Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 15:45

Sanctum Praeputium

Dans un article du 8 mars 2014, j’évoquais la recherche de l’ADN de dieu à partir du prépuce de Jésus. Article bien trop timide, car un passionnant résumé de l’histoire du Saint-Prépuce émet l’hypothèse d’un clonage du Christ. 

Indiana Jones, au lieu de se lancer à la recherche de l’Arche perdue aurait mieux fait de se lancer en quête du Saint-Prépuce !

 

     Nous le savons grâce à Luc et son évangile, le petit Jésus, fut circoncis à 8 jours. Ce n’est qu’en 567 que l’église décida de fêter cette cérémonie le 1er janvier par un jour férié.

Mais comment cette chair sacrée a-t-elle pu traverser les siècles ? Un évangile apocryphe conte que la vieille femme qui avait procédé à l’ablation avait gardé le prépuce dans un vase d'albâtre rempli d'huile aromatique de nard, parfum capiteux. Elle le donna plus tard à son fils en lui demandant de ne jamais le céder même pour 300 pièces d’argent. Bien sûr le gaillard n’eut de cesse que de le vendre à Marie-Madeleine. Et c’est avec cette huile qu’elle oignit les pieds de Jésus puis les essuya avec ses cheveux ! Mais du coup on perd la trace du prépuce !

L’anneau de Saturne

Le destin de ce morceau de peau a suscité de graves débats théologiques. Pour certains, il serait monté au ciel avec Jésus ressuscité. Mais d’autres pensent que le prépuce, comme les poils rasés, les rognures d’ongle ou les selles, toutes ces parties du corps non essentielles, seraient restées sur terre. Enfin, beaucoup plus original, le théologien grec Leo Allatius, qui, dans “De Praeputio Domini Nostri Jesu Christi Diatriba” (discussions sur le prépuce de notre Seigneur Jésus Christ), a proposé une autre hypothèse : le prépuce monté au ciel par ses propres moyens se serait transformé en anneau de Saturne !

La foire aux reliques

Le Moyen-Âge connut un véritable engouement pour les reliques. Chaque église se devait d’avoir la sienne pour attirer les pélerins et leurs dons. Elles étaient classées en trois catégories. La première classe était bien sûr un morceau du saint lui-même. La seconde des affaires lui ayant appartenu. Enfin, faute de mieux, des objets qu’il aurait touchés.

 

Parmi les reliques les plus insolites on trouvait un soupir de saint-Joseph, enfermé dans une bouteille dans une église de Blois, et encore mieux un éternuement du saint-Esprit dans la paroisse de San Frontino ! Plus matérielles sont les pierres qui ont servi à lapider saint Stéphane ou les flèches qui percèrent saint Sébastien. On trouve aussi une oreille de saint Pierre, les seins de sainte Agathe, 60 dents de saint Jean-Baptiste… Plus insolite encore : les plumes des ailes de l’archange Gabriel.

Mais, évidemment, tout ce qui touche Marie et Jésus est hors classe.

Le voile de Marie mais aussi des gouttes du lait dont elle a nourri le divin enfant et ses larmes ont été retrouvées. Dans un inventaire à la Prévert on trouve les restes de poisson de la pêche miraculeuse et les paniers de la multiplication des pains, le collier de l’âne sur lequel Jésus fit son entrée à Jérusalem, les trente deniers de Judas, pas moins de huit cents épines de la couronne du Christ et trois lances qui ont percé son flanc, les clous et les morceaux de la vraie croix à profusion ! La cathédrale de Murcie se flatte de posséder un poil de la barbe de Jésus. Mais il existe aussi trois cordons ombilicaux et 500 dents de lait de l’enfant Jésus ! Quant au sang du christ, il doit y en avoir des décalitres dans la chrétienté.

Le prépuce gage de fécondité

Mais le prépuce, morceau du pénis divin, symbole de fécondité, est la vedette des reliques ! L’impératrice byzantine Hélène avait apporté à Rome la pierre sur laquelle le Christ avait été circoncis, ainsi que le couteau (qui s’est dédoublé puisqu’on en trouve un à Compiègne et l’autre à Maastricht). Mais, comme on l’a vu, il revint à Charlemagne de rapporter le saint Prépuce même d’un pélerinage au Saint-Sépulcre et d’en faire don au pape en l’an 800 !

