Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 13:56

Les affaires sexuelles qui agitent l’opinion et l’église catholique ne doivent pas masquer des scandales encore plus graves et qui ne mettent pas en cause des individus défaillants – même couverts par leur hiérarchie - mais l’institution elle-même. « L’église était le franquisme » dit un historien qui raconte l’enlèvement de milliers d’enfants sous Franco. Tout un système de maltraitances d’enfants – amérindiens arrachés à leur famille au Canada, orphelins ou enfants de « filles-mères » (à qui on les avait arrachés) en Irlande et ailleurs – mis en place par une église arrogante et inhumaine.

 

 

brillantinedrrojaPetite anecdote pour commencer : ça se passe à Saint-Jo, l’école privée de mon bled, nous sommes en 9e (car les « chers frères » ne parlent pas de CP, CE ou CM), J.-C., fils d’un entrepreneur local (qui crache généreusement au bassinet de l’église), arrive avec ses cheveux blonds luisant de brillantine ; le Frère Hubert, fou de rage, fonce vers la cuisine, revient avec une bassine d’eau froide et un bloc de savon et, vitupérant, shampouine sauvagement le malheureux, avant de le traîner de classe en classe, vociférant, pour achever son humiliation ! Ce psychopathe pouvait, en toute impunité, terroriser toute sa classe.

Nous étions dans les années 50, en Anjou.

 

 

 

 

 

 

 

 

Rien à voir avec « Les enfants volés du franquisme ».

O-F 13-04-10 franquisme

Ouest-France 13 avril 2010

 

 

espagnoleL’historien Ricard Vinyes chiffre à 21 000, rien que pour 1942 et 1943, les enfants enlevés de force à des mères républicaines par le régime franquiste avec la complicité active de l’église catholique.

 

Un document d'une institution religieuse, cité par Baltazar Garzon, chiffre à 30.960 au cours de la décennie 1944-1954 le nombre d'enfants de prisonnières politiques placés sous tutelle de l'Etat. Selon ce magistrat, c'est "un nombre indéterminé" d'enfants qui, de manière "systématique, préconçue et avec une volonté véritablement criminelle", auraient été soustraits à des familles "qui ne s'ajustaient pas au nouveau régime [franquiste]". Des milliers de femmes républicaines venues accoucher dans les hôpitaux ressortent sans bébés. ("La madre biológica entraba por un lado y la adoptiva salía con un bebé por otro").  Tous, sont déclarés morts nés. En fait, l'enfant, bien vivant, est placé sous la tutelle d'une famille proche du régime franquiste, pour être rééduqué. Ce sont les religieuses qui sont chargées de voler les enfants, elles utilisaient leur influence et l'autorité de l'Eglise pour faire taire les plaintes des mères. C'étaient elles aussi qui venaient annoncer « votre enfant est mort ».

 
Garzon relate cet épisode du début des années 40 basé sur le témoignage de espagne milicienne guerre civile espagnoleFélix Espejo, ancien mineur des Asturies: "Un jour, les mères [prisonnières] sortirent avec leurs enfants dans la cour [de la prison de Saturraran]. Les religieuses leur dirent que les enfants devaient rester à l'intérieur pour une révision médicale. Il y en avait une centaine. Lorsque les mères rentrèrent, ils n'étaient plus là. Concepcion [une prisonnière], qui n'avait pas d'enfant, fut impressionnée par les scènes de douleur et par les cris des mères qui réclamaient leurs petits. Ils les menacèrent en leur disant de se taire si elles voulaient rester en vie. Une femme d'Oviedo libérée peu après vit sa fille dans une maison de militaires, à Valence, mais on ne sait pas si elle a pu la récupérer ou non".

 

EspagneCette politique d'enlèvements, pour rechristianiser les enfants de mères rouges, s’est ensuite, avec toujours la complicité des « bonnes sœurs » et de leur hiérarchie, transformée en véritable trafic d’enfants.  «Ce qui commence comme une sorte de vengeance politique et de mise au pas de la société se transforme au fil des années en un vrai «commerce» qui aurait perduré y compris jusqu’au début des années 80», explique Hector Rojo (revue Diagonal). Ainsi Isabel, mineure et enceinte, dans la très catholique Espagne de 1974, a dû obéir à ses parents : accouchement discret et un bébé qui disparaît, confié par les religieuses, sous une fausse identité, à une famille bien sous tous rapports. (http://www.tdg.ch/actu/monde/enquete-vols-enfants-espagne-franquiste-2009-10-14).

 

Cette église franquiste, loin de tout repentir, continue d’afficher son cléricalisme avec la même morgue, pour tenter de bloquer les lois qui lui déplaisent. Le soutien du Vatican ne lui a jamais fait défaut. La radio contrôlée par la Conférence épiscopale espagnole prend très systématiquement position contre le gouvernement de Zapatero, défend, sur un ton souvent très violent, des positions proches du PP. (http://www.regards.fr/article/print/?id=3157).

 

J’ai déjà évoqué le sort fait à 150 000 enfants amérindiens, enlevés à leur famille et confiés à des pensionnats majoritairement dirigés par l’église catholique. En Irlande si 2000 enfants et adolescents furent victimes d’agressions sexuelles, au moins 35 000 furent placés dans les institutions catholiques où beaucoup subirent de mauvais traitements.

