Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 16:48

« Généalogie

"J'avais quitté Paris au début de l'affaire Val-Siné et, dès mon retour, je m'avise que le front de cette guerre de tranchées a peu évolué. Lu, entre-temps, l'essai limpide de Jacques Julliard ("L'Argent, Dieu et le diable", à paraître en septembre chez Flammarion) qui, plus efficace qu'une rafale de pétitions, permet de comprendre à quel point cette bataille - dans laquelle je me range résolument aux côtés de Val - a une longue histoire. Dans ce livre, où il détaille sa dette intellectuelle et morale à l'endroit de trois écrivains (Péguy, Claudel, Bernanos), Julliard explore surtout leur idée fixe : la haine de l'argent et du monde moderne - avec son corollaire diffus : les Juifs (Julliard, citant Claudel, écrit plutôt: «le mystère d'Israël»). A l'argent, ces trois écrivains catholiques reprochaient, en gros, de trop bien tenir son rôle d'équivalent général, de n'être qu'une forme païenne de la trans-substantiation, de rivaliser trop efficacement avec le Saint-Esprit dans l'art de rendre semblable ce qui est distinct. Et, bien entendu, la «banque juive» était toujours mêlée à ce mauvais coup, même si ce phantasme n'interdisait pas à certains de se démarquer d'une postérité trop zélée {«Hitler a déshonoré l'antisémitisme», écrira Bernanos...). Jacques Julliard, plus lucide que ses maîtres, permet alors d'extrapoler utilement vers l'incroyable fouillis de phobies, de répétitions colériques, de chassés-croisés idéologiques, de lapsus qui semble aujourd'hui gagner la nébuleuse anarcho-gauchiste, elle-même inspirée sans le savoir par ce qu'il y a de plus archaïque dans une France maladroitement chrétienne. Je connais, à cet égard, nombre d'anticléricaux et d'antiracistes patentés qui seraient bien surpris de se découvrir une incontestable, mais fâcheuse, généalogie."

 

Ce passage est extrait du journal de la semaine, confié par Libé* à une personnalité, en l'occurrence, le 23 août, l'écrivain et éditeur Jean-Paul Einthoven (un des ex-compagnons de Carla Bruni à qui succédera auprès de la future première dame son propre fils : quatre consonnes et trois voyelles, Raphaël, philosophe).

 

Je ne reprocherai certes pas à Jacques Julliard la comparaison qu'il prêterait à Péguy, Claudel et Bernanos, entre argent et Saint-Esprit « dans l'art de rendre semblable ce qui est distinct ». Grâce à dieu, je suis athée, comme disait malicieusement Luis Bunuel. Mais, pour autant que j'ai compris ce qu'insinue l'éditeur, la haine de l'argent a entraîné celle de la « banque juive » (où l'on retrouverait d'ailleurs l'accusation injustifiée faite à Siné d'assimiler juif et argent). Et par une extrapolation hardie (prêtée à Julliard), Einthoven conclut à une sorte de filiation entre « nombre d'anticléricaux » et nos grands (et assommants) écrivains catholiques dont leur église faisait preuve d'un antisémitisme (le peuple déicide) totalement assumé. Faut-il rappeler qu'au moment de l'Affaire Dreyfus la hiérarchie catholique fut farouchement antidreyfusarde (comme elle était d'ailleurs antirépublicaine) : l'anticléricalisme du XIXe siècle, même s'il prolonge une tradition gauloise qui remonte au moins aux fabliaux du Moyen-Âge (et dont on trouve moult exemples au XVIIIe siècle, comme ce succulent et libertin Dom Bougre, Portier des Chartreux) est né de ce combat contre une église arrogante. Le génie d'Aristide Briand fut, contrairement à Combes, de prendre de la distance avec les plus farouches anticléricaux pour promouvoir une loi de 1905 d'apaisement et d'équilibre (ce dont les cléricaux bornés ne lui furent guère reconnaissants).

Quant à trouver aux antiracistes une « incontestable, mais fâcheuse généalogie » chez nos écrivains quelque peu antisémites, il faudrait que notre chroniqueur de la semaine nous explique.

