Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 21:33
« Les enfants de Marie » de Talavera se déchaînent

Le sexshop “Non sit peccatum” est l’objet de l’ire d’ultracatholiques qui exigent le retrait d’une crèche érotique où la sainte famille est peinte dans la céramique en forme de pénis !

Un groupe d’ultracatholiques de la ville tolèdane de Talavera de la Reina, répondant au doux nom d’« Enfants de Marie » a décidé de montrer son particulier attachement à la crèche – chère à nos culs-bénits de Ménard ou Retailleau – en s’en prenant à une boutique, “Non sit peccatum” (ce n’est pas un péché), spécialisée dans la parapharmacie pour la santé sexuelle (herboristerie et accessoires) qui exposait dans sa vitrine des godemichets peints, évoquant la "sainte famille" - Jésus, Marie, Joseph - dans la crèche, œuvres du sculpteur Ernesto Yáñez ; il avait conçu, l’an passé, un dildo en céramique, grande spécialité talaverane (la céramique pas les dildos), baptisé « La lance de Talavera » qui avait obtenu un grand succès. Les membres de cette secte, indignés, ont donc, à maintes reprises, demandé le retrait de ces œuvres.

« Les enfants de Marie » de Talavera se déchaînent

Alternative écologique aux jouets érotiques de silicone ou de plastique, cette lance change la perception du plaisir.

Le seul toucher de ce jouet de céramique de luxe te coupe le souffle. Fabriqué en matières naturelles et recyclables, ce gode artisanal et organique est respectueux de ton corps et parfait pour jouer avec la température. Cette lance est une une œuvre d’art parfaitement sculptée pour la jouissance.

La structure de la surface ultra lisse est dessinée pour stimuler voluptueusement chaque courbe et contour de ton corps. Il se lave à l’eau chaude ou froide et se réchauffe ou se refroidit instantanément.

NB La traduction mot à mot serait plutôt "lancier" que "lance".

Peintures sur céramique

Le plus étonnant dans cette affaire est que les godemichets de céramique  peints avaient déjà été exposés l’an passé ;  bien mis en évidence dans la vitrine, ils n’étaient donc pas passés inaperçus et avaient même eu un écho médiatique au niveau national ; ils n’avaient cependant pas attiré, comme cette année, l’ire de ces néo pharisiens, alors même qu’ils étaient relégués dans un coin de la vitrine. Ils n’ont cessé de harceler le propriétaire de la boutique, depuis leur mise en place le 16 novembre dernier.

Héctor Valdivielso raconte que dès ce jour-là s’est pointé un individu, dans la cinquantaine, se réclamant des « Enfants de Marie » et demandant le retrait de la crèche de la vitrine, en outre, il est resté dans la boutique une vingtaine de minutes récitant des prières à voix haute, à la grande surprise des clients !

Un couple exalté

Ce que Valdivielso prenait pour un acte isolé, dû à un esprit rétrograde et dérangé,  s’est reproduit le jour suivant. Mais du coup, ce fut un couple exalté qui dit avoir reçu par WhatsApp la photo des godemichets avec les dessins évoquant la sainte famille et exigea leur retrait immédiat de la vitrine. Le propriétaire de la boutique leur signala que c’était l’œuvre d’un artiste reconnu et qu’il n’avait aucunement l’intention de les retirer. Il invita le couple à vider les lieux, mais l’homme répondit agressivement que s’il n’enlevait pas ces godes il allait le faire par la force. Si bien que Valdivielso n’eut d’autres solutions que d’appeler la police pour les virer.

Un commando d'enfants de Marie

Le harcèlement a continué. Quelques jours après une délégation, d’on ne sait quelle confrérie, formée de douze femmes et de deux hommes d’âge avancé (« aucun d'entre eux n’est client de mon entreprise », explique le propriétaire), est venue dans le sexshop pour exiger le retrait immédiat des dildos. « Ils sont restés pendant une demi-heure dans le magasin et nous ont menacés de prendre des mesures contre l’entreprise » dit Héctor Valdivielso.

