Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 16:36
copie d'écran du site ABCD de l'égalité

copie d'écran du site ABCD de l'égalité

Mieux que le « testing » cher à SOS Racisme, une enquête de trois chercheurs du CNRS, portant sur plus de 4000 établissements d’enseignement privés, a mesuré la discrimination à l’inscription.  Les résultats de cette expérience contrôlée n’ont guère eu d’échos, bien que le compte rendu soit parfaitement compréhensible pour un non sociologue. Pas plus que les travaux de Pierre Merle qui, à travers l’étude de dix grandes métropoles, montre la ghettoïsation par le haut de l’enseignement privé.

 

« Bonjour,

Je souhaiterais inscrire mon fils … dans votre établissement en classe de CE2 à la rentrée prochaine. Pouvez-vous m’indiquer si c’est possible ? En vous remerciant par avance,

Bien cordialement, »

 

« Madame, Monsieur,

Je voudrais que mon fils … intègre votre établissement en septembre prochain. Il sera en CE2.

Je vous remercie par avance de m’indiquer s’il y a des possibilités d’inscription.

Très cordialement, »

 

Deux messages quasi identiques, mais dans le premier le fils se prénomme Pierre et il est signé Jean BERNARD et dans le second il s’agit de Youssuf et il est signé Mohamed BENCHARGUI.

 

" Entre mars et juin 2011, nous avons examiné la discrimination liée à l'origine supposée des parents, à l'entrée de 4 269 établissements privés répartis sur l'ensemble du territoire. Nous avons construit de toutes pièces les identités de deux pères fictifs, l'un portant un prénom et un nom à consonance française, l'autre à consonance maghrébine. A quelques jours d'intervalle, ces deux pères fictifs ont adressé un court message à chacun de ces établissements pour obtenir plus d'informations en vue d'y inscrire leur enfant à la rentrée suivante. Nous avons ensuite comparé les suites données à ces messages par ces établissements" expliquent Loïc Du Parquet, Thomas Brodaty et Pascale Petit, signataires de l’étude. Les classes visées étaient CE1 et 2 et CM1 en primaire, 5e et 4e en collège.

 

En introduction les expérimentateurs rappellent que Chaque année, l’Etat et les collectivités territoriales allouent un budget non négligeable au financement de l’enseignement privé élémentaire et secondaire sous contrat (respectivement 6 663 et 1 483 millions d’euros en 2008). Parmi les contreparties figure pour ces établissements l’obligation de respecter le principe de non-discrimination. « Tous les enfants sans distinction d'origine, d'opinion ou de croyances, y ont accès »

(Loi Debré* de 1959).

Discrimination et ségrégation dans l’enseignement privé

3 023 écoles élémentaires et 1 246 collèges ont été testés. Le contact s’est fait par courriel à partir d’un annuaire des établissements du Ministère de l’Education Nationale.  Globalement 6 établissements sur 10 ne répondent pas : les 1/3 des écoles, la moitié des collèges ! Mais, le taux de non réponse est de 12 points plus élevé pour le père au patronyme maghrébin (67,5 % contre 55). L’écart est encore plus grand s’agissant des collèges : 16 points (57,6 contre 41,3). Les réponses purement négatives sont faibles et pratiquement équivalentes : globalement 4,16 et 4,45, avec même un plus faible taux en collège pour le père maghrébin (5,5 contre 6,6). Mais s’agissant des réponses franchement positives, à peine plus nombreuses, ça fait plus que s’inverser avec globalement 4,4 et 8,4 et en collège 1,4 contre 4,3. Restent les réponses d’attente (demande de renseignements, proposition de rendez-vous, etc.) : là encore différence nette en faveur du petit Pierre face à Youssuf de 6,6 points en école élémentaire et 12,2 points en collège.

 

"Nos résultats mettent en évidence l'existence d'une discrimination. Premièrement, la discrimination se manifeste par l'absence même de réponse de l'établissement au message des parents. Si les deux pères fictifs sont concernés par cette situation dans une forte proportion, le père issu de l'immigration l'est plus fréquemment. Deuxièmement, les établissements qui répondent au message de sollicitation, envoient un peu plus fréquemment une réponse négative au père issu de l'immigration. Enfin, les établissements qui répondent au message et n'adressent pas de réponse négative envoient moins souvent une réponse positive ferme au père issu de l'immigration, celui-ci sera plus souvent concerné par la proposition d'un rendez-vous que le père d'origine française", concluent les auteurs.

