Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 16:24
Œcuménisme de l’obscurantisme : intégristes musulmans et cathos contre l’école publique !

Farida Belghoul et Christine Boutin, unies dans la stupidité, crient haro sur une prétendue « théorie du genre ». Un texto totalement  délirant a convaincu des mères de ne pas envoyer leurs enfants à l’école car on y enseignerait la masturbation ! Mais cette crédulité inquiétante, qui montre le degré de défiance de certaines familles envers l’école publique, a pour terreau des affirmations mensongères de prélats, représentants de l’enseignement catholique relayés, entre autres, par la famille Hutin d’Ouest-France, 1er quotidien de France.

 

La dernière de Boutin : « … on parle du côté du gouvernement de "stratégie provisoire d'avancement à potentialité différée". » Or, faisant preuve d’une bêtise à potentialité instantanée, elle a pris pour une citation authentique un touitte d’un site parodique, Le Gorafi. Quant à F. Belghoul, ex-passionaria d’une deuxième marche (ratée) pour l’égalité, outre sa chasse aux agents démoniaques, elle affiche un délire antisémite – accusant l’union des étudiants juifs d’avoir inoculé le rap dans les quartiers – qui fait un peu douter de sa santé mentale. A trop crier au diable, ne serait-ce pas elle la possédée ?

 

Faut-il rappeler que c’est Luc Chatel, Ministre de l’éducation nationale sous Sarko, qui, en 2011, a essuyé les plâtres, si l’on peut dire, de l’offensive sur la prétendue théorie du genre qui nourrit les fantasmes de Mmes Boutin et Belghoul ? Offensive menée par l’épiscopat lui-même et par la direction de l’enseignement catholique. Offensive mensongère qui prétendait que Les nouveaux programmes de SVT (Sciences et Vie de la Terre) des Premières ES et L font référence à la « théorie du genre ». La droite populiste UMP, avec l’impayable LioNNel Luca, a embrayé sur le thème, toujours en 2011. « Ce qui est grave, c’est que cette théorie, sous couvert de reconnaître différentes identités sexuelles, veut légitimer à terme la pédophilie, voire la zoophilie… » Dans l’outrance, on le voit, Luca ouvrait la voie à Belghoul. Comme Ludivine de la Rochère et ses émules qui dès la rentrée 2013 mettaient sur pied des comités de vigilance pour veiller  avec les parents d'élèves, aux messages véhiculés dans les écoles et les crèches. Double paradoxe, la très bigote de la Rochère – ex chargée de communication de l’épiscopat – s’est fait brûler la politesse par une islamo-antisémite et qui ne met même pas ses propres enfants à l’école !

"La nouvelle édition" Canal+ 04-02-14

Semaine après semaine, les très cathos Hutin père et fille, avec un ton patelin pour le premier, le samedi, et très prêchi-prêcha pour l’autre, le dimanche, instillent leur dogme à longueur d’éditos sur Ouest-France. Ainsi, papa, samedi 1er février, après une condamnation de principe de la manif de la haine du dimanche précédent – extrémisme qui existe dans toute société – s’en prend aux responsables politiques, entendez socialistes, qui ne semblent pas se rendre compte de leur suffisance. Car, rendez-vous compte, ils osent s’attaquer aux stéréotypes. Or « Chasser les stéréotypes et changer brusquement les mœurs traditionnelles ne peuvent qu’inquiéter » pour M. Hutin.

Il reste cependant et prudemment dans le flou concernant les fameux stéréotypes. Car, ce qui est visé par les cagots, c’est le combat pour l’égalité filles-garçons à l’école. Et les prétendus mœurs traditionnelles chères au patron d’Ouest-France sont celles qui prônent le rôle subalterne de la femme.

Œcuménisme de l’obscurantisme : intégristes musulmans et cathos contre l’école publique !

Le fameux ABCD de l’égalité – cause des délires de la dame Belghoul – se propose, scandale suprême, de tenter de traduire dans le concret le mot égalité souvent gravé au fronton de nos écoles communales. Serait-ce faire preuve de suffisance que de rappeler que « C'est la mission du système éducatif de faire réussir chacun et chacune, fille ou garçon, de la maternelle à l'enseignement supérieur. Cette réussite implique que les valeurs humanistes d'égalité et de respect entre les femmes et les hommes soient transmises et comprises dès le plus jeune âge. » (V. Peillon).

