Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 17:14
MANUAL DEL SILENCIO

"Aucune institution n'a protégé autant de criminels depuis autant d'années que l'Église catholique"

Miguel Hurtado, victime d'abus sexuels par un moine, dénonce dans 'El manual del silencio' les pratiques de prédateurs sexuels que l'Église cache.

Miguel Hurtado n'aurait jamais imaginé que sa vie changerait le jour où il a décidé de rejoindre un groupe de scouts à l'abbaye de Montserrat, l'un des lieux les plus sacrés et emblématiques de Catalogne.

Ce qui a commencé comme une évasion pour un garçon de 16 ans, plongé dans un océan de doutes, au milieu d'une crise personnelle et familiale, finira par l'entraîner dans un trou beaucoup, beaucoup plus profond et plus sombre. Le moine Andreu Soler après avoir gagné la confiance de Miguel , a commencé à l'abuser sexuellement. Le jeune homme, paralysé par la peur, n'a pas pu réagir. Au bout d'un moment, Miguel en a eu marre de se taire, mais personne n'a voulu le soutenir. Ni ses parents n'ont voulu signaler l’agression, ni l'Abbaye n'a vu de raisons de traduire le prédateur en justice. 

Abbaye de MONTSERRAT

Abbaye de MONTSERRAT

Plus de vingt ans plus tard, Miguel Hurtado publie El manual del silencio. L'histoire de la pédophilie dans l'Église que personne n'a voulu entendre  (Planète).  

La hiérarchie catholique est-elle l'une des organisations criminelles les plus opaques et les plus puissantes de la planète, comme vous le dites dans le livre ?

 

Il est important de regarder les faits. Quelle autre organisation a couvert des crimes pendant des décennies dans des dizaines de pays sur les cinq continents ? L'église catholique. Aucune institution n'a protégé autant de criminels dans autant de pays pendant autant d'années. Et malgré cela, ce n'est qu'au cours des dernières années que nous avons appris que cela se produisait. pourquoi? Parce que tous les cas ont été traités de façon très opaque et dans le plus grand secret.    

Un pédophile est jugé et va en prison, mais un prêtre pédophile est transféré dans une autre paroisse et en pénitence doit réciter 20 Notre père et 50 Je vous salue Marie.

MANUAL DEL SILENCIO

D'après ce que vous expliquez dans Le Manuel du silence , au sein de l'Église, ils ont leur propre modus operandi et ne sont pas non plus régis par les règles qui s'appliquent au reste de la population. 

 

Fondamentalement, ce que le Vatican a fait au cours des cent dernières années, c'est de dire : « Il y a des règles pour les autres citoyens, basées sur la Constitution ; mais pour le clergé, nous voulons un traitement privilégié. » Un pédophile, dans la famille, à l'école, dans le sport, est jugé et va en prison, mais un prêtre pédophile est transféré dans une autre paroisse et en pénitence doit réciter 20 Notre père et 50 Je vous salue Marie.

Ils ont obtenu un traitement de faveur, mais comme ils ne peuvent pas le dire ouvertement, ils l'ont fait de manière opaque et secrète, établissant le secret pontifical, c'est-à-dire : « Quand on apprendra qu'on a un pédophile, on va se débrouiller en interne, avec quelques procédures canoniques classées top secret. Et si un évêque veut aller à la police, faites-lui savoir qu'il va être excommunié et viré de son poste. »

[…]

A ce jour, la Conférence épiscopale espagnole n'inclut pas dans son protocole d'action la dénonciation automatique des cas de pédophilie à la justice. Ils disent que les évêques n'ont pas à dénoncer la maltraitance des enfants à la police.

En lisant le livre, il semble que pour signaler l’agression que vous avez subie, vous devez surmonter une série d'obstacles énormes, à commencer par votre propre famille.