 

Collèges de Nantes (P. Merle)

Collèges de Nantes (P. Merle)

Ghettoïsation par le haut et par le bas

 

Une note du sociologue Pierre Merle pour Terra Nova sur la réforme de la carte scolaire complète cette « expérience contrôlée ».

Aux collèges publics le recrutement dans les couches populaires, aux établissements privés les enfants d’origine aisée. « Globalement, de 2007 à 2010, dans les dix premières capitales régionales, les établissements privés se caractérisent par une ghettoïsation par le haut, c'est-à-dire un embourgeoisement de leur recrutement, alors que les collèges publics sont marqués par une ghettoïsation par le bas, celle liée aux quartiers et établissements populaires. Ces deux phénomènes ne sont pas équivalents. La ghettoïsation par le haut est davantage marquée que la ghettoïsation par le bas. »

Hélas on se mélange de moins en moins

Hélas on se mélange de moins en moins

Répétons-le, ces travaux sont parfaitement lisibles pour un non initié à l’écart-type et autres outils statistiques. Le premier établit clairement que dans 18 % des cas les établissements privés discriminent le père au nom à consonance maghrébine en donnant une suite moins favorable à sa demande qu’à celle de l’autre père fictif. Le second, qui s’inscrit d’ailleurs dans un travail plus vaste sur la ségrégation scolaire, est encore plus accessible. Mais ça ne bouze pas. Nettement moins que des élucubrations de prélats sur une prétendue « théorie du genre ». Il ne faudrait surtout pas leur faire de la peine, pas plus qu’à Mmes Bourges ou de la Rochère, en montrant les pratiques discriminatoires et ségrégatives de l’école privée, chère aux cagots de la manip pour tous !

 

 

* Pour les laïcistes sourcilleux, précisons que citer la Loi Debré c’est juste rappeler l’état actuel de la législation.

Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 16:24
Œcuménisme de l’obscurantisme : intégristes musulmans et cathos contre l’école publique !

Farida Belghoul et Christine Boutin, unies dans la stupidité, crient haro sur une prétendue « théorie du genre ». Un texto totalement  délirant a convaincu des mères de ne pas envoyer leurs enfants à l’école car on y enseignerait la masturbation ! Mais cette crédulité inquiétante, qui montre le degré de défiance de certaines familles envers l’école publique, a pour terreau des affirmations mensongères de prélats, représentants de l’enseignement catholique relayés, entre autres, par la famille Hutin d’Ouest-France, 1er quotidien de France.

 

La dernière de Boutin : « … on parle du côté du gouvernement de "stratégie provisoire d'avancement à potentialité différée". » Or, faisant preuve d’une bêtise à potentialité instantanée, elle a pris pour une citation authentique un touitte d’un site parodique, Le Gorafi. Quant à F. Belghoul, ex-passionaria d’une deuxième marche (ratée) pour l’égalité, outre sa chasse aux agents démoniaques, elle affiche un délire antisémite – accusant l’union des étudiants juifs d’avoir inoculé le rap dans les quartiers – qui fait un peu douter de sa santé mentale. A trop crier au diable, ne serait-ce pas elle la possédée ?

 

Faut-il rappeler que c’est Luc Chatel, Ministre de l’éducation nationale sous Sarko, qui, en 2011, a essuyé les plâtres, si l’on peut dire, de l’offensive sur la prétendue théorie du genre qui nourrit les fantasmes de Mmes Boutin et Belghoul ? Offensive menée par l’épiscopat lui-même et par la direction de l’enseignement catholique. Offensive mensongère qui prétendait que Les nouveaux programmes de SVT (Sciences et Vie de la Terre) des Premières ES et L font référence à la « théorie du genre ». La droite populiste UMP, avec l’impayable LioNNel Luca, a embrayé sur le thème, toujours en 2011. « Ce qui est grave, c’est que cette théorie, sous couvert de reconnaître différentes identités sexuelles, veut légitimer à terme la pédophilie, voire la zoophilie… » Dans l’outrance, on le voit, Luca ouvrait la voie à Belghoul. Comme Ludivine de la Rochère et ses émules qui dès la rentrée 2013 mettaient sur pied des comités de vigilance pour veiller  avec les parents d'élèves, aux messages véhiculés dans les écoles et les crèches. Double paradoxe, la très bigote de la Rochère – ex chargée de communication de l’épiscopat – s’est fait brûler la politesse par une islamo-antisémite et qui ne met même pas ses propres enfants à l’école !

