Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 17:12
28 AVRIL : l’Espagne une fois encore aux urnes

Pour la 3e fois en trois ans et demi, les électeurs espagnols se rendront aux urnes après demain, 28 Avril, alors qu’en principe une législature dure quatre ans. Cela est dû à l’émergence de nouveaux partis qui ont mis fin à une sorte de bipartisme, PP droite/PSOE gauche (avec cependant le jeu d'appoint de partis régionaux, basques, catalans, navarrais, canariens). Podemos* à gauche et Ciudadanos au centre droit ont transformé ce bipartisme en une partie à quatre sans majorité réelle.

28 AVRIL : l’Espagne une fois encore aux urnes

Rajoy, Parti Popular (PP, droite) après avoir fait échouer une 1ère tentative de gouvernement de coalition mené par le PSOE (socialiste), aboutissant au scrutin de Juin 2016, après celui de décembre 2015, avait pris la tête du gouvernement. Mais, la crise catalane et les scandales de corruption avait permis à Sánchez, PSOE, de le supplanter. Mais, après avoir réussi, avec un gouvernement homogène très féminisé à prendre la tête du gouvernement le 1er juin 2018, il a subi la défection des groupes indépendantistes catalans pour le vote du budget. D’où ces nouvelles élections.

28 AVRIL : l’Espagne une fois encore aux urnes

Mais le jeu électoral s’est encore compliqué avec la percée de VOX, à l’extrême-droite : Arrascal son leader est un ancien du PP. VOX cache à peine sa nostalgie du franquisme et se caractérise par son nationalisme outrancier et recentralisateur, son traditionalisme pro corrida, sa misogynie anti IVG et anti lois contre les violences machistes. Et contrairement à ce qui se passe (pour le moment) en France, aucun cordon sanitaire n’isole cette extrême-droite : la droite, Parti Popular et le prétendu centre droit, Ciudadanos se sont alliés sans problème avec VOX après les élections régionales andalouses.

Extrait de Courrier International

Extrait de Courrier International

28 AVRIL : l’Espagne une fois encore aux urnes

Les deux grands instituts CIS et Metroscopia donnent des résultats assez proches dans leurs derniers sondages d’avril 2019.

CIS (dont le sondage porte sur un échantillon de 17 000 sondés), comme Metroscopia, met le PSOE en tête, le PP deuxième assez loin et Podemos et Ciudadanos, à peu près au même niveau. Reste l’inconnu VOX, sur lequel ils sont aussi à peu près d’accord à 11/12%, mais dont on peut craindre que, comme tout parti extrême, il soit sous-estimé.

Pour les projections en députés, CIS prudemment met une fourchette tandis que Metroscopia fait une véritable projection. Un constat cependant s’impose : Podemos et Ciudadanos ont perdu leur pari de surpasser les anciens partis, PSOE pour l’un, PP pour l’autre. Podemos surtout, qui perdrait la moitié de ses sièges. Le PP connaîtrait la même hémorragie en sièges et une perte de plus de 10 point en voix.

28 AVRIL : l’Espagne une fois encore aux urnes

La majorité étant de 176, les deux blocs quasi égaux, PSOE+Podemos à 159 dans la projection Metroscopia et PP+C’s+Vox à 157, doivent trouver des appoints dans les partis régionaux pour faire une majorité.

Ce qui n’est pas gage de stabilité.

 

 

 

* Podemos est en fait allié à l'ex parti communiste (IU) et à un parti écolo (equo) sous l'étiquette Unidos Podemos (UP)

28 AVRIL : l’Espagne une fois encore aux urnes

Le scrutin est totalement différent de celui de la France : un seul tour, à la proportionnelle dans les 50 provincias et les deux villes autonomes de Ceuta et Mellilla. Le nombre de députés est variable en fonction de la population de chaque provincia. Á Ceuta et Melilla c’est un système à l’anglaise – majoritaire à un tour – et dans les provinces peu peuplées, à 2 ou 3 députés, les partis les mieux implantés, donc PP et PSOE, ont l’avantage. Mais, dans certaines provinces s’ajoutent des partis locaux, les “partis charnière” tels que EH-Bildu, des indépendantistes basques (2 députés sortants) ou catalans (deux partis différents : 17 sortants au total).

