Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 16:06
Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

L’un des aspects des plus douloureux et abominables de la rébellion franquiste fut l’utilisation, par un caudillo champion du national-catholicisme, de guerriers musulmans pour écraser par le sang et le feu d’autres espagnols. Et cela une dizaine d’années après que ces militaires africains, sous les ordres de Franco, avaient brutalement soumis, y compris par l’utilisation de l’ypérite, gaz toxique, d’autres musulmans du Rif qui résistaient au colonialisme espagnol.

Quatre kilos de sucre et un bidon d’huile

180 pesetas al mes, con dos meses de anticipo. 4 kilos de azúcar, una lata de aceite y tantos panes como hijos tuviera la familia del alistado”

Uniforme des "regulares" avec ceux de leurs officiers espagnols (à l'exception près)

Uniforme des "regulares" avec ceux de leurs officiers espagnols (à l'exception près)

Pourquoi tant de Marocains de la zone Nord, celle du protectorat espagnol, se sont rangés derrière les militaires rebelles antirépublicains ? En partie enrôlés de force mais surtout poussés par la faim. Après des années de sécheresse, donc de maigres récoltes, beaucoup furent tentés par les deux mois de solde payés d’avance plus quatre kilos de sucre et un bidon d’huile et du pain en fonction du nombre d’enfants.

Pour que la droite nationaliste puisse admettre l’aide de Mores qui, depuis des siècles, étaient présentés comme l’ennemi par excellence de l’Espagne centralisée, unitaire et catholique, Franco argua que les chrétiens franquistes et les musulmans rifains partageaient la croyance en un Dieu face aux athées républicains, communistes et anarchistes.

8000 d’entre eux ont traversé le détroit de Gibraltar dans des avions et bateaux allemands. De même qu’au Maroc la pratique du vol, voire de la razzia, était tolérée, quand elle n’était pas encouragée, pour compenser la maigre solde et maintenir le moral des troupes, les officiers franquistes ont non seulement permis mais encouragé la même pratique en Espagne. Les villes et villages tenus par les rouges furent mis à feu et à sang avec destructions, viol et massacre de la population civile.

Après avoir dévasté l’Andalousie, Badajoz, où il fit exécuter 4000 prisonniers républicains, et une partie de la Castille, Yagüe était partisan de continuer sur Madrid, avec pour objectif d’éviter de permettre au gouvernement de la République d’organiser et renforcer la défense de la capitale. Mais Franco prit une décision qui changea le cours de la guerre. Il abandonna la marche sur Madrid, pour aller à Tolède secourir les rebelles du colonel Moscardo assiégés dans l’Alcazar. Franco remplaça Yagüe, opposé à cette opération, par son compagnon des campagnes du Rif, le général Enrique Varela. Le 21 septembre 1936, suivant les ordres de Franco, les troupes se dirigent sur Tolède.

Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

La libération de l’Alcazar fut l’exploit qui consacra Franco comme chef de l’état national et la phrase « Tout est tranquille dans l’Alcazar !» fit du dictateur le Généralissime.

Une fois l’Alcazar libéré, il fallait purger la cité de tous les rouges. Tels des chiens assoiffés de sang, les tabors de « regulares » marocains, sous les ordres de leur colonel Mohamed Mezziane, furent lâchés. Sans aucun contrôle, ils se sont livrés à des actes de vandalisme et de barbarie qui ont ému et scandalisé le monde entier. Pas de prisonniers, des assassinats dans tous les coins ! Des ruisseaux de sang dévalaient la rue principale jusqu’aux portes de la ville. Des cadavres mutilés et castrés jonchaient les pavés de Tolède l’Impériale.  

L’hôpital San Juan où se trouvaient 200 blessés républicains ne fut pas épargné. Ils furent achevés à la grenade et à la baïonnette. Un médecin et une infirmière furent aussi massacrés.

Vingt femmes enceintes furent extirpées de la maternité et conduites au cimetière pour être exécutées. Des atrocités de ce type dont l’acharnement et la cruauté dépassent les limites du supportable pourraient être citées par douzaines.

Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

À Tolède, comme dans les régions où les troupes de Mezziane étaient déjà passées, elles avaient démontré tout leur savoir-faire : fusillade de masse, mutilation des cadavres avec les parties génitales enfilées sur les baïonnettes en symbole de victoire, viols des femmes jusqu’à ce que mort s’en suive  et pillage des maisons avec des souks improvisés pour écouler le fruit de ces rapines !

Le viol comme arme de guerre

Phalangistes et soldats rebelles ont usé et abusé de la violence sexuelle, viols qui se terminaient par le meurtre. Les viols systématiques par les troupes africaines faisaient partie d’un plan délibéré pour semer la terreur. Pendant deux heures, les troupes avaient quartier libre dans les villes ou villages conquis et les femmes faisaient partie du butin.

Dans un article paru dans Foreign Affairs, en octobre 1942, l’américain Whitaker apporte des témoignages poignants sur les atrocités commises par Mezziane contre la population civile pendant la guerre de 1936. Par exemple, près de Navalcarneo, dans l’Estrémadure : « On lui amena deux filles qui ne semblaient pas avoir 20 ans... Sur l’une d’entre elles avait été trouvé un carnet syndical ; quant à l’autre, elle affirma n’avoir pas de convictions politiques. Meziane les fit emmener dans ce qui avait été l’école du village et où se reposaient une quarantaine de Marocains. On entendit alors les cris de la troupe. J’ai assisté horrifié. Alors que je protestais, Meziane me lança dans un sourire qu’elles ne vivraient pas plus de quatre heures ».

Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

La férocité des Mores de Franco avait pour but d’effrayer les républicains. Ces mercenaires avaient la bénédiction de leurs très catholiques officiers espagnols pour piller, violer et mutiler les populations conquises. Franco a cyniquement utilisé les troupes marocaines, non seulement comme chair à canon, mais aussi comme arme psychologique de terreur contre le peuple espagnol. D’ailleurs, ces mêmes méthodes de pillage, de destruction, de viols et de mutilation (oreilles et testicules coupés, décapitation…) avaient été employées par l’armée espagnole elle-même dans la guerre contre les Rifains !

Mais qui était ce Mohamed Mezziane*, l’unique capitaine général more d’Espagne, responsable direct de tant d’atrocités ?

Mohamed Mezziane avec son père à l'école militaire de Tolède.

Mohamed Mezziane avec son père à l'école militaire de Tolède.

Un coup du destin explique, apparemment, l’exceptionnelle carrière militaire de Mezziane. En 1910, alors qu’il avait juste 13 ans, il monta sur l’estrade et résolut un problème sous le regard attentif d’Alphonse XIII, qui visitait son collège indigène à Melilla. Le monarque lui demanda ce qu’il voulait faire plus tard, il répondit « Capitaine » ! Trois ans après, le roi parraina son admission à l’Académie militaire d’infanterie de Tolède, dont le règlement fut modifié pour pouvoir admettre un musulman.

Le 17 juillet 1936, qui fut réellement le premier jour du soulèvement militaire, Mezziane saisit l’opportunité de remercier son pays d’accueil de ce qu’il avait fait pour lui. A la tête du 2e tabor de « Regulares », il rejoint les rebelles, et attaque la base d’hydravions, défendue par une poignée d’officiers, sous-officiers et soldats fidèles à la République, sous le commandement du capitaine Virgilio Leret. Ils furent les premières victimes de la guerre civile.

Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

Peu après, dans la péninsule du coup, a commencé la cruelle carrière de Mezziane aux côtés de son « compagnon d’armes Franco ». Il joua un rôle non seulement dans la "libération" de l’Alcazar, mais aussi dans la marche sur Madrid et dans les batailles de Teruel et de l’Ebre.

En remerciement de ses services - meurtres et pillages, viols et mutilations, et autres exploits semblables -  Franco lui décernera le grade le plus élevé de l'armée, capitaine général, avant de le nommer commandant général de Ceuta, capitaine général de Galice puis capitaine général des Canaries et de le couvrir d’une batterie de médailles digne d’un Maréchal soviétique !

