Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 20:08
Maruja Mallo "bruja buena"

Qui connaît Maruja Mallo ? Bien qu’elle ait côtoyé Lorca, Dali et Bunuel, Breton ou Pablo Neruda, Marúnica n’est  vraiment connue que des initiés. Plus célèbre pour ses amours et ses amitiés tumultueuses, sa vie d’une irréductible liberté et sa personnalité affirmée ont éclipsé l’artiste.

Maruja Mallo "bruja buena"

De son vrai nom Ana María Gómez González, Maruja Mallo est née en 1902, à Viveiro (en Galice), quatrième d’une famille de quatorze enfants. Elle a adopté le deuxième nom de son père Justo Gómez Mallo. Ce père fonctionnaire fut muté à Avilès, dans les Asturies, où elle commença des études artistiques. Etudes qu’elle poursuivit à Madrid en 1922, à l’Académie royale des Beaux-Arts de San Fernado où elle se lie d’amitié avec Salvador Dali qui la définissait comme moitié ange, moitié coquillage ("mitad ángel, mitad marisco").

Maruja Mallo "bruja buena"

Salvador Dali et Maruja Mallo, Café de Oriente 1923

C’est durant ces années madrilènes qu’elle se rattacha à la Génération 27 – au départ des poètes Federico García Lorca, Vicente Aleixandre, Rafael Alberti, Luis Cernuda, Pedro Salinas, Jorge Guillén, Dámaso Alonso et Gerardo Diego réunis dans un hommage à don Luis de Góngora, auxquels s’adjoindront d’autres écrivains comme Max Aub et des peintre comme Dali ou des cinéastes comme Buñuel. Elle fut proche de Lorca et Dali (Buñuel, puritain, en revanche ne supportait pas son choix affiché de l’amour libre) et compagne inséparable de Concha Méndez.

Elle eut aussi une intense relation avec Rafael Alberti. Plus tard aussi, elle fut intimement liée à Pablo Neruda et Miguel Hernández, mais gardant toujours une farouche autonomie, ne voulant pas être réduite à un appendice de la vie et l’œuvre d’un homme.

Maruja Mallo "bruja buena"

Comment mieux entamer une carrière artistique que d’attirer l’attention du philosophe Ortega y Gasset, qui organisa sa premeière exposition dans le local de sa revue Revista de Occidente, notamment sa série intitulée Las Verbanas.

Maruja Mallo "bruja buena"

Elle va être exposée, en 1932, à Paris, où elle fut reconnue comme peintre surréaliste par le pape du mouvement, André Breton, qui acquit une de ses œuvres.

 

Maruja Mallo "bruja buena"

En 1937, sa Galice natale proie des rebelles, c’est l’exil à Buenos Aires. Depuis la capitale argentine, accueillie et protégée par des amis influents, elle put découvrir des lieux impensables pour l’Espagne de l’époque tels que Punta del Este, Valparaiso, New-York… Elle s’y liera d’amitié avec Andy Wharhol et participa brillamment à le vie culturelle et mondaine de la cité. Contrairement à beaucoup des exilés elle ne connut jamais la misère dans cet exil.

Profitant de la relative libéralisation du régime, elle rentre en Espagne en 1962. Elle s’aperçut que le monde qu’elle avait connu avait disparu, que ses amis étaient soit enterrés soit exilés. Elle apparaissait comme un personnage exotique auprès de jeunes qui n’avaient entendu que des légendes à son sujet. A 80 ans, elle apparaissait encore, menue et altière, vêtue dans son style hippy d’un éternel manteau de fourrure, outrageusement fardée, et la foule d’un vernissage d’une exposition s’écartait devant elle comme les eaux de la Mer Rouge devant Moïse.

Gif dédié à Maruja Mallo

Gif dédié à Maruja Mallo

Mais jusqu’à la fin de sa vie elle continua de peindre.

Ramón Gómez de la Serna —auteur de la première biographie de l’artiste – la qualifia de bonne sorcière (“bruja buena”)

Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"

Maruja Mallo et Josefina Carabias

Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"Maruja Mallo "bruja buena"Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"Maruja Mallo "bruja buena"Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"
Maruja Mallo "bruja buena"

Partager cet article

Repost0

commentaires

Maëlys 12/12/2018 17:03

Je ne comprend pk ils nous parlent de son ancienne vie amoureuse mais que vous ne nous disiez pas quelle est sa couleur préféré,son plat préféré,et sa boisson préféré

J.-F. Launay 12/12/2018 17:58

Il a dû vous échapper qu'elle revendiquait cette vie libre et que souvent, quand on évoque des artistes, on évoque leur vie amoureuse liée à leur oeuvre : Dali-Gala, Picasso et ses épouse-muses successives, Kahlo-Rivera, etc. Pour la couleur, elle peut s'imposer chez Klein par exemple.
Pour le reste ça n'intéressait que leurs amis qui partageaient avec eux plats et boissons.

Marylène GAUVENET 04/12/2017 18:42

J'apprécie particulièrement cette artiste.
J'aimerais avoir où l'on peut se procurer des reproduction de ses oeuvres.
Merci à la personne qui saura me renseigner
Marylène

Géhèm 27/11/2017 19:40

Si toutefois j'ai rencontré ne serait-ce que son nom, je l'avais oublié.
Très intéressante découverte.

ti suisse 29/10/2017 17:21

muy linda !

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.