 

 

santiermIl arrive cependant, parfois, rarement, que, pour un comportement moins criminel que celui d’enlèvements systématiques d’enfants, un prélat fasse entendre la voix du repentir : "Dans le passé, en Vendée, l'Eglise était trop présente, occupait l'espace social et laissait peu de place à des manières de penser et de vivre la vie humaine et la foi d'une manière différente. Des hommes et des femmes ont souffert de cette emprise de l'Eglise sur leur vie personnelle et sociale. Je pense aussi aux personnes séparées, divorcées, divorcées remariées, à d'autres qui vivent une orientation sexuelle qu'ils n'ont pas choisie". M. Michel Santier, ancien évêque de Luçon, pourrait servir d’exemple à la grande majorité de ses collègues du monde entier. Mais l’acte de contrition n’est pas une pratique courante par l’église catholique.

 

24/XII/2010

Le Monde daté du 24/XII titre en page 3 "Les enfants volés d'Espagne"

Les associations de victimes estiment à 300 000 adoptions irrégulières et vols d'enfants entre 1940 et 1990 (donc le trafic a continué après la fin du franquisme). L'article raconte qu'une femme, sur les conseils du curé de la paroisse, a simulé la grossesse, avant d'"adopter" un enfant.

"Le vol de bébés a surgi en Espagne avec le franquisme mais, par la suite, il semble qu'il se soit transformé en un pur commerce, extrêmement lucratif, qui se serait nourri de la vulnérabilité de certaines catégories de personnes : mères célibataires ou mineurs, couples analphabètes [...] Ce qui a commencé comme un crime idéologique s'est transformé en une véritable mafia"  Enrique Vila cité par Le Monde.

 

En complément :

Espagne ou les mémoires interdites

Espagne: reportage sur les enfants volés du franquisme, l'un des derniers grands tabous d'Espagne

 

Un documental que muestra la crueldad del franquismo a la hora de reprimir principalmente a los niños de republicanos que lucharon para defender la democracia, todo ello se hizo desde el principio con la convivencia de la iglesia católica que, era parte fundamental de aquel sufrimiento que el régimen dio todo lo que fuera, republicano, ateo, sindicalista, comunista, anarquista y un largo etc... En conclusión, todo lo que no fuera el Nacional-Catolicismo era despojado de su humanidad para luego ser aniquilados.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kristine 15/08/2011 15:18


j'ai assisté moi aussi au même genre de scène à l'ecole communale. L'instit a laver devant nous un camarade dont les parents ouvrier ne possédaient pas de sdb, et peu soucieux de l'hygiène
corporelle, cela se passait dans les années 65/70. humiliation en publicJ'en garde un souvenir terrible, de honte et pour lui et pour nous qui assistions sans pouvoir rien faire, a cette


J.-F. Launay 17/08/2011 21:43



J'ai effacé, par fausse manoeuvre, un comentaire où vous méttiez en doute le chiffre de 300 000 enfants victimes de  ces "vols", les réduisant à 30 000/ Le chiffre de 300 000 est clairement
référencé (Le Monde)



Olivier 20/08/2010 19:44


Trois remarques :

Quand le juge Garzon parle de 30.960 enfants, il ne parle pas uniquement d'enfants de prisonnières. Il parle d'enfants dont les parents peuvent être soit en prison soit décédés (et ils sont
nombreux : la Guerre civile a du faire un paquet d'orphelins !). Il était normal que l'Etat - en l'occurrence le régime franquiste - les prennent en charge.
Un peu la DASS de l'époque, en gros. Et effectivement, la DASS de l'époque, en Espagne, ce sont les institutions religieuses.
(Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas : je ne dis pas que les enlèvements n'ont pas eu lieu, je dis que le chiffre de 30.000 englobe tout, y compris des cas 'normaux'.)

Autre remarque, je suis surpris - voire je ne crois pas - qu'un tel système ait pu fonctionner jusqu'aux années 80 en Espagne: Gonzales est là dès 82 et le régime franquiste a cessé depuis 75 ! (Et
d'ailleurs, dès le début des années 70 la société espagnole a fait son lit - discrètement mais efficacement - du franquisme.)

Quant à l'exemple que vous donnez de 1974, en gros c'est un accouchement sous X. Ca à plus à voir avec la défense de la réputation de la jeune fille (ou devrais-je dire : de ses parents) qu'avec
une pratique honteuse d'une dictature. Et l'abandon d'enfants à la naissance, ça n'existe pas que sous les dictatures (aujourd'hui le 'cas' honteux d'une ado enceinte, on s'en débarrasse en tuant
l'enfant in utero, c'est plus discret.)

Enfin, pour 'ouvrir' le débat, posons nous cette question. En 36, en Espagne, il n'est pas possible de ne pas choisir son camp : on est 'franquiste' ou 'républicain'. Et en 36, les 'Républicains'
sont rouges, très rouges et anti-cléricaux, très anti-cléricaux. Alors : l'église espagnol, au moment de la guerre civile, pouvait elle être autre chose que franquiste ?


J.-F. Launay 20/08/2010 22:21



 "L’historien Ricard Vinyes chiffre à 21 000, rien que pour 1942 et 1943,
les enfants enlevés de force à des mères républicaines par le régime franquiste avec la complicité active de l’église catholique." En deux ans ! Le chiffre cité par B. Garzon estcelui d'une
institution religieuse. Et, si l'on suit votre raisonnement, les militaires argentins qui, après avoir liquidé les parents (horribles gauchistes), "adoptaient" les enfants, ne faisaient
qu'adopter des orphelins. Orphelins qui avaient des grands-parents, des oncles et tantes...


L'église franquiste continue de sévir en 2010. Qu'elle ait continué de le faire jusque
dans les années 80 n'étonnera que vous.


L'accouchement sous X doit relever du libre arbitre de l'intéressée. Quant à la
parenthèse finale, elle démontre votre idéologie intégriste.


Vous démontrez qu'une certaine forme de négationnisme (celle des crimes franquistes en
l'occurrence) est un penchant constant de l'extrême droite.


 






Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.