Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 15:39

 

 Pour ceux qui n’auraient pas encore compris où je me situe, cette citation issue d’un torche-cul virtuel intitulé « Riposte laïque » : « Faudrait-il aller jusqu’à applaudir l’ineffable pape de la laïcité ouverte, Baubérot*, qui, dans « Le Monde » gémit que Sarkozy va trop loin, et remet en cause la laïcité ? Pourtant, Baubérot fut le seul membre de la commission Stasi à avoir voté contre une loi contre les signes religieux à l’école. Il a condamné les dessinateurs danois, et ceux qui, en France, soutenaient les caricatures du prophète, au nom de la liberté d’expression.

Ce sont pourtant les Baubérot et consorts qui ont préparé la « laïcité positive » de Nicolas Sarkozy. Elle n’est que le prolongement de la laïcité « ouverte », « dynamique », « moderne » « apaisée », « rénovée », que plein d’associations dites de gauche, comme le Mrap, la LDH, la Ligue de l’Enseignement, la FCPE, les Verts, la LCR, le PCF, de nombreux élus socialistes et bien d’autres ont mise en avant, depuis plus de vingt ans ».

 

Tout y est ou presque : attaque ad hominem, d’abord. Il faut défendre farouchement la liberté d’expression, sauf pour Baubérot qui n’a d’ailleurs pas voté contre (non pas la loi, c’est le parlement qui la vote, mais la proposition de faire une loi de la commission Stasi) mais s’est abstenu (lâchement commenteront les amis de ces forcenés). Il n’a pas, sauf preuves contraires, condamné quoi que ce soit, mais il lui fut reproché, à propos de Redecker (au fait qui a encore entendu parler de ce faux martyr) d’avoir appliqué le précepte attribué à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » Ce qu’il a écrit dans Le Monde est-il juste ou pas, nul ne le saura : il gémit

 

La suite est encore plus croustillante : « ce sont les Baubérot et consorts » qui sont finalement complices de notre chanoine du Latran. Suivent quelques adjectifs dont on ignore qui les a émis. Et la liste des consorts est finalement flatteuse pour l’horrible Baubérot puisque on y trouve la Ligue des Droits de l’Homme** (née en 1898 avec l’affaire Dreyfus) et la Ligue de l’enseignement créée en 1866 et qui se battait pour une école gratuite, obligatoire et laïque !

 

S’il fallait choisir, on aura compris que je me trouve infiniment mieux du côté de ces consorts que de celui de ces soi-disant laïcs qui, par leurs outrances délibérées, font le jeu de ceux qu’ils feignent de combattre (les grands Républicains plumes du nabot : Guaino et Gallo).

Non, cette prétendue laïcité n’a rien à voir avec celle d’un Aristide Briand, le maître d’œuvre de la loi de 1905.

 

* Dans une discussion un peu tendue avec un ami de presque 40 ans, celui-ci n’hésita pas à qualifier Baubérot d’intégriste : provocation peut-être, mais quand même indice d’une certaine incapacité à passer de l’anathème à l’argumentation : je fréquente le blog de « l’intégriste » et n’hésite pas à y mettre quelques commentaires, que je crois, à tort ou à raison, argumentés.  J’ai reçu (et fait suivre) les commentaires de la LDH sur le discours du chanoine de Latran : j’attends que l’on m’explique en quoi ils sont complaisants. Sur ce blog, j’ai exprimé tout le mal que je pensais des propos de notre Ouf 1er, pour autant je n’adhère pas à la nouvelle « croisade » anti-voile que certain(e)s faux(sses) laïques sont en train de fomenter (voir Sus à la Halde).

**
En ce début d’année 2008, c’est d’abord aux instituteurs de la République que la Ligue des droits de l’Homme tient à adresser ses vœux les plus solidaires. A ces instituteurs que le Président de la République, inconscient des devoirs de sa charge, a insultés dans l’homélie qu’il a prononcée le 20 décembre dernier comme « chanoine du Latran ».

Selon Nicolas Sarkozy, « dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance ».

Le monde est plein de « fous de Dieu » qui, portés par une « espérance » délirante, poussent leur « engagement » jusqu’à « la radicalité du sacrifice de leur vie »… et de centaines d’autres vies innocentes. Le tout au nom de « la différence entre le bien et le mal » et de la purification des âmes.

Qu’en tant qu’individu Monsieur Sarkozy mette ces valeurs au pinacle n’est qu’un signe de plus de son ancrage, derrière l’agitation d’une communication « décomplexée », dans les valeurs les plus traditionalistes de la société française.

Mais qu’en tant que Président de la République française il mette le curé au-dessus de l’instituteur comme responsable de « la transmission des valeurs », qu’il ignore à ce point ce que sont précisément les valeurs de la République qu’il est censé représenter, témoigne de l’ampleur de la crise politique et morale qu’aggrave son exercice de la fonction présidentielle.

L’article 1er de la Constitution définit la République française comme « laïque, démocratique et sociale ».

« Laïque », elle refuse le mélange entre convictions religieuses et exercice des responsabilités politiques.

« Démocratique », elle refuse la concentration des pouvoirs entre les mains d’un « Président-Soleil » entouré de « collaborateurs » et de courtisans.

« Sociale », elle refuse la juxtaposition d’un « bouclier fiscal » pour les plus riches et de la régression du « bouclier social » pour les plus pauvres.

