Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 16:42
Marseille : la cabale des fachos

Phénomène d’évaporation ? cette page de septembre 2015 a disparu du deblog.notes sans même que l’hébergeur daigne m’en avertir. Pour éviter une nouvelle censure, je ne donne donc que quelques images.

Marseille : la cabale des fachos

« Berlinhard Entre Pierre Louys, Clovis Trouille, Otto Dix et Elvifrance, les travaux érotiques des peintres Reinhard Scheibner et Stu Mead présentent la pornographie, la sexualité adolescente, avec une dose de grotesque proche de l’esprit du défunt magazine Hara- Kiri. Le Dernier Cri, Friche la Belle de mai Du 13 juin au 13 septembre [2015] » Telle était l’annonce d’une exposition qui a provoqué la sainte alliance des ultra cathos, des soi-disant « de souche » et du FHaine.  Y  étaient présentées les œuvres de ces deux artistes allemands, Reinhard Scheibner et Stu Mead (réunis au sein du collectif Le Mauvais Œil 23) dont les peintures et illustrations érotiques et grotesques s’inscrivent dans une tradition bédéiste ou illustrative proche d’Hara-Kiri ou de Bazooka.

Marseille : la cabale des fachos
Marseille : la cabale des fachos

Une cabale a été lancée contre Pakito Bolino et contre Le Dernier Cri pendant l’été, la Friche a reçu des coups de fils, la chargée arts visuels à la mairie de Marseille également. Lui-même a reçu des menaces. Les financements publics de la Friche ont été mis en cause alors que Le Dernier Cri touche tout au plus 7 500 euros par an de la ville. S’ils atteignent 20 000 euros par an toutes conventions confondues c’est un miracle”, raconte une responsable des associations d’art contemporain de la Friche. (Les inrocks) Un véritable harcèlement, une vague haineuse, ajoute Le Monde.

Marseille : la cabale des fachos
Marseille : la cabale des fachos

Stéphane Ravier, maire FHaine du 7e arrondissement de Marseille, qui ne peut ignorer que La Friche de la Belle de Mai est un immense complexe culturel aux activités multiples, veut faire croire que la subvention globale sert à monter de sulfureuses (à ses yeux) expositions. Un très mariniste SIEL –souveraineté, indépendance et libertés – s’interroge : Une exposition crypto-pédophile illégale avec les deniers publics ? Fdesouche, le site identitaire qui résonne comme un tronc, illustre sa diatribe d’une reproduction censée provoquer l’effroi des familles.

Marseille : la cabale des fachos

« Ceci n’est pas une pipe » !

Combien de fois faudra-t-il redire aux incultes que les travaux des artistes, aussi dérangeants soient-ils, ne sont pas le réel concret. Parler de pédopornographie révèle les obsessions perverses des harceleurs.

Faut-il ajouter que nul n’était obligé à aller dans le local du Dernier cri où se tenait l’exposition ?

Ceci est de la peinture, ou de l'illustration, du dessin, de l'art. Il est du droit de chacun d'aimer ou ne pas aimer. En outre, il est du devoir de chacun de se rappeler la liberté d'expression régulièrement mise à mal, qu'on aime ou non les œuvres, que ce soit de McCarthy, d'Anish Kapoor, de Balthus, de Klossowski ou de Bellmer. Mais il est surtout du devoir de chacun, respectant cette liberté, de comprendre que ce qui se présente comme art n'est pas et ne sera jamais la réalité mais de la FICTION, aussi réalistes soient les représentations, images, peintures, sculptures, films ou pièces de théâtre présentées au public. […] L'art n'est simplement PAS la réalité. Partant de là, il n'y a ni offense ni délit ni crime d'aucune sorte. Prêter aux artistes ou aux œuvres le premier degré des mises en scènes fictives qu'ils présentent c'est, au mieux, faire un contresens et, au pire, faire dans la diffamation, la calomnie…

(extraits de la pétition - Un Dernier Cri contre la censure)

Ce n’est, hélas, pas la première intimidation aboutissant à une censure de fait. Rappelons qu’un curé intégriste avait trouvé un tribunal complice en 1999 pour faire interdire d’affichage INRI, de Bettina Rheims et Serge Branly, dans les vitrines des librairies de Bordeaux ! Rappelons aussi la dégradation de l’œuvre de Serrano, Piss Christ, le sabotage de représentations théâtrales comme  celle de la pièce Romeo Castellucci 'Sur le concept du visage du fils de Dieu' au Théâtre de la Ville ou Golgotha Picnic au théâtre du Rond point. Même de très bénins détournements de kitschissimes statuettes de la sainte-vierge – rien à voir avec León Ferrari - sont l’objet de l’ire des ultra-cathos. Mais, jusqu’ici, la mobilisation concernait les intégristes cathos (parfois appuyés par les intégristes musulmans). Tandis qu’à Marseille, ces intégristes sont appuyés par les identitaires et le FHaine.

Peut-être un renvoi d’ascenseur de la petite Marion pour remercier l’évêque du Var – idole des cagots – de l’avoir invitée ?

Marseille : la cabale des fachos

Mais une conjonction des plus inquiétantes pour nos libertés.

 

 

Pour éviter une nouvelle - et clandestine - censure, j'ai regroupé quelques illustrations des deux artistes dans un document en *.pdf, donc téléchargeable : les cul-bénits, bigots, cagots et fachos sont priés de passer leur chemin, nul n'est obligé de voir ce document, mis à la disposition des esprits ouverts et éclairés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.