Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 17:46

Il y a un siècle, l'armée espagnole subissait l'une des plus grandes défaites de son histoire à Anoual, une ville perdue de la région du Rif marocain. En 18 jours, entre 8.000 et 13.000 soldats ont perdu la vie devant les tribus du Rif. La catastrophe, qui a marqué le cours des deux prochaines décennies tragiques en Espagne, n'est à l'ordre du jour ni de l'Etat marocain ni de l'Etat espagnol, plongés dans la crise diplomatique actuelle.

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

Ce soleil de juillet se jette sur la plaine marocaine d'Anoual (Annual en espagnol) avec une brutalité qui contribue à se mettre dans la peau des milliers de soldats espagnols tombés au combat fuyant d'ici à Melilla. Cette déroute a eu lieu il y a un siècle, entre le 22 juillet et le 9 août 1921. Beaucoup sont morts de soif dans leurs forts, les blockhaus légendaires, assiégés par les Rifains. D'autres ont été abattus alors qu'ils tentaient de s'enfuir. Et bien d'autres, torturés après s'être rendus à quelques kilomètres de là, dans le fort de Monte Arruit, avec les oreilles, le nez et les testicules mutilés.

L'historien Juan Pando écrit dans son Historia secreta de Annual (Temas de Hoy, 1999) : « Jamais, jusque-là, l'Espagne contemporaine n'avait perdu une armée entière. En bloc et d'une manière hideuse - assassinés, pour la plupart, après avoir capitulé sur leurs positions. » Et le journaliste Manuel Leguineche, auteur d’  Annual 1921. El desastre de España en el Rif  (Alfaguara, 1996), l'a qualifié de « pire guerre au pire moment au pire endroit du monde (…). Une bataille dont personne n'a voulu entendre parler depuis 75 ans ».

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

Anoual est une esplanade à proximité d'un village de plusieurs centaines d'habitants, à 60 kilomètres de Melilla en ligne droite et 50 de la ville de Nador. C'est là qu'est tombé le général Silvestre, le plus jeune général de l'armée espagnole, âgé de 50 ans, qui venait de faire une carrière héroïque dans la guerre de Cuba et se vantait d'avoir trois testicules, preuve exemplaire de son courage. Silvestre est battu par un homme sans expérience militaire : Abdelkrim el Jatabi (1882-1963 _ Abdelkrim al-Khattabi pour les Français), traducteur au service de l'Espagne, collaborateur du journal espagnol El Telegrama del Rif , nommé en 1914 kadí kodat , ou juge des juges, à Melilla. En d'autres termes, la plus haute autorité judiciaire dans les « affaires indigènes ».

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

L'intention de Silvestre était de conquérir Al Hoceima, à 30 kilomètres d'Anouall en ligne droite. Mais il est pris en embuscade par Abdelkrim et ses troupes s'enfuient en désordre en direction de Melilla. La route était parsemée de milliers de cadavres ; entre 8.000 et 13.000 . De ce désastre a émergé une radiographie de l'Espagne qui a mis en évidence tous les maux du pays : une armée corrompue, peu formée, la pire armée pour les prétentions coloniales qu'elle avait ; un monarque, Alphonse XIII, se voulant militaire, qui a soutenu le général Silvestre comme son grand favori et plus tard le général du coup d’état, Miguel Primo de Rivera, comme sa bouée de sauvetage ; et une classe politique qui n'a pas pu prendre ses responsabilités, malgré les tentatives de députés comme le socialiste Indalecio Prieto.

Le général de division Juan Picasso, oncle du peintre de Malaga, a été chargé d'enquêter sur ce qui s'est passé à Anoual. Après neuf mois de travail, il présente au Congrès des députés un rapport de 2 433 pages, le célèbre Dossier Picasso. Les nombreux témoignages qu'il a recueillis ont amené de nombreuses personnes à se tourner vers Alphonse XIII comme l'un des principaux responsables de la catastrophe. Se voyant en danger, le roi parraine l'avènement de la dictature de Primo de Rivera (1923-1930). Plus tard, la République est arrivée et Alphonse XIII s'est exilé. Et puis Francisco Franco a recruté environ 100 000 Marocains pour combattre les Espagnols qui ont défendu la Constitution de 1931. La majorité étaient des Rifains. Et ils ont utilisé la même violence pendant la guerre civile qu'ils ont utilisée et subie pendant des décennies.