Ce n’est pas seulement dans les jets privés, les yachts et au « Fouquet’s » que s’étale le mépris des privilégiés pour cette fameuse « France qui se lève tôt ». C’est aussi dans le cynisme avec lequel sont foulées aux pieds, jour après jour, les valeurs républicaines.

La LDH salue donc d’abord, aujourd’hui, ces instituteurs qui, à ses yeux, restent les mieux à même de transmettre le respect des valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité et de solidarité. Et elle souhaite que 2008 donne à tous les Français plus d’occasions qu’en 2007 de retrouver, face au spectacle que donne la représentation politique, confiance en l’avenir de la République.

Paris, le 3 janvier

Repost0
27 octobre 2007 6 27 /10 /octobre /2007 17:45

1°) L’IGEN se débonde

 

Sur l’adéle – adresse électronique ou BALE Boîte A Lettres Electroniques - d’un site associatif dont je suis responsable, je découvre début janvier un courriel d’une « sarkodolâtre » avec un “Ouuuuuuuuuuuui!!!!” énamouré pour ne pas dire plus !

Comment résister à la tentation de diffuser cet étonnant spécimen de prose extatique ? Sobrement et en rouge, je me contente d’un « Reçu sur l’adéle du site » pariant sur l’intelligence du lecteur.

 

Pari risqué, car le lendemain je reçois un message peu amène d’un IGEN, J.-P. OBIN : « Bravo ! Après les prises de position pro-voile (aujourd'hui oubliées...) puis les violentes attaques anti-laïques, dont je suis régulièrement le destinataire, voici [que l’association] se fait maintenant le relais d'une propagande sarkozyste de caniveau de la pire espèce. Où s'arrêtera la dérive de l'association qu'à une époque j'ai contribué à animer ? Je suggère pour faire bonne mesure dans le propos haineux un peu d'antisémitisme style Dieudonné ou d'anti-France style les Indigènes de la République, ça ne peut qu'animer un peu la vie scolaire ! En tout cas je ne regrette pas d'être parti ! Tristesse et désolation. »

 

Tristesse et désolation, certes, devant une telle hargne, qui démontre, si besoin était, que la bêtise nous guette tous, même les brillants IGEN (pléonasme ?).

 

Mais, ce qui est intéressant, maintenant que la sarkodolâtre a vu son idole l’emporter est de s’arrêter un instant sur le contenu du message.

 

Retour en arrière donc.

Quelques dizaines de jeunes filles prétendaient aller en cours dans nos lycées, surtout, et parfois dans nos collèges, le chef couvert d’un foulard que l’on baptisa « voile islamique ». Certaines prétendaient aussi ne plus aller à la piscine, voire en EPS et même récusaient les cours de sciences. Il fallut donc, en résumant outrageusement,  convoquer une commission en 2003, dite Commission Stasi, du nom de son président. Grand débat donc : fallait-il une loi pour interdire ce fameux « voile » ou bien les lois en vigueur, précisées par une jurisprudence de plus en plus nourrie, suffisaient-elles ? Comme il se doit, le débat se transforma en une empoignade farouche. L’association « fautive » était sur la position de Jean Baubérot (membre de la commission qui s’abstint de voter pour une loi) estimant que la législation en vigueur n’avait pas besoin de s’alourdir. Notre IGEN, pour des raisons qu’il avait d’ailleurs pu parfaitement exprimer sur le site de l’association, était farouchement pour une loi. La loi fut votée : elle s’applique.

Mais, par un procédé dont fut justement victime J . Baubérot, l’IGEN accuse l’association de « prises de position pro-voile ». Si vous n’êtes pas d’accord entièrement avec moi, vous êtes donc l’adversaire absolu !

Cette dérive, un peu étonnante chez un intellectuel, se poursuit avec « de violentes attaques anti-laïques » dont il est destinataire. Il serait bien en mal – en tout cas, il ne l’a pas fait, ce qui empêche toute discussion – de citer dans les écrits ou sur le site ces honteuses attaques. Et s’il a bien été destinataire de messages dénonçant la collusion entre une nébuleuse laïcarde style Prochoix, Respublica ou l’UFAL (ceux là même qui continuent de poursuivre Baubérot de leur vindicte) et la nébuleuse des rétropenseurs de l’éducation (Brighelli et sa clique), lesdits messages étaient sous ma signature et ne se sont jamais présentés comme émanant en quoi que ce soit de l’association.

Et la « dérive » qu’il dénonce, s’applique donc bien à sa prose qui nous livre de « l’antifrance » comme au beau temps du pompidolisme, sans parler de l’infamante allusion à l’antisémitisme.

 

Mais pourquoi remuer tout cela qui a dix mois d’âge ?

 

Outre que ça m’est resté lourdement sur le jabot, ce qui ne fera ni chaud ni froid aux lecteur-trices s'il en reste, c’est à mon humble avis symptomatique d’une dérive globale des débats où affirmation vaut preuve, anathème argumentation, accusation excommunication (toute laïque qu’elle se prétende) !

 

Faut-il ajouter que je regrette, moi, qu’il soit parti – ou qu’on l’ai fait partir, comme je le soupçonne – car les divergences d’appréciation normales ne se seraient pas transformées en clivages insurmontables et l’association aurait profité d’une réflexion de haute tenue qui est le plus souvent la sienne quand notre IGEN ne se débonde pas ?

à suivre.....

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.