Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2022 1 28 /11 /novembre /2022 15:49

Quoi ? la gauche de 36, celle des congés payés et de la semaine de 40 h, la gauche de 1981 et de la 5e semaine de congés payés, la gauche de 1998 et des 35 heures, aurait pour pilier la « valeur travail » !

« Valeur travail » : valeur de gauche ?

Eh oui ! Fabien Roussel, patron du Parti communiste français (PCF), se revendique d’une gauche qui “doit défendre le travail et le salaire et ne pas être la gauche des allocations, minima sociaux et revenus de substitution”. Et François Ruffin, député de la Somme, affilié à La France insoumise (LFI), a fait du retour ( ?) de la valeur travail à gauche une priorité.

Certes l’Internationale fustige les oisifs priés d’aller loger ailleurs, mais lesdits oisifs étaient, à l’époque, les rentiers. Et l’hymne révolutionnaire clamait « Ouvriers paysans, nous sommes le grand parti des travailleurs ».

Ordonnance du 4 octobre 1945 relative à l'organisation de la Sécurité sociale.

Ordonnance du 4 octobre 1945 relative à l'organisation de la Sécurité sociale.

Le PCF – ce qu’il en reste sous l’égide du démago steak saignant et gros rouge, Roussel – prête, à tort, la paternité de la sécu à Ambroise Croizat. Les ordonnances qui l’instaurent sont du  4 et 19 octobre 1945, A. Croizat devient ministre du Travail le 21 novembre 1945. Les ordonnances sont l’œuvre de Pierre Laroque, sous l’autorité amicale du ministre de travail à la libération, Alexandre Parodi, mettant en application une décision du C.N.R..

Pour Laroque, la Sécurité sociale est la garantie donnée à chacun qu’il disposera des moyens d’assurer sa subsistance et celle de sa famille afin d’assurer aux allocataires le maintien de leurs revenus à travers les aléas de la vie professionnelle. Assurances sociales, allocations familiales et prise en charge des accidents de travail doivent être intégrées au sein d’une même structure administrative. Pierre Laroque considère en effet que les trois régimes ont le même objectif d’apporter un revenu de substitution face aux aléas de la vie. Croizat, qui sera surnommé le « ministre des travailleurs » aura l’éminent mérite de mettre en place les ordonnances et de compléter cette protection sociale !

Car le « camarade » Roussel devait se souvenir que les « allocs » comme on disait furent intégrées à la sécu et une loi du 22 août 1946 a défini  les quatre prestations de la branche famille de la sécurité sociale :

  • > les allocations familiales versées sans condition de ressources à partir du deuxième enfant ;
  • > l’allocation de salaire unique versée dès le premier enfant ;
  • > les allocations prénatales ;
  • > l’allocation de maternité.

Viendra se rajouter en 1948 une allocation logement.

Alors opposer les « allocataires » aux « travailleurs » revient, camarade Roussel, à bafouer l’œuvre d’Ambroise Croizat !

 

D’autant que, pour faire face aux « aléas de la vie » ce fut encore et toujours la gauche qui créa le RMI (revenu minimum d’insertion) devenu RSA.

Illustration empruntée à la Fondation Jean Jaurès

Illustration empruntée à la Fondation Jean Jaurès

La grande flemme française

Et Ruffin qui se vante, lui, d’être à l’écoute des travailleuses et travailleurs de la Somme, devrait aussi jeter un œil à une enquête, un peu plus sérieuse que son « Je vous écris du front de Somme ». Cette étude, réalisée par l'Ifop pour La Fondation Jean Jaurès, fait apparaître que cette fameuse  valeur “travail” a dégringolé dans l’Hexagone depuis trente ans. Il y a trente ans, 60 % des Français disaient que le travail était quelque chose de “très important” dans leur vie. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 24 %. 

Une autre enquête récente de l’Ifop indique que près de quatre sympathisants de La France insoumise ou Europe Écologie-Les Verts sur dix se définissent comme « peu ou pas travailleurs », cette proportion ne s’établissant qu’à environ un quart des sondés dans les autres familles politiques.

L’assertion selon laquelle « il faut souffrir pour réussir » coupe le pays en deux avec 51% d’adhésion et 49% de désapprobation. Sur ce sujet, le clivage n’est ni éducatif, ni sociologique (45% d’adhésion parmi les cadres, 48% auprès des catégories populaires) mais fortement lié à l’âge : 62% des 65 ans et plus, retraités donc, sont pour souffrir pour réussir, tandis que c’est exactement l’inverse pour les 18-24 ans et ce rejet est partagé par plus de 55% des 25-34 ans !  (Fondation Jean Jaurès)

« Valeur travail » : valeur de gauche ?

