Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 11:08
Arrête ton char Macron !

Le cher Président ayant "un éthos de droite" s'est bien entiché de notre Vicomte si l'on en croit le JDD du 20/05/2018.

« Je ne suis pas socialiste » a affirmé le sémillant Ministre de l’économie. Et où ça ? chez notre neuneu poutinophile, le Vicomte Le Jolis de Villiers de Saintignon, l’accueillant en son fief du Puy-du-Fou !

Cette visite du Puy-du-Fou, avec promenade en char romain, puis spectacle  intitulé « Le signe du triomphe », dans un décor très peplum, avec course de chars à la Ben-Hur, venait conclure une journée passée en Vendée.

Ouest-France 20/08/2016 Edition de la Vendée

Visite donc d’une briqueterie dans une charmante commune dont le nom évoque immanquablement une chanson paillarde, Chaillé-sous-les-Ormeaux. Puis déjeuner avec des élus où la députée PS, Sylviane Bulteau, devait se sentir bien esseulée, tout le reste, dont la cagote Coulon très anti mariage pour tous, étant de droite ! Ensuite visite des Meubles Gautier où il a été d’un couplet sur la lenteur de l’automatisation, cinq fois moins rapide que celle de nos voisins allemands (on serait curieux de savoir d’où sort cette étonnante comparaison). Et première profession de foi : « Je crois au progressisme hors des vieux clivages » ! Ce qui ne mange pas de pain et n’a pas grand sens.

Arrête ton char Macron !

Et donc, en point d’orgue,  cette cinescénie, comme dit le Vicomte, à ses côtés. Il ne manque pas de rendre hommage à son hôte vespéral, « qui a su faire du Puy-du-Fou une réussite culturelle et économique qui s’exporte dans le monde entier ». Ce « monde entier » étant surtout russe, puisque notre neuneu, acoquiné avec un oligarque sulfureux, compte franchiser deux puy-du-fou chez les ex-soviets, dont un en Crimée !

J’allais oublier, juste entre meubles et chars villieresques, un passage sur la tombe de Clemenceau… Pied de nez à Valls qui, quand il était Ministre de l'intérieur, se prenait pour celui qui se baptisait "premier flic de France" ?

Le « ministre qui se présidentialise » titre Ouest-France. 

Il oublie, ce non socialiste, progressiste, que ce n’est pas du côté de la droite rance style de Villiers qu’il trouvera des alliés, bien au contraire : le sourire narquois du Vicomte montre tout le mépris caché qu’il a du jeune gommeux. Son inculture politique assez abyssale explique qu’il se croit un avenir national sans troupes. Son En Marche est loin, très loin de Ciudadanos en Espagne et C’s n’y est qu’une force d’appoint !

Va bientôt se faire dépecer par les fauves de la politique dans le grand Cirque des élections, le tendre Macron !

 

La conclusion de mon article ne révèle pas une grande clairvoyance, mais, comme disait Pierre Dac, "Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu'elles concernent l'avenir".

 

Le Président et le Vicomte

 

Arrête ton char Macron !
Repost0
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 18:25
L’anneau de la pucelle et les cyrards

Le seigneur de l’anneau, comme le nomme A. Chemin du Monde, a donc solennellement accueilli une bagouze ayant appartenu à Jeanne-la-Pucelle dans son fief du Puy-du-fou. Fanfare, cyrards, soudards – pardon fiers chevaliers sur leurs destriers et poilus de 14 – gniards précédaient la châsse où reposait la sainte relique. Alleluia !

« “Accueil de l'anneau de Jeanne d'Arc dimanche 20  mars. Le peuple de France y est invité gracieusement. Je vous y attends." Conviés par Philippe de Villiers en personne, ce dimanche 20  mars, plus de 3 000 spectateurs guettent dans la cour du château du Puy  du  Fou le pas d'une trentaine de chevaux caparaçonnés venus des hauteurs voisines. Les tambours roulent de plus en plus près, bannières et oriflammes flottent au soleil et chatoient à travers le porche. Cent cyrards, sabre au clair et casoar au vent, dressent une haie d'honneur à ces chevaliers venus directement du XVe  siècle. » nous conte Ariane Chemin, dans Le Monde du 22/03/16.