Un des plus étonnés de cette controverse est l’auteur de l’œuvre, Ernesto Yáñez : « C’est une minorité, la majorité de la ville aime cette crèche ». Le sculpteur, d’origine cubaine, mais qui habite Talavera, dit qu’il ne comprend pas que cette œuvre, exposée à la vue de tous depuis trois ans, puisse provoquer tout ce tapage maintenant. « Je ne pense pas qu’elle soit vulgaire ou offensante ».

Mais, au moment où un « Monseigneur » ose invoquer la liberté d’expression, pour défendre des sites anti-IVG qui pratiquent, sans vergogne, la contrefaçon en se faisant passer pour des sites officiels, cette action des culs-bénits ibères nous rappelle celles de leurs homologues gaulois contre des pièces de théâtre ou des expositions !

 

D'après El Plural

 

 

 

 

 

 

L'affaire a eu des retentissements dans la presse nationale :

La Vanguardia se place du côté du commerçant qui dénonce une campagne de harcèlement.

Le très conservateur ABC feint de croire que la polémique est due au « Lancero ».

El País lui est moins hypocrite et montre les objets réels du litige.

De même qu’El diario qui parle explicitement de crèche de Noël avec des godes de céramique (à noter le nom des godemichets en castillan « consoladores » !).

L’Huffington Post parle lui de l’ire catholique contre la crèche-godes.

 

Repost0
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 17:08
Vox populi, vox dei ?

Sondage IFOP

7 Français sur 10 se dressent donc pour la défense des crèches, si l’on en croit un sondage exclusif d’Ouest-France dimanche.

 

Eh quoi ! nos belles crèches sont-elles menacées par une horde de libre-penseurs chevelus post soixante-huitards qui, tels des séides de Civitas vandalisant les œuvres de Serrano à Avignon, à défaut de bouffer du curé, parcourraient nos chapelles, églises et cathédrales armés de marteaux ou autres outils contondants pour briser ces magnifiques témoignages de l’art saint-sulpicien qui représentent la vierge, Joseph, le bœuf et l’âne, etc. ?

Que nenni, l’infâme représentant de cette secte impie s’est contenté de présenter un recours devant le tribunal administratif de Nantes (sans doute présidé par un descendant de l’horrible Jean-Baptiste Carrier). Et c’est plutôt lui qui est menacé d’être massacré à coups de saints goupillons et de sabres s’il le faut, par des paroissiens qui pratiquent l'amour du prochain avec un art particulier.

 

Ils se lèvent en fait pour défendre une tradition culturelle menacée !

Vous l’ignoriez peut-être mais la présence de crèches dans les mairies ou les hôtels de département ou de région, relèverait d’une « tradition culturelle ».

 

  Tellement bien ancrée en terre biterroise qu’elle date… de l’arrivée de MOI MENARD à la tête de la municipalité. Un Ménard qui a aussi lancé la tradition d’une messe solennelle dans les arènes de Béziers pour bénir

- le massacre de braves taureaux innocents par des tueurs chamarrés

- la magie de l’art tauromachique avec ses toreros en habits de lumière

(choisissez la réponse qui vous convient selon que vous êtes anti ou pro-corrida, mais dans les deux cas on peut se demander ce qu’un curé vient faire dans cette tuerie barbare ou cette célébration païenne du culte de Mithra).

Tradition de la crèche un peu plus ancienne à l’hôtel du département de Vendée, mais qui ne remonte quand même pas aux guerres du même nom.

Mais à part ces deux lieux, qui a entendu parler de crèches, non pas dans les lieux publics – les édifices, églises, cathédrales, etc. propriétés des communes ou de l’état « servent à l'exercice public des cultes » (art.12, 13 de la Loi de 1905) – mais dans des édifices de services publics, comme les mairies ?

 

A y regarder de plus près, les catholiques, les vrais, les quelques % de pratiquants restant,  devraient plus s’inquiéter de ces 71% que s’en réjouir.

Car, si l’on en croit le commentaire, pour cette écrasante majorité, il s’agit d’un « élément de tradition culturelle plus que d’un symbole religieux ». Autrement dit, la crèche a autant de rapport avec la nativité d’un homme-dieu, prénommé Jésus, que le sapin de Noël en a avec les divinités germaniques du temps des Romains.