Les barrières psychologiques et les barrières culturelles sont très, très, très puissantes. Par exemple, ma mère est issue des baby-boomers [en Espagne : les années franquistes]; culturellement, ce qu'on lui avait appris, c'était de ne pas affronter les puissants, car « si vous dénoncez, vous n'obtiendrez rien et ils vous écraseront ». Pour survivre, le mieux est d'essayer d'oublier ce qui s'est passé et d'aller de l'avant, pensa-t-elle. Moi, par contre, je suis le fils de la démocratie, je suis né en l'an 82. Donc choc des cultures entre le catholicisme national de ma mère — le secret, l'opacité, la soumission à les puissants — contre ma mentalité de « nous sommes tous égaux devant la loi, les criminels ne peuvent pas être protégés, les crimes ne peuvent pas être réduits au silence ». Ce choc reflète les mentalités de deux époques.

La hiérarchie catholique a dit aux parents qu'au nom de Dieu, ils devaient trahir leurs enfants.

MANUAL DEL SILENCIO

Il y a un an, vous avez déposé une pétition avec d'autres victimes. Y a-t-il eu des progrès cette année ?

 

Cela fait des années que nous réclamons la réforme du délai de prescription. Nous avons collecté un demi-million de signatures. Nous les avons présentés au Congrès et le gouvernement n'a eu d'autre choix que d'inclure une réforme du délai de prescription. 

 

[Un désaccord existe sur l’âge de départ du délai de prescription, le projet de loi prévoyant la 30e année, or, d’après l’auteur l’âge moyen de ceux qui dénoncent les abus dont ils ont été victimes serait de 44 ans]

Toi, par contre, tu as dénoncé avant d'avoir 40 ans. Et, même ainsi, le crime avait déjà été prescrit. 

(…). La première fois que je me suis plaint à Montserrat, c'était en 1999 et j'ai déposé une plainte en 2019. 

Les abus ont eu lieu en 1998...

Cet homme était un prédateur sexuel qui a abusé d'au moins 12 mineurs pendant au moins 30 ans, et ce n’est pas moi qui le dis, c’est l'Abbaye de Montserrat qui le dit. Il y a déjà eu des victimes dans les années 70, il y a eu des victimes qui ont porté plainte à l’abbaye à cette époque, et Montserrat n'a rien fait. J'ai été la dernière victime à porter plainte en 1999, et j'ai porté plainte jusqu'à quatre fois au cours des 20 années suivantes, auprès de deux abbés différents. Eh bien, non seulement ils n’ont pas dénoncé le prédateur à la justice, mais ils n'ont même pas ouvert de procédure disciplinaire catholique pour l’expulser de la vie religieuse, ils n'ont pas essayé de trouver d'autres victimes, ils n'ont pas informé le Vatican. 

Ils n'ont réagi que lorsque plusieurs militants ont brandi une banderole le jour de la messe à Montserrat et invité les médias. Si le premier cas de pédophilie à Montserrat remonte à la fin des années 60 et que ma plainte date de 2019, on parle de 50 ans de dissimulation.

D'après ce que vous commentez, l'abbaye elle-même a reconnu qu'il était un prédateur sexuel, mais n'a pas remis en question sa propre dissimulation en tant qu'institution.

Pour cela ils n'ont pas de réponse ?

Non. Ils ont mis en place une Commission dont les membres étaient triés sur le volet par l'abbé. La Commission n'a pas d'indépendance, il y a un conflit d'intérêts. Et, d'après ce que nous avons vu dans d'autres pays, ces commissions ne sont d'aucune utilité. Ce qu'ils font, c'est reconnaître l'abus, mais ils n'enquêtent jamais sur la dissimulation. La seule chose qu'ils ont faite à Montserrat a été de demander pardon. Mais ils n'ont pas établi de mécanismes pour indemniser les victimes. Et ce n'est pas dû à un problème économique, car ils ont des actifs importants et ils reçoivent chaque année deux millions d'euros de la Generalitat de Catalunya. S'ils le voulaient, ils pouvaient se le permettre. Pourquoi ne le font-ils pas ? Car s'ils créent un système d'indemnisation financière, des abus cachés feront surface, et peut-être qu'au lieu d'avoir à indemniser douze victimes, ils devront en indemniser cinquante, voire cent.