« Coincé entre un curé en soutane et quelques familles cathos extatiques, tentant de résister à la voix de fillette ululant dans les baffles une chanson faisant rimer "Jeanne" et "petite flûte dans les flammes", et voyant arriver le reliquaire de style faux Moyen Âge, précédé de cavaliers en armures en plastique, on s’en faisait la réflexion : il y a seulement dix ans, un tel sommet de kitsch aurait suffi à faire notre joie pour la semaine. » ironise François Reynaert L’OBS

Faut-il préciser que cette "réinformationtv" devrait plus justement se baptiser désinformation, mais cette caricaturale présentation reflète bien l'esprit borné des cagots.

Que le Vicomte Le Jolis de Villiers de Saintignon fasse dans le Walt Disney Maurrassien, pour célébrer, l’arrivée de cette bague – payée quand même 370 000 € : la rançon de Jeanne d’Arc – si ça l’amuse et si ça amuse des gogos cagots, pourquoi pas ? Que la bague en question soit d’une authenticité incertaine : qu’importe ! comme le rappelle Reynaert, on a compté des dizaines de Saint-Prépuces de Jésus de Nazareth ; l’authenticité d’une relique est secondaire, ce qui importe c’est la foi des pèlerins.

Mais en revanche, la présence d’une centaine d’élèves officiers de l’école militaire de Saint-Cyr, elle, pose un sérieux problème. En grande tenue, casoar et gants blancs, sabre au clair, ils rendent hommage aux chevaliers d’opérette, aux fillettes accoutrées façon moyen-âge, aux poilus du bocage et à la relique de la sainte et entonnent un chant aux allures de cantique ! Est-ce la vocation des cyrards que de cirer les pompes à de Villers, fût-il le frère du chef d’état-major des armées ? L’autoproclamé grand défenseur de la laïcité, Jean Glavany, serait bien inspiré de poser la question au Ministre de la Défense : que diable venaient-ils faire dans cette mascarade, ces futurs officiers d’une Armée (en principe) républicaine ?

Pour le reste, comme le note, William Blanc,Professeur à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), cité par A. Chemin : "Villiers utilise la même méthode que Lorant Deutsch. Mais pas seulement. La procession de la bague au Puy  du  Fou a quelque chose de ce temps médiéval où on inventait des objets de dévotion. Il y a aujourd'hui toute une nébuleuse qui remet au goût du jour une histoire identitaire, un roman national héroïque et catholique. La Jeanne d'Arc du Puy-du-Fou est celle de l'Action française, nationaliste et catholique, appuie l'historien. Cette fois, l'ennemi, ce sont les Anglais, mais aussi les universitaires enfermés dans leur tour d'ivoire et coupés du pays réel, complices passifs du mondialisme. Ces gens-là utilisent un récit historique figé pour appuyer un propos politique, qui passe, on le sait, par les symboles. "

Jeanne et son temps

Pour nos Vendéens comme, il est vrai, pour 80% des gens qui n’ont pas ouvert un livre d’histoire depuis leur cour élémentaire, Jeanne d’Arc, c’est une sorte de Jean Moulin en armure qui a bouté les méchants Anglois hors de France. Une grande héroïne nationale. Or au XVIe siècle l’époque n’est pas nationale, mais féodale.

 

Les guerres n’opposent pas entre eux des peuples, liés par une même identité, acharnés à défendre un territoire qu’ils pensent leur, mais des nobles qui se disputent fiefs et provinces comme on se pique l’avenue de Breteuil au Monopoly.

Au début du XVe siècle, il y a trois protagonistes. Charles VI, le roi Valois, est fou. Deux puissantes familles cousines se déchirent pour accaparer le pouvoir : celle du duc de Bourgogne, les Bourguignons, et celle des Orléans, qu’on appelle les Armagnacs, à cause de leur alliance avec ce clan du Sud-Ouest. Et débarque en Normandie le troisième larron de l’affaire, Henri V d’Angleterre, le Plantagenêt.

En quelques victoires (dont Azincourt), il réussit à écraser la chevalerie française, et la reine Isabeau de Bavière, au nom de son mari le roi fou, tricote une sortie de crise ingénieuse : sa fille Catherine épousera Henri V, et leur fils scellera l’union pacifique des royaumes de France et d’Angleterre en devenant souverain des deux. C’est ce que l’on appelle la "double monarchie".

 

Une petite Lorraine en armure

Un seul est contre. Le dauphin Charles, exilé à Bourges chez ses amis Armagnacs. Fils de Charles VI, c’est à lui que devait revenir la couronne. Après des années à hésiter sur le parti à prendre, il voit son destin chamboulé grâce à l’arrivée d’une petite Lorraine en armure qui se dit inspirée par Dieu et voit en lui le seul vrai roi du royaume de France.