Dans un grand élan œcuménique et folklorique verra-t-on les curés se déguiser en pères Noël pour célébrer la messe de Minuit et un beau sapin, roi des forêts, s’ériger à côté de la crèche ?

Et puisqu’on est dans une tradition style œufs de Pâques, pourquoi nos pâtissiers-confiseurs ne se lanceraient pas dans des crèches en pain d’épices ou en pâte de fruits voire en chocolat.

Et du coup, à la grande satisfaction des libre-penseurs qui, à défaut de bouffer du curé, pourraient croquer du petit-jésus !

 

 

 

Un beau chant de Noël de Pierre PERRET que je dédie à MM Retailleau et Ménard.

Noël avant terme

Noël Noël tu vas venir bientôt

Oh ! bon Papa Noël n'oublie pas mes cadeaux

Et pour ce jour si merveilleux

Petit Papa Noël exauce tous mes vœux

 

Que ma petite maman s'arrête de tousser

Peut-être que notre voisin aura fini de gueuler

Fais que mon p'tit papa sorte enfin de prison

Qu'y me ramène voir les femmes comme au bon temps dans leur maison

 

refrain

 

Je voudrais que grand-mère ne me réveille plus

Quand elle rentre le matin beurrée comme un p'tit Lu

Pardon si je l'ai battue mais qu'elle me répète plus

J'ai une dent contre toi, d'abord il lui en resterait plus

 

refrain

 

Pour faire mes ongles en deuil j'voudrais un p'tit canif

Ça fait quand même plus propre pour se les fourrer dans le pif

Et j'voudrais pour ma tête une tondeuse électrique

Je sens que j'ai le chou farci de p'tits grains de riz mécaniques

 

refrain

 

Je te promets en échange de plus crever les pneus

De plus me laver les nougats dans le truc du pot-au-feu

Et je te jure sur l'honneur de plus gratter sans motif

Les bonbons à liqueur que j'ai chopés sur le tarbouif

 

 

 

 

Bon, à la demande générale des anciens enfants de choeur défroqués - et puisque, si on a bien compris, ce chant est devenu aussi folklorique que le petit papa Noël de Tino (Rossi) ou le beau sapin toujours roi des forêts - voici MINUIT CHRETIENS, en deux versions à nos oreilles également aimables, quoique la première avec son délicieux accent soit nettement plus marrante que la seconde.

Apparemment Pavarotti ne connaît pas son texte et ne comprend rien de ce qu'il chante, mais le final est du plus haut comique

Minuit chrétiens

 

Texte Placide Cappeau

Musique Adolphe Adam

1847

 

Minuit  ! Chrétiens, c’est l’heure solennelle

Où l’homme Dieu descendit jusqu’à nous,

Pour effacer la tache originelle

Et de son Père arrêter le courroux :

Le monde entier tressaille d’espérance

À cette nuit qui lui donne un Sauveur

Peuple, à genoux attends ta délivrance,

Noël  ! Noël  ! Voici le Rédempteur  !

Noël  ! Noël  ! Voici le Rédempteur  !

 

 

(Chœur)

 

 

Peuple, à genoux attends ta délivrance,

Noël  ! Noël  ! Voici le Rédempteur  !

Noël  ! Noël  ! Voici le Rédempteur  !

 

 

De notre foi que la lumière ardente

Nous guide tous au berceau de l’enfant

Comme autrefois, une étoile brillante

Y conduisit les chefs de l’Orient

Le Roi des Rois naît dans une humble crèche,

Puissants du jour fiers de votre grandeur,

Ah ! votre orgueil c’est de là qu’un Dieu prêche,

Courbez vos fronts devant le Rédempteur  !

Courbez vos fronts devant le Rédempteur  !

 

 

(Chœur)

 

 

Ah ! votre orgueil c’est de là qu’un Dieu prêche,

Courbez vos fronts devant le Rédempteur  !

Courbez vos fronts devant le Rédempteur  !

 

 

Le Rédempteur a brisé toute entrave,

La terre est libre et le ciel est ouvert

Il voit un frère où n’était qu’un esclave

L’amour unit ceux qu’enchaînait le fer,

Qui lui dira notre reconnaissance  ?

C’est pour nous tous qu’Il naît, qu’Il souffre et meurt :

Peuple, debout ! chante ta délivrance,

Noël  ! Noël  ! chantons le Rédempteur  !