  Sauf que les belges prétendent que Godefroid de Bouillon l’avait emporté lors de la 1ère croisade, puis cédé à Baudoin, pas l’époux de Fabiola mais le roi de Jérusalem. Et son chapelain en aurait fait don ensuite à l’église Sainte-Marie-la-Glorieuse à Anvers. Lorsqu’il déposa la sainte chair sur l’autel, l’évêque de Cambrai qui célébrait la messe vit trois gouttes de sang s’en échapper, preuve irréfutable que c’était bien le saint petit bout de peau. Malheureusement, en 1566, avec la Réforme protestante, la relique disparut à jamais.

Le prépuce-land !

La France est riche en prépuces divins. Ainsi celui de Saint-Coulomb que Catherine de Valois, épouse d’Henri V d’Angleterre, avait emprunté pour porter remède à son infertilité et qui n’est jamais revenu chez les moines locaux.

Conques, sur le chemin de Saint-jacques, a, dans ses nombreuses reliques, un petit coffre qui contiendrait la vraie chair du Christ.

Mais le prépuce le plus fameux de France fut sans doute celui de Charroux, en Poitou. Le monastère qui se flattait aussi de posséder le crâne de Jean Baptiste, les cordes qui avaient lié Jésus et les épines de sa couronne, aurait reçu la précieuse relique de Charlemagne encore. Mais un incendie détruisit le monastère. Les moines tenaces le reconstruisirent et grâce à quelques documents falsifiés assurèrent que le monastère avait été fondé par Charlemagne lui-même en 799 et qu’il lui avait confié l’authentique prépuce avec en prime un morceau de la vraie croix ! Leur opération de marketting fut une réussite et Charroux se transforma en une sorte de parc d’attraction, un prépuce-land !

Le Saint-Prépuce a été mis, si j’ose dire, à toutes les sauces.

Ainsi Catherine de Sienne, la sainte patronne de l’Italie, s’est mariée mystiquement avec Jésus. Dans une vision, la vierge Marie l’a présentée à son fils qui, pour marquer ce mariage, lui a fait don d’un anneau, confectionné avec la peau de son prépuce*, en lui disant : « Reçois cette alliance comme preuve que tu es mienne et que tu seras mienne à jamais » ! La sainte affirma donc qu’elle avait au doigt ce prépuce de son seigneur. Mais malheureusement il n’était visible que d’elle. Cependant, des dévotes, en contemplation devant les reliques de la sainte, prétendent avoir vu l’anneau de chair.

Une nonne autrichienne, Agnès Blannbekin, lors de la célébration de la fête de la circoncision, le 1er janvier, elle, a senti le saint-prépuce sur sa langue ! D’après son confesseur, un bénédictin, elle avait eu ainsi la révélation que le prépuce était ressuscité le jour de la résurrection du Christ. Si grande était sa suavité que quand Agnès eut avalé la petite peau, elle sentit une douce transformation de tous ses membres.

 

* Un jésuite, Salmerón, pense lui que cet anneau a été fabriqué par le saint-esprit à partir du très pur utérus de Marie.

Le vrai prépuce révélé par Marie

Dans cette profusion, comment décider quelle était la relique authentique ?

Ce fut la vierge Marie elle-même qui le révéla à la sainte Brigitte.

La précieuse membrane se trouvait bien à Rome. Sauf qu’en 1527, le sac de Rome par les troupes de l’empereur Charles Quint a entraîné le pillage des reliques. Et c’est ainsi qu’un mercenaire allemand, remontant chez lui, fut capturé par des paysans du village de Calcata. Ils l’ont emprisonné dans une sorte de grotte. Et des années plus tard, le curé, intrigué par le comportement des animaux du village qui s’arrêtaient devant la grotte et grattaient le sol de leur sabot, décida de l’inspecter. Il découvrit une boîte en argent caché sous la paille. A l’intérieur, outre un orteil de saint Valentin, une dent et un morceau de la mâchoire de sainte Marthe, il y avait ni plus ni moins que le saint Prépuce de Jésus. L’un des deux prélats, dépêchés par Rome, en testant l’élasticité de la chair déclencha une tempête. C’était donc bien l’authentique prépuce divin !

Finalement les papes décidèrent de laisser la relique dans le village, avec en prime une indulgence pour les pélerins. Tout allait donc pour le mieux pour Calcata. Jusqu’à ce que, en 1856, à Charroux, en abattant un mur, un ouvrier mit à jour des vestiges cachés, soit pendant les guerres de religion, soit sous la Révolution. Et les croyants poitevins de prétendre avoir retrouvé le saint Prépuce.

Mais le pape Pie IX a d’autres chats à fouetter que de trancher entre Calcata et Charroux, tout occupé qu’il est de combattre la laïcité et la Franc-Maçonnerie. Finalement, en 1900, le pape Léon XIII interdit, sous peine d’excommunication, de parler du saint-Prépuce ! Calcata continua cependant, au 1er de l’an, la folklorique procession de la relique.