 

Marie-Christine TOCZEK (colloqué d'Education & Devenir 25-01-14)

Marie-Christine TOCZEK (colloqué d'Education & Devenir 25-01-14)

Tâche rude. Car les stéréotypes sont ancrés dans le système éducatif même. Aux garçons, les filières conduisant au pouvoir, aux affaires et à la maîtrise de l’environnement ; aux filles, les filières plus relationnelles, les métiers de l’éducation, du social et de la santé. Ainsi se trouve maintenue, malgré les progrès scolaires des filles, la hiérarchie entre les sexes. Tout se passe comme si dans notre système scolaire, il existait une division sexuée des disciplines scolaires et des filières : les sciences et les techniques sont plutôt territoire masculin et les lettres territoire féminin. (Ludovic Morge, Marie-Christine Toczek).

Avec ce type d’étude de genre, on est loin, on le constate, des fantasmes, assez obscènes au demeurant, de la dame Belghoul sur la transsexualité enseignée aux gamins de maternelle. Car au-delà des folkloriques stéréotypes – filles et poupées, garçons et petites voitures – chers à papa Hutin, ces études analysent les mécanismes masqués qui, au sein de l’école, perpétuent les inégalités femme/homme.

Œcuménisme de l’obscurantisme : intégristes musulmans et cathos contre l’école publique !
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 16:17
Lycée des Bruyères

Lycée des Bruyères

30e Colloque

30e Colloque

Rassurez-vous l’Association E&D, trentenaire, ne s’est pas inspirée, pour le titre de son colloque de celui d’un nanar comique de la fin des années 70 du siècle dernier. Non, du sérieux « Faire confiance : une nécessité pour l’école et pour ses acteurs ».

 

30e colloque national donc, au Lycée des Bruyères, dans la banlieue rouennaise, les 24, 25 et 26 janvier 2014.

 

Quelques images. Quelques liens.

Avec en contre-point quelques textes de Prévert surtout, de Supervielle aussi et de Leny Escudero.

 

NB Ce "reportage" du déblogueur n'engage en rien E&D : l'éventuel compte rendu officiel est à chercher sur son site et les actes de ce colloque y seront publiés ultérieurement;

Voir aussi les touittes de Benoît Becquart

J.F. Delporte, V. Peillon, M.C. Cortial, A. Picquenot,N. Mayer-RossignolJ.F. Delporte, V. Peillon, M.C. Cortial, A. Picquenot,N. Mayer-Rossignol
J.F. Delporte, V. Peillon, M.C. Cortial, A. Picquenot,N. Mayer-Rossignol
J.F. Delporte, V. Peillon, M.C. Cortial, A. Picquenot,N. Mayer-RossignolJ.F. Delporte, V. Peillon, M.C. Cortial, A. Picquenot,N. Mayer-Rossignol

J.F. Delporte, V. Peillon, M.C. Cortial, A. Picquenot,N. Mayer-Rossignol

Jean-François Delporte, Proviseur du Lycée des Bruyère, accueille les participants qui ont droit à une vidéo du Ministre de l'éducation nationale.

Mot d'accueil également de la Présidente, Marie-Claude Cortial. Puis, Alain Picquenot intervient au nom de la Rectrice, avant que Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la région, souhaite la bienvenue en Haute-Normandie.

Conférence de P. Joutard, questions de P. Bouchard, journaliste et de G. Moreau, secrétaire général honoraire
Conférence de P. Joutard, questions de P. Bouchard, journaliste et de G. Moreau, secrétaire général honoraire
Conférence de P. Joutard, questions de P. Bouchard, journaliste et de G. Moreau, secrétaire général honoraire
Conférence de P. Joutard, questions de P. Bouchard, journaliste et de G. Moreau, secrétaire général honoraire
Conférence de P. Joutard, questions de P. Bouchard, journaliste et de G. Moreau, secrétaire général honoraire
Conférence de P. Joutard, questions de P. Bouchard, journaliste et de G. Moreau, secrétaire général honoraire
Conférence de P. Joutard, questions de P. Bouchard, journaliste et de G. Moreau, secrétaire général honoraire