 

Voir la projection des députés par provincia : https://elpais.com/especiales/2019/elecciones-generales/escanos-provincias/

SOURCES

Enquête CIS

Sondage Metroscopia

Voir aussi encuestas de las elecciones generales 2019 et escenarios

Dessin emprunté au Courrier International

Repost0
5 juin 2018 2 05 /06 /juin /2018 14:34
La revanche de Pedro Sánchez

Tableau allégorique :

Pedro Sánchez,  drapeau du PSOE à la main, connaît l'ascension miraculeuse vers la Présidence du gouvernement, tandis qu'en bas du tableau Felipe González et Jose Luis Zapatero réconfortent Susana Diaz, patronne du PSOE en Andalousie, grande rivale de Sánchez.

Voir le nouveau gouvernement en fin d'article

Qui, au moment où Pedro Sánchez la déposait, aurait parié un bolivar vénézuélien dévalué sur la réussite de sa motion de censure. Au terme d’à peine deux jours de débats, qui ont vu le Président du gouvernement, Rajoy, déserter l’assemblée pendant huit heures, la motion l’emportait par 180 voix. Pari gagnant pour le secrétaire général du PSOE. Défaite bien sûr pour le Parti Popular (PP). Mais aussi pour Ciudadanos. Et situation ambiguë pour Podemos.

Pour ceux qui ne sont pas familiers de la vie politique espagnole reportez-vous à  Dans le labyrinthe de la vie politique espagnole

Il aura fallu que le scandale Gürtel arrive à sa conclusion judiciaire qui s’est soldée par des dizaines d’années de prison pour des caciques du PP, dont Barcenas son ex-trésorier, mais aussi la condamnation formelle du Parti Popular en tant que tel, pour que ses alliés – Ciudadanos (C’s) et PNV (basque) - soient forcés de prendre leur distance. C’s appelle à de nouvelles élections générales, tandis que Sánchez, au nom du PSOE, mais en se gardant bien de solliciter l’avis des barons et en ne recueillant que scepticisme de la part de Felipe González et Zapatero, dépose une motion de censure.

Il faut 176 voix. Le PSOE ne compte que 85 députés. Podemos contraint et forcé appuie mais ses 71 députés, avec ses alliés, ne suffisent pas. Et un plan B était sans doute préparé en coulisse avec C’s à la manœuvre pour aboutir à une dissolution des Cortes et une nouvelle élection. Le PNV basque, soutien de Rajoy jusqu’alors, fut le premier à apporter son soutien. Les partis nationalistes catalans voulaient monnayer le leur. Mais Sánchez n’a semble-t-il rien cédé si ce n’est une volonté de renouer le dialogue. Et ERC et PDeCat ont finalement accepté de voter la motion.

La revanche de Pedro Sánchez

"Pedrito" el patito feo – Pierrot, le vilain petit canard – comme le qualifiait Público, el guapo – le beau gosse - plutôt méprisé par les ex-présidents PSOE et par les barons du parti, à commencer par Susanna Diaz, accède donc à la Présidence du gouvernement, après avoir prêté serment, une première, sans bible ni crucifix.

Il a longtemps mené une carrière de second couteau. Adhérent du PSOE en 1993, il a commencé sa carrière à Bruxelle où il avait décroché un Master en économie politique. Il a commencé à travailler comme assistant de la députée européenne socialiste Bárbara Duhrkop. Il se liera d’amitié avec Oscar López. Il deviendra chef de cabinet de Carlos Westendorp, Haut Représentant international en Bosnie-Herzégovine, pendant la guerre du Kosovo.

