Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 21:01
VAE (et Bogôs anti Schiappa)

A partir d’un résumé – 140 signes obligent à la caricature souvent - de LCP , les BOGÔs crient qu’on renvoie les femmes « aux langes et à la cuisine » et même proclament que  « C'est la droite catho où la mère reste à la maison qui a préparé le discours » .

VAE (et Bogôs anti Schiappa)

Avec Louise Tourret – journaliste à Francecult, relayée par Caroline Fourest - c’est du lourd « Ça fait 24h que je cogite sur cette info ds laquelle tt pose problème: essentialisation des mères, mépris pour les pro. de la petite enfance ».

Or, si l’on se donne d’écouter – 1’20’’ – Madame Schiappa, elle, parle de mères en situation de précarité – vous savez Mmes Tourret et Fourest quand on parle de foyer monoparental, par exemple, c’est ‘essentiellement’ des mères – sans aucune qualification et n’ayant donc comme expérience que celle d’avoir élevé des enfants. Et elle propose, pour ses femmes, de valoriser les acquis de leur seule expérience, celle de mère, ce qu’on appelle la VAE, sigle sans doute inconnu de nos procureures, pour aboutir à une qualification, un CAP petite enfance. CAP qui existe mais dont les modalités seraient à adapter en fonction, justement, d'une VAE de chacune de ces femmes

En quoi ce CAP, qui bien sûr ne fait pas concurrence au diplôme de puéricultrice, traduirait-il un mépris des professionnels de la petite enfance ?

VAE (et Bogôs anti Schiappa)

Bon, derrière cela il y a sans doute une lutte souterraine entre chapelles féministes qui explique le relai du message de Mme Tourret par Mme Fourest.

Mais il y a aussi, derrière les  pseudos grands principes égalitaires – et pourquoi pas les jeunes pères ? bien sûr ! – une morgue qui se traduit par le ton supérieur, méprisant même des commentaires, digne de Finkielkraut !

VAE (et Bogôs anti Schiappa)

En complément cette info reçu par courriel :

Mais être père ou mère d'au moins trois enfants, cela, semble-t-il,  dispense, dans certains cas, d'avoir un diplôme...

 

http://www.devenirenseignant.gouv.fr/pid33983/enseigner-maternelle-elementaire-crpe.html

 

Pour vous inscrire au CRPE externe ou externe spécial, vous devez, à la date de publication des résultats d'admissibilité :

  • Être inscrit en première année d'études (M1) en vue de l'obtention d'un master ou d'un titre ou diplôme reconnu comme équivalent.
  • Ou remplir les conditions pour vous inscrire en dernière année d'études en vue de l'obtention d'un master ou d'un titre ou diplôme reconnu équivalent.
  • Ou être inscrit en dernière année d'études en vue de l'obtention d'un master ou d'un titre ou diplôme reconnu comme équivalent.
  • Ou être titulaire d'un master ou d'un titre ou diplôme reconnu comme équivalent.

Quels sont les titres ou diplômes reconnus comme étant des équivalents au master ?

Le ministre chargé de l'Éducation nationale reconnaît comme étant équivalents au master :

  • les titres ou diplômes classés au niveau I du répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).
  • les titres ou diplômes sanctionnant un cycle d'études post-secondaires d'au moins cinq années.
  • les diplômes conférant le grade de master, conformément aux dispositions de l'article D 612-34 du code de l'éducation (DESS, DEA, diplôme d'ingénieur...).

Quelles sont les conditions pour être dispensé de diplôme ?

Vous êtes dispensé de justifier d'un diplôme si :

  • vous êtes ou avez été fonctionnaire titulaire dans un corps de personnels enseignants ou d'éducation.
  • vous êtes ou avez été maître contractuel des établissements d'enseignement privés sous contrat admis définitivement à une échelle de rémunération.
  • vous êtes mère ou père d'au moins trois enfants.
  • vous êtes sportif de haut niveau.

Merci A.B.

PS En revanche, les déclarations de la Secrétaire d'état sur son budget sont plus ambiguës. Mais là encore on lui fait dire ce qu'elle n'a pas dit. « La baisse de frais structurels, demandée à tous les ministères, ne sera pas répercutée sur les associations qui luttent contre les violences sexistes et sexuelles » (20 minutes). Donc elle admet implicitement une baisse de sa dotation - baisse des frais structurels (?) - mais promet que les associations ne perdront pas un euro.