Comment est-il possible qu'ils aient eu un prédateur sexuel dans leurs rangs pendant 40 ans et qu'ils ne l'aient pas découvert ?

Andreu Soler

Andreu Soler

[…], Un an avant la mort, d’Andreu Soler [son agresseur] l'abbaye de Montserrat avait publié  un mémoire dans lequel le pédophile se vantait du grand travail qu'il avait fait en quarante ans d'éducation des enfants, et la préface avait été écrite par Jordi Pujol

Pour aggraver les choses, dans le livre il y avait des photos, et j’étais sur l'une d'entre elles, à l'époque où j'ai été agressé. En m’y voyant avec d'autres enfants, j'ai pensé combien d'enfants sur ces photos ont été victimes de ce prédateur ? 

[…] En raison du secret, nous ne savons pas combien de pédophiles il y a en Espagne, qui ils sont, où ils sont et ce qu'ils ont fait. Il n'y a pas de registre public des prêtres pédophiles en Espagne, nous ne pouvons donc pas connaître l'ampleur du problème. Combien y a-t-il de « germà Andreu » [père Andreu] ? Si je n'avais pas combattu pendant 20 ans, si je n'avais pas dénoncé en 2019, la société catalane et la société espagnole n'auraient jamais découvert que la pédophilie était pratiquée à Montserrat.

Y avait-il un profil particulier des victimes ?

Au début, je pensais que mon cas était représentatif. Il m'a pris au mauvais moment, dans une situation de vulnérabilité due à une série de problèmes personnels et familiaux, et il a gagné ma confiance, il s'est progressivement approché de moi, et ce n'est que lorsqu'il y a eu un lien d'affection que les abus ont commencé. Mais ensuite, lorsque l'affaire a été révélée et que d'autres victimes ont émergé, on a vu qu'il qu’il avait abusé de mineurs très vulnérables, comme cette victime qui avait eu un cancer des os, avait été amputée d'une jambe et avait fait une tentative de suicide. Les parents l'avaient emmené à Montserrat pensant qu'il y trouverait consolation et soutien spirituel et le germà Andreu en a profité pour en abuser. Il y avait ce profil de victime très vulnérable, mais il y avait aussi des mineurs dont il a abusé le premier jour où il les a rencontrés.

Pensez-vous que les choses ont changé quelque chose dans l'Église avec le Pape François ?

Non. Le pape François a mené une campagne de marketing et de relations publiques. Un an après qu'il est devenu pape, les Nations Unies ont mené une enquête sur la façon dont l'Église avait traité les cas de pédophilie et son rapport a été dévastateur. Il y est fait des recommandations précises : signaler les cas à la Police, remettre les dossiers canoniques, mettre fin à l’activité des agresseurs et des complices, indemniser les victimes... Des choses très basiques. Le pape François a non seulement refusé d'accepter le rapport, mais il a également refusé de mettre en œuvre les recommandations. Le pape François et le Vatican ont refusé de rendre des comptes à l'ONU et ont refusé de présenter un rapport de suivi, comme le font tous les États confrontés à une telle situation.

En 2019, au lieu de comparaître devant les Nations Unies, ils ont dû tenir un sommet anti-pédophilie à la va-vite car des scandales éclatent un peu partout dans le monde : en Australie ils jugeaient le cardinal Pell comme pédophile, en France ils jugeaient le cardinal Barbarin en guise de camouflage, au Chili, il y a eu le cas de l'évêque Barros, qui avait protégé l'un des plus grands pédophiles du pays... La merde accumulée au fil des décennies couvait sur les quatre continents. S'ils avaient bien fait les choses lorsque les Nations Unies les ont réveillés en 2014, ils n'auraient pas eu à faire face à cette crise. Et ils savent ce qu'ils ont à faire, mais ils ne le veulent pas, car cela signifierait perdre le pouvoir.

[...]

À ce jour, pouvez-vous dire que vous avez surmonté le traumatisme ?