La jeune fille, arrivée de sa province, déborde d’une énergie proprement surhumaine. En quelques mois à peine, elle arrive à renverser le cours de l’Histoire. Emmenant son dauphin jusqu’à la cathédrale de Reims, il est sacré roi, en juillet 1429.

Ingratitude du roi, quand Jeanne est capturée, il ne fait rien pour la racheter aux Bourguignons, ni pour la sauver.

 

Jeanne et son mythe

 

Contrairement à ce qu’on pense au Puy du Fou, la petite bergère de Domrémy n’a pas traversé les siècles auréolée de sa gloire. Jusqu’au XVIIIe siècle, elle est restée un personnage folklorique dont on connaissait la geste, mais qui n’avait rien de central dans la façon dont on se représentait l’Histoire et n’intéressait pas grand monde. Il faut attendre le XIXe siècle pour qu’enfin, elle fasse son grand retour. Pour le coup, le concept de Nation s’impose.

La nation est une construction politique du XIXe siècle. Il s’agit d’en faire un principe surgi du fond des âges. D’où ce que l’on appelle aujourd’hui le "roman national", c’est-à-dire la lecture rétrospective d’une Histoire repeinte en tricolore, avec ses Gaulois, ses rois qui ont "fait la France", et ses patriotes éternels.

C’est d’abord Michelet, grand prêtre républicain de ce roman national qui en fait l’incarnation du peuple au secours du pays (marrant d’entendre de Villiers reprendre cette vision de Michelet en opposant son héroïne aux élites de l’époque, comme si l’entourage du dauphin sortait d’une ENA moyenâgeuse).

 

Quand la droite se rallie au principe national qu’elle accomode à la sauce xénophobe, elle s’accapare la bergère lorraine. Sauveuse de la monarchie, la vierge était inspirée par Dieu. Et cette droite catho n’eut de cesse que de faire canoniser la pucelle. Bien que les miracles recensés n’aient eu lieu qu’au XIXe siècle, elle est béatifiée en 1907, canonisée en 1920.

Son culte est au sommet. On le voit, il correspond également au moment où le nationalisme est également au pinacle : il vient, avec la guerre de 1914, de montrer ce qu’il est capable de produire.

 

De toute évidence, quand il s’exclame "Vive sainte Jeanne d’Arc ! Vive la France !", devant ses poilus d’opérette et ses Saint-Cyriens qui marmonnent du Péguy, Philippe de Villiers pense que le meilleur moyen de nous faire avancer dans le XXIe siècle est de le faire revenir à cette belle période.

 

D’après François Reynaert

Cette communauté de l’anneau que décrit Ariane Chemin, déçue de Sarkozy, méprisant Juppé ou Fillon, se décrit comme une grande famille nationale traditionnelle, fer de lance de la Manif (anti mariage) pour tous, admirant Zemmour, soutenue par Ménard, implantée dans le monde des patrons avec Charles Beigdeber, et soutenue par les cagots les plus réacs dont Maître Trémolet de Villers est un digne représentant.

Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 09:07
P. de Villiers a changé... en pire !

Question empire, tel Depardieu-l’enflure, il s’est rallié à celui du tchékiste Poutine. Invité le 12 novembre de l’ineffable Bourdin (d’une pugnacité très élastique, pour ne pas dire d’une certaine complaisance), il a fait du de Villiers, en pire. Du poujadisme de bas étage. Sans oublier une reconstruction des plus viciées des épisodes qui l’ont poussé sur la touche.

 

Revu et corrigé par le Vicomte Le Jolis de Villiers de Saintignon son retrait de la vie politique n’est pas due à ses échecs successifs, au fait qu’il était mis sur la touche en Vendée par ceux-là même qui l’avaient intronisé – les patrons du bocage -  ou à ses déboires purement familiaux, mais  à sa noble conception de la politique. Et à sa volonté de se recentrer sur  le Puy-du-fou, œuvre de civilisation !