On peut s'interroger sur cette promesse.

Mais pas, une fois de plus finkielkrauter, en prétendant qu'elle a assuré que le budget global de son secrétariat d'état serait sans baisse.

 

NB Pour avoir commis un petit livre dans une maison d'édition d'ouvrages coquins et érotiques, Osez l’amour des rondes  (La Musardine), et, peut-être, sous un pseudonyme, "Les filles bien n’avalent pas", Marlène Schiappa a eu droit à se faire traiter de "reine des salopes" par un prétendu historien, Benoît Rayski, sur le site de droite extrême Atlantico.

VAE (et Bogôs anti Schiappa)

Marie Minelli, dont on prétend qu'elle n'est qu'un pseudo de Mme Schiappa, se présente comme scénariste et chroniqueuse du sexe. Elle a publié de nombreuses nouvelles érotiques dans la collection "Osez 20 histoires"... de La Musardine, le roman chick-porn "Sexe, mensonges et banlieues chaudes", des guides sexy "Osez..." et  donc "Les filles bien n'avalent pas - et autres clichés sur la sexualité féminine". Elle a co-scénarisé plusieurs fictions érotiques ou sur le couple.

VAE (et Bogôs anti Schiappa)
Repost 0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 21:59
Sanctissime Con insoumis

L'affaire du Con insoumis (Coño Insumiso), classée d'abord sans suite, connaît un rebondissement en appel !

Péché ou délit ? Blasphémer équivaut-il à commettre un délit dans un état en principe non confessionnel ? Une prétendue offense religieuse doit-elle être poursuivie en vertu du code pénal ? Question que pose la plainte d’une Association d’avocats chrétiens contre un groupe de féministes (et des syndicalistes) pour un supposé délit d’atteinte aux sentiments religieux : le 1er mai 2014, dans une parodie des manifestations de la semaine sainte, elles avaient organisé la Procesión del "Coño Insumiso" !

Trois féministes et deux responsables syndicaux (CGT) ont été inculpés par la juge d’instruction 10 de Séville pour un délit contre les sentiments religieux pour avoir porté en procession un vagin géant en plastique durant une manifestation du 1er Mai ! A la suite de la plainte de l’Association des avocats chrétiens, elle avait demandé à la police d’identifier formellement les organisatrices de cette joyeuse mascarade. Les femmes inculpées sont membres d’une Association du Sabbat féministe sévillan qui rend un culte au « Santísimo Coño Insumiso », au Sanctissime con insoumis !

 

  La plainte des fondamentalistes cathos contre la procession blasphématoire à leurs yeux se fonde sur un article 525 du Code pénal espagnol, objet de controverses entre juristes, qui stipule qu’encourrent une peine de prison de 8 à 12 mois ceux qui, pour offenser les sentiments des membres d’une confession religieuse, se livrent, en paroles, par écrit ou par tout autre moyen, à des railleries sur les dogmes, croyances, rites ou cérémonies ou s’en prennent à ceux qui les professent ou les pratiquent.

Le secrétaire général de la CGT de Séville, Miguel Sevillano, et le Secrétaire à l’organisation de la CGT en Andalousie, Félix Cervera, sont aussi inculpés de délit contre les sentiments religieux et de délit de provocation à discrimination, la haine et la violence pour des motifs liés à la religion ou aux croyances. Ils se défendent en disant que des associations qui ne dépendent pas de la CGT se sont jointes librement à la manifestation du 1er mai.

Mais l’instruction a eu beau jeu de rappeler que le 10 avril, la CGT avait déjà organisé une procession de l’Anarcofradía del Santísimo Coño Insumiso y el Santo Entierro de los Derechos Sociolaborales (L’anarcho-fraternité du con insoumis et du saint enterrement des droits sociaux des travailleurs) !

Et l’Association des avocats cagots de s’indigner de cette parodie des processions de la Semaine Sainte, mise en scène sur le ton de la dérision, avec de fausses pénitentes, marchant au rythme des tambourins et portant sur leurs épaules le présentoir d’un vagin en plastique de plus d’un mètre de haut, drapé comme une Sainte Vierge !