Conférence de P. Joutard, questions de P. Bouchard, journaliste et de G. Moreau, secrétaire général honoraire

Le cancre

 

Il dit non avec la tête

Mais il dit oui avec le coeur

Il dit oui à ce qu'il aime

Il dit non au professeur

Il est debout

On le questionne

Et tous les problèmes sont posés

Soudain le fou rire le prend

Et il efface tout

Les chiffres et les mots

Les dates et les noms

Les phrases et les pièges

Et malgré les menaces du maître

Sous les huées des enfants prodiges

Avec des craies de toutes les couleurs

Sur le tableau noir du malheur

Il dessine le visage du bonheur.

 

Jacques Prévert

En ponctuation du colloque des élèves d'option audio-visuel ont réalisé des "clips" d'entretien avec des élèves sur le thème de la confiance
En ponctuation du colloque des élèves d'option audio-visuel ont réalisé des "clips" d'entretien avec des élèves sur le thème de la confianceEn ponctuation du colloque des élèves d'option audio-visuel ont réalisé des "clips" d'entretien avec des élèves sur le thème de la confiance
En ponctuation du colloque des élèves d'option audio-visuel ont réalisé des "clips" d'entretien avec des élèves sur le thème de la confianceEn ponctuation du colloque des élèves d'option audio-visuel ont réalisé des "clips" d'entretien avec des élèves sur le thème de la confiance

En ponctuation du colloque des élèves d'option audio-visuel ont réalisé des "clips" d'entretien avec des élèves sur le thème de la confiance

La disputatio

 

Définition :

Le maître pose une question ; un étudiant répond à cette question en débroussaillant le terrain : c’est le respondens ; puis un autre étudiant s’oppose à ce premier en apportant des arguments contraires : c’est l’opponens. Enfin, le maître intervient pour donner sa solutio, sa détermination magistrale, et il termine par une réponse aux objections qui doit balayer les derniers doutes que l’opponens avait soulevés.

Antécédences : De la disputatio médiévale au débat humaniste

 

Cette défintion historique a été adaptée : deux interlocuteurs, une animatrice et cinq réactions.

 

Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !  Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !
Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !  Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !
Animatrice F. Sturbaut, V. P. E&D, réactions d'une représnetante du SNES-FSU, de V. Marty PEEP, de C. Paillette, Sgen-CFDT, de P. Raoult FCPE, de C. Mabika, délégué CNVL (cliquer sur la photo pour agrandir))Animatrice F. Sturbaut, V. P. E&D, réactions d'une représnetante du SNES-FSU, de V. Marty PEEP, de C. Paillette, Sgen-CFDT, de P. Raoult FCPE, de C. Mabika, délégué CNVL (cliquer sur la photo pour agrandir))
Animatrice F. Sturbaut, V. P. E&D, réactions d'une représnetante du SNES-FSU, de V. Marty PEEP, de C. Paillette, Sgen-CFDT, de P. Raoult FCPE, de C. Mabika, délégué CNVL (cliquer sur la photo pour agrandir))Animatrice F. Sturbaut, V. P. E&D, réactions d'une représnetante du SNES-FSU, de V. Marty PEEP, de C. Paillette, Sgen-CFDT, de P. Raoult FCPE, de C. Mabika, délégué CNVL (cliquer sur la photo pour agrandir))
Animatrice F. Sturbaut, V. P. E&D, réactions d'une représnetante du SNES-FSU, de V. Marty PEEP, de C. Paillette, Sgen-CFDT, de P. Raoult FCPE, de C. Mabika, délégué CNVL (cliquer sur la photo pour agrandir))Animatrice F. Sturbaut, V. P. E&D, réactions d'une représnetante du SNES-FSU, de V. Marty PEEP, de C. Paillette, Sgen-CFDT, de P. Raoult FCPE, de C. Mabika, délégué CNVL (cliquer sur la photo pour agrandir))
Animatrice F. Sturbaut, V. P. E&D, réactions d'une représnetante du SNES-FSU, de V. Marty PEEP, de C. Paillette, Sgen-CFDT, de P. Raoult FCPE, de C. Mabika, délégué CNVL (cliquer sur la photo pour agrandir))Animatrice F. Sturbaut, V. P. E&D, réactions d'une représnetante du SNES-FSU, de V. Marty PEEP, de C. Paillette, Sgen-CFDT, de P. Raoult FCPE, de C. Mabika, délégué CNVL (cliquer sur la photo pour agrandir))

