Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 09:32
Canal+ : le forban, le comptable et l’enfant de chœur

Le nouveau sigle de Canal synthétise la bretonnitude de son patron, Bolloré, et l’orientation ultra-droitière du zélé Zeller qu’il vient de placer à la tête de l’information des chaînes du groupe « canal » et en particulier d’I-Télé. Bolloré, le forban*, s’est emparé de Vivendi à moindre coût ; il prend les rênes de C+ avec un comptable comme homme de main ; et confie l’info à un enfant de chœur à l’ancienne.

Les experts en grandes manœuvres capitalistiques expliqueront comment le propriétaire du yacht « Paloma » et du Falcon 900 qu’il mettait généreusement à disposition de Sarkozy est venu à la tête de Vivendi donc de Canal +. Grand nettoyage d’été sur la chaîne amirale et sa petite sœur I-Télé. Après Belmer, son second, Méheut est viré, remplacé par un homme lige, Jean-Christophe Thiery.

   Jeux des chaises musicales sur les émissions en clair où le pauvre de Caunes se retrouve dans un placard, Maïténa Biraben prenant sa place au Grand Journal, mais apparemment avec des moyens squelettiques ; Ali Baddou, lui, la remplace au Supplément, émission dominicale ; il est lui-même suppléé par Daphné Bürki dans La nouvelle édition, émission en clair de la mi-journée ; Ophélie Meunier, ex-membre de cette Nouvelle édition, ira donc prendre sa place sur Le Tube, émission hebdomadaire sur l’actualité des médias…

Pendant ce temps-là sur I-Télé, ça valse : Cécilia Ragueneau, directrice générale et Céline Pigalle, directrice de la rédaction sont virées.

Et donc, à la tête de l’info du groupe on trouve un crapaud de bénitier, Guillaume Zeller. Ce brave garçon, au visage de 1er communiant, est l’ancien directeur de la rédaction de D8 (avant que la chaîne soit vendue… à Canal) et de DirectMatin.fr, le site du journal gratuit de Bolloré.

"Invité régulier de l'antenne d'extrême droite Radio Courtoisie, défenseur du général Aussaresses, et chouchou des cathos tradi'", ainsi le présente Street Press.

Sur Radio-Courtoisie, organe du national catholicisme, où il fut invité sur des thèmes très pieux ou guerriers – Dien Bien Phû, les prêtres dans les camps de concentration, le massacre d’Oran en 1962, la mission des journalistes catholiques,… - il côtoie des personnages hauts en couleurs.

   Chez les animateurs, on a le gendre du professeur Lejeune, Jean-Marie Le Méné, qui préside la Fondation Jérôme-Lejeune qu’il a fondée (Lejeune pourfendeur acharné de l’IVG). Il s’adjoint parfois Ludovine de la Rochère, chargée de la communication de sa très pieuse Fondation, après avoir assuré celle de la conférence des évêques de France, qui évincera Frigide Barjot de la Manif anti mariage pour tous !

   Rémi Fontaine, lui, anime un libre journal des scouts. Il a entre autres publié, aux éditions Renaissance Catholique, Le Livre noir des évêques de France, Le Livre noir de la culture de mort, Le Livre noir & blanc des évêques de France. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le scoutisme.

Ce charmant personnage assène qu’Ecrasée entre l’enclume du laïcisme et le marteau du prosélytisme islamique, la France chrétienne semble condamnée à disparaître. Il prône une culture de dissidence au service du bien commun conjuguée à ce qu’il appelle un sain et légitime communautarisme, par une solidarité chrétienne et nationale, cette vertu et cette attitude éminemment politiques pourraient réveiller l’âme française, sous la bannière de Jeanne d’Arc !

Parmi les invités, on ne s’étonnera pas de compter Aude Dugast, postulatrice de la cause de Jérôme Lejeune à Rome (le cher professeur est en instance de béatification, bien que le saint homme se soit approprié les travaux d’une consœur pour s’attribuer toute la gloire de la découverte du chromosome surnuméraire responsable de la trisomie 21). Un peu dans le même style, Jean-Marie Mupendawatu, secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé à Rome. Même écurie, Lucie Pacherie, responsable de la bioéthique à la Fondation Jérôme Lejeune (la bioéthique consistant à condamner l’IVG et les recherches embryonnaires).