 

Ce passage tendrait plutôt à démontrer que l'amalgame, mieux que l'argent et le Saint-Esprit, veut rendre semblable ce qui est opposé.

 

* Lu à Agadir : avec juste un jour de retard, on trouvait chez les marchands de journaux Libé et Le Monde (sauf une fois pour Libé : avait-il commis un article critique sur le Maroc ?)

Photo tirée du site du photographe Kai Jünemann

 

 

Repost0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 10:00

Des nouvelles se télescopent parfois. Ainsi, le même jour, nos journaux parlaient d'un tournoi de basket féminin inter-mosquées interdit aux spectateurs masculins et de la comparution, devant je ne sais quelle instance de la principale obédience maçonnique, le Grand Orient de France, d'un vénérable d'une loge (entendez, profanes, le président d'un groupe local) pour avoir initié une dame (ne vous méprenez pas lubriques et consorts, elle a été initiée aux rites de la Franc-Maçonnerie qui n'ont rien de franchement coquin, mais le GOF est réservé aux mâles). Parmi les farouches laïcs qui se sont, à juste titre d'ailleurs, élevés contre l'accueil de ce fameux tournoi par une salle municipale, gageons qu'il y avait quelques honorables membres du G.O.F. Et ajoutons cependant que, de toutes les obédiences, le GOF est la moins misogyne.

 

Ouf ! Malgré les prédictions de François Bégaudeau - comme disait un de ses détracteurs un touche-à-tout, foot, cinoche, rock, écriture et même enseignement - l'Italie a terminé son parcours en coupe d'Europe. Cela, malgré l'aide un peu gênante d'un arbitre teuton qui fermait les yeux sur les fautes grossières de Grosso. Mais, il est à craindre que la fameuse définition du foot - un jeu qui se joue à onze et où l'Allemagne gagne à la fin - se révèle encore juste. Tendons les paumes vers le ciel pour implorer tous les dieux et tous les diables pour que le truculent Luis Aragonés, qui dit plus souvent Puta que Gracias, mène son équipe jusqu'à la victoire.

 

Marronnier de saison : le bac. Il nous a cependant permis de découvrir le Raphaël de la chanson de Carla (vous savez 4 consonnes et 3 voyelles, c'est le prénom de... mais non, pas de Nicolas... de Raphaël) : eh ben ! plutôt beau gosse le philosophe ! Et pas agité de tics et accro du portable. Dans ce temps là, la dame Bruni avait bon goût, choisissant beauté, distinction et intelligence (je n'en dis pas plus car maintenant que l'Elysée a mis en place une cellule de veille Internet, ça craint).

Pour en revenir à ce bac philo, les sujets sont toujours un pur moment de bonheur. Le Raphaël a planché sur quelque chose comme « La perception peut-elle s'éduquer ».  Souvenirs d'une lointaine terminale philo où j'ai toujours eu l'impression d'un jeu intellectuel, un peu gratuit, pour ne pas dire vain. Il a aussi fallu s'attendrir sur le sort inhumain fait aux pauvres correcteurs : la dame que l'on voyait avait récolté un lot de 110 ou 120 copies à corriger en dix jours ! A bas les cadences infernales !

 

Le tout sauf Ségo du pire parti, à l'exception de tous les autres, le PS, commence à me les briser menues, comme disait Lino Ventura dans Les tontons flingueurs. Et Martine qui accueille Bertrand à la gare de Lille, avec plus de journalistes que de troupes et mes strauss-kahniens chéris qui s'accoquinent avec les fabiusiens honnis et le Montebourg qui promène sa suffisance. (Je ne parle pas de Mélenchon qui mélenchonne comme devant, c'est-à-dire joue contre le parti auquel il est censé appartenir, quand est-ce qu'on va virer ce sinistre personnage ?).  Et le Jack Lang qui joue sa partition sur l'accueil du dictateur sanguinaire de Syrie, feignant de ne pas comprendre que ce que le PS dénonce c'est l'invitation au 14 juillet qui est symboliquement choquante.