Travailleurs contre assistés !

En fait, ce n’est pas d’une « valeur » travail  - on l’a bien vu dévalorisée – qu’il s’agit, mais de nourrir une opposition délétère entre travailleurs et prétendu assistés. On pouvait croire que cette stigmatisation de l’assistanat était l’apanage de la droite y compris macronienne – ces sybarites au RSA qui se gobergent  avec leurs 598,54 euros mensuels, doivent être mis au boulot prône le président reconduit – et que, la gauche, au contraire, fidèle à son histoire, défendrait des mesures sociales permettant de faire face aux « aléas de la vie ».

Ce populisme de gauche, qui confond braillards poujadistes de ronds-points avec des représentants authentiques de la classe ouvrière, attise les dissensions dans les classes populaires, au grand plaisir de cette « oligarchie » que Ruffin, naguère, fustigeait.

Et, au jeu du populisme, c’est toujours l’extrême-droite qui gagne !

Repost0
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 21:53
WAUQUIEZ le Cynique et ses portiques

Wauquiez promet, Wauquiez tient ! Dans ses promesses de campagne électorale : l’installation de portiques de sécurité à l’entrée des lycées.  Il va le faire ! Que techniquement selon les proviseurs faire rentrer les élèves en temps et en heure deviendrait impossible, que même cette installation serait source de danger, qu’importe. Ça impressionne l’opinion, c’est tout ce qui compte.

WAUQUIEZ le Cynique et ses portiques

"On ne peut pas laisser de côté nos établissements scolaires" face à la menace terroriste. "Là, on a un retard immense car on part de zéro", a fait valoir le secrétaire général des Républicains, lors d'un point de presse tenu à Lyon. Laurent Wauquiez, qui était accompagné du député (LR) du Rhône, Georges Fenech, du chef de file régional du MoDem, Patrick Mignola, et du maire (UDI) de Chamonix, Eric Fournier, lors de sa campagne des régionales. Wauquiez, l’élu qui tient les promesses du candidat, va donc installer "dans tous les établissements dont la région a la responsabilité" (c’est-à-dire, en principe, lycées, maisons familiales rurales et centre de formation des apprentis) des portiques de sécurité. Il se donne un an pour "lancer la protection de la quasi-totalité des lycées de la région". (Huffington Post)

  Gérard Heinz, secrétaire académique du Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale (SNPDEN) a beau jeu de mettre en relief  le temps nécessaire à de tels contrôles : "Si l’on part d’un lycée type d’à peu près 1 000 élèves et qu’on arrive à faire passer chaque élève en l’espace de 3 secondes – ce qui est très rapide et ce qui veut évidemment dire que tous les élèves acceptent d’ouvrir leur sac et ne rechignent pas... – il faut 73 minutes pour faire passer tout le monde. Je ne sais pas comment des élèves vont réussir à arriver à l’heure en cours avec cela". Et de remarquer que « si vous mettez des portiques de sécurité, ça va créer des attroupements devant les lycées, ce qui n’est pas une très bonne chose en termes de sécurité. ».

Ce que confirme, Eric Debarbieux dans AJEDUC qui explique que « Au nom même de la « protection situationnelle » cette proposition est techniquement inepte. Tout point de concentration est potentiellement une cible. Les portiques non seulement concentrent les personnes mais de plus les fixent. » D’autant qu’ « Il est difficile de compter sur la politesse du gentil terroriste qui va choisir de passer les portiques avec sa kalachnikov ou sa ceinture explosive alors qu’un lycée s’étend sur parfois plus d’un hectare. Il en va de même de la vidéoprotection. Espérer qu’elle effraye le terroriste est d’une naïveté déconcertante : tout school shooting est un drame de la communication, où être visible par vengeance ou par revendication est indispensable ! ». Et il ajoute « 95% des faits de violence scolaire sont commis en interne. Penser qu’on traitera cela en enfermant l’école sur elle-même est une mollesse de la pensée et une méconnaissance de la réalité. ».

Gérard Heinz, lui, rappelle quelques propositions très simples telles que mettre les loges d’accueil au niveau des grilles d’entrée ou diversifier les systèmes de sonorisation  des alarmes pour les exercices d’évacuation, etc. « Ce sont des choses toutes bêtes, très concrètes », mais qui ont l’inconvénient de ne pas être spectaculaires ni de se prêter à des envolées populistes.