En 2000, il forme avec Oscar López et Antonio Hernando l’équipe de confiance de José Blanco, nouveau secrétaire général du PSOE. Mais il est le moins connu des trois. Il se retrouve aux élections municipale de Madrid, en 2003, sur la liste PSOE mais à une place de l’élection : il ne deviendra conseiller qu’après une démission. Il va subir le même sort aux élections générales de 2008, mis sur la liste PSOE à une place qui ne lui garantit pas l’élection, il n'entrera aux Cortes qu'en 2009, quand Pedro Solbes abandonna la politique. Il commence enfin à accéder à une certaine notoriété, les journalistes parlementaires l’ayant élu comme la révélation comme nouveau député en 2010. Mais l’histoire se répète puisque aux élections de 2011 il se retrouve encore à une place de l’élection. Il se prépare à se reconvertir en prof d’université, quand début 2013, Cristina Narbona laisse son siège. Et voilà que ce député de raccroc, quand le secrétaire général du PSOE, Rubalcaba, démissionne, se met en tête de se présenter à sa succession. Bien qu’il sillonne les territoires, personne n’aurait parié un kopeck sur lui. Eduardo Madina, député basque, était le favori.

La revanche de Pedro Sánchez

C’était sans compter sur l’andalouse, Susana Diaz, qui, trouvant Madina trop à gauche, fit voter Sánchez qui l’emporta à la surprise générale. Aux élections générales de 2015, le PSOE obtint le pire résultat de la démocratie post-franquiste. Et ses tentatives de prendre la tête d’une majorité échouèrent. Et aux élections générales suivantes, juin 2016, le score du PSOE fut pire encore, mais il évita le “sorpasso” – le dépassement - par Podemos. Dans la situation de blocage, comme il refuse de laisser Rajoy être investi, les barons du PSOE, Susana Diaz en tête, le mettent en minorité dans les instances : il démission du secrétariat général mais aussi de son si-ge de député pour ne pas avoir, par discipline de groupe, à cautionner l’investiture de Rajoy ! Pour tous, il était fini. Mais non, il va repartir à la reconquête du PSOE et va à nouveau sillonner le pays avec comme slogan « non c’est non » à Rajoy. Et la toute puissante Susana Diaz va être écrasée par le vote des militants.

Et c’est donc ce miraculé qui a su, défiant une fois encore les pronostics, faire passer une motion de censure qui le propulse à 46 ans à la tête de l’Espagne. Comme dans le conte, le vilain petit canard s’est transformé en cygne.

La revanche de Pedro Sánchez

Mariano Rajoy est évidemment le grand perdant, puisque le premier à être déchu par une motion de censure. Sa vie politique se termine donc sans gloire.  Les catalanistes et l’extrême-gauche, dans une sorte de point godwin à la sauce ibérique, en font une réincarnation de Franco. Il serait plutôt un disciple du petit père Queuille : « Il n'est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. » Malgré un charisme de bigorneau, une propension à sortir des vérités premières, les coups sournois d’Aznar, le cretino aura quand même tenu 6 ans et son parti, le PP, malgré toutes ses casseroles, sera resté le 1er parti espagnol. Sa fin cependant n’aura pas été très glorieuse – mais finalement à l’image d’un personnage qui au dernier épisode de l’affaire Gürtel a tenté de faire croire qu’il en ignorait tout – qui a fui le débat aux Cortes en disparaissant pendant 8 heures dans un restaurant proche.

La revanche de Pedro Sánchez

Un jour terrible pour Ciudadanos aussi. La convocation d’élections anticipées, dont il comptait sortir en tête non seulement de la droite mais de tous les partis, est repoussée à une date ultérieure que Sánchez s’est bien gardé de préciser. C’s, si on en croit Lluís Bassets, aurait été victime d’une coalition souterraine de fait. Rajoy se serait résolu à cette chute pourtant humiliante, plutôt que de décider des élections anticipées où un PP à la dérive risquait d’être phagocyté par son ex-allié. Le PNV basque comme évidemment les partis nationalistes catalans haïssaient l’idée que ce parti qu’ils qualifient d’espagnoliste soit hégémonique. Podemos même, quelque soit son animosité envers le PSOE, craignait encore plus que C’s passe devant lui.

Rivera n’a plus qu’à espérer que le « gouvernement Frankeinstein » comme il l’appelle échoue et que le PP ne profite pas de sa cure d’opposition pour se refaire la cerise. Mais, pour le moment, il a perdu la main, faute d’avoir su ou pu négocier son appui à la motion de censure contre une dissolution à très court terme.