L'unique Maréchal de l'armée marocaine

Mais en 1956, au lendemain de l’indépendance, le roi Mohamed V lui demande de participer à l’organisation de ce qui deviendra, plus tard, les « Forces armée royales » (FAR) marocaines, aux côtés du prince héritier Moulay Hassan et du général Mohamed Oufkir. Ils en élimineront les membres de l’ALN (Armée de libération nationale). Et cette armée naissante écrasera la révolte des rifains. Si le rôle de Hassan II et de Mohamed Oufkir dans ce massacre est aujourd’hui reconnu, celui de Mezziane est moins mis en relief.

En 1964, il fut nommé ministre de la Défense. En 1966, en un geste de bonne volonté en direction de l’Espagne, aux dires d’Hassan II, il fut nommé ambassadeur du Maroc à Madrid. En 1970, Hassan II lui octroie le titre de Maréchal, la plus haute distinction militaire, le seul Maréchal qu’ait connu l’armée marocaine.

Il meurt à Madrid en 1975, la même année que Franco.

 

 

* Mezziane, en arabe dialectal veut dire "bien" (s'agissant de ce personnage on dirait plutôt "machi mezziane" "pas bien du tout"). Mohamed Mezziane est un raccourci de son nom complet  Mohamed Belkacem Zahraoui Meziane ; il est le fils d'un notable rifain pro-espagnol  Mohammed Ameziane ; en Espagne il est aussi appelé ben Mizzian ou El Mizzian. Dans l'article de Sol López-Barrajón, il est nommé Mezzian, que j'ai légèrement 'francisé' en ajoutant un 'e'. Mais Meziane, Ameziane, Mezzian(e), Mizzian, c'est kif-kif.

Pour replacer l'action de Mezziane et des "Regulares" Mores dans le contexte global des massacres systématiques le dernier livre de Preston :

 

 

Une guerre d'extermination

Espagne 1936-1945

Spanish holocaust

the inquisition and extermination in twentieth century spain

Paul Preston

Editeur : Belin

 

La guerre civile espagnole fut une guerre d'extermination et de violence de masse. Paul Preston, spécialiste de cette guerre, se penche de façon pointilleuse, précise et très documentée sur les logiques d'extermination à l'oeuvre et la mort d'environ 200 000 civils victimes de meurtres ou de procès expéditifs après le coup d'État franquiste des 17 et 18 juillet 1936. À partir d'exemples concrets, il montre comment les troupes de Franco ont finalement tué environ trois fois plus de civils que les républicains, fondant leur action sur un corpus théorique élaboré et une politique de meurtre systématique touchant les hommes, les femmes et n'épargnant pas les enfants. Au-delà de la vision statistique, sans doute à jamais incomplète, Paul Preston s'attache à faire vivre l'histoire d'individus des deux camps, qu'ils soient victimes ou criminels, quel que soit leur âge ou leur sexe. Tout en éclairant le contexte politique et stratégique de la guerre, il décrit, en suivant une large trame chronologique, les effets sociaux, démographiques, psychologiques des affrontements entre rebelles et républicains.

Espagne, 1936, une guerre d'extermination (The Spanish Holocaust) vient combler un manque important de l'historiographie de l'Espagne au XXe siècle, longtemps confrontée aux difficultés de reconstruction d'une Espagne démocratique.

Institut Cervantes Paris

Voir aussi Le Monde des livres

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

J. F. Launay 21/10/2016 17:34

J'ai encore eu droit à un commentaire de l'ânonyme qui signe SC (comme Sale C;; ?) qui s'est contenté d'un copié/collé de Wikipedia sur la "Terreur rouge".
L'article sur Mezziane n'avait pas pour but de retracer l'ensemble de la Guerre d'Espagne et de faire les décomptes des victimes de la Terreur rouge et de la Terreur blanche, mais, outre de décrire le destin singulier du personnage, de souligner la contradiction entre le national catholicisme affiché et l'utilisation de troupes de chocs musulmanes dans le but d'affoler les populations républicaines par le pillage, le viol et le meurtre.

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.