Animatrice F. Sturbaut, V. P. E&D, réactions d'une représnetante du SNES-FSU, de V. Marty PEEP, de C. Paillette, Sgen-CFDT, de P. Raoult FCPE, de C. Mabika, délégué CNVL (cliquer sur la photo pour agrandir))

Page d'écriture

 

Deux et deux quatre

quatre et quatre huit

huit et huit font seize...

Répétez! dit le maître

Deux et deux quatre

quatre et quatre huit

huit et huit font seize.

Mais voilà l'oiseau-lyre qui passe dans le ciel

l'enfant le voit

l'enfant l'entend

l'enfant l'appelle:

Sauve-moi joue avec moi oiseau!

Alors l'oiseau descend

et joue avec l'enfant

Deux et deux quatre...

Répétez! dit le maître

et l'enfant joue

l'oiseau joue avec lui...

Quatre et quatre huit

huit et huit font seize

et seize et seize qu'est-ce qu'ils font?

Ils ne font rien seize et seize

et surtout pas trente-deux de toute façon

et ils s'en vont.

Et l'enfant a caché l'oiseau dans son pupitre

et tous les enfants entendent sa chanson

et tous les enfants entendent la musique

et huit et huit à leur tour s'en vont

et quatre et quatre et deux et deux

à leur tour fichent le camp

et un et un ne font ni une ni deux

un à un s'en vont également.

Et l'oiseau-lyre joue

et l'enfant chante

et le professeur crie:

Quand vous aurez fini de faire le pitre!

Mais tous les autres enfants écoutent la musique

et les murs de la classe s'écroulent tranquillement

Et les vitres redeviennent sable

l'encre redevient eau

les pupitres redeviennent arbres

la craie redevient falaise

le porte-plume redevient oiseau.

 

Jacques Prévert

 

 

 

Il y eut un soir, il y eut un matin.

 

 25 janvier 2014

Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !
Bernard TOUTLEMONDEBernard TOUTLEMONDE
Bernard TOUTLEMONDEBernard TOUTLEMONDE

Bernard TOUTLEMONDE

Echanges avec la salleEchanges avec la salle
Echanges avec la salleEchanges avec la salle
Echanges avec la salleEchanges avec la salle

Echanges avec la salle

Mathématiques

 

Quarante enfants dans une salle,

Un tableau noir et son triangle,

Un grand cercle hésitant et sourd

Son centre bat comme un tambour.

 

Des lettres sans mots ni patrie

Dans une attente endolorie.

 

Le parapet dur d'un trapèze,

Une voix s'élève et s'apaise

Et le problème furieux

Se tortille et se mord la queue.

 

La mâchoire d'un angle s'ouvre.

Est-ce une chienne?

Est-ce une louve?

 

Et tous les chiffres de la terre,

Tous ces insectes qui défont

Et qui refont leur fourmilière

Sous les yeux fixes des garçons.

 

Jules SUPERVIELLE

 

Marie-Christine TOCZEK-CAPELLE (vous pouvez agrandir)

Cinq ateleirs (laisser ou faire défiler les photos)
Cinq ateleirs (laisser ou faire défiler les photos)
Cinq ateleirs (laisser ou faire défiler les photos)
Cinq ateleirs (laisser ou faire défiler les photos)
Cinq ateleirs (laisser ou faire défiler les photos)

Cinq ateleirs (laisser ou faire défiler les photos)

Une découverte de Rouen scénarisée par des élèves de BTS

Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos
Laisser ou Faire défiler les photos

Laisser ou Faire défiler les photos

Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !

La traditionnelle soirée d'E&D était animée par un groupe de Jazz placé sous le signe des patates (bien que ce ne soit pas, de l'aveu d'un de ses membres, lié on ne peut qu'évoquer le festival de Jazz Jam Potatoes de Luneray)

Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.
Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.
Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.
Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.