La revanche de Pedro Sánchez

Podemos a su faire contre mauvaise fortune bon cœur en se ralliant d’entrée à une motion qui l’a sans doute pris de court. Mais sans obtenir aucune contrepartie. Aucune place dans un gouvernement qui, outre des PSOE, ne s’ouvrira qu’à des personnalités ‘civiles’ comme on dit. Et obligé d’appuyer toutes propositions –retraites, salaires, dialogue avec les nationalistes – qu’il préconise, même s’il les juge trop timides.

La revanche de Pedro Sánchez

Reste que pour Sánchez cette prise du pouvoir va être un exercice de haute voltige. D’autant que Susana Diaz et les autres dirigeants régionaux, s’ils l’ont assuré de leur loyauté et félicité de rendre au pays sa dignité et sa décence, le soutiennent comme la corde soutient le pendu. Ses marges de manœuvres sont d’autant plus réduites que le budget a été voté par l’ex-majorité et qu’il s’est engagé de ne pas toucher aux largesses concédées au Pays Basque par Rajoy pour prix du soutien du PNV. Guère plus de marges côté catalan, puisque les poursuites et emprisonnements sont entre les mains de la justice et que, de plus, sur ce dossier les barons du PSOE le guettent. Cependant de sa réussite, qui ne peut être que relative, dépend l’avenir du PSOE. Et tous – barons ou militants – n’ont plus qu’à souhaiter que cette miraculeuse présidence ne soit pas… le chant du cygne !

 

La revanche de Pedro Sánchez

De gauche à droite et de bas en haut :

Pedro Sánchez, Carmen Calvo, José Luis Ábalos, María Jesús Montero, Meritxell Batet

Teresa Ribera, Josep Borrell, Margarita Robles, Nadia Calviño, Pilar Cancela : pressentie n'a finalement pas été retenue.

Carmen Calvo, vice-presidente, ministre de l’égalité et chargée des relations avec le parlement.

José Luis Ábalos, ministre du développement des territoires

María Jesús Montero, ministre des finances

Meritxell Batet, ministre des Administrations Publiques

Teresa Ribera, ministre de la transition écologique

Josep Borrell, ministre des affaires étrangères

Nadia Calviño, ministre de l’économie

Margarita Robles, ministre de la défense

 

Carmen Montón, ministre de la santé

 

 

Pedro Duque, ministre de la science

 

 

 

Magdalena Valerio, ministre du travail

 

 

 

 

 

Isabel Celaá, ministre de l'éducation 

 

 

 

 

Dolores Delgado , ministre de la justice

 

 

 

 

 

Luis Planas, ministre de l'agriculture

 

 

 

 

 

 

 

Reyes Maroto, ministre de l'industrie

 

 

 

 

Fernando Grande-Marlaska, ministre de l'intérieur

 

 

 

 

Màxim Huerta, ministre de la culture et des sports

 

 

 

 

 

Fonctions complètes :

Composición del Gobierno de Pedro Sánchez

La revanche de Pedro Sánchez

Un gouvernement franchement féminin

Une majorité nette de femmes, dans un cabinet où les compétences sont affirmées, avec un subtil équilibre géographique.

Deux signes forts sont envoyés à l'Europe avec la nomination de Josep Borell, ex-président du Parlement européen, aux affaires étrangères et celle de Nadia Calviño, actuellement directrice générale des finances à la commission européenne, comme Ministre de l'économie.

En revanche, la nomination du même Borell, ex-ministre de Felipe González, va déplaire souverainement aux souverainistes catalans auxquels ce catalan lui-même est clairement opposé.

María Jesús Montero a été empruntée à la région andalouse où elle était déjà chargée des finances, elle aura à mettre en oeuvre la réforme de la financiarisation des régions autonomes.

Carmen Calvo, sera seule à la vice-présidence : femme d'expérience, cette andalouse a été ministre de la culture de Zapatero ; docteure en droit constitutionnel c'est elle qui a négocié l'appui du PSOE pour l'application de l'article 155 en Catalogne ; comme ministre de l'égalité elle devra notamment s'atteler à la lutte contre les violences de genre.

A noter que sept membres sont de formation juridique dont deux magistrat-e-s et, à la tête du ministère de la Justice, une procureure.

 

La revanche de Pedro Sánchez
La revanche de Pedro Sánchez
Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.