 

Espagne encore, mais il ne faut pas confondre Rajoy, le chef du P. P. (Parti « Populaire » qui rassemble la droite espagnole des nostalgiques de Franco, jusqu'aux centristes) et Aragonés. Alors qu'avec Aznar, on était plus proche de la droite extrême, il semble que le P.P. penche maintenant vers une droite modérée, civilisée. En témoigne la nomination comme n° 2 d'une femme - nos archevêques et évêques d'une église pas du tout défrankystée doivent encore en frémir d'horreur - d'une femme disais-je, non seulement divorcée, mais ayant fait un enfant toute seule (par fécondation in-vitro). Satan a réussi à glisser une patte de bouc velu dans l'entrebaîllement de la porte du PP et Aznar ne reconnaît plus l'héritier qu'il s'était donné. Mais les ratichons locaux n'ont hélas pas dit leur dernier mot.

 

Repost0
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 11:05
Carla, on t'aime déjà ! (fausse manif de droite)

 

Heureusement que PRESSE OCEAN était là pour rendre compte de cette magnifique manifestation de "vrais" français

 

 

Nantes

Paru dans l'édition du jeudi 20 décembre 2007

 

Une fausse manifestation de droite sur les marches du théâtre Graslin


Sur les marches du théâtre Graslin, ces faux manifestants de droite ont pu clamer leurs slogans.
;
Avec des slogans comme « TF1 sinon rien », « Michel Sardou, la culture vous doit beaucoup » ou « Gardons nos valeurs, mangeons des jambon-beurre », les fausses manifestations de droite font de nombreux adeptes un peu partout en France.

Hier soir, une cinquantaine d'étudiants s'étaient réunis sur les marches du théâtre Graslin pour ironiquement montrer leur opposition au gouvernement. « Quand on est étudiants et qu'on manifeste, les forces de l'ordre arrivent vite.

Au moins, là, on peut faire passer notre message et tout se déroule dans le calme », explique Émilie, étudiante déguisée pour l'occasion en jeune fille de bonne famille.

« Carla, on t'aime déjà »

Ils venaient de plusieurs UFR différents, de la psychologie aux sciences, et une grande majorité d'entre eux manifestait de cette façon pour la première fois. Sous les regards étonnés des passants, ils se sont ensuite rendus sur la place Royale et la place du Commerce.

Petite nouveauté hier, preuve que les manifs de droite suivent l'actualité, la formule « Carla, on t'aime déjà ». Un nouveau classique.

F.L.

 

Cette brillante manif s'inspirait de celle-ci :

http://www.dailymotion.com/video/x2179p_les-artistes-de-droite-fetent-leur

"Le clergé avec nous"... "Nous sommes fiers/ des violences policières"... "La cul-ture ça donne mal à la tête"..."travail, famille, Sarkozy": une bonne centaine de manifestants -costume-cravate pour les hommes, tailleur-chignon pour les femmes-, ont scandé ces slogans provocateurs lors de leur fausse manif’ de droite, "en soutien au Président", dimanche 20 mai après-midi à Paris.

En guise de conclusion (provisoire, espérons-le car on a besoin de ces vrais patriotes qui nous rappellent les vrais valeurs de la France éternelle).

Petite contrepèterie du Canard pour finir :
Sarko s'en fiche de la tente, il joue avec la Bruni

La manif parisienne qui a inspiré nos Nantais ! (à dédier à WAUQUIEZ)

La tradition s'est poursuivie

Repost0
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 22:00

Tout d’abord, ce message reçu, d'un ami proviseur, qui décrit le monde ubuesque créé par les effets d’annonce d’un ministre de l’éducation nationale qui a pourtant l’air propre sur lui et surtout plus au fait des dossiers que son pitoyable prédécesseur de Robien, le fatal Picard.