La Fraternité du Sacré Con Insoumis à l’exploitation et à la précarité proclame : « Nous sommes les louves, les folles, les étudiantes, les putains, les précaires, les chômeuses, les hétéros insoumises, les vieilles, les fillettes, les grosses, les maigres, les mauvaises et incorrectes, les migrantes, les sorcières, les mères, les avorteuses, les noires, les lationoaméricaines, les gitanes et les musulmanes, nous sommes les violées, les mortes, les battues, les écorchées, les cachées, les interdites, les insensées, les féminazis, les radicales, dignes d’être brûlées sur le bûcher… »

La défense stupéfaite

Luis de los Santos, avocat des inculpés a exprimé sa stupéfaction pour cette utilisation du droit pénal basée sur des intérêts politiques prédémocratiques de la part des l’association des avocats chrétiens ! Il réclame le non-lieu. Il n’y aucun délit. Cette manifestation était dénuée de tout caractère religieux (“no tiene nada que ver con la religión”). Le code pénal est instrumentalisé pour criminaliser la liberté syndicale et la liberté d’expression.

Sources :

  • El PLural (27/11/2015) : Imputadas las tres feministas que procesionaron el ‘Santísimo Coño Insumiso’ en Sevilla
  • Kaosenlared (02/12/2015) : ¿Delito o pecado? Un vídeo evidencia el tono festivo del ‘Santísimo Coño Insumiso
  • Saltimbanqui (El circo) (26/11/2015) : Imputadas las tres feministas que sacaron en procesión el ‘Santísimo Coño Insumiso

Des membres de la confrèrie

 

Le tribunal de Séville ordonne de ré-ouvrir l’affaire de la Procession du ‘Con insoumis

Sanctissime Con insoumis

La Cour Provinciale de Séville a décidé de rouvrir l’affaire de la procession d’un vagin de plastique* de 1m de large sur 2m de haut, imitant une statue de Vierge Marie, dans la manifestation du 1er mai 2014, organisée par la CGT, d’après l’Association des avocats chrétiens à l’origine de la plainte.

Ainsi, dans une ordonnance le tribunal a estimé partiellement recevable le recours présenté par cette association contre la décision du 7 juin 2016 de la juge d’instruction de classer l’affaire sans suite considérant que « ne pas croire dans les dogmes et le manifester publiquement fait partie de la liberté d’expression ».

Devant cette affirmation des inculpés que leurs actes relevaient de la liberté d’expression, le tribunal a allégué que ce droit n’est pas absolu, mais qu’il était soumis aux « droits fondamentaux reconnus par le titre I de la Constitution espagnole dont celui de liberté idéologique, religieuse et de culte ».

L’Association des avocats bigots, par la voix de sa présidente Polonia Castellanos – la même qui a mené la croisade contre les Drag queens – que la seule chose qu’ils exigent c’est « le respect de la foi des chrétiens, leurs dogmes et leurs croyances ». « Nous acceptons la critique, mais toujours dans le dialogue, non dans la vexation, la moquerie ou l’offense. » a-t-elle ajouté.

Bilbao

La juge Pilar Ordóñez, qui avait classé la plainte, avait considéré que les faits dénoncés par cette association ne constituaient pas un délit et avait donc relaxé les trois femmes qui avait été identifiées comme porteuses du vagin en plastique et les secrétaires syndicaux CGT de Séville et de l’Andalousie, Miguel Sevillano et Félix Cervera.

La magistrate dans ses attendus s’appuyait elle aussi sur la Constitution espagnole qui garantit certes la liberté religieuse, mais dans un état a-confessionnel : les pouvoirs publics doivent aussi bien garantir que les citoyens puissent professer, en privé comme en public, une religion déterminée que d’empêcher que quiconque soit obligé de professer une religion, la Constitution proclame également le principe d’égalité et interdit une quelconque discrimination pour cause de religion ou d’opinion.

De son point de vue, cette parodie n’avait pas pour but de porter atteinte aux sentiments religieux, ni d’humilier ou blesser. Ne pas croire dans les dogmes d’une religion et le manifester publiquement fait partie de la liberté d’expression. La juge constatait l’absence de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence dans la manifestation.

Quant aux deux cégétistes, elle constatait que si ce syndicat avait bien provoqué la manifestation du 10 avril 2014, elle avait pour objectif de protester contre les licenciements dans l’entreprise Damas. Quant au 1er mai 2014, le groupe féministe s’était joint à la manifestation syndicale à la hauteur du Parlement andalou, après avoir eu son propre parcours, indépendamment donc de la CGT.