 

Sources :

http://www.huffingtonpost.fr/2015/11/21/menace-terroriste-laurent-wauquiez-portiques-videosurveillance-lycee_n_8615842.html

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actualites/Education/Portiques-de-securite-dans-les-lycees-Wauquiez-passe-a-l-action

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Revue-de-Presse-du-mercredi-27-janvier-2016

Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 15:10
Beppe Grillo et les arabes

« Si tu veux calmer un arabe qui te pète les couilles, tu l’emmènes discrètement dans ta voiture et tu lui mets de grandes claques. Impossible de le faire dans la rue, parce qu’on peut te filmer avec un téléphone et après tu auras 1 milliard de musulmans sur le dos !

Ce sont des couillons !

Ce sont des couillons ! »

 

Le tout hurlé ! Et pas du second degré. C’est, en 2006, un sketch, qui apparemment laisse les spectateurs pantois plutôt qu’hilares, de Beppe Grillo, clown sinistre ! Cette séquence est tirée d’un reportage intitulé « Qui est vraiment Beppe Grillo ? », présenté dans Dimanche + !

Beppe Grillo et les arabes

Dans les séquences où on le voit, il semble ne savoir faire que ça, crier, beugler, vociférer, en bref gueuler ! Mélenchon, à côté, peut se rhabiller. Même si sa thématique du coup de balai rejoint celle de l’italien. « Ces politiques qui vont à la télé avec leurs faces de cons, qu’ils s’en aillent tous ! ». A noter que lui, Grillo, s’il vilipende avec la même outrance les « médiacrates » et autres journalistes, ne court pas, comme notre tribun national, les studios pour dire à des journalistes masochistes tout le mal qu’il pense d’eux. Grillo ne met pas les pieds à la Télé. Ni à la radio. N’accorde pas d’entretien. Et interdit même à ses élus de s’adresser à la presse. On voit, un contrevenant, tout marri, se faire exclure par SMS ! Elus qui ont d’ailleurs l’air tout déboussolé. Car le discours aux accents libertaires cache un autoritarisme fort peu démocratique.

Beppe Grillo et les arabes

Et derrière Grillo, la grande gueule, se cache un gourou, Gianroberto Casaleggio*, 58 ans, au look de vieux baba cool, qui aurait gardé sa chevelure des années Woodstock.  Il fait dans l’Internet et l’édition, mais ses affaires sont tout sauf  transparentes.

Beppe Grillo et les arabes

Son livre de chevet serait « Thriving on chaos, manuel de management de la révolution » d’un certain Tom Peters (Le chaos management, Dunod, Paris, 1988). Et son idéologie est une lointaine resucée du complot judéo-maçonnique tristement en vogue dans les années 30. Sauf que là, si les Francs-maçons sont toujours visés, les religions dans leur ensemble et la finance sont les agents de ce complot. Bizarrement ce triptyque vient percuter une étude menée en France par une think thank britannique qui étudie le populisme à partir de l’adhésion aux théories conspirationnistes. Et, pour ses adeptes, on retrouve les francs-maçons, les groupes religieux et surtout la finance internationale pour tirer les ficelles**.

Beppe et Gianroberto, racistes, populistes, complotistes, faute d’avoir su utiliser leur capital de voix et d’élus – en le stérilisant, ils ont juste concouru à remettre leur concurrent en populisme, Berlusconi, en piste – vont sans doute n’avoir que le destin d’un Poujade. Mais savoir que la moitié des suffrages en Italie s’est porté sur les partis populistes fait peur, très peur !

 

PS (20/06/16) La conclusion était optimiste puisque Rome vient d'élire une avocate candidate du Mouvement cinq étoiles de Grillo et que ledit mouvement est toujours bien présent dans la vie politique italienne...

 

 

 

* Gianroberto Casaleggio est mort mardi 12 avril 2016 à l’âge de 61 ans à Milan d'une tumeur au cerveau.

 

** L’étude complète sur le site britannique est bourrée de graphes assez difficile à déchiffrer pour les non initiés. De la synthèse qu’en a tiré Le Monde, avec un article papier (04/05/13) et sur le site, qui se complètent plus qu’ils ne se recoupent,  il ressort que 51 % des français adhèrent à cette théorie. Mais selon leurs votes aux présidentielles, les proportions diffèrent. Ainsi, ils ne sont que 35% chez les électeurs de Hollande, mais 72% chez ceux de Le Pen suivi de ceux de Mélenchon à 56 %.