Comme vous le voyez le délicieux Touraine de JFD, bien que léger, a fait son effet.

Il y eut un soir, il y eut un matin (bis).

 

 26 janvier 2014

Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !
Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !
Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !
Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !
Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !
Colloque Education et Devenir 2014 : Et la confiance ? Bordel !

Leny Escudero "Le cancre"

"Le cancre"

 

Je vis tout seul au fond d'la classe

Je dis je vis, mais pas vraiment

J'ai pas d'cervelle, j'ai que d'la crasse

Faut s'faire tout p'tit, petitement

Et pendant que les purs, les vrais intelligents,

Vous savez ceux qui sont toujours au premier rang,

Pendant qu'ils vivent la vie des autres,

La vie des bons auteurs, la vie des douze apôtres

Moi j'vis la mienne, et vive le naufrage

Moi j'vis la mienne, et vive le voyage

 

Un bout d'soleil tombé du ciel au creux d'ma main

Et je voyage

Un chant d'oiseau qui s'est perdu parc'que personne l'a entendu

Et je voyage

 

Bouche fermé, les bras croisés, les yeux levés écoutez bien têtes incultes

Le bon savoir, le vrai savoir, le seul savoir et vous serez de bon adultes.

 

Et mon frère corbeau à l'autre bout du champs

Chante pour lui tout seul la chanson du printemps.

 

Le professeur m'a dit que j'étais intelligent, mais pas comme il le faudrait,

C'est pas d'la bonne intelligence.

 

Je suis ce qu'on ne doit pas faire.

L'exemple à ne pas retenir

Qui rit quand il faudrait se taire

Et mon avenir, j'ai pas d'avenir.

Et pendant que les autres font des sciences naturelles

Moi je pense à Margot, Margot, qui est si belle

Qui ne sait rien du tout, ni d'Iena, ni d'Arcole

Mais qui à la peau douce et douce la parole,

Qui se fout du génie,

Et vive le naufrage,

Et qui aime la vie

Et vive le voyage.

 

Un grand loup bleu danse dans ses yeux quand je le veux

Et je voyage

Puis il me mord au creux des reins c'était hier je m'en souviens

Et je voyage.

 

Bouche fermé, les bras croisés, les yeux levés écoutez bien têtes incultes

Le bon savoir, le seul savoir, le vrai savoir et vous serez de bon adultes.

 

Et mon frère corbeau à l'autre bout du champs

Chante pour lui tout seul la chanson du printemps.

 

Apprendre à lire et à écrire, pour moi aussi c'est important !

Mais après pour lire quoi, écrire quoi, ce qui les arrange les grands.

Le jour de ma naissance, je suis venu dans le tumulte,

Sans doute pour m'avertir que je venais dans un monde occupé par les adultes.

Ca s'rait bien l'école, si au lieu de toujours parler d'hier

On nous parlait un peu d'aujourd'hui, de demain

Mais d'quoi j'me mêle moi, j'y connais rien

Pourtant j'ai l'impression que j'apprendrais mieux

Ce qui me touche un peu, ce que j'aime bien

C'est peut-être pour demain, qu'est-ce que ça s'ra chouette.

 

Vous avez entendu, il faut qu'je parte, la cloche a sonné,

Composition d'histoire, j'aurais dû réviser,

Et moi j'suis là à parler, j'perd mon temps oui.

Vous savez peut-être, il y a eu un coup d'Etat au Chili

On y assassine pour un non, pour un oui

Au Portugal, il y en a eu un aussi

Au petit matin, c'était la fin de la nuit

Et il paraît qu'en Espagne, on recommence à chanter dans les rues,

Mais je n'suis sur de rien, j'ai seulement entendu dire.

Ah, il faut qu'je parte la cloche a sonné.

Ah, composition d'histoire et j'ai encore oublié

Et pourtant c'est facile, et puis c'est important.

Mais.. Mais j'm'en rappelle jamais la date de la bataille de

Marignan

Mais je sais qu'c'est facile, mais j'ai encore oublié, ah merde !

Dimanche j'vais encore être collé.

