Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:55

A 70 jours des élections générales, Ciudadanos fait une percée spectaculaire, tandis que Podemos, piégé par IU régresse. PSOE et PP sont au coude à coude.  Mais l’électorat semble très volatil. Le PSOE présente des éléments de faiblesse et le PP, bien qu’accablé de scandales, ne décroche plus.

Trois partis sont dans un mouchoir de poche, en deçà de la marge d’erreur de ± 2,9 points : PSOE, PP et Cirudadanos (C’s). Si le PSOE garde un léger avantage, l’écart est infinitésimal avec le PP. Mais la révélation de ce sondage du 7 et 8 octobre 2015, c’est l’inversion nette des positions des deux partis émergents.  C’s  gagne plus de 5 points d’un mois à l’autre. Podemos en perd 4,5. 

Espagne : Ciudadanos, le vent en poupe

Intentions directes de vote exprimées par les sondés

Espagne : Ciudadanos, le vent en poupe

Cote de popularité des principales têtes de liste

Espagne : Ciudadanos, le vent en poupe

Hypothèses et voeux pour le gouvernement issu des élections générales

Ciudadanos : une percée spectaculaire

Albert Rivera - 2e - salue le couple royal à l'occasion de la fête nationale

La percée de C’s confirme son bon résultat aux élections catalanes du 27 septembre : 18%, 2e parti du parlement catalan, et champion des partis dits constitutionnels (anti-sécession).

Dans la stratégie des forces émergentes de se présenter comme des forces transversales, hors des vieilles étiquettes et idéologies, disqualifiant les vieux partis qui se partagent le pouvoir depuis une trentaine d’années, C’s semble avoir mieux réussi son coup que Podemos. D’autant que son leader, Albert Rivera, est toujours le seul a avoir un solde d’opinions positives. Et, dans une opinion qui souhaite à plus des deux tiers que les prochaines élections mettent fin à l’alternance PP/PSOE en mettant un autre parti en tête, c’est encore C’s qui est largement préféré, y compris par l’électorat PSOE qui le préfère nettement à Podemos (61% vs 25%).

Podemos dans la nasse

Pablo Iglesias et Alberto Garzón

Podemos semble incapable de se dépêtrer du piège, tendu par IU, de l’union des forces populaires, pour reprendre une vieille formule du camarade Marchais. L’appel d’Alberto Garzón, IU, à des candidatures d’union populaire, relayé par des personnalités comme Almodovar, appuyé par des groupes divers, sous des étiquettes style Ahora en Común, a été repoussé par Pablo Iglesias. Il le paie d’un surcroît d’impopularité puisque son solde d’opinions, qu’on n’ose qualifier de positives, tombe à -44, presque aussi bas que Rajoy ! Les élections catalanes n’ont pourtant pas démontré l’intérêt de la formule unitaire puisque Si que es Pot, liste d’union Podemos+ICV (équivalent catalan d’IU avec des Verts), fait moins qu’ICV seul aux élections précédentes.

Dans cette partie de bras de fer où Iglesias signifie à Garzón qu’il veut bien l’accueillir sur ses listes, mais sous l’étiquette Podemos, IU tire pour le moment son épingle du jeu à 5,6%. Car l’équipe dirigeante de Podemos veut absolument se débarrasser de l’étiquette d’extrême-gauche pour se recentrer sur une ligne finalement plutôt réformiste.

PSOE fragile

Le PSOE lui, loin de décoller, stagne, se tasse même. Il est certes le parti que les sondés préfèreraient voir gagner les prochaines élections, mais de peu. Et son leader, Pedro Sánchez, qui semblait en septembre, enfin, acquérir plus de visibilité, retombe dans un score de popularité nettement négatif (-22). Elément aggravant, il perd des plumes dans son propre parti : il est le moins bien coté en interne (+54, même Rajoy, pourtant discuté au sein du PP, est à + 69). Et surtout 60% de ses électeurs potentiels estiment que ce serait bon que l’Espagne soit gouvernée par un parti qui ne soit ni le PP, ni le PSOE ! Electeurs potentiels dont on a vu que leur préférence irait dans ce cas à Ciudadanos.

Et si c’était le PP ?

Le PP semble avoir atteint son étiage autour de 23%. Bien qu’accablé de scandales de corruptions divers (où le PSOE est hélas parfois compromis), il s’accroche. Il a atteint le noyau dur de son électorat. Ses électeurs potentiels sont les plus attachés à sa victoire, les moins sensibles aux sirènes de l’alternance au PP et PSOE. Et en cas de malheur, opte pour C’s et rejette absolument Podemos.