Noël  ! Noël  ! chantons le Rédempteur  !

Repost0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 21:10
La laïcité expliquée à Monsieur Retailleau
La laïcité expliquée à Monsieur Retailleau

Ouest-France 06/12/2014

"L'Etat laïque, neutre entre tous les cultes, indépendants de tous les clergés, dégagé de toute conception théologique" permet "l'égalité de tous les Français devant la loi, la liberté de tous les cultes" et de toutes les convictions philosophiques. D'après Ferdinand Buisson

 

Monsieur le Sénateur-Président du conseil général de la Vendée (et Président du groupe parlementaire UMP du Sénat), je me permets, très humblement, de vous rappeler que notre République est laïque. Contrairement à ce que d’aucuns pourraient croire – mais vous n’êtes certainement pas de ceux-là – la République ne se réduit pas à l’état central (ni l’état, au gouvernement), mais comprend les collectivités territoriales (communes, départements, régions).

 

Une des grandes lois fondatrices de la Laïcité française est la loi de 1905. Et contrairement à ce qu’un ex-président, dont vous avez rallié le parti, a laissé sous-entendre osant parler d’un anti-cléricalisme d’état, la Loi de 1905 fut bien une loi de liberté et de tolérance.

 

Votre (ex)père spirituel, le Vicomte Le Jollis de Villiers de Saintignon, qui voyait des mosquées partout à Roissy, a sans doute fustigé les prières de rues des infidêles et barbaresques musulmans. Et pourtant, contrairement à vous qui êtes trop jeune (quoique), il a dû connaître les « fêtes-dieu » où le curé portant ostensoir et protégé par un dais avançait sur un tapis de pétales de roses répandus par des enfants de chœur ensoutanés de rouge, avec surplis blanc, au son de saints cantiques en latin. Et honte au mécréant qui n’aurait pas décoré sa façade sur l’itinéraire de la procession. Question prière de rue, on était servi avec des autels de plein air où s’arrêtait la sainte procession dans les rues de nos villages.

Je ne saurais trop vous recommander la lecture des débats qui ont abouti à la suppression d’un article liberticide dans la loi de 1905. Vous y verriez comment un député catholique a su prendre à contre-pied Aristide Briand et Ferdinand Buisson : « quand l’ordre public n’est pas en danger, il y a un autre intérêt qui s’impose, c’est celui de la liberté. » Et l’Article 25 qui édictait que les églises, séparées de l’état, « n’ont pas le droit d’emprunter la voie publique pour les manifestations de leur culte » car elles imposeraient ainsi « aux indifférents, aux adeptes des autres confessions religieuses le spectacle inévitable de leurs rites particuliers. » a été supprimé.

Ce qui répond aux âneries proférées par le Vicomte sur les étoiles qu’il faudrait retirer de nos rues, car outre que la symbolique religieuse desdites étoiles n’est pas évidente, elles ne sont pas bannies des voies publiques qu’il ne faut pas confondre avec des bâtiments officiels. Quant à vos propres propos sur les communes en « Saint »* qu’il faudrait débaptiser, entre nous soit dit, vous confesserez qu’ils relèvent d’un amalgame assez puéril. Contrairement aux révolutionnaires que vous honnissez, les Ferry, Briand ou Buisson n’ont jamais voulu toucher au calendrier des fêtes d’origine chrétienne et encore moins à la toponymie.

 

  Revenons donc à votre crèche.

Que les santons de Provence puissent relever d’une authentique tradition culturelle populaire, d’un patrimoine provençal, est indéniable. En revanche, vous conviendrez que l’aspect culturel de vos statuettes saint-sulpiciennes n’est pas évident. Tradition cultuelle plutôt qui trouve sa place dans les lieux de culte, voire dans des foires de Noël, sans doute pour sanctifier les marchands du temple. 

 

Mais, elle n’a pas sa place dans un bâtiment de la République, dont font partie Mairie et Hôtel de Département. Non pas que leur laideur soit une atteinte au bon goût, cela étant trop subjectif. Mais que ces crèches sont une atteinte à la neutralité que doivent afficher ces lieux.  C’est ce que dit clairement l’Article 28 : « Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions. » sur lequel s’est appuyé, je suppose, le Tribunal Administratif de Nantes.