On a volé le prépuce !

Après un tremblement de terre désastreux à Messine (1908), il fut décidé d’abandonner la cité de Calcata située sur une faille sismique, et de construire un nouveau village. Mais dans les années 1960, la vieille cité délabrée, où ne vivaient plus que quelques vieillards et des chats, fut investie par des artistes et hippies. Si bien qu’aujourd’hui, le vieux village historique est devenu un lieu touristique avec restos et galeries d’art. Au grand bénéfice des ex-hippies qui avaient acquis les demeures vouées à la démolition pour une bouchée de pain.

Le 1er janvier 1983, Dario Magnoni curé de la paroisse de Calcata annonça à ses fidèles que la sainte relique ne pourrait être exposée à leur dévotion car des mains sacrilèges l’avait dérobée dans sa chambre. Coïncidence qui n’allait pas manquer d’alimenter les thèses complotistes, au même moment Ronald Reagan renouait les relations diplomatiques – interrompues depuis 1868 – avec le Vatican.

Les hypothèses allèrent bon train. Le prêtre lui-même fut suspecté d’avoir vendu la relique. Pour d’autres, le prépuce avait déjà disparu à l’occasion d’une exposition à Rome et depuis don Dario promenait un reliquaire vide aux processions. Pour d’autres le vol remonterait aux nazis. Ou alors c’était des membres d’une secte satanique de Turin, ville magique, appartenant à la constellation des sites ésotériques, comme Bruges, Stonehenge ou La Mecque. Avec sans doute la complicité des hippies locaux.

David Farley, dans un documentaire de la National Geographic, rend compte d’une autre hypothèse à double détente. Ce serait le Vatican qui, effrayé par les progrès de la datation par le carbone 14, aurait décidé de faire disparaître le seul vestige du corps du Christ resté en ce bas monde. Mais se greffe une autre hypothèse ô combien plus séduisante, émise déjà par un best-seller italien, La maledizione di Christo, d’Alessandro Scannella, celle d’un clonage dans des laboratoires cachés dans les caves du Vatican !

Il ne restait plus qu’à imaginer le pape entouré de néo-nazis illuminati sataniques, manipulés par la CIA de Reagan qui comme chacun sait est un hybride de lémurien extra-terrestre et d’humain, pour imaginer ce que va devenir le clone de Jésus, dans de telles mains !

   Cependant Farley a écarté cette si palpitante hypothèse. Ses investigations historiques lui ont fait découvrir un Cybo (les Cybo sont une riche famille italienne qui a donné un pape et un cardinal à l’église) qui possédait en 1723 une des plus riches collections de reliques. Entre autres, il avait un poil (pubien ?) et du lait de la Vierge, des os de ses parents (à la Vierge pas à ce Cybo), la colonne vertébrale de saint Paul, un os de saint Pierre. En amateur de reliques, il alla vérifier à Calcata s’il y avait vraiment le saint Prépuce. Quand il en eut la certitude, il proposa à l’évêque du diocèse de lui offrir un reliquaire de luxe en échange d’un morceau de la peau de zob ! Il aurait tout légué à l’église Sainte-Marie-des-Anges de Rome. Hélas, le curé de l’église lui avoua que toutes ces vieilleries médiévales qui n’intéressaient plus personne avait été bazardées.

Et, pour tenter de conclure son enquête, il réussit à rencontrer Don dario, le curé du bled, qui lui confessa, après quelques verres, qu’à vrai dire, pour lui, cette histoire de prépuce n’était qu’une vaste connerie.

Il en avait sans doute eu marre de faire le clown en procession avec son reliquaire bidon tous les 1er janvier et avait inventé ce vol.

 

La fabrication d’un clone dans un laboratoire clandestin caché dans les caves du Vatican, ça avait plus de gueule que cette enquête qui se termine en queue de poisson, même pas tiré des filets de la pêche miraculeuse.

 

 

Voir aussi :

El Santo Prepucio y su extraña historia.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PB 11/10/2016 15:51

Alors l'ex-proviseur pornographe avéré Launay, tu supprimes encore et encore , en toute lâcheté, mes commentaires je vois... Contiennent t'ils tant de vérités à ton sujet et celui de ton immonde "de-blogue note" que tu en sois réduit à les effacer un à un ???? Merci de cette pratique qui de fait, trahit les humiliations qu'il faut bien qu'un jour les bons t'infligent... Juste retour des choses ô proviseur de l'abominable ... A+ !