Et si finalement il ne se passait rien ? si finalement Rajoy restait à la Moncloa, siège du chef de gouvernement ? s’interroge, dans un apparent paradoxe, Ramiro Feijoo, professeur d’Histoire Culturelle. Il constate que les populares se sont gavés d’argent sale, à travers des réseaux parfaitement organisés, et que, quand ces montages furent découverts, ils ont assumé leur culpabilité sans faire preuve d’aucun regret, sans vergogne.

Malgré cela il estime que le conservatisme qui préfère le mal connu à un bien hypothétique – le familier à l’inconnu, le réel au possible, le proche au distant, etc. – s’appuie en Europe du Sud sur le mythe du péché originel. Les racines du conservatisme plongent dans une vision radicalement pessimiste de la nature humaine. L’homme est par essence imparfait, voire mauvais et ne peut être amendé. Cette vision anthropologique se combinerait avec un fatalisme essentialiste selon lequel il n'y a aucune possibilité de changement ou de progrès. Ces électeurs restent donc disposés à soutenir un parti dont les placards sont pourtant encombrés d’immondices. Pour eux il n’y a pas d’alternative et ceux qui proposent quelque chose d’autres sont au mieux des naïfs et au pire des faux prophètes tentant de tromper les oreilles candides.

Cette vision pessimiste, ce fatalisme pourrait donc reconduire le PP à la Moncloa.

Rien n’est heureusement joué. Et les évolutions assez brutales des deux partis émergents montrent que les cartes ne sont sans doute pas distribuées. Mais, pour le moment au moins, l’hypothèse d’une large majorité de gauche – PSOE+Podemos - s’éloigne. Celle d’une majorité de centre gauche – PSOE+C’s – a actuellement les faveurs des électeurs potentiels du PSOE. Reste l’hypothèse d’un C’s en tête avec deux alliances possibles : s’il continuait sur sa lancée, ce serait sûr.

Mais le vent électoral tourne vite en Espagne.

 

 

En complément

 

Homme ou femme, âges, quels sont les caractéristiques des électeurs(trice) du PP, du PSOE, de C's et de Podemos ?

 

 

 

 

 

 

  Le PP est un parti de vieux mâles : le pourcentage d’hommes est supérieur à celui des femmes dans toutes les tranches d’âge et sa force principale se situe chez les hommes de plus de 65 ans.

Le PSOE lui est un parti féminisé et équilibré sur les différentes tranches d’âge, sauf chez les plus jeunes. C’est la seule formation où le pourcentage de femmes est plus fort que celui des hommes sur tous les âges. Les femmes jeunes – 18-34 ans – sont son point fort, mais, en revanche, son point faible porte sur les jeunes hommes : 20% de femmes contre 6% d’hommes, une différence de 14 points !

Ciudadanos est un parti légèrement plus masculin, assez équilibré pour les âges, sauf chez les plus de 65 ans. Les hommes jeunes (19%) sont sa force principale, mais il a de grandes difficultés à attirer les électrices de plus de 65 ans qui ne sont que 5% à pencher pour le parti d’Albert Rivera.

Podemos est le parti qui montre la plus grande assymétrie dans les âges. Sa force ce sont les jeunes (18-34 ans), surtout les hommes avec 16% contre 13% aux jeunes femmes. Sa grande faiblesse se trouve chez les électeurs potentiels de 55 ans et plus où il ne dépasse pas 6%.

Espagne : Ciudadanos, le vent en poupe

Les électeurs déclarés de chaque parti sont invités à se situer sur une échelle de 0=extrême-gauche à 10=extrême-droite.

Ça se bouscule au centre

 

A part donc ceux de IU, ces électeurs potentiels se situent majoritairement au centre. PP et PSOE forment presque une image inversée, avec un sommet à 5, partant ver le 7 ou 8 pour le PP, en pente aussi douce vers le 3 pour le PSOE.

Mais à côté de ces reliefs érodés des vieux partis, Ciudadanos est une montagne jeune qui s’érige en plein centre, dans un triangle quasi isocèle. Même les sondés de Podemos ont la gauche timide et leur nombre s’érode. 

 

Cette course au centre est un dilemme aussi bien finalement pour le PSOE que pour Podemos.

Le recentrage auquel tente de procéder le parti d’Iglesias risque de lui faire perdre ses militants ancrés à la gauche extrème, d’où un discours qui tente de se situer en dehors de ce clivage gauche-droite.