Ce sont donc ces attendus de la Juge d’instruction que remet en cause le Tribunal Provincial, qui s’appuie sur le fameux article 525.1 du Code pénal espagnol pour cette raillerie publique des dogmes et rites religieux. La magistrature espagnole est bien divisée entre une aile conservatrice et une aile libérale. La destitution, naguère, du juge Garzón montre que l’héritage du franquisme dans ce corps judiciaire est encore bien pesant. Et les actions répétées des avocats bigots montrent aussi que le national catholicisme est toujours prêt à réapparaître.

* Ce vagin en plastoc massif eût-il été signé Jeff Koons qu'il eût été acheté à prix d'or par François Pinault et même exposé à Versailles où il aurait plus que "Dirty corner" mérité d'être baptisé "le vagin de la reine" !

 

Source : http://www.huffingtonpost.es/2017/03/31/la-audiencia-de-sevilla-ordena-reabrir-la-causa-por-la-procesion_a_22020500/

 

 

Pour compléter :

La Procesión del Coño Insumiso y el Virgo de sus Cofrades

 
Se ha reabierto la causa contra las autoras de la protesta, que en su día fue archivada al reconocer su carácter festivo y reivindicativo. Se les juzga ahora por "escarnio al dogma de la santidad y virginidad de la Virgen María"
https://saltimbanquiclicclic.blogspot.fr/2017/07/la-procesion-del-cono-insumiso-y-el.htmlhttps://saltimbanquiclicclic.blogspot.fr/2017/07/la-procesion-del-cono-insumiso-y-el.html
Repost 0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 16:04

yabonz

Avec une postface

Ce n’est pas la première fois* que Zemmour provoque un scandâââle par ses propos nauséabonds. Et à chaque fois, celui qui dénonce les bobos, la gauche bien pensante et le politiquement correct, se dit victime du Maccarthysme ! «On parle des discriminations, moi, ça ne me choque pas : la discrimination, c’est la vie, c’est le choix, et c’est la sélection. Donc, voilà, il n’y a pas à lutter contre les discriminations; ça, c’est un mythe» proférait-il sur une chaîne de télé, il y a peu. Or, n’en déplaise au vibrionnaire polémiste multi-cartes, les discriminations (à l’embauche, au logement, etc.) sont des délits. Et là ce sont, comme il dit, les arabes et les noirs qui sont les victimes !

 

Dans le n’importe quoi, il fait fort. Ainsi, ayant lu que des instits emmenaient leurs gamins de 8 ans "à une rencontre lutte", il s’écrie que "C'est un véritable scandale, c'est du polpotisme". Pour lui, ces instits-khmers emmenaient les CE2 à une manif ! Or, il s’agissait d’aller voir des épreuves de lutte sportive.

 

Il est vrai que dans la haine viscérale de l’école républicaine et de mai 68, il le dispute à un autre petit homme tout aussi agité que lui. “Depuis Mai 68, la gauche a décidé que l’école n’était plus un sanctuaire du savoir, mais que la vie devait y entrer, en tout cas sa conception de la vie.[…]La pression idéologique sur les enfants est souvent insupportable. On hurle au totalitarisme à propos des pays communistes de jadis, où les profs incitaient les élèves à dénoncer leurs parents qui ne pensaient pas selon la ligne du Parti. En sommes-nous si loin ? Pas tant que ça, c’est une très vieille habitude à gauche. Il faut se souvenir que la République de Jules Ferry a fondé l’école publique et obligatoire pour éduquer les enfants, évidemment, pour les instruire, mais aussi et surtout pour arracher les consciences à l’Église […] Depuis 68, la gauche pense que la révolution politique passe par la subversion de la morale traditionnelle, d’où son offensive sur les plus jeunes, les esprits malléables, afin de les conditionner.

 

petain   Car il ne dit pas que des conneries… il en écrit aussi. Ainsi dans son dernier dégueulivre, celui qui se dit d’origine juive berbère, se révèle fils de Pétain, "louangé pour avoir attendu les Américains en 1917, il est vilipendé pour avoir refait le même choix en 1940".

 

Faut-il voir un auto-portrait dans une des déclarations de ce logorrhéique agité : "L'être humain est très primaire. Nous avons un cerveau archaïque, nous avons un cerveau reptilien. Il faut en tenir compte. A vouloir le nier, nous créons des générations d'impuissants, d'homosexuels et de divorcés."