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

Toute cette accumulation de malheurs s'est forgée dans cette plaine d'Anoual où aujourd'hui il n'y a guère qu’un petit monument en souvenir avec le visage d'Abdelkrim et une plaque écrite en arabe où il est écrit : « Protégez votre histoire ». Mais l'histoire du Rif est mal conservée . Il n'y a pas un seul musée. Dans les manuels scolaires, à peine un paragraphe est consacré à "l'épopée d'Anoual". La figure d'Abdelkrim continue à être gommée au Maroc. Car Abdelkrim était le chef qui a réussi à unir les tribus du Rif contre l'Espagne et contre… le Maroc. Il a vaincu l'armée espagnole et a créé une république indépendante, entre 1921 et 1926. Plus tard, l'Espagne et la France ont effectué des bombardements et utilisé des armes chimiques contre la population civile de ce territoire.

« Nous considérons que nous avons le droit, comme toute autre nation, de posséder notre territoire, et nous considérons que le parti colonial espagnol a usurpé et violé nos droits, sans que sa prétention à faire de notre gouvernement rifain un protectorat ne soit fondée. […] Nous voulons nous gouverner par nous-mêmes et préserver entiers nos droits indiscutables ».

Abdelkrim 1924

Omar Lemallam, président de l'Association Mémoire du Rif, explique que le nom d'Abdelkrim n'a été donné dans le Rif qu'à une école, un lac, une avenue et un institut. Il ajoute que depuis les manifestations du Rif Hirak, fin 2016, l'aide à la mémoire du Rif a été supprimée.

« Le pouvoir, dit Lemallam, pense que quand on commence à parler d'Abdelkrim et de la résistance, on finit par parler d'autres choses. C'est-à-dire le rêve d'un Rif autonome ou indépendant. "Ce qui rend Abdelkrim si important, poursuit Lemallam, ce ne sont pas les batailles qu'il a gagnées, mais le fait qu'il a réussi à unir des tribus rivales pour tenter de construire un État moderne".

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

La figure d'Abdelkrim, qui n'a jamais été oubliée dans le Rif, a repris des forces avec les protestations du Hirak. La mèche qui a allumé les manifestations a été la mort en 2016 d'un vendeur de poisson, écrasé dans un camion poubelle alors qu'il tentait d'empêcher la police de confisquer sa marchandise.

Ces manifestations ont commencé par des chants joyeux exigeant des hôpitaux, des emplois et d'autres revendications sociales. Mais au lieu de crier « Dieu, patrie et roi », comme le proclame l'État dans des milliers de fresques murales, le peuple du Rif scande « Dieu, patrie et peuple ». Les manifestations se sont terminées par une répression jamais vue sous le règne du monarque actuel, Mohamed VI. Des centaines de jeunes Rifains ont été emprisonnés et d'autres ont fui vers l'Espagne par bateau. Les quatre figures les plus en vue du Hirak, dont le personnage le plus charismatique, Nasser Zafzafi, restent en prison, avec des peines allant jusqu'à 20 ans, accusés d'avoir porté atteinte à l'intégrité de l'État. La Cour suprême a confirmé leurs condamnations en juin.

Le seul espoir que Zafzafi et les trois militants condamnés soient libérés est que Mohamed VI leur pardonne. Certains Rifains espèrent que cette grâce royale sera accordée à l'occasion de la l’Aïd-elKebir, prévue aux alentours du 22 juillet, qui marque le centenaire d'Anoual. D'autres craignent qu'il faille plusieurs années pour qu'ils soient graciés.