Face au PP, parti caméléon, qui apparaît modéré à ses électeurs modérés et d’extrême-droite aux extrémistes, le PSOE déçoit ses électeurs de gauche qui le trouve trop centriste sans obligatoirement convaincre un électorat centriste qui le trouve trop à gauche.

Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 15:29
ESPAGNE : léger avantage au PSOE

Metroscopia : baromètre électoral septembre 2015

Le baromètre électoral de Metroscopia du 11 septembre – réalisé donc avant les élections catalanes – ne marque pas une grande évolution par rapport à celui de fin juillet. Léger avantage du PSOE sur le PP, plus net de Podemos sur Ciudadanos. Et un jeu à quatre partis qui obligerait à des alliances (voir en annexe un sondage sur les coalitions souhaitées par les électeurs potentiels de ces quatre formations).

Contrairement à CIS, l’autre institut de sondages, Metroscopia plaçait, déjà en juillet, le PSOE en tête. Il le confirme en septembre. Et si l’écart reste très en deçà des ± 2,4 points de marge d’erreur, c’est donc la 2e fois consécutive où les sondeurs placent le PSOE devant le PP. Et avec un écart un peu plus net.

La comparaison avec les dernières élections générales de 2011 est défavorable aux deux partis qui se sont partagé le pouvoir depuis la transition. Le PSOE, qui y avait obtenu le pire résultat historique, perdrait encore 4 points. Le PP qui, à l’inverse avait obtenu son meilleur score, perdrait 21 points. Les pertes du PSOE vont vers Podemos et celles du PP vers Ciudadanos.

 

Ces deux partis émergents qui viennent casser l’alternance bi-partisane PP/PSOE n’ont cependant pas pris l’ascendant.

Podemos progresse légèrement et Ciudadanos stagne d’un sondage à l’autre. Mais jamais les quatre premiers partis n’ont été aussi proches : entre PSOE et C’s : huit points. Si les élections avaient eu lieu au moment du sondage, ce serait cependant le PSOE ou le PP qui aurait été appelé à former un gouvernement. Mais l’un comme l’autre seraient obligé de trouver un ou plusieurs alliés.

Même si Izquierda Unida (IU), bien que Podemos lui ait siphonné une partie de ses électeurs, réussit à sauver les meubles à 5%, il ne peut être qu’une force d’appoint à gauche. Et il cherche toujours à imposer à Podemos des candidatures d’unité populaire (l’exemple catalan où l’alliance de l’IU local –ICV - avec Podemos a fait moins bien qu’ICV seul ne démontre pas l’intérêt électoral de cette union). Quant à UPyD (centre gauche), il a été phagocyté par Ciudadanos.

L’ambiguïté du résultat catalan risque moins de cristalliser des votes nationalistes espagnols, hostiles à la sécession, en faveur du PP. Le prochain baromètre dira si la nette progression de Ciudadanos en Catalogne et si l’échec de Podemos et ses alliés à ces élections ont des répercussions nationales ou restent des phénomènes locaux.

Le jeu politique espagnol est donc bien plus ouvert et surtout pas plombé par le FN, avec des leaders politiques jeunes : seul Mariano Rajoy (PP), chef du gouvernement sortant, atteint la soixantaine, Alberto Garzón candidat d’IU a 30 ans, Albert Rivera (C’s) 36, Pablo Iglesias (Podemos) 37, Pedro Sánchez (PSOE) 43.

 

 

ANNEXE

ESPAGNE : léger avantage au PSOE

Majorité absolue ou coalition ?

ESPAGNE : léger avantage au PSOE

Majorité absolue ou coalition (détails) ?

Paradoxe apparent, ce sont les électeurs potentiels de Podemos qui sont les plus favorables à une alliance, et avec le PSOE. Ceux qui prétendent qu’un conglomérat Front de gauche-verts duflotistes-dissidents socialos pourraient faire un Podemos hexagonal, alors que leur ciment est justement l’anti-socialisme, feraient bien de regarder cette étude de metroscopia.

 

Le Partido Popular (PP) est le seul parti dont les sympathisants déclarés se manifestent clairement (et sans doute aveuglément) pour une majorité absolue de leur parti comme future forme de gouvernement (65%). Cependant, au cas où la seule possibilité offerte serait un gouvernement de coalition, la solution de repli serait l’alliance avec Ciudadanos (C’s) à 84 %. La perspective d’une grande coalition à l’allemande (PP-PSOE) est très peu prisée. Et il y a peu de différence selon l’âge ou le sexe.