J.-F. Launay 11/10/2016 16:28

Laissons, en "butte témoin" en quelque sorte, les sanies de ce crapaud de bénitier qui coasse sa haine !

Mais après BASTA, on tire la chasse !

PS Ce malade mental continue inlassablement de polluer mon deblog-notes !

SC 11/09/2016 22:27

Vous ne supportez donc pas la contradiction monsieur l'amoureux de la liberté d'expression... ? Allons, ce ne sont pas ces "arguments" (blasphèmes et insultes) qui vont convaincre les 3 lecteurs (dont je suis, n'en reste plus que 2) de votre blog du bien-fondé de vos propos.

J.-F. Launay 11/09/2016 22:57

Si je ne supportais "la contradiction" lâche ânonyme vos divagations débiles ne seraient même pas apparues !
Mais, il est bon de montrer de quel degré d'imbécilité certains cagots sont capables ! Donc MERCI !

SC 11/09/2016 16:11

Vous voulez de l'ADN de Jésus-Christ ?
Le linceul de Turin en est suffisamment garni, qui a reçu le Sang du Sauveur, pas besoin par esprit de mauvaise ironie salace d'aller chercher ailleurs...

J.-F. Launay 14/09/2016 17:40

Les mensonges habituels des ratichons anonymes ne sont pas des arguments mais la preuve de leur insondable crédulité.
Croyez dons à votre saint-suaire et autres bondieuseries si ça vous chante !

SC 11/09/2016 23:57

Degré d'imbécilité ? Divagations débiles ? Ragots ? Des insultes parce que je vous apporte des arguments sur la véracité et l’authenticité du Linceul, arguments que vous êtes dans l'incapacité de démonter ...
Qui de nous deux est l'imbécile ?

J.-F. Launay 11/09/2016 17:46

La datation au carbone 14 du prétendu suaire – voulue et encadrée par l’église catholique - a mis fin à cette imposture. Ou presque car un professeur Nimbus a imaginé un « effet piézonucléaire » dû à un séisme qui aurait provoqué l’impression et bouleversé le taux de carbone ! Donc pas plus de sang du christ que de beurre en branche sur ce faux saint suaire !

Barrès 08/09/2016 19:43

Incapable de la moindre répartie je vois ! Mis à part l'insulte évidemment !!!! Pour un ex instituteur, ça la fout mal !!!! Je vous laisse à vos noms d'oiseaux monsieur le principal ... Ha ha !

J.-F. Launay 16/09/2016 19:31

AMEN

SC 16/09/2016 18:07

"Les mensonges habituels des ratichons anonymes" (si vous ne voulez pas d'anonymes, ne prévoyez pas de case "anonyme") font intervenir une image en 3D, des détails anatomiques non reproductibles par peinture, des effets photographiques (image en négatif), l'absence de pigments (pas de trace de peinture), des effets physiologiques constatables par la seule médecine etc. En "face", le seul argument demeure le résultat de l'analyse au C.14 faite sur un ... ajout de tissu suite à la détérioration du pourtour du Linceul par un incendie. Rien ne prouve en effet qu'il s'agisse là du signe de la résurrection du Christ, mais tout prouve qu'il s'agit là de l'image inexplicable -et toujours inreproduisible- du cadavre d'un homme mûr, de grande taille, de corpulence bien charpentée, barbu et chevelu, flagellé, couronné d'une coiffe d'épines, au côté droit percé, et mort crucifié. Tout comme dans les évangiles...

J.-F. Launay 11/09/2016 21:43

NOM DEDIEU ! Sacré Bordel de Vierge enceinte ! la maladie est sur les poules et la vérole sur le bas clergé breton ! Et une paire de profonds débiles (mais ne sont-ce pas les mêmes ?) se sont donnés rendrez-vous sur mon blog !

Et cet abruti de me réciter toutes les pire âneries su ce faux suaire !