  

Beppe Grillo et les arabes

Pour les conspirationnistes, c’est d’abord et de loin la finance internationale (75%) qui tire les ficelles, suivie d’autres pays qui cherchent à nous dominer 44%, les groupes secrets style Francs-maçons, malgré les efforts des hebdos et en particulier de L’Express, et les groupes religieux sont loin derrière (27 et 20%).

Reste un paradoxe, les médias (télés, presse écrite) sont crédités de 45%, alors qu’ils sont présentés comme manipulés (assujettis à la « pensée unique », la « bienpensance » d’un côté, peuplés de journalistes « tous de gauche » de l’autre). On aurait donc des marionnettes qui tireraient les ficelles des marionnettistes qui les manipulent. De quoi se prendre les pieds dans les ficelles.

Les enfants de Marine sont un tiers à soupçonner des groupes religieux (mais le pluriel est sans doute de trop). Qu’il soit encore un peu plus à se méfier des francmacs ne surprend pas trop, mais qu’il y en ait 31% chez les mélenchonnistes étonne.

Repost0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 14:19

plantu-melenchonLa Gauche est grande et Mélenchon est son prophète !


Par « Gauche » entendez, Ô sociaux-traîtres, celle du Front, pas évidemment la fausse gauche du PS, ni la bouillie verte des écolos. Une gauche de gauche, pour tout dire.


Pour le Mélenchonlâtre, le postulat de base – véritable acte de foi –est simple : leur lider maximo a le droit, le devoir même, de jeter l’anathème (sur le PS, lémédias, etc.) insulter, vitupérer, donner dans l’imprécation perpétuelle ! L’insulté (mettons le socialo de base), l’anathèmisé, s’ils protestent, c’est qu’ils veulent porter atteinte à la liberté d’expression du Chavez de l’Essonne.


Le Mélenchonnien manie « pensée unique » ou « politiquement correct » aussi bien que le zemmourien (autre espèce imprécative, mais de Droite).

 

Cependant parler de populisme à propos de l’immortel auteur de « Qu’ils s’en aillent tous ! », Plantu l’a oublié, est un crime de lèse Imprecator.

Certes des hyènes de blogs (ou deblog), des laquais du grand capital, essaient de calomnier le prophète. Georges Marchais, dont le style tribunicien l’inspire, fut au moins ouvrier pendant une dizaine d’années (même si son séjour allemand pendant la guerre fut objet de controverses) avant de devenir un apparatchik d’un PCF ayant encore une vraie base ouvrière. L’ex-sénateur de l’Essonne, malgré (ou grâce à) un passé trotskyste (dans la secte la plus fermée, d’où vient aussi Jospin) a su mener sa barque au sein du PS pour devenir sénateur à 35 ans avant de lancer un « faux parti communiste avec de vrais petits bourgeois », comme disait Mitterrand, à propos du CERES ; prétendre, comme il l’affirme, qu’il est au diapason des volontés du peuple, relève plus de l’art de faire tourner les tables, que d’un fait avéré. Voilà quelques unes des médisances que distillent des langues de vipères (lubriques) ! Certaines ajoutent même – voyez leur infamie – que, comme Sarko, il croit faire peuple en « causant » vulgaire.


meluche-plantuPlantu s’est donc planté en osant comparer SuperMéchanlon avec la fille Le Pen, quant au populisme ! Avec ce sens de l’humour et de la nuance, qui fait tout son charme, Mélenchon s’indigne : "hélas Jean Plantu ne fait plus réfléchir, il aveugle" , "il contribue à la confusion politique qui, sous prétexte de lutte contre le populisme, prêche le maintien de l'ordre établi" ; un vrai DSKiste ce Plantu ! Et Pierre Laurent (qui c’est ? mais si, le lointain successeur de Marchais à la tête des restes du PCF) dénonce l’odieux amalgame.

 

 

PS1 André Gérin, qui a décidé disputer à Maxime Gremetz, dit le bête de Somme, la palme du communiste le plus archaïque, récuse Mélenchon car il le soupçonne d'être un sous-marin du PS : le çonar de l'ex-Iman rouge, doit être ultra performant pour discerner dans l'ex-taupe de l'OCI un sous-marin du PS !

 

PS2 "Ne laissons pas croire qu'il y aurait à gauche, d'un côté un chevallier blanc (le Front de Gauche), porteur de la pureté révolutionnaire, et de l'autre un chevallier noir (le PS et ses alliés) vendu au capitalisme" André Chassaigne député PCF

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.