 

A l’inverse, les trois quarts des électeurs socialistes (PSOE) optent plus réalistement pour une coalition comme forme future de gouvernement. Mais les deux options – PSOE-Podemos ou PSOE-Ciudadanos – sont envisagés avec le même score (59% : les options n’étant pas présentées comme exclusives, bien sûr). Cependant, l’alliance avec Podemos a gagné des points par rapport aux sondages précédents. Les électeurs les plus âgés (+ de 55 ans) sont plus favorables à un gouvernement de coalition que les plus jeunes (10 points) et les hommes que les femmes (15 points).

 

Les futurs électeurs de Ciudadanos sont aux deux tiers en faveur d’un gouvernement de coalition. Ils privilégient un peu l’alliance avec le PP (77%) à celle avec le PSOE (72%), mais depuis janvier c’est l’option PP qui a grimpé de 12 points. Les plus jeunes sont les plus réticents à une coalition à 43%, de même que les femmes par rapport aux hommes : 14 points de moins.

 

  Globalement Podemos est le parti dont les électeurs déclarés ont été de sondage en sondage les plus portés vers une coalition : depuis mars – avant donc les élections municipales et régionales – cette option est passée de 72 à 86%. L’accord privilégié est clairement PSOE-Podemos qui est passé de 62 à 82 %. Podemos est la seule formation où l’électorat féminin est plus unitaire que le masculin : 90% contre 83% et elles appuient l’hypothèse PSOE-Podemos à 86% contre 80% pour les hommes.

 

Dans l’état actuel des sondages une alliance PSOE-Podemos, avec ou sans l’apport d’IU (Izquierda Unida qui continue le forcing pour obliger Podemos à des candidatures communes), serait majoritaire en sièges vraisemblablement. Mais les difficultés rencontrés en Andalousie ou dans les Asturies laissent craindre que les dirigeants de Podemos ne soient pas au diapason de leurs sympathisants. C’est Ciudadanos qui a débloqué la situation en Andalousie – Podemos votant contre la socialiste S. Diaz avec le PP – et IU dans les Asturies.

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 14:44
Manuela Carmena, nouvelle "alcade" de Madrid

Manuela Carmena, nouvelle "alcade" de Madrid

Ada Colau, nouvelle "alcade" de Barcelone

Ada Colau, nouvelle "alcade" de Barcelone

Les élections des maires ont donné à la gauche alternative quatre des cinq plus grandes villes d’Espagne : Madrid, Barcelone, Valence et Saragosse. Bien que Podemos ne soit que partie prenante dans des listes – Ahora Madrid, Barcelona en Comú, Zaragoza en Común et surtout Compromís, nom prémonitoire, à Valence – la presse hexagonale en a fait le vainqueur. Et aussi bien à Madrid qu’à Barcelone, à Valence qu’à Saragosse, cette gauche alternative locale a pu compter sur le soutien sans faille du PSOE. En revanche, Podemos a eu une attitude à géométrie variable. Car le paradoxe de la fin annoncée du bipartisme est que les formations montantes – Podemos et Ciudadanos – sont mises au pied du mur : la fin de ce bipartisme, cette alternance PP-PSOE, veut dire compromis obligatoire. Contradictoire avec la posture d’anti « caste ».

 

La situation la plus paradoxale est celle de l’Andalousie. La socialiste Susana Diaz (47 sièges) a été finalement réélue avec l’appui – péniblement négocié – de Ciudadanos (9), mais avec contre elle non seulement le PP (31, 2 élus manquaient à l’appel), mais aussi IU (5, Gauche Unie, un peu le Front de gauche, qui était naguère soutien de Diaz, mais il n’y a pire ennemi que l’ex-allié) et Podemos* (15) ! La porte-parole de Podemos accuse Ciudadanos de venir au secours du bipartisme.

Mais quelle solution alternative porte-t-elle ?

 

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

Résultat en sièges dans les Asturies

(Ajouté le 21/06/15)

Depuis il y a pire dans les Asturies : le drôle de jeu de Podemos ouvre la porte à un gouvernement de droite !

En effet, Emilio León, tête de liste de Podemos dans les Asturies, présente sa candidature à la Présidence de la région en demandant l'appui des élus d'IU : il ferait ainsi jeu égal avec le PSOE qui compte 14 représentants.

Sauf que, à ce jeu, si le PP réussit à fédérer Ciudadanos et une liste locale (FAC), il obtiendrait une majorité relative avec 17 sièges.