 

Avec son phrasé si personnel, il assène des vérités premières telle que pour trahir il faut être proche. Visé son Brutus, Bruno Retailleau. Il oublie bien sûr – en fait il préfère ignorer – que la faille avec son fils spirituel est née de sa FNisation sous la coupe du petit Peltier qui l’a poussé vers la thématique Le Penienne, avec d’ailleurs un total insuccès. Il oublie surtout que, s’il a été poussé dehors, c’est d’abord par les patrons vendéens, à commencer par celui de Fleury-Michon. Et quand il ose se plaindre de l’opprobre lancé sur sa (sainte) famille, il sous-entend que ce seraient de vilains ennemis qui auraient essayé de jeter la boue infâme, alors que l’affaire est née de la plainte d’un de ses propres fils envers un frère : Laurent-le-menteur contre Guillaume-le-juste !

L’obsession du bien commun qu’il affiche se traduit en obsession antieurope et anti68 ! 68 qui a ruiné le principe d’autorité ; Maastrich qui a enterré le principe de souveraineté !

 

« Je me désole de l'idée qu'on est en train de fabriquer – et je pèse mes mots – un petit Français qui sera demain une sorte de consommateur à l'américaine, élevé dans l'hédonisme, le consumérisme, une sorte de petit consommateur asexué et apatride. On est en train avec le mariage pour tous de tuer la filiation biologique, à terme, c'est ça qu'on veut d'ailleurs. Des gens comme Attali le disent très bien, très fort. Et puis apatride parce qu'à partir du moment où il n'y a plus le principe de souveraineté et qu'il n'y a plus la transmission… »

 

Inutile de dire que depuis qu’il n’est plus là, les hommes politiques ont largué la France. « Longtemps j'ai été un lanceur d'alerte sur le mondialisme, l'islamisme... mais aujourd'hui j'ai un dégoût de la politique, de ce cercle de connivences » Car la politique « C'est un cloaque, on peut dire aussi un marécage. L'image qui me vient c'est une piscine fangeuse, sanguinolente dans laquelle barbotent et se mangent entre eux des caïmans et de crocodiles. »

 

Moments du plus haut comique où le Vicomte s’auto-caricature, en nous remettant une couche de Maastriche assaisonnée de Sarkollande : « Une nation c'est des contours et des conteurs. Quand une nation n'a plus de frontières et ne rêve plus, c'est-à-dire qu'elle ne rêve plus de sa propre histoire, alors à ce moment-là, il ne faut pas s'étonner qu'on ait des djihadistes, qu'on ait des jeunes de banlieue qui deviennent des djihadistes et qui se battent pour d'autres causes que la France. » On comprend donc que nous sommes à la veille d’un tremblement de terre !

 

Quand le Bourdin essaie timidement de le pousser sur la dame Le Pen, le Neu-Neu se défile. Mais rien dans son discours ne le distingue du F-Haine.

Surtout pas sur la Russie de Poutine où il nous donne un copié/collé de la propagande poutinienne. Maïdan et la révolte qui a abouti à la chute de Ianoukovytch : des néo-nazis manipulés par les Etats-Unis. La Crimée, elle est russe, la preuve Vladimir – sans doute Poutine car Vladimir Ier était grand duc de Kiev donc d’une entité Ukrainienne – y a été baptisé* (eh oui ! le KGBiste serait baptisé) ! L’intrusion de chars et troupes russes : c’est faux ! c’est de la propagande états-unienne ! "Il n'y a ni soldats, ni chars russes en Ukraine. (...) Idem pour le crash de l'avion cet été où l'on a accusé la Russie d'avoir fourni du matériel militaire ou même d'avoir abattu cet avion**". Et de se lancer dans un dégagement historique avec un mensonge éhonté sur l’interdiction du russe en Ukraine. Si l'ukrainien est la langue officielle, treize autres langues minoritaires sont reconnues, dont le russe qui est compris par la plupart des Ukrainiens ;  dans l'ouest du pays, on trouve des minorités qui parlent le polonais, le hongrois, le biélorusse, le roumain, le grec, le yiddish, le tchèque et le slovaque.

 

Et il nous récite la même antienne que le F-Haine sur le renversement d’alliances. L’histoire de l’Europe ne doit plus s’écrire avec les Etats-Unis. Du temps de la guerre froide le camp de la liberté était à l’ouest et celui de la soumission à l’Est. C’est l’inverse aujourd’hui et nous sommes sous le joug des Etats-unis, alors que le vent de la liberté, Depardieu ne le contredira pas, souffle à l’est ! Et Poutine est un grand homme d’état, un patriote ! Il est prêt à échanger ses 2 paquets de Sarkozy et de Hollande, contre 1 paquet de Poutine, notre neu-neu ! Quasiment du Douguine dans le texte !