Passons sur Maître Jacques Trémolet de Villers – aussi de Villers que Giscard est d’Estaing - l’avocat de Touvier, royaliste : il a son rond de serviette à radio-courtoisie ! Dans la même veine royaliste, mais beaucoup moins médiatique, Philippe Aucazou, poète, chroniqueur, dont le site intitulé O Crux ave Spes unica est sur fond de fleurs de lis et dont le 1er article met en vedette Pie X, le pape borné qui a tenté de saboter la mise en œuvre de la loi de 1905.

  Mentionnons pour la beauté de son casque, Christian Venard, aumônier parachutiste.

Laurent Wetzel, présenté  comme historien pour disserter sur l’histoire-géographie, discipline en péril, centriste extrême, oscillant entre Le Pen et de Villiers (de l’époque MPF), fut Maire de Sartrouvile, où il y a procédé à une débolchévisation du paysage urbain (consistant à débaptiser les rues : Ménard n’a rien inventé) ; son œuvre d’historien est quasi nulle. On trouve aussi Franck Margain, conseiller régional d'Île-de-France, président délégué du Parti Chrétien Démocrate (le micro parti de Christine Boutin).

Mais le personnage le plus haut en couleurs est bien Pierre-Yves Rougeyron, ce président de l'Association des amis d'Eric Zemmour (!) qui est aussi le fondateur d’un Cercle Aristote qui a longtemps tenu ses réunions dans le bar associatif de Serge Elie Ayoub, plus connu sous le nom de Batskin, ancien leader des skinheads néo-nazis, réunions annoncées sur Egalité et Réconciliation, le site d'Alain Soral, il est aussi proche de Riposte Laïque...

 

Le sémillant nouveau directeur de l’info du groupe canal a aussi donné quelques articles à Boulevard Voltaire de Robert Ménard. Il partage avec le redoutable Maire de Béziers son aversion pour le 19 mars comme date anniversaire de la paix en Algérie.

  Mais surtout il confesse son attrait pour le général tortionnaire et fier de l’être, Paul Aussaresses. « Celui qui aurait pu être un héros national (…) est pourtant devenu le repoussoir par excellence. Non sans une certaine complaisance, il aura ainsi beaucoup fait pour se voir accoler l’épithète infamante de tortionnaire », reconnaît-il. Mais pour tout de suite lui trouver des circonstances très atténuantes, dans ce qu’il nomme pudiquement, la mise en œuvre des méthodes les plus brutales de la contre-insurrection : la cruauté des méthodes adverses et le fait de confier à l’armée des tâches policières étrangères à sa vocation. Au passage il mentionne Hélie Denoix de Saint Marc, officier factieux, au moment du putsch avorté des généraux félons*, pour qui Ménard vient de débaptiser la rue du 19 mars 1962, pour lui donner le nom de ce factieux (que Sarkozy, indigne héritier du gaullisme, a osé élever à la dignité de grand-croix de la Légion d'honneur).

Zeller intervient vers la fin de l'émission

Du temps où il dirigeait l’info de D8 (qu’il va donc retrouver), le très pieux jeune homme avait mis sur l’antenne une sainte émission Dieu Merci ! où l’animateur ne manquait pas de l’inviter. Ainsi le retrouve-t-on avec le très homophobe Christian Vanneste, pour entre autre expliquer que « la mission [évangélisatrice de l’église pendant la colonisation] est avant tout un geste d’amour ».

Il est peu probable que les salariés de canal prennent les coups de force de Bolloré pour des gestes d’amour. Ces bolloré-boys, à commencer par Thiery, qui n’est pas du tout la fronde mais le froid exécuteur des désirs de son maître, en continuant par Zeller applaudi par les cathos tradi du Salon Beige, comme par la droite extrême de Valeurs actuelles, sont bien là pour mettre au pas d’abord, puis en ordre de bataille pour Sarkozy, la chaîne cryptée.

Quitte à perdre en cours de route une partie des abonnés.

Quand on aime, ça ne compte pas.

 

* Il a notamment entubé Rocard dans un projet de construction ferroviaire en Afrique : sollicité il feint de considérer ce projet comme non viable pour mieux le reprendre à son compte en squeezant la société Africarail (dont Rocard est président d’honneur). Dans « Sarko m’a tuer », Jacques Dupuydauby conte comment il s’est fait confisquer la concession de Port de Lomé au profit de Bolloré sur intervention de Sarkozy !