"La nouvelle édition" Canal+ 04-02-14

Semaine après semaine, les très cathos Hutin père et fille, avec un ton patelin pour le premier, le samedi, et très prêchi-prêcha pour l’autre, le dimanche, instillent leur dogme à longueur d’éditos sur Ouest-France. Ainsi, papa, samedi 1er février, après une condamnation de principe de la manif de la haine du dimanche précédent – extrémisme qui existe dans toute société – s’en prend aux responsables politiques, entendez socialistes, qui ne semblent pas se rendre compte de leur suffisance. Car, rendez-vous compte, ils osent s’attaquer aux stéréotypes. Or « Chasser les stéréotypes et changer brusquement les mœurs traditionnelles ne peuvent qu’inquiéter » pour M. Hutin.

Il reste cependant et prudemment dans le flou concernant les fameux stéréotypes. Car, ce qui est visé par les cagots, c’est le combat pour l’égalité filles-garçons à l’école. Et les prétendus mœurs traditionnelles chères au patron d’Ouest-France sont celles qui prônent le rôle subalterne de la femme.

Œcuménisme de l’obscurantisme : intégristes musulmans et cathos contre l’école publique !

Le fameux ABCD de l’égalité – cause des délires de la dame Belghoul – se propose, scandale suprême, de tenter de traduire dans le concret le mot égalité souvent gravé au fronton de nos écoles communales. Serait-ce faire preuve de suffisance que de rappeler que « C'est la mission du système éducatif de faire réussir chacun et chacune, fille ou garçon, de la maternelle à l'enseignement supérieur. Cette réussite implique que les valeurs humanistes d'égalité et de respect entre les femmes et les hommes soient transmises et comprises dès le plus jeune âge. » (V. Peillon).

 

Marie-Christine TOCZEK (colloqué d'Education & Devenir 25-01-14)

Marie-Christine TOCZEK (colloqué d'Education & Devenir 25-01-14)

Tâche rude. Car les stéréotypes sont ancrés dans le système éducatif même. Aux garçons, les filières conduisant au pouvoir, aux affaires et à la maîtrise de l’environnement ; aux filles, les filières plus relationnelles, les métiers de l’éducation, du social et de la santé. Ainsi se trouve maintenue, malgré les progrès scolaires des filles, la hiérarchie entre les sexes. Tout se passe comme si dans notre système scolaire, il existait une division sexuée des disciplines scolaires et des filières : les sciences et les techniques sont plutôt territoire masculin et les lettres territoire féminin. (Ludovic Morge, Marie-Christine Toczek).

Avec ce type d’étude de genre, on est loin, on le constate, des fantasmes, assez obscènes au demeurant, de la dame Belghoul sur la transsexualité enseignée aux gamins de maternelle. Car au-delà des folkloriques stéréotypes – filles et poupées, garçons et petites voitures – chers à papa Hutin, ces études analysent les mécanismes masqués qui, au sein de l’école, perpétuent les inégalités femme/homme.

Œcuménisme de l’obscurantisme : intégristes musulmans et cathos contre l’école publique !
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 21:32
NKM ou Marie-Chantal chez les clodos !

L’ancienne porte-parole du Sarko de campagne modèle Buisson-Peltier qui a donc sérieusement écorné son image de libérale avancée du XXIe siècle multiplie les couacs d’une campagne parisienne qui ne décolle pas. Relookage, déclarations, appuis, mises en scène, programme… tout fait sérieusement amateur. N’est-elle pas en train de se séguiniser ?

 

Après les doux moments de grâce sur la ligne 13 du métro, NKM,  instants de charme, va tirer son clope avec des clodos de carte postale. Blouson et jean de rigueur. Négligemment appuyée sur le mur, joue creusée pour aspirer la cigarette.  Avale-t-elle la fumée ?

NKM ou Marie-Chantal chez les clodos !
NKM ou Marie-Chantal chez les clodos !

Une autre fois, elle prenait la pose au bord du Canal Saint-Martin. Photo quasi romantique qui évoquait celle kitschissime où elle posait allongée dans une longue robe blanche au pied d’une harpe, chevelure déjà savamment défaite, une main posée sur son ventre un peu rebondi de femme enceinte,  un bras allongé sur un banc de pierre antique, deux énormes livres, dont un ouvert : là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté.

S’il est une qualité qu’il faut reconnaître à NKM, c’est qu’elle ne craint pas le ridicule, affichant elle-même cette composition aux symboles trop appuyés. Accompagnant ce cliché de considérations sur la forêt mythique et magique de Bibracte où il fait bon se ressourcer parmi les queules. Et mon queule, qu’est-ce qu’il a mon queule ?