 

vachefolle2.gif

« Les amusements de ces messieurs de l'Olympe nous pompent de plus en plus de temps (et, d'ailleurs, nous pompent tout court). Entre La journée "Guy-Moquet" qui est à faire mais sans conséquence si on ne la fait pas, le bac "hors les murs", puis "dans les murs" mais avec cours de secondes "hors les murs" puis "démerdez vous pour qu'on ait l'impression qu'il y a des cours jusqu'au 20 juin" (après avoir annoncé le 4 juillet, puis le 30 juin...), les Bac Pros en 3 ans qui apparaîtront à la rentrée 2008 puis "p'têt' ben qu'à la rentrée 2009", ça prend du temps, "ça s'en va et ça revient...".

On n'est pas des bœufs, mais on tourne en rond comme des vaches folles.

 Un espoir : que les activités des Perdir* fassent l'objet d'une comptabilité analytique.

 Bref, comme disait de Gaulle : "Mort aux cons ? Vaste programme !" »

  * Perdir : Personnels de direction


 sarkobruni2.jpg



Que le nabot qui fête une élection au poste suprême de notre République au Fouquet’s avec Johnny, Mireille, Enrico et les autres, qui fait son jogging habillé d’un teeshirt à la gloire de la police nouillorquaise, s’exhibe aux côtés d’une ex-top modèle à Eurodisney désole pour la fonction qu’il est censé incarner mais ne surprend pas ; mais que Carla Bruni, femme cultivée, intelligente, se commette dans un tel lieu, avec un tel personnage, surprend et déçoit !

 




Rocardien : s’avouer rocardien quoi de plus ringard ?

Surtout pour les contempteurs de la pensée unique (à croire qu’ils n’ont pas de pensée propre), de la bien pensance ou du politiquement correct (deux formules très pratiques qui évitent d’avoir à avancer un quelconque argument). Or donc, Michel Rocard a donné un entretien au Nel Obs (aggravation nette de mon cas : n’est-il pas de bon ton de dénigrer le Nel Obs et Libé, organes de la « gauche libérale ?). Je ne tenterai pas de résumer l’entretien (http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2249/articles/a362300-.html) mais je retiendrai :

1°) que les Etats-Unis vivent avec un crédit fabuleux qu’ils ne rembourseront jamais, autrement dit ils ne sont la 1ére puissance du monde que parce que le reste du monde les finance

2°) que la part des « salaires » (au sens large : salaires+prestations sociales) est passée de 71 % du PIB en 1981 à 60 % en 2005

3°) que cela est dû à la main mise des fonds spéculatifs qui ne jurent que par le profit à court terme et qui vont scier la branche sur laquelle ils sont assis, puisque, comme le gars Henry Ford le savait, un bon niveau de salaire assure une forte consommation donc une saine économie (ce que n’assurent absolument pas les dividendes démentiels qui alimentent, en cercle vicieux, la spéculation).

Oh ! certes, les propos de Rocard sont moins sexy que les ritournelles anti-tout (OGM, mondialisation, libéral, et surtout socialos) des nonistes qui crient à la dictature parce que le nabot va faire ce qu’il avait dit qu’il ferait avant de se faire élire ! Mais du grain à moudre pour des sociaux-démocrates conséquents.

dansedesos.gifL’économie de marché – le pire des systèmes sans doute, quand il n’est plus régulé comme c’est le cas actuellement par la faute notamment de Reagan et Thatcher et à leurs épigones, mais, hélas, le système concurrentiel pendant 70 ans (le système soviétique) a implosé en continuant de démontrer à Cuba sa totale inefficacité – est totalement dénaturée par la commission européenne elle-même avec le pseudo jeu de libre concurrence dans l’électricité et le gaz. Des sociétés (Poweo par exemple) ne produisent pas un kWh. EDF est sommée par la commission européenne de leur faire un meilleur prix pour qu’elles puissent mieux la concurrencer. Tout cela en utilisant l’infrastructure payée par… le contribuable !  A terme (court) avec un service moindre : les suédois en font la démonstration qui se sont débarrassés des horribles sociaux démocrates au profit de libéraux (des vrais) de droite. Ils ont dégraissé la fonction publique. Résultat : la poste, par exemple a perdu la moitié de ses troupes et les concurrents proposent leurs services à des tarifs bien plus élevés et uniquement là où c’est rentable.

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.