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

Les frontières terrestres de Ceuta et Melilla avec le Maroc sont fermées depuis mars 2020 en raison de la pandémie. A cette crise sanitaire s'ajoutent des tensions diplomatiques entre les deux pays . La tension est née après que le Maroc a tenté d'amener le gouvernement espagnol à modifier sa position concernant le Sahara occidental et après que le ministère espagnol des Affaires étrangères a autorisé l'accueil du chef du Front Polisario, Brahim Gali, dans un hôpital de Logroño en avril. Le résultat est qu'il n'y a pas de date prévue pour l'ouverture des frontières. Malgré le fait que la population du Rif proche des villes autonomes espagnoles a manifesté à plusieurs reprises pour les ouvrir.

L'historien Vicente Moga, né en 1953 dans les mines rifaines d'Uixán, sous protectorat espagnol, et qui travaille comme directeur des Archives générales de Melilla, regrette qu'en ce centenaire l'occasion de créer une « dynamique de conciliation entre les deux peuples qui se sont affrontés il y a si longtemps ». Moga prépare l'édition intégrale en cinq volumes du Dossier Picasso , qui sera présentée à Melilla le 30 octobre. Et il annonce que le 29 juillet l'exposition Cien años de soledad. Annual 1921-2021, sera inaugurée à Melilla

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

Moga affirme que l’encadrement militaire espagnols continue de se souvenir d'Anoual comme d'un affront préférant parler de la « reconquête » ultérieure du Rif plutôt que de la « catastrophe ». « A Melilla les casernements militaires ne parlent que de panthéons de héros, alors qu'au Maroc l'histoire d'Anoual est à peine dévoilée », déplore l'historien. La photo d'Abdelkrim est encore présente dans de nombreuses maisons du Rif, à l'intérieur. Mais personne ne revendique généralement son héritage en public. Un ancien partisan des manifestations, qui demande l'anonymat, résume ce que peut être l'avis de beaucoup d'autres : « Je ne fais plus rien. Une chose est de défendre ses principes... Et une autre est de se suicider ».

Cent ans après Anoual, le Makhzen, c'est ainsi que l'on désigne souvent le palais royal au Maroc, contrôle tout mouvement sur la terre des descendants d'Abdelkrim. Arrivé à Anoual, une Mercedes noire se gare derrière la voiture des auteurs de ce reportage. Deux hommes sortent de la voiture. Ce ne sont pas des touristes et ils ne ressentent pas non plus le besoin de s'identifier, malgré le fait que l'un d'eux enregistre des journalistes avec son téléphone.

Au bout d'un moment, ils acceptent d'échanger leurs impressions. Ils commentent qu'avant la fermeture de la frontière avec Melilla, les bus venaient de cette ville le week-end pour voir cette plaine. Lorsqu'on leur demande ce que les gens vivent dans la région maintenant, ils rient. Et puis l'un d'eux s'aventure : « De l'agriculture ». Et l'autre d'ajouter : "Mais la plupart des jeunes rêvent d'aller en Espagne." Et demande en plaisantant : "Tu n'auras pas de visa pour moi ?".

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

Le traumatisme qu'Annual signifiait pour l'Espagne se reflète dans la littérature avec des œuvres telles que La forja de un rebelde , d'Arturo Barea; Imán , de Ramón J. Sender, ou, pour en citer un plus récent, El nombre de los nuestros, de Lorenzo Silva. Parmi les enquêtes historiques, certaines des plus médiatisées sont Abrazo mortal, de Sebastian Balfour, et la biographie Abd-el-Krim el Jatabi , de María Rosa de Madariaga. L'ouvrage posthume de l'historien et journaliste Jorge M. Reverte, El vuelo de los buitres (Gutenberg Galaxy), met l'accent sur la perspective des Rifains.