Le sectarisme du Podemos Asturien risque aussi d'aboutir à donner Oviedo et Gijón à la droite. A Oviedo, si le PP compte le plus d'élus, le total des listes de gauche atteint juste la majorité ; quant à Gijón, si une liste de droite locale est en tête, les listes de gauche additionnées sont largement majoritaires : à Oviedo le PSOE soutenait sans problème la candidature de la tête de la liste soutenue par Podemos sous réserve d'avoir la réciproque à Gijón (principe de la liste de gauche la mieux placée). L'obstination de León a amené une alcade de droite  : Carmen Moriyón (Foro) à Gijón ! Mais cette trahison a abouti à ce que Wenceslao López (PSOE) soit élu alcade d'Oviedo... 

Au niveau régional, il semble que IU se refuserait à entrer dans le jeu stupide d'Emilio León qui ferait que les Asturies, où les forces de gauche additionnées sont largement majoritaires, passent à droite.

 

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

José María González, Kichi de Podemos devient Maire de Cadiz*, mettant fin à 20 années de PP

Il est vrai que le jeu de Ciudadanos (C’s) est quelque peu brouillé. Ainsi, en Andalousie, s’il a permis l’élection de la socialiste à la tête de la plus grande région d’Espagne, il permet aussi à Grenade, à Malaga ou à Jaen au PP d’avoir la Mairie. En revanche, l’alliance de la gauche permet au PSOE de prendre la direction de Séville et Cordoue et à Podemos de conquérir Cadiz* ; Podemos dont le jeu est aussi peu clair, sans parler d’IU !

Fragmentation et fragilité des alliances

 

S’ajoute la grande fragmentation dans beaucoup de municipalités et régions.

 

N.B. Galice, Pays Basque, Catalogne et Andalousie, qui ont un statut différent, n'étaient pas concernés par le scritin du 24 mai 2015. L'Andalousie avait connu un scrutin anticipé en mars 2015.

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

La situation limpide de la Castille-La Manche est l’exception. L’Estrémadure en est proche, avec un seul élu de C’s et une addition PSOE+Podemos potentiellement majoritaire.

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

Mais en Aragon ou dans les Asturies viennent se greffer des partis locaux : Chunta (=union) Aragonesista et Partido Aragones ou Foro de Ciudadanos. Et ne parlons pas des Baléares où l’on trouve quatre formations locales. Aux Canaries ou dans les Cantabriques ce sont elles qui sont les challengers du PP, avec une Coalición Canarias ou un Partido Régionalista de Cantabria.

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

Communauté de Valence

Dans la Communauté de Valence, cela se traduit par une triple alliance PSOE+Compromis+Podemos.

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

Communauté de Madrid

C’s risque de laisser la très symbolique région de Madrid entre les mains du Parti Populaire : le PP ayant accepté de signer un accord contre la corruption et pour la régénération démocratique, C’s pourrait lui assurer la majorité. Et cela contre l’opinion de ses propres électeurs qui à 58 % souhaitent que C’s n’aide pas le PP à garder la tête de la Communauté de Madrid !

Conquêtes de Madrid et Barcelone par la gauche alternative

Ô combien symboliques furent les conquêtes de Madrid et de Barcelone par Ahora Madrid, liste emmenés par une ex-juge de 71 ans, Manuela Carmena, et Barcelona en Comú, emmenée par Ada Colau, 41 ans, militante anti-expulsions.

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

Municipales à Madrid

Dans la ville de Madrid, C’s n’a pu jouer les supplétifs du PP puisque, avec l’appui du PSOE, Manuela Carmena a pu défaire Esperanza Aguirre (PP).

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

Municipales à Barcelone

Situation plus complexe à Barcelone où la liste d’Ada Colau précédait certes le CIU (parti nationaliste conservateur) mais n’avait réuni que le quart des voix. Il a fallu l’apport d’un parti nationaliste de gauche (ERC) et du PS Catalan, plus une voix d’un autre parti local pour qu’Ada Colau puisse brandir le bâton d’alcade de la cité.

Joan Ribó, de Compromís, nouveau Maire de Valence

Joan Ribó, de Compromís, nouveau Maire de Valence

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

Municipales à Valence

La conquête de Valence est finalement encore plus symbolique, puisque c’est de cette ville et de sa région qu’est né le scandale Gürtel. Joan Ribó, de Compromís, a été élu avec l’appui du PSOE et de València en Comú (soutenu par Podemos), mettant fin au règne de la despotique et tonitruante Rita Barbera (qui briguait un 7e mandat !). Là encore, C’s a été mis hors jeu (et il aurait pu difficilement soutenir la sortante complice de toutes les magouilles du PP et impliquée directement dans des notes de frais à la Dati).