 

    A-t-il été aux objets trouvés de Lourdes, en tout cas il a retrouvé miraculeusement sa foi ? « Je suis croyant », re-clame-t-il. La preuve, prétexte de son invitation chez le complaisant Boudin, il a commis une sorte d’autobiographie de Jeanne d’Arc, Le roman de Jeanne d’Arc ! Avec une couverture militaro-Saint-sulpicienne du plus bel effet.

 

Bientôt invité, après Zemmour, de Ménard ! Il pourra « libérer sa parole » !

 

*   Eh bien, non ! il s'agit bien de ce Vladimir Ier, baptisé en 988 à Chersonèse (en Crimée) né en 958 à Kiev, surnommé  « fornicator maximus », donc, si l'on suit le raisonnement Poutinien, comme le Grand duc de Kiev (Ukraine) a été baptisé en Crimée, il est normal que la Crimée soit arraché à l'Ukraine (capitale Kiev).

 

 

**   En guise de démonstration de cette innocence russe dans le crash du vol MH17, le Vicomte fait état d'une demande d'enquête conjointe du 1er ministre australien et du président russe. Or, en réalité, le Premier ministre australien, Tony Abbott, a affirmé qu'il profiterait du G20 pour interroger Poutine au sujet du crash du vol MH17 au-dessus de l'Ukraine. Pour Abbott, il ne fait pas de doute que la catastrophe – dans laquelle 38 Australiens sont morts – a été provoquée par un missile russe (Daily Telegraph). Et si l'enquête ne peut être menée, c'est à cause principalement des pro-russes qui contrôlent la zone de l'accident (qu'ils ont d'ailleurs eu le temps de traficoter).

Repost0
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 17:07
Konstantin Malofeev, le bigot

Konstantin Malofeev, le bigot

Si l’agité du bocage, de Villiers, a étonnamment déclaré « je ne suis pas croyant », son associé russe, Konstantin Malofeev est lui du style « vieux croyant ». Il a joué un rôle affiché en Crimée et deux de ses anciens collaborateurs ont été derrière la création d’une république auto-proclamée de Donestk ! Un drôle de paroissien ce Malofeev.

 

Or donc, le groupe Puy du Fou International SAS et l’homme d’affaires Konstantin Malofeev ont eu signé un accord pour la création d’un parc à thème historique en Russie. Le parc s’installera sur 300 hectares, le montant global des investissements s’élèvera à 18 milliards de roubles (380 millions d'euros). Et déjà est envisagée un second parc en Crimée.

 

Une Crimée que l’oligarque Malofeev connait bien, puisqu’au plus fort de la crise qui allait aboutir à son annexion par Poutine, il débarquait à Sébastopol, sur la zone de guerre, fin janvier, avec le patriarche russe accompagné de reliques séculaires, "un vrai miracle" ! Deux de ses anciens employés, qui ont sévi en Crimée, Alexandre Borodai et Igor Gikin, vont se retrouver l’un premier ministre de la république auto-proclamée de Donestk et l’autre chef militaire des séparatistes. Et leur ex-patron est plus que soupçonné de "financement illégal de groupes armés et d'actions terroristes" plus ou moins liés au tir de missile ayant abattu le vol MH17. L’union européenne l’a placé sur liste noire. Ce qui a provoqué la réaction indignée du neu-neu : "les sanctions contre Konstantin Malofeev ne sont fondées que sur un délit d'opinion, on lui reproche des déclarations sur son amour de la Russie, l'Union européenne est revenue au temps de la Terreur et les insinuations derrière ces sanctions sont de pures calomnies". La Terreur, pas moins.

 

Bizarrement, le holding financière qu’il dirige - Marshall Capital Partners - porte un nom très états-unien, puisqu’il évoque le fameux plan Marshall, que les vieux croyants, mais cocos cette fois, dénonceraient encore comme symbole de l’impérialisme yankee, que combat le Vendéen farouche ! Mais l’homme d’affaires a aussi lancé une école privée traditionnelle puis une fondation, les deux vouées à Saint-Basile-le-Grand. Et ce fervent adepte de la pure foi orthodoxe créationniste rejette les diaboliques thèses de Darwin sur l'évolution.