Le protectorat espagnol en Afrique du Nord (1912-1956) était divisé en deux zones : l'une proche de Melilla et l'autre de Ceuta. Au milieu se trouvait Al Hoceima, où régnait la tribu d'Abdelkrim. Le général Manuel Fernández Silvestre voulait la conquérir, pour exercer un contrôle total sur le protectorat. Le général était arrivé en janvier 1921 sur l'esplanade de l'Anoual sans rencontrer de résistance et croyait que la victoire était proche. Mais le premier avertissement que sa bonne étoile était sur le point de disparaître est venu le 1er juin du mont Abarrán, une position avancée, à neuf kilomètres d'Annual. Ce jour-là, les guerriers d'Abdelkrim ont tué 24 soldats espagnols. Silvestre a été informé qu'Abdelkrim réunissait plusieurs tribus rivales, mais il a ignoré l’information.

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

Le deuxième et dernier avertissement est venu du mont Igueriben, que l'on aperçoit depuis la plaine d'Anoual. Il y avait là depuis le 7 juin environ 350 soldats espagnols. La source d'eau la plus proche était à quatre kilomètres. Les forces d'Abdelkrim ont encerclé le blockhaus et l'ont attaqué le 17 juillet. Les Espagnols manquèrent bientôt d'eau. Quatre jours plus tard, 339 étaient déjà morts et les quelques survivants sont arrivés à Anoual paniqués par cet assaut.

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

De plus en plus de soldats tombèrent dans les puissantes gorges d'Izumar, poursuivis par les troupes d'Abdelkrim. On ne sait pas si le général Silvestre a été touché par balle ou s'est suicidé . La plupart des morts étaient des gens humbles, qui n'avaient pas pu se débarrasser du service militaire en payant une somme d'argent, comme l'ont fait des milliers de citoyens de la classe moyenne. Les Rifains appelaient ces soldats « les hommes au pantalon rapiécé » ou « les mangeurs de crapauds ».

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

L'Espagne était un pays en déclin qui avait ramassé les miettes coloniales laissées en Afrique du Nord par le Royaume-Uni et la France, chacun se méfiant l'un de l'autre. L'Espagne a été chargée de gérer son « protectorat » et de moderniser la zone. Et en même temps l'exploitation des mines était négociée avec les différentes tribus.

A 30 kilomètres de Melilla se trouvent les ruines des mines de fer d'Uixán, où se trouvait à l'époque une ville espagnole. Aujourd'hui, un jeune berger crie le mot « roumis » lorsqu'il voit des étrangers, le même mot amazigh qui désignait les « chrétiens » il y a un siècle. La richesse a disparu depuis longtemps.

Désormais, les héritiers des soldats rifains d'Abdelkrim à proximité de ces mines épuisées vivent de l'agriculture et des envois de fonds des émigrés venus d'Europe. « D'autres personnes sont impliquées dans le commerce de voitures importées d'Europe », explique Lemallam.

Au milieu de cette déroute sur la route de Melilla apparaît le 14e régiment de cavalerie d'Alcantara, dirigé par le lieutenant-colonel Fernando Primo de Rivera, frère du futur dictateur Miguel Primo de Rivera. Cet officier et ses 691 hommes ont couvert la retraite de plus de 3 000 soldats, sacrifice de ceux qui savent qu'ils vont mourir. Ils ont chargé à plusieurs reprises contre un ennemi plus important et presque tous ont été tués. En 2013, ce régiment a reçu collectivement la Croix Laureada de San Fernando, la plus haute décoration militaire espagnole. L'écrivain Arturo Pérez-Reverte regrette qu'aucun film n'ait été tourné à leur sujet. Mais des voix critiques soulignent que ce sacrifice «suicidaire» du régiment n'avait aucune logique et reflétait un mépris de la vie typique de l'époque

Certains intellectuels rifains familiers avec Anoual ignorent tout du régiment d'Alcantara. Et d'autres, comme Huseín Bojdadi, coordinateur du groupe Thawsna (culture, en langue amazigh) pour documenter le patrimoine oral dans le Rif oriental, estiment que les Espagnols accordent trop d'importance à cet exploit.