 

Car comme un Sarko qui, entouré de ses gardes du corps, interpelle un pêcheur perché d’un martial « Descends de là si t’es un homme », le chroniqueur du Figaro-Magazine, de RTL, d’I-Télé, etc., du haut de ses propres talonnettes, donne dans le virilisme de comptoir.

 

Avec « Le 1er sexe », autre dégueulivre du nabeauf, on atteint les sommets d’une bêtise non seulement assumée, mais revendiquée.

 

"Privé de ses propres mots, l'homme (mâle) a été peu à peu privé d'une pensée propre. […]Des hommes avec ou sans majuscule au temps d'une société patriarcale. Et puis, dans un second temps, on suggère la supériorité évidente des « valeurs » féminines, la douceur sur la force, le dialogue sur l'autorité, la paix sur la guerre, l'écoute sur l'ordre, la tolérance sur la violence, la précaution sur le risque. […] La société unanime somme les hommes de révéler la « féminité» qui est en eux. Avec une bonne volonté confondante, suspecte, malsaine, les hommes font tout ce qu'ils peuvent pour réaliser ce programme ambitieux: devenir une femme comme les autres. Pour surmonter enfin leurs archaïques instincts. La femme n'est plus un sexe mais un idéal."

 

MLF2   On peut lire en creux l’idéal du petit homme, mais ce n’est rien à côté de ce qui suit : "Les mêmes mots, les mêmes rejets, les mêmes engouements se retrouvent ainsi chez les militants homosexuels et les féministes, au point que l'on peut parler d'alliance objective. Les rares hommes politiques qui assument ou revendiquent leur homosexualité sont aussi les féministes les plus ostentatoires. Il y a une rencontre sociologique, au cœur des grandes villes, entre homosexuels, militants ou pas, et femmes modernes, pour la plupart célibataires ou divorcées. Le cœur de cible de ce fameux électorat bobo. Mêmes revenus, mêmes modes de vie, même idéologie «moderniste», « tolérante », multiculturelle. À Berlin, Hambourg et Paris, ces populations ont élu comme édiles trois maires homosexuels - et fiers de l'être - qui ont la conviction de porter un nouvel art de vivre, une nouvelle renaissance. Peu à peu, la production, l'activité industrielle, toute activité productive ou même du négoce de marchandises ont été expulsées de ces villes transformées en musée pour touristes ou casino virtuel pour prédateurs de la finance - l'industrie c'est sale, c'est noir, c'est un travail d'hommes aux mains calleuses et aux mœurs rudes. Peu à peu, les ouvriers puis les classes moyennes ont été expulsés de ces paradis par la spéculation immobilière, il ne reste plus que les gens très aisés, les fameux bobos et les familles immigrées, avec ou sans papiers mono ou polygames, peu importe, puisque leur rôle est de servir - à bas prix - les nouveaux maîtres de la culture et de la fête." Un petit marquis de la droite extrême parlant de mains calleuses, un régal.

 

Le féminisme a détruit "l'héritage judéo-chrétien.[…] On explique en général la stagnation intellectuelle et économique de l'Europe par le vieillissement de sa population. Mais Cervantes écrivit Don Quichotte à soixante-quinze ans; de Gaulle revint au pouvoir à soixante-huit, et le chancelier allemand Adenauer à plus de soixante-dix. On ne songe jamais - ou on n'ose jamais songer - à sa féminisation."

 

"Tout s'est passé comme si les hommes français et européens, ayant posé leur phallus à terre, ne pouvant ou ne voulant plus féconder leurs femmes devenues rétives, avaient appelé au secours leurs anciens « domestiques » qu'ils avaient émancipés. Tout s'était passé comme si la France, et l'Europe, devenue uniformément femme s'était déclarée terre ouverte, attendant d'être fécondée par une virilité venue du dehors." Et quelle est cette virilité ?

 

" Renoncer à assimiler les immigrés et leurs enfants, c'était renoncer à leur imposer - virilement - notre culture. Devant cette ultime preuve de faiblesse française, si féminine, les enfants de ces immigrés préféreront renouer avec la loi de leur père idéalisé, les venger. Leur mère les approuvait. Ils seraient leur revanche. Pour cela, ils transgresseront allégrement la loi française, cette marâtre qu'ils haïssent. Ils seront, eux, des hommes, dans cette société de « zessegon ». Ils vont « niquer la France ». La France, cette femme, cette « salope », cette « putain ». Eux, les hommes."