Je pense que la blessure est cicatrisée ; la cicatrice est là et ça fait moins mal. Après avoir écrit le livre, je suis plus en paix avec le passé et plus concentré sur mon présent et mon avenir. Mais (…) même si tu vas bien, [tu te dis] que pendant la jeunesse, dans les plus belles années de ta vie, quand tes amis faisaient Erasmus, faisaient des randonnées ou faisaient la fête, tu étais traumatisé à la maison, amer, triste, angoissé. Personne ne te le rendra et vous devez pleurer la partie de votre vie qui vous a été volée.

MANUAL DEL SILENCIO
Repost0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 21:48

derspiegelbis

"Les hypocrites" titre Der Spiegel.

Il consacrait un dossier à une église catholique secouée, dans un nouveau pays, par la révélation d’une série d’abus sexuels. Une centaine de prêtres seraient impliqués. Le mur du silence se fissure après des années de mutisme imposé !

Tout commence au prestigieux collège de jésuites, Canisius, Berlin, où dès 1981, une lettre collective d’élèves avait dénoncé le comportement d’un des coupables, le père Peter R. Un élève victime d'abus sexuel voulut se venger du père Peter R, et tenta de l'assassiner avec un couteau en 1986. Le jésuite fut blessé, l'élève placé dans un établissement psy où il se suicida. Mais, pour ne pas démentir sans doute l’image d’hypocrisie qui s’attache aux jésuites, l’ordre a opposé un mur du silence à ces révélations. Les coupables furent mutés dans d’autres institutions où ils purent continuer de sévir.

Ce n’est donc qu’en 2009, que ces agressions sexuelles furent reconnues.  Le directeur du collège Canisius se fendit d’une lettre aux anciens élèves où il admit ces agressions, pendant des années, dans l’établissement. Mais outre les trois jésuites concernés, Der Spiegel affirme que, depuis 1995, donc après ces faits qui remontent aux années 70 et 80, au moins 94 religieux et laïcs ont été soupçonnés d'abus sexuels.

Tous protégés par la loi du silence, une loi qu’aurait édictée le quasi Saint pape, le bon Jean XXIII. Il aurait, bien sûr dans un document secret, donné l’ordre en 1962, de considérer ces affaires comme un secret du Saint-Office, inviolable sous peine d’excommunication ! Ordre ou pas, tout s’est bien passé comme cela.

 

 

La fille cachée du père Maciel

Maciel

Tout récemment encore, le quasi saint Jean-Paul II fit preuve de la plus grande indulgence envers un plagiaire d’Ignace de Loyola, Marcial Maciel*, prêtre mexicain, fondateur des Légionnaires du Christ ! Implantée dans 22 pays, cette institution compterait 70 000 membres, 800 prêtres et 2500 séminaristes. Or, l’ordre a dû admettre que son bien aimé fondateur avait … une fille. Il prétendait, dit-on, qu’il était atteint d’un mal qui l’obligeait à pratiquer l’acte sexuel et qu’il avait une dispense du Vatican. Comme le père Maciel, confondant les dons faits à son ordre avec ses biens propres, a une fortune colossale, des tractations financières ont lieu pour éviter que sa fille ne porte l’affaire devant un tribunal pour récupérer l’héritage ! Accusé de pédophilie en 1995, pour des faits remontant aux années 50-60, ce n’est qu’en 2006 qu’il sera invité à prendre sa retraite et à mener "une vie discrète de paix et de pénitence". Il est mort à l’âge de 87 ans. (voir l'article du Canard Enchaîné)

Cas individuel ? Certes, mais Jean-Paul II qui n’a pu ignorer ces faits gardait sa confiance en ce personnage qui servait sa lutte contre les tenants d’une théologie de la libération en Amérique latine !