Elle accomplit avec vaillance les figures imposées de toute candidature. Mais, que ce soit à Rungis, à traire une chèvre, à partager le couscous, à goûter la charcuterie, à jouer au pique nique, etc. ça n’imprime pas. Elle fait toujours un peu décalée. Ce côté Auteuil-Neuilly-Passy dont elle ne peut se défaire.

NKM ou Marie-Chantal chez les clodos !

Et ne parlons pas d’une affiche, ce NKaime Paris, qui se veut réponse aux accusations de parachutage, mais qui traduit surtout l'aristocratique don de sa précieuse personne à la capitale.

Brèves de comptoirs ?

Brèves de comptoirs ?

Elle s’applique pourtant. En témoigne cette photo de comptoir où elle feint de s’intéresser aux propos de zinc d’un habitué.

NKM ou Marie-Chantal chez les clodos !

Même son relookage – longues anglaises blondes dans une coiffure savamment négligée– s’il fait bouzer, tombe à plat avec son néo-romantisme désuet qui se veut, sans doute, bohême. Et ce côté Marie-Chantal : « C'est une amie, Muriel Mayette, qui est secrétaire générale de la Comédie-Française, qui m'a présenté son coiffeur dans un dîner. (…) J'ai trouvé qu'il était formidable ».

 

Que son staff, lui ait conseillé d’abandonner son côté dominatrice - chignon strict, noir vêtue, haut perchée sur des talons aiguilles, il ne manquait que la cravache – cela se comprend.  Mais qui est ciblé dans ce naturel ultra sophistiqué ? Les bobos ?

Ce n'est pas dans les vieux "chodron" qu'on fait la meillure soupe électorale...

Ce n'est pas dans les vieux "chodron" qu'on fait la meillure soupe électorale...

Fausse bonne idée encore, faire appel à Bernadette Chirac, née Chodron de Courcel, plus caricaturale que sa marionnette et qui s’est lancée dans le panégyrique de Xavière Tiberi ! Malgré ses opérations pièces jaunes, il n’est pas sûr que « maman » comme disent les guignols ait la popularité de l’époux. Et vicieusement, non contente de faire la leçon à NKM, elle lui glisse une belle peau de banane sous ses longues jambes fuselées avec ce symbole de la tricherie électorale, du clientélisme et de la discorde que représente le nom des Tiberi.

 

Le programme a-t-il de l’importance ? Le sien ne brille pas par son originalité : plus de caméras, une police municipale pour le côté sécuritaire, plus de places en crèche car toutes les mamans n’ont pas une belle-mère pour élever leurs rejetons, des nouveaux logements, mais pas HLM, pour les classes moyennes, le périph couvert à 20 % et les horaires des transports en commun, que d’ailleurs elle ignore complètement, prolongés. Tout cela, bien sûr, en faisant 1 milliard d’économies.

 

Le sentiment que rien n’accroche semble la pousser à durcir le ton. Ainsi un Péchenard, très sarkozyste ancien patron de la police, ne recule devant aucun coup bas en accusant Anne Hidalgo de vouloir "distribuer du cannabis dans les bureaux de tabac". Mais du coup, à donner dans le populisme et la campagne de caniveau, elle risque à nouveau de troubler une image qui cherchait à séduire les prétendus bobos.

Soirée pipeul de lancement de "Lui"

Soirée pipeul de lancement de "Lui"

Ses longues jambes lui permettront-elles de faire le grand écart entre Ludivine de la Rochère de la manif anti mariage pour tous et ses ouailles et  Frédéric Beigbeder, le frère, patron de Lui ressucité, et ses pipeuls ?

Ou n’est-elle pas, comme le diagnostique Nicolas Domenach, en train de se séguiniser ? En cette affaire parisienne et pour avoir suivi le naufrage Capitale de Philippe Séguin en 2001, on peut craindre pour elle pareil échec ! (…) Sa campagne à Paris n’a jamais vraiment pris. C’était comme si les parisiens ne le méritaient pas… (…) la candidate de l’UMP patauge dans les mêmes incohérences : tantôt elle attaque très violement son adversaire PS pour satisfaire ses barons et la partie de son électorat farouchement anti-socialiste, tantôt elle donne l’image cool d’une écolo-bohème, mais tellement aristo, qu’elle ne touche pas les sympathisants verts, tout en énervant ses électeurs réactionnaires.

 

Comme le note d’ailleurs Domenach, les prophéties sont toujours hasardeuses, surtout quand elles portent sur l’avenir. Et Anne Hidalgo a apparemment bien compris qu’on ne gagne pas la bataille grâce aux erreurs adverses.

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.