 

Cette neutralité instaurée par la loi de séparation des églises et de l’état n’est pas anti-religieuse, mais a-religieuse. Elle s’impose à ses représentants et à ses agents. C’est pourquoi ceux-ci ne doivent, dans l’exercice de leurs fonctions, manifester leur éventuelle appartenance à telle religion ou parti politique.  Non pas pour cause d’éventuel prosélytisme – la vue d’une hôtesse d’accueil portant un fichu dit islamique dans une administration ne risque guère de convertir qui que ce soit à l’islam – mais pour affirmer la neutralité du service public.

 

Sans vous laisser aller aux outrances de votre ex-mentor – l’admirateur de Poutine parlant de décision « totalitaire » - vous n’en avez pas moins profité de votre position pour vous livrer à une attaque indigne contre la Libre pensée la taxant d’intégrisme laïcard. Vous conviendrez peut-être que question intégrisme agressif, la Libre pensée est loin, très loin, des méthodes d’actions de CIVITAS, par exemple. Et que la conviction exprimée dans leurs statuts est aussi respectable que la vôtre. Le Président de la Libre Pensée de Vendée qui, contrairement à vous, n’a guère été entendu dans les médias, a fait preuve d’une grande retenue dans son expression et dans son action.

 

Quant à votre allusion à un témoignage touchant d’un « auditeur, dont le prénom, Ahmed, fait penser qu’il appartenait à une religion » ne soutenant pas une crèche, outre que vous semblez ignorer que la religion musulmane reconnaît Jésus comme un prophète, elle trahit une propension trop fréquente à conférer une appartenance religieuse à partir d’un nom ou prénom**. Mais y eût-il eu dans vos soutiens un Vladimir orthodoxe, un William anglican, un Ricard boudhiste, etc. que ça ne changeait rien à l’article 28 de la Loi de 1905 sur lequel s’est appuyé le tribunal administratif.

Et vous allez dépenser notre argent, à nous les contribuables vendéens, dans d’inutiles recours en appel, conseil d’état et, on n’ose y croire, jusqu’à la Cour européenne des droits de l’Homme !

 

D’ailleurs, comme le souligne Jean Baubérot, associer la crèche, qui célèbre, ce n’est pas à vous que je dois le rappeler, la nativité du christ, à quelque chose d’uniquement traditionnel et folklorique, c'est manquer de respect à la religion catholique.

Et ce n’est pas une tradition cultuelle qui se perd : presque toutes les églises, la cathédrale, ont leur crèche que chacune et chacun peut aller voir.

Et vous, vous pouvez faire une belle crèche dans votre intérieur privé, pour y déposer, le 24 à minuit, votre petit jésus, en entonnant le "Minuit chrétiens"... si ça vous chante.

 

* Une pétition, lancée par un anonyme Lou G., intitulée « Tradition et patrimoine culturel français : oui aux crèches de Noël dans l'espace public ! », signée par d’aussi anonymes Thérèse, Gérard voir 148, s’en prend évidemment à « cette gauche bien pensante, ces ayatollahs de la pensée unique, ces pourfendeurs de nos traditions, veulent détruire notre socle commun. » Et comme Brutus-Bruno R. craignent « qu'ils ne finissent par vouloir débaptiser notre calendrier, qu'ils ne trouveront pas très laïc (avec les fêtes chrétiennes et tous les saints), ou débaptisent les rues, les places de nos villes et villages qui portent le nom d'un saint etc. ».

Eh oui ! M. le Président, la stupidité de vos propos éclate quand ils sont clamés par des cagots bornés (pléonasme) et lâches.

 

 

** Pris à partie, sur ce point, vous vous êtes miraculeusement souvenu que ça serait l’auditeur lui-même qui se serait dit musulman : permettez-moi d’être un peu sceptique sur cet ajout dans votre storytelling.

 

 

Merci au commentateur "Malherbe" de m'avoir signalé le billet de Sophia Aram

Entretien avec J. Bauberot
Entretien avec J. Bauberot

Un entretien avec Jean Baubérot

Ouest-France 12 décembre 2014

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.