 

SUS AU GAY

  Et pour ce nouvel Alexandre Nevski, les chevaliers teutoniques à abattre sont les sataniques homosexuels du lobby gay. Ainsi a-t-il provoqué à Vienne, une réunion secrète anti-gay, où, si l’on en croit Austrian Times, outre Heinz-Christian Strache, président (Bundesparteiobmann) du Freiheitliche Partei Österreichs (FPÖ : Parti de la liberté d'Autriche) parti fondé par Jörg Haider, le peintre monarchiste Ilja Glasunow, on aurait trouvé la petite Marion Marechal-Le Pen (ce que dément Aymeric Chauprade – élu européen F-Haine), Volen Siderov chef d’Ataka, parti fasciste affiché de Bulgarie, mais surtout Alexandre Douguine, le chantre des racines hyperboréennes et surtout de l’eurasie. Ce fut la guest star de cette réunion dont l’objet officiel était « l'avenir des valeurs fondamentales de la civilisation chrétienne en Europe, comme la famille ».

 

EURASIA

Ce Douguine mérite qu’on s’y attarde un peu, car ses théories fumeuses inspirent à l’évidence le maître du Kremlin, Poutine. Dans les années 90, il a frayé avec Alain de Benoist et Robert Steuckers, chantres à l’époque d’une nouvelle droite nationaliste. Avec Limonov, il crée un parti national-bolchevique, pour prôner une révolution conservatrice. Mais c’est sa théorie eurasiste qui en fait tout le charme : l’identité russe est née d’une fusion originale entre les éléments slave et turco-musulman, la Russie constitue un « troisième continent » situé entre l’Occident (dénoncé comme matérialiste et décadent) et l’Asie. Dans sa géopolitique délirante l’Occident, là où le soleil se couche, représente le déclin, la dissolution, l’Eurasie représente la renaissance, c’est le pays des dieux, puisque c’est là que le soleil se lève*. Il faut donc constituer un grand bloc continental eurasien pour lutter contre la puissance atlantiste maritime, figure du mal mondial. Il a fondé un Mouvement social politique pan-russe Eurasia qui compte dans ses dirigeants le Mufti suprême de Russie, Talgat Tadjouddine, ainsi que des officiels bouddhistes et juifs (notamment le rabbin hassidique Avraam Chmoulevitch, dirigeant du mouvement Beat Artzein). Lui-même s’est fait rebaptiser chez les « vieux croyants » - staroodbriadtsy- branche ultra-traditionaliste de l’orthodoxie. Bigots de toute religion unissez-vous !

 

On comprend mieux que le chantre de Charrette, le national-catholique du bocage, notre Vicomte Le Jolis de Villers de Saintignon ait des atomes crochus avec l’oligarque intégriste. Et on peut donc tout craindre quant à la vision de l’histoire de la Russie que les deux associés comptent présenter dans leurs futurs parcs. Pour autant qu’ils se fassent…

 

 

 

* Apparemment, ce Douguine ne s’est pas aperçu que la terre est ronde et que l’est et l’ouest sont, si l’on peut dire, mobiles, c'est-à-dire relatifs. Si Paris est à l’ouest de Moscou, il est à l’est de Nouillorque et ainsi de suite…

 

Voir aussi une note de Marcin Rey sur la famille de Villiers en Russie

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 17:26
Le Vicomte fasciné par le Tsar !

Le neu-neu au pays des (ex)soviets, au fond du puy-du-fou, s’éprend de Poutine. Etonnant comme l'extrême-droite et la droite-extrême sont fascinées par le guépéiste qui joue au tsar. La Le Pen ne jure que par lui. Et voilà, le nostalgique de Charette qui nous loue le seigneur du Kremlin.

 

"Monsieur Poutine est un patriote. Il est attaché à la souveraineté de son peuple. Il a conscience que nous défendons des valeurs communes. Ce sont les valeurs de la civilisation européenne" Ces valeurs sont celles de l'"héritage chrétien" de la civilisation européenne, "car nous ne contestons pas l'héritage chrétien de la civilisation européenne", affirmait Marine Le Pen.

 

Le Vicomte Le Jolis de Villers de Saintignon, reçu par l’ex-colonel du KGB, dans le bureau du Tsar Nicolas II, au Palais d'été des Tsars à Yalta, en Crimée donc, a été très impressionné par la hauteur de vue et le charisme du Président Poutine.

 

Dégoûté de la politique qu’il disait, l’ex-porte-drapeau du national catholicisme, un cloaque. Il nous avait même fait une petite déprime qu’il soignait au pastaga, l’agité du bocage. Scandale suprême, le père de deux dominicaines du Saint-Esprit et l'époux d'une femme mystique, proclamait « Je ne suis pas croyant ». A en avaler son hostie de travers pour tous les nostalgiques du christ-roi.

