Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 17:45

passe-temps

 

Du dieu Vulcain, quand l'épouse friponne
Va boxonner loin de son vieux sournois,
Le noir époux, que l'amour aiguillonne,
Tranquillement se polit le chinois.


Va-t-en, dit-il à sa fichue femelle,
Je me fous bien de ton con chassieux ;
De mes cinq doigts, je fais une pucelle,
Masturbons-nous, c'est le plaisir des dieux.

 

La chanson paillarde ne jetait pas tout-à-fait l’opprobre sur cette pratique solitaire. Que condamnaient religion, morale et médecine*. La masturbation rend aveugle, en Espagne. Elle rend sourd, en France. Et idiot un peu partout, comme si dans le jaillissement du liquide séminal, c’était de la matière grise qui s’envolait.

 

De fait, quand, aux beaux jours, les piétons que nous sommes sont tympanisés par des voitures aux puissants hauts-parleurs dont les basses font trembler les vitrines, nous sommes tentés de penser que les jeunes branleurs qui les conduisent ont dû abuser du jeu du cinq contre un, ce qui a profondément nui à leurs capacités auditives et intellectuelles.

 

On conviendra cependant que ces constations empiriques n’ont aucune valeur scientifique. La semi-surdité peut venir d’oreillons mal soignés. Le crétinisme du bisphénol A dans les biberons, de la surnitratisation de l’eau en basse Bretagne, du manque d’iode dans les eaux montagnardes…

 

Mais, miracle, tous les adeptes de la veuve poignet, pouvaient se réjouir, un travail scientifique australien nous apprenait que la masturbation protégeait du cancer de la prostate. « On pouvait donc prendre sa santé en main » comme le remarquait finement un journaliste scientifique. Masturbation 'cuts cancer risk' Men could reduce their risk of developing prostate cancer through regular masturbation, researchers suggest” L’enquête australienne portait sur 1000 personnes atteintes du cancer de la prostate et 1250 non touchées. Il en ressortait que ceux qui avaient le plus éjaculé entre 20 et 50 ans avaient moins de risques de développer un cancer. Avec un bémol cependant pour ceux qui multipliaient les partenaires à cause du risque de maladies vénériennes propices à l’apparition du cancer de la prostate ultérieurement. La conclusion logique était donc : "If these findings hold up, then it's perfectly reasonable that men should be encouraged to masturbate", ce qui traduit à la truelle doit vouloir dire que si ces découvertes sont avérées, il est tout-à-fait raisonnable d’encourager les hommes à se polir le chinois !

 

Patatras, voilà que des chercheurs de la perfide Albion, nous ressortent, à leur façon, l’antienne sur les dangers du paluchage intense. Le Dr Polyxeni Dimitropoulou et ses collègues de l'université de Nottingham (Royaume-Uni) aurait en effet montré qu'une activité sexuelle intense entre 20 et 40 ans entraînerait des risques plus importants de développer par la suite un cancer de la prostate. Leur enquête a porté sur des hommes dont le cancer de la prostate a été diagnostiqué avant 60 ans (un peu plus de 400 et un groupe témoin équivalent). Il en ressort que la pratique de l’onanisme, deux à sept fois par semaine entre 20 et 30 ans augmentait le risque de 80 % par rapport à une branlette mensuelle. Et ce risque reste de 70 % plus élevé, si l’on se crosse, comme disent les québécois, une fois par semaine ou plus, entre 30 et 40 ans !

 

En revanche, après 50 ans, l’autoérotisme redeviendrait bénéfique. Il permettrait d’éviter l’accumulation du liquide séminal dont certains composants auraient des effets cancérigènes s’ils stagnaient dans les canaux prostatiques.

 

La conclusion serait donc qu’il vaut mieux être un vieux qu’un jeune branleur !

 

« Chez l’adolescent, la masturbation est un vice moral qui a les plus déplorables effets sur la santé, car il ébranle les systèmes musculaire et nerveux, il affaiblit l’intelligence et les sens, il altère les fonctions organiques et morales, et il conduit lentement à l’hébétude, à la tristesse, à la paralysie, à la phtisie tuberculeuse pulmonaire et à une consomption mortelle. Chez l’homme, la masturbation est très souvent l’origine d’une dyspepsie hypocondriaque ou d’une folie dont la cause reste toujours inconnue au médecin. »  E. Bouchut, Armand Després, Dictionnaire de médecine et de thérapeutique médicale et chirurgicale, Librairie Germer Baillière, Paris, 1877
 

Aucune étude pour les femmes ?

Aucune étude pour les femmes ?

 

Se masturber 21 fois par mois évite les maladies

Les doutes sont-ils levés ?

Une nouvelle étude, dont le Huffington Post s’est fait l’écho à la mi-juillet 2017, assure que se masturber fréquemment peut diminuer systématiquement le risqué de souffrir d’un cancer de la prostate.

Mais qu’entendent-ils par fréquemment ? “Oh, par là, j’entends pas grand chose” aurait répondu Pierre Dac ; mais selon une étude récente de l’Université de Harvard, les hommes qui éjaculent 21 une fois ou plus par mois diminuent d’un tiers le risqué d’être frappé par cette affection.

Pour arriver à la conclusion que plus on se masturbe moins on risque le cancer de la prostate, les chercheurs ont enquêté sur 31 925 hommes, sur 18 ans !

Selon des experts, ce résultat serait dû à ce que l’éjaculation permettrait de se purger de toxines et bactéries nocives qui sinon s’accumuleraient dans la prostate. Mais cette explication condamnerait donc une pratique, dont les vertus sont cependant louées, la pipe en avalant la fumée, car comment inciter la/le partenaire à avaler un liquide qui serait aussi toxique ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Onan 1er 26/11/2012 21:23

On ne sait pas si cette information relève de la farce ou de l'observation médicale véritable .En tous ca cela déculpabilisera sans doute les messieurs qui s'adonnent à cette pratique sachant par
ailleurs qu'une masturbation bien menée (ou bonne branlette) vaut mieux qu'un coït banal.

JFL 14/10/2012 17:38

Reçu par courriel :
"Je vois que tu es du soir et j'aime ce genre de "pollution nocturne" belle illustration d'une grotte vulcanienne.Tu avais aussi se branlocher, se faire sauter la cervelle, se pogner, se faire
reluire, étrangler popaul, se coller un rassis, se chatouiller le poireau...



et comme dit l'autre après être allé chez les Grecs: Qui trop poly xeni à sa santé ou qui dimitropoulou mal étreint."
JP

J.-F. Launay 14/10/2012 17:45



Merci... on peut encore ajouter pour l'enrichissement de la langue de nos branleurs : d'abord tout simplement avoir de l'amour-propre, mais encore faire gonfler son andouille, scalper le mohican,
étrangler le borgne, agacer le sous-préfet, faire cracher le cyclope, s'astisquer le grand chauve, se fournir le gourdin, se chatouiller l'hibiscus, défriser la chicorée, jouer du cordon de
St-François ou jouer un solo de clarinette baveuse... en bref se pignoler.



Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.