 

** Le moins connu des quatre se nommait André Zeller : coïncidence ?

 

 

En complément : Libération

 

 

"Le temps des purges n’en finit pas à Canal +. Après Bertrand Meheut (président du directoire), Rodolphe Belmer (directeur général), Thierry Langlois (directeur des antennes), Alice Holzman (patronne de CanalSat), Ara Aprikian (patron de D8, D17 et i-Télé), Cécilia Ragueneau (directrice d’i-Télé), Céline Pigalle (directrice de la rédaction du groupe Canal +), après les auteurs des Guignols et Renaud Le Van Kim, producteur du Grand Journal, c’est au tour de Thierry Thuillier (directeur des sports de Canal +) et de Nathalie Coste-Cerdan (directrice du cinéma) d’être virée de la chaîne. Signe de ce management autoritaire, cette dernière l’a appris au cours d’un rendez-vous avec Vincent Bolloré vendredi, et elle est tombée de sa chaise : il lui avait en effet donné des garanties quelques jours auparavant sur son maintien en poste." Libé

 

 

Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 14:35

Le Conseil des ministres de mercredi 9 février 2011 a donné lieu à une importantissime communication présidentielle sur le crucial problème des vacances ministérielles.
Cette communication sur la prévention des conflits d'intérêts est très importante. Nous devons impérativement favoriser la diffusion d'une véritable culture de la déontologie dans la vie publique française. […]. Les exigences contemporaines en matière de morale publique se sont considérablement renforcées ces dernières années. […] Les attentes des citoyens sont plus vives que par le passé et elles sont légitimes. […] Ce qui était commun il y a encore quelques années peut choquer aujourd'hui. Cela doit donc être strictement encadré. […] Pour leurs vacances, désormais, les membres du Gouvernement devront privilégier la France. Les invitations à l'étranger seront autorisées par le Premier ministre, en accord avec la cellule diplomatique de la Présidence de la République…

 

Comme donneur de leçons en matière de voyages et séjours « sponsorisés », celui qui fait président est un expert.

 

sarko EU 2008bis  Ne revenons pas sur « Paloma », cette misérable barcasse de Bolloré, où, à peine élu président, Sarkozy a été méditer au large de Malte, haut lieu de spiritualité. Faut-il rappeler, sans être trop mesquin, le séjour étatsunien qui a suivi à l’été 2007 : notons que la famille Sarkozy était venue par vol régulier pour répondre à l’invitation d’anonymes amis, dans une propriété, au bord d’un lac, louée 22 000 euros, la semaine ?

 

 

Avec Carla, l’Egypte et la Jordanie, commençait une recette qui s’apparente au pâté d’alouette : une alouette, un cheval ; ici une visite officielle (parfois symbolique) et des congés si possible gratuits. (Ce modèle a été copié servilement par Fillon, pendant ses récents congés égyptiens).

 

Bruni-Sarko-egypte charmelcheikhRappelons-nous la romance de Nicolas l’abandonné. Cécilia l’avait lâché pour de bon. Mais, dans un dîner chez Séguéla – quoi de plus romantique – une sulfureuse chanteuse à voix fluette le charma. La liaison secrète éclata au grand jour à Disneyland ! Puis, nos deux tourtereaux, volèrent vers la fascinante Égypte à bord d’un Falcon 900 de … l’ami Bolloré. Direction Louxor où il loge avec sa belle maîtresse dans un « Old Winter Palace ». Qui a payé ? On ne sait… Puis un coup d’aile vers Charm-el-Cheikh, la bien nommée, puisque, avec le charme incarné par Carla, il va séjourner dans la luxueuse résidence pied dans l’eau du cheikh d’Abou Dhabi. La suite du Président l’accompagnait dans un Falcon de l’ETEC. Mais, pour la partie officielle du voyage – accompagné de Kouchner, Sarkozy alla dire un bonjour à Moubarak au Caire – on fit venir un A319* !

 

Bruni-Sarko--Petrabis Presque dans la foulée, mais il avait fallu rentrer à Paris pour les vœux de 2009, on retrouve les deux amants, accompagné du fils de la dame, à Petra en Jordanie. Images pitoyables du gamin sur les épaules du concubin. Le séjour, lui-même, se passe à Aqaba, dans une résidence du roi Abdallah. Inversion par rapport à l’Égypte, la rencontre officielle avait eu lieu avant la partie privée.