 

Eh bien, il remonte sur son destrier, pour, avec Poutine, contre les affreux ricains, défendre le monde libre : « On assiste à une formidable inversion historique : jusqu’à la chute du Mur, nous avions le monde libre contre les Soviétiques et l’internationale communiste. Désormais, on a le monde libre défendu par Poutine contre les Américains et l’Internationale globaliste. Que reproche-t-on à Poutine ? De ne pas vouloir des Femen* et de l’Otan ? Comme on le comprend  ... » (Le Fig-Mag 08/08/2014)

Question inversion, il est très inverti le vicomte ! Car, si on comprend bien, les étatsuniens, qui n’étaient quand même pas les derniers à s’opposer aux soviets du temps de la guerre froide, nous auraient satellisés après la chute de l’URSS et nous vivons donc sous la botte de l’internationale globaliste comme les Polonais, les Hongrois ou les Tchéques naguère, sous le joug soviétique.

Touiitte du neu-neu !

Touiitte du neu-neu !

Mais pourquoi donc de Villers a-t-il eu droit à presque une heure d’entretien ? Il venait vendre son expertise pour aider à créer des Puy-du-fou en Russie. Et le premier, en Crimée qui vient d’être annexée tout-à-fait unilatéralement par Poutine. Poutine qui devait boire du petit lait en l’entendant déclarer "Les sanctions sont des actes de guerre. Les coopérations sont des actes de paix." "Nous sommes venus poser un acte de paix. Cette oeuvre commune [la création du "Puy du Fou Tsargrad"]  s'inscrit dans la longue tradition de l'amitié franco-russe".

"L'avenir de l'Europe ne s'écrit pas sur le continent américain. Il s'écrit sur le continent européen. Il n'y a pas d'avenir de l'Europe sans la Russie […] Beaucoup d'Européens veulent sortir de l'engrenage des sanctions, à commencer par les agriculteurs. Les Européens veulent la paix, ils ont de l'admiration pour le chef d'Etat que vous êtes".

 

Comment, en effet, ne pas admirer ce grand croyant, lui, qui fait bénir, à grands coups de queue de vache trempée dans l’eau bénite, par un pope ensoutané, les camions humanitaires à destination de l’Ukraine, pays souverain qui n’en demandait pas tant ? Comment, en effet, ne pas admirer ce grand démocrate, ce héros du monde libre à la mode villièriste, qui truque sur les bords les élections et réduit au silence ses opposants ? Et comment ne pas applaudir à ses annexions, affichée en Crimée, déguisées en Géorgie et en Moldavie et aux légitimes menaces qu’il fait peser sur les pays Baltes ? Faut-il continuer les louanges, M. le Vicomte ?

 

L’ex-colonel du KGB mène en fait une politique cynique de reconstruction d’un empire Russe, jouant sur les minorités russophones des pays voisins de la Russie pour justifier son interventionnisme. Mais son homophobie, largement partagée par ses compatriotes (90 %), l'est aussi par l’intégriste de Villers qui, s’il a la foi fragile (et peut-être le foie, par abus de Ricard), garde ses réflexes tradi-cathos intacts.

 

Pour de Villiers, Vladimir Poutine défend des "valeurs morales"

Pour ceux qui veulent retrouver la voix de mélécasse (trop) et écouter les propos délirants du neu-neu, prêt à échanger Hollande et Sarko pour Poutine à la tête de la France : http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/seduit-par-poutine-de-villiers-promet-deux-puy-du-fou-en-russie-550721

Ces "valeurs morales" sont au diapason des "valeurs communes" de Marine Le Pen !

 

 

* A noter que l'agité du bocage confond les FEMEN Ukrainiennes, avec les PUSSY RIOT, trois jeunes femmes arbitrairement jetées en 'camps de travail' - version poutinienne des camps des soviets - pour vandalisme et incitation à la haine religieuse ; elles avaient, en fait, dénoncé la collusion entre l'église orthodoxe et Poutine !

 

 

 

 

En complément : un éclairage Polonais sur cette rencontre

Le Vicomte, le général, Poutine et Mistral

 

Un correspondant me signale une note de  Marcin Rey, traducteur et journaliste freelance Polonais, né à La Roche-sur-Yon de parents réfugiés politiques et qui est parti vivre en Pologne. « Il a beaucoup travaillé ce dossier, parle le russe et entretient un réseau important dans toute cette région. C’est un garçon de confiance », m’assure ce correspondant.