La forteresse de Monte Arruit est l'endroit où la catastrophe d’Anoual a été vécue le plus dramatiquement. Là, les survivants d'Annual et les soldats qui occupaient la caserne, environ 3 000 hommes, ont été encerclés du 29 juillet au 9 août, attendant que les troupes de Melilla les aident. Ce qui n'est jamais arrivé. Épuisés par le feu ennemi et la soif, la plupart des soldats se sont rendus. Mais ils ont été tués, certains décapités, une fois qu'ils ont rendu leurs armes.

Il est surprenant en arrivant à Monte Arruit qu'il n'y ait pas de montagne, mais une pente douce. Au sommet se dressait le fort. Et maintenant, à cet endroit où tant d'Espagnols ont souffert de la peur et de la soif, il y a un réservoir d'eau de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable, où flotte le drapeau rouge du Maroc. Arruit comptait 500 habitants il y a un siècle et aujourd'hui elle en compte 50 000.

La défaite d'Anoual, cent ans d'oubli

Huseín Bojdadi, un habitant de la ville, commente : « Les Espagnols disaient que les gens de la tribu Arruit, les Beni bu yahi, étaient des traîtres. Mais ils ne disent pas qu'ils n'ont pas respecté les accords avec cette tribu. Certains commandants maltraitaient les femmes. C'est une information importante qui est souvent oubliée. Et l'autre est que, lorsque les Espagnols se sont rendus, six Rifains sont entrés pour réquisitionner les armes. Et il y avait des soldats à l'intérieur qui ne voulaient pas se rendre et ont tiré sur les Rifains ».

L'historienne Rosa María de Madariaga juge normal que les habitants d'Arruit essaient de « blanchir » le comportement des membres de la tribu Beni Bu Yahi. Elle précise que ceux qui ont massacré les soldats désarmés n'appartenaient pas à la résistance rifaine sous Abdelkrim, mais à des tribus de la région orientale, dont certains, comme les Beni bu yahi, « n'étaient même pas berbérophones, mais arabophones ». Cependant, De Madariaga suppose qu'il y a un "fond de vérité" dans la version diffusée sur Arruit. « Que les officiers [espagnols] de la police indigène aient fréquemment violé des femmes kabyles est un fait incontestable. Dans un discours célèbre au Parlement en octobre 1921, le socialiste Indalecio Prieto dénonça le cas d'un capitaine qui avait violé une cinquantaine de femmes mauresques ». Concernant l'exécution des Rifains, l'historienne explique qu'elle s'est produite lorsqu'un groupe de Kabyles s'est approché du fort en agitant des drapeaux blancs, dans une intention parlementaire, et la panique a augmenté parmi les assiégés. "C'est alors que l'ordre de tirer sur ceux qui étaient déjà à leurs portes a été entendu, laissant le sol jonché d'une cinquantaine de cadavres", raconte De Madariaga. Et elle conclut que le massacre des soldats espagnols, après avoir rendu leurs armes, "serait une vengeance pour ce mitaillage des beni bu yahi, qui ont tenté de parlementer avec les Espagnols sur la reddition de la position. 

De moins en moins de trace de la présence espagnole subsiste dans le Rif. La génération de Nasser Zafzafi, 41 ans, parle à peine espagnol. Mais les personnes âgées comme son père le parlent. Cependant, sur la place centrale d'Alhucemas, l'école espagnole Melchor de Jovellanos se distingue. Là, le professeur d'histoire Miguel Ángel Rodríguez Tato s'intéresse beaucoup à l'histoire du peuple rifain. « Je suis attiré par son anarchisme. Ils sont très sauvages. Cela a été une société si pauvre qu’aucune élite n'a émergé qui pourrait vivre des ressources des autres. C'est pourquoi il n'y a ni châteaux, ni palais, ni forteresses ».