Mais pourtant c'est facile, et puis c'est important, la date de la bataille

De Marignan

C'est ça qu'y est important, la date de la bataille de Marignan

La date de la bataille de Marignan !

 

 

 

Cathy Marret, Alioune Koné, Gérard Heinz, Alain BollonCathy Marret, Alioune Koné, Gérard Heinz, Alain Bollon
Cathy Marret, Alioune Koné, Gérard Heinz, Alain BollonCathy Marret, Alioune Koné, Gérard Heinz, Alain Bollon
Cathy Marret, Alioune Koné, Gérard Heinz, Alain BollonCathy Marret, Alioune Koné, Gérard Heinz, Alain Bollon

Cathy Marret, Alioune Koné, Gérard Heinz, Alain Bollon

31e colloque LYON 2015

31e colloque LYON 2015

Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 21:36

vincent-peillon.jpg

« Peillon relance la polémique » nous dit, tout de go, la spikerine du Journal du soir de France 2 de ce jour (05/01/13).

 

M’est immédiatement revenue en mémoire  cette histoire, celle du temps où un certain François Mitterrand, candidat malheureux devant Giscard d’Estaing, était 1er secrétaire du PS et où Pierre Mauroy, encore maire de Lille, était son second. Epoque aussi où l’union de la gauche « était un combat », c’est-à-dire où un PC, dirigé par l’inimitable* Georges Marchais, poursuivait le PS de sa vindicte.

Courait la petite histoire suivante :

Une brève paraît dans l’Humanité disant que le bruit se répandait à Lille que son Maire poursuivait les petites filles. Mauroy, rouge de colère, va trouver Mitterrand, le journal à la main. Celui-ci le calme en lui conseillant de ne pas tomber dans le piège d’une aussi évidente provocation.

Le lendemain, l’Humanité publie en une : « Un silence qui vaut un aveu ! ».
Du coup Mauroy, fou de rage, lance un communiqué de démenti.

Le soir, Le Monde titre : « Pierre Mauroy relance la polémique avec le Parti Communiste ».

eric-labarre.jpg 

 

Rappelons donc que le secrétaire général de l'enseignement catholique, Eric Labarre, a adressé avant les vacances une lettre aux chefs d'établissement des 8 300 écoles, collèges et lycées privés catholiques (Le Parisien, vendredi 28 décembre).

"Chaque école, collège ou lycée peut prendre les initiatives qui lui paraissent localement les plus adaptées pour permettre à chacun l'exercice d'une liberté éclairée à l'égard des choix aujourd'hui envisagés par les pouvoirs publics", écrit-il, s’agissant bien sûr du mariage pour tous. La Fédération de l’Enseignement Privé-CFDT (majoritaire) estimait que ce courrier ne créait pas les conditions du débat, mais "risque plus de servir de caution à certaines opérations partisanes et sectaires qu'à ouvrir des débats éclairés". Un autre syndicat fut plus explicite dénonçant dans un communiqué daté du 20 décembre « ce discours de pseudo-liberté qui vise de fait à utiliser parents, élèves et personnels des établissements privés comme chair à canon des combats de l’Église catholique ».

 

Or, imaginez-vous que Vincent Peillon, Ministre de l’Education Nationale, a osé écrire : «Le caractère propre de ces établissements ne saurait leur permettre de déroger au strict respect de tous les individus et de leurs convictions. Il convient donc d'appeler à la retenue et à la neutralité au sein de tous les établissements afin que l'école ne fasse l'objet d'aucune instrumentalisation.» 

Comble de son esprit polémique il a demandé aux Recteurs "de veiller à ce que les débats qui traversent la société française ne se traduisent pas, dans les écoles et les établissements, par des phénomènes de rejet et de stigmatisation homophobes", ce qui, on en conviendra facilement, est une véritable agression…

 

Il est donc bon – démontrant ainsi que la télévision publique n’est pas à la botte du pouvoir – que la spikerine de service dénonce cette agressivité des ministres socialistes (et des socialistes en général) envers l’église catholique et ses œuvres.

 

 

 

* Comme quoi la fameuse formule « l’histoire ne se répète pas, elle bégaie » semble se démontrer avec Mélenchon caricature de Marchais (ce qui est fort !).

