on risque un grand coup de pied au cul ! (Proverbe chinois)

 

* A noter que R. ménard et RSF ne prônent pas le boycott des J. O. proprement dits mais de la cérémonie d'ouverture par les chefs d'états et de gouvernements, ce que feint d'ignorer la dame.


** A la veille des J.O. Pékin envoie un prof au goulag

Professeur au collège Guanghan de Deyang, dans le Sichuan, Liu Shaokun ne verra pas les J.O. Arrêté dans son école le 25 juin, il vient d'être envoyé pour un an en "camp de rééducation par le travail". Il lui est reproché de "répandre des rumeurs et détruire l'ordre social". La décision d'emprisonnement est prise par la police, sans jugement, et ne peut faire l'objet d'aucun appel. Le système concentrationnaire des camps de rééducation internerait environ 300 000 personnes.

 C'est qu'effectivement Liu Shaokun a perturbé l'ordre chinois. Après le violent tremblement de terre de mai dernier, il a photographié les écoles du Sichuan, aplaties sous le choc, écrasant sous leur poids des milliers d'élèves, encadrées très souvent de bâtiments intacts. Publiées sur Internet, ses photos illustrent la mauvaise qualité de ces constructions scolaires, c'est-à-dire la corruption des officiels.

Sur le site de la FIDH

 

Repost0
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 18:11

Mise à jour 25/03/16 (à revoir INRI)

 

Bettina Rheims, c'est d'abord l'occasion de mettre en relief ses100 photos pour la liberté de la presse dont elle a fait don à Reporters Sans Frontières (RSF) pour en faire son 27e album, vendu chez tous les marchands de journaux.

 

Les actions spectaculaires pour la liberté d'expression en Chine ont valu à son secrétaire général, Robert Ménard*, certes un moment de célébrité, mais surtout un déchaînement de haine. Bien sûr, Mélenchon en a fait sa tête de turc en exprimant "les plus nettes réserves à propos de l'action politique de monsieur Robert Ménard"*. Mais sur Internet, c'est l'hallali : Rue 89 en fait un adepte de la torture ; un site le met en procès, procès qu'il est sûr de perdre puisqu'on lui fait dire ce qu'on veut ; un autre, au style plus gauchiste que moi tu meurs, pour qui Libération est L'Écho des start-up ESU (?), titre « Les vautours de RSF », les chauds partisans de Castro l'accusent d'être à la solde de la CIA pour avoir dénoncé les atteintes à la liberté de la presse à Cuba, en bref un tombereau de vilenies plus basses les unes que les autres.

 

Certes l'orientation qu'il a donné à RSF peut être critiqué : J. C. Guillebaud, co-fondateur de RSF, exprime de façon claire et argumentée son désaccord avec cette orientation ; sans mettre en cause, cependant, l'action pour la liberté de la presse et d'Internet en Chine.

Reste que l'action de RSF pour la liberté d'expression (que beaucoup de prétendus défenseurs ne reconnaissent que pour ceux qui sont d'accord avec eux) est indispensable.

 

Bettina Rheims, après beaucoup d'autres grands photographes, a donc fait don de 100 photos où à des célébrités occidentales répondent des inconnues de Shangaï.

Mannequin, elle-même, puis journaliste, elle est devenue photographe après un travail sur les strip-teaseuses.

 

 

 

 

 

 

 

Anna Karina 1988

Anna Karina 1988

Cliquer
Cliquer Cliquer
Cliquer Cliquer Cliquer

Cliquer

Bettina Rheims et Reporters Sans Frontières (R. S. F.)

Chambre close

« L'une des séries majeures - la première en couleurs - qui marque le début de sa collaboration avec le romancier Serge Branly est Chambre Close ». Elle y fait poser des modèles dans de chambres d'hôtel tapissées de papiers peints à fleurs qui semblent dater de l'entre deux guerres ou de l'immédiat après guerre. L'une d'elle descend même un escalier sordide. Déjà des modèles asiatiques alternent avec des modèles occidentales.

Images défilent

Images défilent

Chambre close (cliquer)Chambre close (cliquer)Chambre close (cliquer)
Chambre close (cliquer)Chambre close (cliquer)Chambre close (cliquer)
Chambre close (cliquer)Chambre close (cliquer)Chambre close (cliquer)

Chambre close (cliquer)

Bettina Rheims et Reporters Sans Frontières (R. S. F.)
CliquerCliquerCliquer
Cliquer

Cliquer

Bettina Rheims et Reporters Sans Frontières (R. S. F.)

I.N.R.I.

INRI, toujours avec S. Branly est une sorte de transposition de la vie de Jésus dans un monde contemporain assez onirique. Faut-il dire que l'image d'un Christ-femme cruxifiée ou d'une vierge enceinte et nue a provoqué les foudres cléricales ? Un curé intégriste avait même réussi à faire interdire, en référés, l'exposition de l'ouvrage dans les vitrines des libraires de Bordeaux ! Jugement, finalement cassé en cour d'appel. L'album, qui avait coûté une fortune, avait été financé, entre autres, par le Ministère de la Culture, dirigée alors par Douste-Blazy, ex-maire de Lourdes. Il est vrai que B. Rheims avait été la photographe officielle de Chirac en 1995.

 

Mais il n'y a pas qu'à Bordeaux que ces images sont victimes de la CENSURE, puisque le site qui héberge ces montages a (sans aucune explication et même sans m'en avertir) censuré INRI, victime encore des cagots !

 

Pour contourner cette censure, la vidéo est mise en ligne sur :

http://jeanfrancois.launay.free.fr/B.Rheims.htm

 

 Elle peut être vue directement sur le site, mais son chargement est assez long et le visionnage est saccadé ; il est donc préférable, quand elle démarre, de faire un clic droit sur l'image et de choisir dans le menu déroulant "enregistrer sous"

 

* Depuis Ménard a basculé vers l'extrême-droite, mais c'est une autre histoire.

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.