 

Alors, sa dernière flatulence chez Ardisson n’est finalement que peu de chose à côté de cette immense flaque de vomi d’une pensée putride !

 

 

A lire : "Les petits calculs d'Eric Zemmour" C. Fourest Le Monde 26/03/10

On ne voit que ce qu'on regarde Journal d'un avocat (Maître Eolas)

En marge de ce débat (à moins que ce soit au coeur de ce débat) une étude de l'INED sur les discrimination subies par les "minorités visibles"

 

* "Il a dit, commentant le palmarès des personnalités préférées des Français : «Dans les dix, il y a une seule femme et encore, la seule femme, c'est Mimie Mathy. » C'est passé. Il a dit : « La réalité des mariages, aujourd'hui, c'est un nombre incalculable de mariages arrangés pour faire obtenir les papiers à des gens en Algérie, en Afrique, tout le monde le sait. » C'est passé. Il a dit : «Le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, qui ne veut surtout pas culpabiliser les femmes qui choisissent d'avorter, veut faire de l'IVG une composante obligatoire de l'offre de santé, sans doute parce que tomber enceinte... est une maladie grave.» C'est passé. Il a dit : « A la sacralisation des races, de la période nazie et précédente, a succédé la négation des races. Et c'est, d'après moi, aussi ridicule l'une que l'autre. ( ... ) Vous êtes de la race noire, je suis de la race blanche. » C'est passé. Il a dit à propos des contrôles policiers incessants en banlieue, toujours sur les mêmes : «Pourquoi on est contrôlé dix-sept fois ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes, c'est comme ça, c'est un fait. » Et là, ça a coincé."

"Peut-il tout dire ?"  Véronique Groussard Nel Obs 25/03/10

 

 

Postface 05/01/15

Le nabeauf a évidemment depuis 2010 persévéré : son dernier dégueulivre connaît un succès inquiètant, bien que tissé de niaiseries. Mais, celui qu'un autre nabeauf, Ménard, avait invité à Béziers a fini pas se faire virer d'I-Télé. Aussitôt, les UMPENISTES ont osé brandir la liberté d'expression menacée !

 

"Le plus curieux, c’est que certains osent invoquer la liberté d’expression pour protéger l’omniprésence médiatique du «polémiste». A leurs yeux, la décision d’i-Télé est comparable au fait que l’Etat interdise Eric Zemmour de s’exprimer. Or, la liberté d’expression n’a rien à voir avec le fait que les médias financent et promeuvent les idées de Zemmour. Cette liberté serait en cause si l’Etat et sa justice empêchaient cette perle nationale de s’exprimer." Zemmour sauvé par le «pluralisme» Marcela Iacub

 

"La liberté d’expression est un principe politique qui stipule que l’Etat se refuse à infliger une sanction à quelqu’un pour ses propos, quels qu’ils soient.* Il s’agit d’un principe juridique qui contraint l’Etat à se limiter dans l’exercice de son pouvoir, et non pas d’une exigence morale adressée aux particuliers pour qu’ils se montrent «tolérants», «pluralistes» ou «à l’écoute» les uns des autres.(...) la liberté d’expression exige que l’Etat ne condamne pas les propos de M. Zemmour, quels qu’ils soient*, mais certainement pas qu’un et même plusieurs médias (car M. Zemmour ne manque pas de tribunes) lui donnent la parole.

(...)  Mon attachement inconditionnel à la liberté d’expression ne m’empêche même pas d’espérer qu’un jour nous n’entendrons plus du tout Zemmour et ses semblables sur les ondes. Oui, j’espère (sans grand optimisme) qu’ils seront un jour réduits au silence, d’où ils n’auraient jamais dû sortir. Mais, je souhaite que cela soit une conquête culturelle et non pas une contrainte juridique. Autrement dit, je souhaite qu’Eric Zemmour suscite une répugnance si grande de la part de la très grande majorité d’entre nous, une répugnance similaire par exemple à celle que susciterait un Hibernatus hitlérien des années 30 dégelé pour l’occasion, qu’il ne trouve que d’obscurs fanzines numériques pour lui donner la parole." La liberté d’expression sans Eric Zemmour Patrice MANIGLIER Philosophe 28 décembre 2014

 

 

* Sous réserve qu'ils ne soient pas contraire à la Loi : ainsi Zemmour fut condamné pour incitation à la haine raciale ; le racisme n'est pas une opinion mais un délit.

Repost 0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.