Repost0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 19:09

Qu’elle était belle à voir la froide indignation de la dame Chabot, quand elle apprit que le vilain Vincent Peillon lui faisait faux bond !

 

L’impartiale directrice de l’information a-t-elle fait la bise à Besson, ou l’inverse (le baiser de Judas). Les caméras n’étaient pas là, pour nous montrer la probable scène.

 

Car, la chère Arlette a la bise facile. C’était en 2006, à l’issue de l’émission, en toute complicité, la dame s’était levée pendant le générique de fin pour claquer une bise sur la joue droite et même une autre sur la joue gauche de Jean-François Copé.

chabotcope1

Chabotcope2

 

Avec toute l’impartialité qu’on lui connaît, elle avait choisi, pour inaugurer la nouvelle formule de son émission politique, la veille du jour où le CSA allait décompter les temps de passage à la télé et à la radio des candidats à la présidentielle, le sémillant Ministre de l’intérieur de l’époque. Un pur hasard ! Et, à l’issue du débat du 2e tour des présidentielles, après que S. Royal s'était déplacée pour lui serrer la main, elle alla faire la bise à N. Sarkozy.

 

Mais l’ado capricieux ne lui fut guère reconnaissant. D’abord éliminée des entretiens avec UBUprésident, elle dut subir ses foudres, à l’issue de l’entretien qu’il avait décidé de donner à Ferrari et à Pujadas, à Nouillorque (rompant une fois de plus avec la tradition qui veut qu’un président ne s’exprime pas sur la politique intérieure à l’étranger). Elle avait eu le malheur de mettre son grain de sel dans un échange musclé entre le colérique et Kouchner. « Manifestement « à cran », Nicolas Sarkozy part aussitôt en flèche. Il se plaint de l'absence... de « vraies émissions politiques » sur le service public, regrettant feue L'Heure de vérité de François-Henri de Virieu. Curieuse critique qui ne résiste pas à l'examen des faits… ». Le Point

 

Humiliée publiquement, mais elle doit aimer cela, Arlette. Car le 26 novembre 2009, dans son émission, elle n’eut de cesse d’interrompre Martine Aubry, laissant M. Copé développer ses propos sans interruptions, lui. Il n’eut cependant pas droit à une bise… publique. Une autre fois, montrant qu’elle a bien assimilé l’idéologie sarkozyenne, elle essaiera de remettre de l’ordre dans un débat qu’elle était censée diriger en s’exclamant : « je n’ai jamais vu ça… c’est la culture banlieue qui entre dans le débat politique. Tous les coups sont permis ! ». (Mais peut-être faisait-elle allusion à une banlieue chicos où, de fait, un fiston de celui qui fait président poignardait dans le dos la tête de liste aux élections municipales ?).

 

Alors, la pôvrette a été victime d’un « coup d’éclat » du « voyou » Peillon (la « culture banlieue », on vous dit). Mais comme l’analyse fort bien Daniel Schneidermann, c’est son émission qui était piégée. « Quel qu'ait été l'ordre des prises de paroles et des préséances, cette émission était de toutes manières conçue comme valorisante pour Besson, portraituré seul en préambule (ma biographie, ma famille, mon antiracisme viscéral, mon enfance au Maroc, mes blessures intimes, mes plaies ouvertes, etc.), avant d'affronter successivement les deux serre-livres de gauche et d'extrême-droite (n'ayant pas droit, eux, à leur quart d'heure de moi-moi-moi, et réduits au statut de contradicteurs, donc de faire-valoir). De ce dispositif, Besson devait sortir dans la position du réaliste mais humain. Même détaillé aimablement aux participants au téléphone, ce dispositif en lui-même était un piège (sans parler du principe de consacrer une émission entière au fumigène de Besson). »

 

Peillon a donc bien eu raison de refuser de jouer le jeu de l’impartiale Mme Chabot. Et s’il a dû attendre le dernier moment, c’est certes pour donner plus d’éclat à son coup, mais aussi pour éviter qu’un Valls, qu’un Lang, voire un Dray, toujours prêts à tirer contre leur camp, ne vienne servir de caution pluraliste à Chabot.

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.