 

PIERRE DESJARDINS, photographe d'ABD EL KRIM

Mon ex-collègue, Gérard Chemit, plasticien et photographe, me signale que son grand oncle, Pierre Desjardins, fut correspondant de guerre pendant la guerre du Eif et qu'il fut le seul à être autorisé par Abd el Krim lui-même à le photographier. Il s'intallera à Fès ("studio Chambon") et son petit neveu, G. Chemit donc, ayant hérité de sa collection de photos, la présentera dans les Instituts français du Maroc et lui rendra hommage dans un livre (éditions empreintes)

 

Repost0
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 16:06
Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

L’un des aspects des plus douloureux et abominables de la rébellion franquiste fut l’utilisation, par un caudillo champion du national-catholicisme, de guerriers musulmans pour écraser par le sang et le feu d’autres espagnols. Et cela une dizaine d’années après que ces militaires africains, sous les ordres de Franco, avaient brutalement soumis, y compris par l’utilisation de l’ypérite, gaz toxique, d’autres musulmans du Rif qui résistaient au colonialisme espagnol.

Quatre kilos de sucre et un bidon d’huile

180 pesetas al mes, con dos meses de anticipo. 4 kilos de azúcar, una lata de aceite y tantos panes como hijos tuviera la familia del alistado”

Uniforme des "regulares" avec ceux de leurs officiers espagnols (à l'exception près)

Uniforme des "regulares" avec ceux de leurs officiers espagnols (à l'exception près)

Pourquoi tant de Marocains de la zone Nord, celle du protectorat espagnol, se sont rangés derrière les militaires rebelles antirépublicains ? En partie enrôlés de force mais surtout poussés par la faim. Après des années de sécheresse, donc de maigres récoltes, beaucoup furent tentés par les deux mois de solde payés d’avance plus quatre kilos de sucre et un bidon d’huile et du pain en fonction du nombre d’enfants.

Pour que la droite nationaliste puisse admettre l’aide de Mores qui, depuis des siècles, étaient présentés comme l’ennemi par excellence de l’Espagne centralisée, unitaire et catholique, Franco argua que les chrétiens franquistes et les musulmans rifains partageaient la croyance en un Dieu face aux athées républicains, communistes et anarchistes.

8000 d’entre eux ont traversé le détroit de Gibraltar dans des avions et bateaux allemands. De même qu’au Maroc la pratique du vol, voire de la razzia, était tolérée, quand elle n’était pas encouragée, pour compenser la maigre solde et maintenir le moral des troupes, les officiers franquistes ont non seulement permis mais encouragé la même pratique en Espagne. Les villes et villages tenus par les rouges furent mis à feu et à sang avec destructions, viol et massacre de la population civile.

Après avoir dévasté l’Andalousie, Badajoz, où il fit exécuter 4000 prisonniers républicains, et une partie de la Castille, Yagüe était partisan de continuer sur Madrid, avec pour objectif d’éviter de permettre au gouvernement de la République d’organiser et renforcer la défense de la capitale. Mais Franco prit une décision qui changea le cours de la guerre. Il abandonna la marche sur Madrid, pour aller à Tolède secourir les rebelles du colonel Moscardo assiégés dans l’Alcazar. Franco remplaça Yagüe, opposé à cette opération, par son compagnon des campagnes du Rif, le général Enrique Varela. Le 21 septembre 1936, suivant les ordres de Franco, les troupes se dirigent sur Tolède.

Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

La libération de l’Alcazar fut l’exploit qui consacra Franco comme chef de l’état national et la phrase « Tout est tranquille dans l’Alcazar !» fit du dictateur le Généralissime.

Une fois l’Alcazar libéré, il fallait purger la cité de tous les rouges. Tels des chiens assoiffés de sang, les tabors de « regulares » marocains, sous les ordres de leur colonel Mohamed Mezziane, furent lâchés. Sans aucun contrôle, ils se sont livrés à des actes de vandalisme et de barbarie qui ont ému et scandalisé le monde entier. Pas de prisonniers, des assassinats dans tous les coins ! Des ruisseaux de sang dévalaient la rue principale jusqu’aux portes de la ville. Des cadavres mutilés et castrés jonchaient les pavés de Tolède l’Impériale.  