 

Bruni-Sarko-Mexiquebis  Le Mexique fut sans doute un point culminant de l’ambiguïté. Les 8 et 9 mars, voyage des plus officiels. Mais, par la bande, on apprend que le couple Sarko-Bruni anticipe de 48 h. Grande surprise, on voit le couple présidentiel verre de blanc à la main, alors que Sarko prétendait ne pas en boire (bien qu’il ait, un certain jour, confondu vodka et eau plate pour refaire le sketch de l’eau ferrugineuse). Et ils se retrouvent dans un hôtel appartenant à un certain Roberto Hernandez Ramirez, un milliardaire soupçonné de narco-trafic. Quant à la note, l’élysée prétend qu’elle a été prise en charge par l’état du Mexique qui dément en prétendant que le séjour avait été financé par "un groupe d'entrepreneurs mexicains". MAM, au moins, était capable de dire qui l’avait prise en stop dans son zinc.

 

Bruni-Sarko--Bresil2  Au Brésil, on a encore eu le mélange des genres, même un triple mélange ! Sarko est là comme président de l’UE, puis comme président de la France, enfin comme gendre pour un séjour privé chez le père biologique de son épouse.

 

 

Depuis Pâques 2008, Marrakech et le Palais Royal de Jnane Lekbir semblent aimanter les Sarkozy-Bruni.

 

Si l’on en croit Arrêt sur images, « la première fois que le couple Sarkozy s'est rendu en voyage privé, c'était lors du week-end de Pâques 2008. Un voyage annoncé par une dépêche AFP : "Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni sont arrivés vendredi soir à Marrakech (sud) pour une visite privée de trois jours au Maroc". Sarkozy "a été accueilli à sa descente d'avion par Mounir Chraïbi, la wali (super gouverneur) de Marrakech". Où est-il logé ? La dépêche ne le précise pas. Mais dans certains récits que l'on retrouve sur le net, notamment sur le site purepeople.com (puisque Sarkozy est un pure people), il est indiqué qu'ils "se sont immédiatement rendus dans un petit palais princier, au cœur de la palmeraie, dans un lieu appelé Jnane Lekbir". »

 Un petit palais princier ? Il s'agit en fait d'une résidence royale,  un grand domaine en forme de U, avec piscine, à 3 kilomètres de Marrakech, nous dit L’Express. « Les jardins? "Somptueux, une végétation sublime!" raconte un visiteur. L'environnement? "C'est le seul endroit où il n'y a jamais de paparazzis", se réjouissait le président. »

Bruni-Sarko--Marrakech1bis

Le couple présidentiel y retournera au moins deux fois (sinon trois : pour un voyage à Marrakech en Juillet 2008, aucune information n’a été donnée sur le lieu de séjour) en décembre 2009 et 2010, entre Noël et la Saint-Sylvestre. En 2009, le roi Mohammed VI offrira le 28 décembre un "dîner familial" en l'honneur du président français Nicolas Sarkozy et de son épouse Carla dans ce palais.

En 2010, il les emmène au resto, de façon très décontractée : « Quand le roi vient chercher le président pour l'emmener déjeuner dans un hôtel - celui où logeaient Cécilia Attias et son époux - il conduit lui-même son 4 x 4, avec ses CD préférés à portée de main. Nicolas Sarkozy s'assoit à l'avant, sa femme, Louis et le prince Hassan à l'arrière, et c'est parti. Sur la route, le roi baisse la fenêtre de sa voiture et salue ses sujets... »  L’Express.

 

On voit donc que pour favoriser la diffusion d'une véritable culture de la déontologie dans la vie publique française l’Homme fort du Sarkozistan est un expert. Depuis la Paloma jusqu’à Jnane Lekbir, il a su jouer les pique-assiettes avec une maestria qui fait honneur à sa fonction (du moins telle qu’il l’envisage). 

 

 

* Notre petit grand homme n’a pas perdu l’habitude de mobiliser la flotte aérienne, puisque pour un récent voyage à Bruxelles, il a fait déplacer son « Air Sarko One » et un Falcon. 

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.