On peut juger cette note comme teintée de complotisme* avec le lien fait entre la réception de notre Vicomte au palais des Tsars de Yalta par Poutine et l’affaire des bateaux de guerre Mistral.

On peut aussi comprendre l’inquiétude en Pologne, car comme le rappelle le Nouvel Obs : « c'est un "BPC", un bâtiment de projection et de commandement. Mesurant 199 mètres de long, il peut transporter, rapidement et à plusieurs centaines de kilomètres, quatre cent cinquante hommes de troupe, seize hélicoptères, soixante-dix blindés, deux blocs opératoires et un état-major complet. Le tout en commandant une flotte de plusieurs navires avec des moyens électroniques dernier cri. » Une menace pour des pays qui, comme l’Ukraine, ont des minorités russophones, Pays Baltes par exemple, mais aussi ceux qui ont des dissensions avec Moscou, comme le Japon avec les îles Kouriles. Une lourde erreur héritée de Sarkozy : comme dit Kouchner : "Nous nous sommes trompés, mais de bonne foi."

 

EXTRAITS

Guillaume de Villiers, derrière son père.

Les affaires de la famille de Villiers en Russie remontent à une quinzaine d’années. « Barnes » est une société immobilière internationale avec des bureaux en Suisse, en France, aux USA, en Chine, en Grande Bretagne et surtout en Russie. Elle est dirigée par Thibault de Saint Vincent. Guillaume de Villiers, fils de Philippe, connu pour son implication dans une affaire de mœurs largement médiatisée en France, est président de la filiale Barnes Russie. (…) Les bureaux de Barnes Russie à Moscou sont dans le même bâtiment que l’état-major électoral du parti de Poutine, « Russie Unie » (Единая Pоссия). […]

Suivant des informations à vérifier le cas échéant, [Guillaume de Villiers] aurait eu un rôle dans l’implantation de groupes français de premier plan en Russie, auxquelles il aura pu mettre à disposition des excellentes relations avec le pouvoir, sans lesquelles toute activité est impossible.

 

[La source Polonaise confirme la présence de Marion Maréchal-Le Pen à la réunion de Vienne anti-gays]

 

Les de Villiers se sont rués sur l’opportunité que constitue l’occupation de la Crimée. Dès le 25 avril, Guillaume de Villiers et le président de Barnes, Thibaut de Saint Vincent, se sont rendus en Crimée pour rencontrer le gouverneur de Crimée installé par Poutine, Sergueï Aksyonov. Cet individu a un lourd passé (et un présent) criminel.

 

Ensuite, ce 14 août, Poutine a reçu personnellement Philippe de Villiers au palais des Tsars de Yalta au sujet de la construction d’un second parc d’attractions historiques en Crimée. C’est tout à fait exceptionnel. Même Marine le Pen n’a pas eu ce "privilège" lors de sa réunion de travail au Kremlin en juin 2013.

 

La propagande russe a exploité la visite de Philippe de Villiers à fond. Elle l’a présenté comme un homme politique de premier plan, représentant aussi « le patronat français », venu apporter « le soutien du peuple français à la Russie ». Mais si ce n’était que pour la propagande interne, Poutine aurait reçu Mme le Pen, qui est quand même bien plus importante en France

[…]

L’une des raisons du traitement particulier que Poutine réserve à Philippe de Villiers pourrait être que celui-ci a un frère, et que ce frère, le général Pierre de Villiers, est le Chef d’État-Major des Armées Françaises depuis février 2014.

Il n’y a aucun indice permettant de douter de l’intégrité du général de Villiers ni de supposer qu’il cède à des influences. (…) Mais l’on peut et doit s’imaginer que l’idée de Poutine soit de faire du chantage au général de Villiers. Si les décisions du général de Villiers n’allaient pas dans le sens escompté par la Russie, il fera en sorte que les affaires des de Villiers en Russie en pâtissent. Ce serait absolument dans la logique des pratiques de ce régime.

 

La note complète est consultable sur http://tinyurl.com/FRdeVilliersMistral

 

* Vu le passé d'officier du KGB puis de Directeur du FSB (nouveau nom du KGB) de Poutine lui prêter des desseins tortueux n'est pas du tout invraisemblable.

 

NB Les liens et les mises en relief dans les extraits sont de mon fait.

La note de Marcin Rey a nourri un dossier du "SANSCULOTTE85"

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.