L’hôpital San Juan où se trouvaient 200 blessés républicains ne fut pas épargné. Ils furent achevés à la grenade et à la baïonnette. Un médecin et une infirmière furent aussi massacrés.

Vingt femmes enceintes furent extirpées de la maternité et conduites au cimetière pour être exécutées. Des atrocités de ce type dont l’acharnement et la cruauté dépassent les limites du supportable pourraient être citées par douzaines.

Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

À Tolède, comme dans les régions où les troupes de Mezziane étaient déjà passées, elles avaient démontré tout leur savoir-faire : fusillade de masse, mutilation des cadavres avec les parties génitales enfilées sur les baïonnettes en symbole de victoire, viols des femmes jusqu’à ce que mort s’en suive  et pillage des maisons avec des souks improvisés pour écouler le fruit de ces rapines !

Le viol comme arme de guerre

Phalangistes et soldats rebelles ont usé et abusé de la violence sexuelle, viols qui se terminaient par le meurtre. Les viols systématiques par les troupes africaines faisaient partie d’un plan délibéré pour semer la terreur. Pendant deux heures, les troupes avaient quartier libre dans les villes ou villages conquis et les femmes faisaient partie du butin.

Dans un article paru dans Foreign Affairs, en octobre 1942, l’américain Whitaker apporte des témoignages poignants sur les atrocités commises par Mezziane contre la population civile pendant la guerre de 1936. Par exemple, près de Navalcarneo, dans l’Estrémadure : « On lui amena deux filles qui ne semblaient pas avoir 20 ans... Sur l’une d’entre elles avait été trouvé un carnet syndical ; quant à l’autre, elle affirma n’avoir pas de convictions politiques. Meziane les fit emmener dans ce qui avait été l’école du village et où se reposaient une quarantaine de Marocains. On entendit alors les cris de la troupe. J’ai assisté horrifié. Alors que je protestais, Meziane me lança dans un sourire qu’elles ne vivraient pas plus de quatre heures ».

Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

La férocité des Mores de Franco avait pour but d’effrayer les républicains. Ces mercenaires avaient la bénédiction de leurs très catholiques officiers espagnols pour piller, violer et mutiler les populations conquises. Franco a cyniquement utilisé les troupes marocaines, non seulement comme chair à canon, mais aussi comme arme psychologique de terreur contre le peuple espagnol. D’ailleurs, ces mêmes méthodes de pillage, de destruction, de viols et de mutilation (oreilles et testicules coupés, décapitation…) avaient été employées par l’armée espagnole elle-même dans la guerre contre les Rifains !

Mais qui était ce Mohamed Mezziane*, l’unique capitaine général more d’Espagne, responsable direct de tant d’atrocités ?

Mohamed Mezziane avec son père à l'école militaire de Tolède.

Mohamed Mezziane avec son père à l'école militaire de Tolède.

Un coup du destin explique, apparemment, l’exceptionnelle carrière militaire de Mezziane. En 1910, alors qu’il avait juste 13 ans, il monta sur l’estrade et résolut un problème sous le regard attentif d’Alphonse XIII, qui visitait son collège indigène à Melilla. Le monarque lui demanda ce qu’il voulait faire plus tard, il répondit « Capitaine » ! Trois ans après, le roi parraina son admission à l’Académie militaire d’infanterie de Tolède, dont le règlement fut modifié pour pouvoir admettre un musulman.

Le 17 juillet 1936, qui fut réellement le premier jour du soulèvement militaire, Mezziane saisit l’opportunité de remercier son pays d’accueil de ce qu’il avait fait pour lui. A la tête du 2e tabor de « Regulares », il rejoint les rebelles, et attaque la base d’hydravions, défendue par une poignée d’officiers, sous-officiers et soldats fidèles à la République, sous le commandement du capitaine Virgilio Leret. Ils furent les premières victimes de la guerre civile.