 

 

D’une tout autre ampleur furent les scandales aux Etats-Unis, au Canada et en Irlande !

soutane Aux Etats-Unis, rien que dans le diocèse de Los Angeles l’église a du débourser 660 millions de dollars en dommages et intérêts à 508 personnes ayant été victimes d'agressions sexuelles. L'Église aurait déjà déboursé plus de 2 milliards de dollars suite à diverses affaires pédophiles. En 2004, une étude estimait à 4 400 le nombre de prêtres pédophiles aux États-Unis entre 1950 et 2002 et, à 11 000 celui des enfants victimes. La hiérarchie se contentait le plus souvent de déplacer les prêtres soupçonnés, ne faisant que déplacer le problème. Ces scandales ont été exploités par les concurrents sur le marché religieux, alors que les autres églises ne sont pas, loin s’en faut, exemptes de tout soupçon.

Au Canada, ces affaires frappèrent principalement les populations amérindiennes. Les parents autochtones étaient tenus d'envoyer leurs enfants dans des pensionnats (tenus majoritairement par l’église catholique, mais aussi par les églises presbytérienne et anglicane) sous peine d'emprisonnement. Dans certaines écoles, les mauvaises conditions et la surpopulation ont causé des décès par tuberculose allant jusqu'à 69% des élèves. Ceux qui survivaient subissaient une assimilation forcée (comme les enfants d’aborigènes en Australie), véritable génocide culturel, et étaient victimes de maltraitances et d’abus sexuels.

 

La très catholique Irlande synthétise  à peu près tous ces scandales. Henri Tincq, résume ainsi un premier rapport : « en mai 2009, après une enquête de neuf ans, le rapport Ryan - du nom du juge Sean Ryan - avait révélé que des centaines d'enfants avaient été victimes d'abus sexuels, à partir des années 1940, dans des institutions religieuses de tout le pays. Les chiffres étaient ahurissants. Sur près de 35.000 enfants placés dans des réseaux d'écoles catholiques, ateliers, écoles professionnelles, maisons de correction ou autres institutions pour handicapés, plus de 2.000 avaient déclaré à la commission Ryan avoir souffert d'abus physiques et sexuels perpétrés par des éducateurs, en particulier des prêtres. »

Un deuxième rapport, poursuit H. Tincq « met en cause la responsabilité de la hiérarchie catholique elle-même. Or, celle-ci est accablante pour les archevêques de la capitale accusés d'avoir caché, couvert, étouffé, pendant trente ans, la plupart des abus sexuels. Jusqu'à ces dernières années, aucune mesure de vigilance, ni de répression n'avait même été prise pour prévenir le scandale. »  « La préoccupation de l'archevêché de Dublin, au moins jusqu'au milieu des années 1990, était le maintien du secret, la peur du scandale, la protection de la réputation de l'Église et la préservation de ses biens. Toutes les autres considérations, y compris le bien-être des enfants et la justice pour les victimes, étaient subordonnées à ces priorités », note ce rapport Murphy.

irlande Le ministre irlandais de la Justice Dermot Ahern a souligné “l’ironie cruelle d’une Eglise qui, motivée en partie par le désir d‘éviter le scandale, en a en fait créé un autre, d’une ampleur incroyable”.

Mais l’église catholique s’efforce d’échapper aux poursuites judiciaires par des indemnités payées aux victimes, indemnités payées principalement par … l’état. État certes aussi responsable et, en l’occurrence, coupable d’avoir été sourd aux plaintes des victimes qu’il avait lui-même confiées à cette église devenue la honte de l’Irlande !

 

Voir aussi : que sont devenus les bébés fantômes de l'Irlande ?

http://www.france24.com/fr/focus/20140710-video-scandale-bebes-peche-traumatise-irlande-catholicisme-mere-fille 

 

* "Pédophile, morphinomane, père prolifique et maintenant incestueux : le scandale enfle autour de Marcial Maciel, le prêtre mexicain fondateur de la Légion du Christ, une congrégation jadis influente auprès du Vatican, du temps du pape Jean PaulII " Le Monde daté du 06/03/10

Voir le Canard Enchaîné du 24/03/10

Maciel2

 

 

Voir aussi  Libé 20/04/10 :

Prêtre, père, polygame, pédophile… et couvert 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.