SC 11/09/2016 19:34

Le carbone 14 est l'alibi derrière lequel se retranche tous les opposants de la Sainte Image du Christ. Eh oui, accepter ce miracle c'est accepter la Résurrection, et accepter la Résurrection c'est de fait croire en l’Évangile du Christ : voilà qui ne fait pas l'affaire du Malin et de ceux qui vont sous son étendard n'est-ce pas ?
Sauf que... La datation au carbone 14 a été faite sur une pièce rajoutée suite à la consumation partielle du Linceul.
Maintenant cher monsieur, je vous mets au défi de reproduire à l'identique une telle image : même avec les moyens modernes vous n'y arriverez pas ! Pourquoi ?
Parce que toute image reconstituée à partir d'un bas-relief ou moulage de plâtre, mise à plat donne une image déformée et que ce n'est pas le cas pour le Linceul.
Parce que tous les effets physiologiques conséquents à une flagellation et à une crucifixion se constatent sur l'Image Sainte et qu'ils n'étaient pas (ou mal) connus au XIVème siècle, époque annoncée de la soi-disant fabrication du faux.
Parce qu'aucun peintre, aucun artiste du XIVème (et à fortiori avant) n'avait représenté avec tant de minutie autant de détails ergonomiques.
Parce que le Christ est représenté nu et que c'était un grave manque de respect que de le montrer ainsi.
Parce que la jambe du supplicié qui parait plus courte n'est pas une erreur de proportion du dit supposé faussaire, mais l'effet de projection dû à son angle sous le genou.
Parce que seules des études de chirurgies récentes ont montré que les suppliciés étaient cloués, non au niveau de la paume, ni même dans les poignets, mais très exactement dans l'espace de Destot et que c'est très justement cela que montre l'étude des plaies.
Parce qu'un objet pointu enfoncé dans le dit espace créé aussitôt une réaction nerveuse consistant au repli du pouce vers l'intérieur de la main, replis constaté là encore sur le Linceul.
Parce que les deux bras paraissent anormalement longs, tandis que là encore il ne s'agit que de l'effet de projection de l'image d'un cadavre légèrement replié sur lui-même au niveau du haut des cuisses.
Parce que les traces et coulures de sang correspondent très exactement à l'angle des membres du supplicié sur la croix et aux obstacles naturels d'un corps vertical (cheveux, poils, rides etc.).
Parce que l'Image du Linceul finalement est une sorte de photographie, impossible donc à fabriquer au moyen-âge et quasiment impossible aujourd'hui.
Parce que le dosage de l'énergie nécessaire à cette impression est si subtil (très élevé mais très bref) que vous n'obtiendriez soit qu'une pâle reproduction (et encore) soit un drap totalement consumé.
Parce qu'il n'y a aucune trace de peinture sur le Linceul, mais que l'Image est due à une coloration par rayonnement et brûlures localisée.
Bref monsieur l'éclectique, devant votre horizon lointain de la connaissance, vous avez encore du chemin à parcourir ...

Barrès 08/09/2016 18:38

Instituteur, principal de collège, sbire d'un député... Rien d'étonnant finalement à ce que vous-vous permettiez de créer un blog aussi truffé de diatribes et de diffamations christianophobes ! Frère trois points peut-être ? Je vous laisse à vos fantasmes de bobos... Mais épargnez la sérénité et la foi de ceux ( les fidèles et croyants catholiques) qui prient pour vous dans la paix , aux antipodes de vos attaques ( et de celles que vous relayez ici ) contre l'Église ... Puissiez-vous , un jour, vous repentir de ces égarements , ...

J.-F. Launay 08/09/2016 18:56

Et non ce cul-bénit n'est pas un plaisantin mais un sale CON !

barrès 08/09/2016 17:16

Votre athéisme, s'il était béat, serait à prendre au second degré... Hélas ce qui vous motive, j.f launey, n'a rien d 'innocent ni d'éclectique ni ne serait ici, visible de tous ... Ne soyez donc pas surpris que le "plaisantin" que je suis, réponde à vos infâmes attaques contre l'Eglise catholique . Quant à votre pseudo "victimisation", je vous laisse à votre conscience...

J. F. Launay 08/09/2016 19:07

Con et fier de l'être !
Et ce guignol me poursuit de sa haine imbécile sur l'article sur l'évacuation des intégristes fachos de l'église Ste Rita !

barrès 08/09/2016 16:52

Ce "deblog note sous le signe de l'éclectisme" (?) n'est rien d'autre qu'une énième occasion crasse, d'attaquer la religion catholique tant il est empli de souillures et de démonstrations truffées d'évidentes lacunes ! Sa motivation, n'ayant d'autre but que de diffamer l'Eglise du Seigneur, pratiquer la diatribe teintée d'un athéisme zélé, (allant même jusqu'au blasphème) plutôt qu'une véritable recherche- honnête et sincère- des connaissances de la doctrine du Christ, et/ou d'une volonté de partage des opinions . Encore une démonstration de l'esprit du monde qui fait "du mal un bien et du bien un mal" ... Mr Barrès Philippe.

J.-F. Launay 08/09/2016 17:00

A ce degré de bigoterie béate, je me demande si je ne suis pas victime d'un plaisantin et que ce morceau d'anthologie n'est pas à prendre au second degré...

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.