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

Baromètre électoral Juin 2015

Le baromètre électoral du 8 juin 2015 – réalisé avant les élections des Maires et Présidents de régions - fait apparaître une baisse spectaculaire de Ciudadanos, par rapport au précédent d’avril (Metroscopia n’a pas publié son baromètre en mai à cause des élections locales). Baisse qui profite au PP qui reprend la tête, cependant que le PSOE consolide son score estimé et que Podemos se tasse (tout en sachant qu’entre les trois, on est dans la marge d’erreur). L’IU continue de baisser, quant à l’UPyD il disparaît.

 

C’s est victime certainement des feux croisés du PP d’un côté et du PSOE et Podemos de l’autre, l’un le présentant comme un allié de la gauche, les autres comme un faux-nez de FAES, un think tank ultra-libéral d’Aznar. Mais aussi, avant même qu’il ne le démontre concrètement, de son manque de clarté sur les possibles pactes post élections régionales et municipales.

Après les élections locales du 24 mai PODEMOS et CIUDADANOS au pied du mur

Image des principaux leaders

Cependant, le leader de C’s, Albert Rivera reste le politique qui a la meilleure image, améliorant même son solde positif par rapport à avril.

Pedro Sánchez, PSOE, passe enfin en positif et surtout améliore nettement son score chez ses électeurs potentiels.

Pablo Iglesias, Podemos, même si son score reste légèrement négatif, redresse sérieusement son image (de –30 à -3).

L’image négative de Mario Rajoy, chef du gouvernement, se dégrade encore ; et la moitié des électeurs potentiels du PP souhaitent un autre candidat pour les élections générales de novembre.

Les comparaisons avec l’Espagne sont toujours biaisées.

Ainsi, les élections régionales ne concernaient ni le Pays Basque, ni la Catalogne, ni la Galice et, on l’a vu, ni l’Andalousie.

Aucun parti régionaliste – sauf en Corse – n’a émergé en France. En Espagne, ils pullulent, même si aux élections générales ils ne sont qu’autour de 10%. Ces élections générales sont à la proportionnelle mais sur une base régionale, donc difficile de déduire d’un sondage global une projection en sièges.

Podemos, contrairement à ce que feint de croire Méchanlon – qui prétend avoir ouvert la voie : « Nous avons lancé la vague en 2012 », affirme le matamore – n’a absolument rien à voir avec le Front de gauche. Il est né, mais comme Barcelona en Comú et des tas d’autres listes municipales, des Indignados. Un mouvement de protestation sociale apparemment sans débouché politique qui avait notamment occupé longuement la Puerta del Sol. Podemos en est un enfant un peu bâtard, car si, à la base, il reste sur une organisation en démocratie directe, il s’est doté, devenu parti, d’une direction très endogame. Il suscite, un peu tardivement et des plus faussement, un enthousiasme délirant. Un Benoît Hopquin se donnait « Le droit de rêver » et Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou, éditeurs, donnaient eux dans l’extatique, comme un remake de l’enthousiasme castriste ou bolivarien.  Faut-il ajouter L’Obs qui publiait « les extraits exclusifs de son manifeste » ?

 

Les élections régionales et municipales montrent bien que manifeste ou pas, sauf à rendre l’Espagne ingouvernable, il faudra bien, au lendemain des élections générales, nouer des alliances donc aboutir à des compromis, mot-clé de toute démocratie. C’s y risque d’apparaître définitivement comme un parti centriste ni à gauche, ni à gauche, comme disait Mitterrand des centristes français. IU, devenu presque groupusculaire, aussi anti-PSOE que le Parti de gauche est anti-PS, ne comptera plus. Une petite chance existera qu’un PSOE apportant une compétence gouvernementale et un Podemos apportant une participation citoyenne trouvent un compromis solide.

Mais, hélas, rien de transposable dans l’hexagone.

* Le PSOE soutient le candidat de PODEMOS pour conquérir Cadiz.

Teresa Rodriguez, qui félicite José María González Santos 'Kichi' pour son élection comme maire de Cadiz, elle, au niveau de la région, en tant que secrétaire générale de PODEMOS en Andalousie, fait voter son groupe contre la réélection de la sortante PSOE ! 

 

Pablo Iglesias à Cadiz

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.