Mohamed Mezziane, le Général More de Franco

Peu après, dans la péninsule du coup, a commencé la cruelle carrière de Mezziane aux côtés de son « compagnon d’armes Franco ». Il joua un rôle non seulement dans la "libération" de l’Alcazar, mais aussi dans la marche sur Madrid et dans les batailles de Teruel et de l’Ebre.

En remerciement de ses services - meurtres et pillages, viols et mutilations, et autres exploits semblables -  Franco lui décernera le grade le plus élevé de l'armée, capitaine général, avant de le nommer commandant général de Ceuta, capitaine général de Galice puis capitaine général des Canaries et de le couvrir d’une batterie de médailles digne d’un Maréchal soviétique !

L'unique Maréchal de l'armée marocaine

Mais en 1956, au lendemain de l’indépendance, le roi Mohamed V lui demande de participer à l’organisation de ce qui deviendra, plus tard, les « Forces armée royales » (FAR) marocaines, aux côtés du prince héritier Moulay Hassan et du général Mohamed Oufkir. Ils en élimineront les membres de l’ALN (Armée de libération nationale). Et cette armée naissante écrasera la révolte des rifains. Si le rôle de Hassan II et de Mohamed Oufkir dans ce massacre est aujourd’hui reconnu, celui de Mezziane est moins mis en relief.

En 1964, il fut nommé ministre de la Défense. En 1966, en un geste de bonne volonté en direction de l’Espagne, aux dires d’Hassan II, il fut nommé ambassadeur du Maroc à Madrid. En 1970, Hassan II lui octroie le titre de Maréchal, la plus haute distinction militaire, le seul Maréchal qu’ait connu l’armée marocaine.

Il meurt à Madrid en 1975, la même année que Franco.

 

 

* Mezziane, en arabe dialectal veut dire "bien" (s'agissant de ce personnage on dirait plutôt "machi mezziane" "pas bien du tout"). Mohamed Mezziane est un raccourci de son nom complet  Mohamed Belkacem Zahraoui Meziane ; il est le fils d'un notable rifain pro-espagnol  Mohammed Ameziane ; en Espagne il est aussi appelé ben Mizzian ou El Mizzian. Dans l'article de Sol López-Barrajón, il est nommé Mezzian, que j'ai légèrement 'francisé' en ajoutant un 'e'. Mais Meziane, Ameziane, Mezzian(e), Mizzian, c'est kif-kif.

Pour replacer l'action de Mezziane et des "Regulares" Mores dans le contexte global des massacres systématiques le dernier livre de Preston :

 

 

Une guerre d'extermination

Espagne 1936-1945

Spanish holocaust

the inquisition and extermination in twentieth century spain

Paul Preston

Editeur : Belin

 

La guerre civile espagnole fut une guerre d'extermination et de violence de masse. Paul Preston, spécialiste de cette guerre, se penche de façon pointilleuse, précise et très documentée sur les logiques d'extermination à l'oeuvre et la mort d'environ 200 000 civils victimes de meurtres ou de procès expéditifs après le coup d'État franquiste des 17 et 18 juillet 1936. À partir d'exemples concrets, il montre comment les troupes de Franco ont finalement tué environ trois fois plus de civils que les républicains, fondant leur action sur un corpus théorique élaboré et une politique de meurtre systématique touchant les hommes, les femmes et n'épargnant pas les enfants. Au-delà de la vision statistique, sans doute à jamais incomplète, Paul Preston s'attache à faire vivre l'histoire d'individus des deux camps, qu'ils soient victimes ou criminels, quel que soit leur âge ou leur sexe. Tout en éclairant le contexte politique et stratégique de la guerre, il décrit, en suivant une large trame chronologique, les effets sociaux, démographiques, psychologiques des affrontements entre rebelles et républicains.

Espagne, 1936, une guerre d'extermination (The Spanish Holocaust) vient combler un manque important de l'historiographie de l'Espagne au XXe siècle, longtemps confrontée aux difficultés de reconstruction d'une Espagne démocratique.

Institut Cervantes Paris

Voir aussi Le Monde des livres

 

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.