Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 21:58

AutomneBizarre autant qu'étrange, voilà un illustrateur assez prolifique, Fredillo, sur lequel j'ai été incapable de trouver grand chose, si ce n'est qu'il fut un contemporain de Paul Verlaine.
Il illustra l'un de ses poêmes "Ouverture", mais également d'autres poêmes dont la paternité n'est pas avérée, mais qui semble de la même encre :




 

 

 

 

Feuilles à l’envers, recueillies par un bourguignon sale

fredillo26

Comme vos sœurs des bois ombreux

Hantés de désirs amoureux :

Voltigez, feuilles indiscrètes,

Retournant vos faces secrètes

Sous les doigts des amants heureux.

 

OUVERTURE
fredillo27          

Rameneuses du gland transi qui se dérobe,
Branleuses aux sollicitudes infinies!

Et les mains au bout de ces bras, que je les gobe!
La caresse et la paresse les ont bénies,  

 

Mais quoi? Tout ça n'est rien, putains, aux prix de vos
CuIs et cons dont la vue et le gôut et l'odeur
Et le toucher font des élus de vos dévots,
Tabernacles et Saints des Saints de l'impudeur.

 

C'est pourquoi, mes soeurs, vers vos cuisses et vos fesses
Je veux m'abstraire tout, seules prêtresses vraies,
Beautés mûres ou non, novices ou professes,
Et ne vivre plus qu'en vos fentes et vos raies.

 

    Paul Verlaine
    Oeuvres Libres

(Fredillo, n'a repris qu'un extrait du poême de Verlaine, en inversant d'ailleurs les vers dans le 1er quatrain qu'il a retenu)

 

L’apothicaire

 fredillo28

Maître Jean Visautrou, chevalier du Clystère

Auprès de la baronne Alde de Trousserré

Avec un lavement doctement préparé

Venait ce matin-là remplir son ministère.

La dame lui présente un fessier plantureux

Où doit se consommer l’humide sacrifice

Et du large croupion, ajustant l’orifice,

Visautrou, dont le bras est prompt et vigoureux,

Pousse au monstre, et d’un jet lancé d’une main sûre,

De son bouillon pointu, lui remplit la fressure.

La victime en frémit jusqu’en son fondement,

Et de son gros boyau sort un sourd grondement.

Visautrou, digne et fier, contemplait son ouvrage ,

Et d’un doigt complaisant pressait le trou mignon ;

« Noble Dame serrait la fesse avec courage »

Criait-il - « Attendes un instant ! tenez bon ! » -

Mais, coupant son discours par une pétarade,

La belle, au même instant, vous lâche une foirade

Qui lui remplit le bec d’un mélange juteux ;

Rien ne s’était perdu de toute la bordée ;

Et notre matassin, dans un état douteux,

Se disait, en lavant sa figure embrenée,

Je sens bien que l’excès en tout est un défaut :

Il faut du zèle soit ! Pourtant point trop n’en faut !

 

La Plume

 fredillo29

Les titillations de ta langue savante

Autour du gland qui gonfle et devient rubescent

Font mon désir plus vaste et plus concupiscent

Sous la salivation de ta bouche bavante.

 

Va redouble d’ardeur que rien ne t’épouvante

La sève va jaillir dans un effort puissant

Qu’en le méat, ouvert par son bout caressant,

Ta langue vibratile entre, très énervante.

 

Hume, suce, remonte et jusqu’au périnée

Que ton baiser léchant ma chair abandonnée

Dans un spasme final brise mon corps tendu.

 

Prends tout ! Et ton travail qui s’achèvera farouche

M’ayant conduit au but longuement attendu

Pour prix t’apportera … mon foutre dans ta bouche.

 

Entre deux feux

fredillo30

Eglogue

 

Blonde comme les blés, pure comme les lis,

Au bord d’un ruisselet dont le courant gazouille,

Se croyant seule, hélas ! la jeune Amaryllis

De sa robe de lin, lentement se dépouille.

 

Soudain, un cri perçant fait tressaillir les bois :

Deux pâtres ont bondi sur la belle ingénue

L’un bave des baisers sur sa poitrine nue

L’autre palpe excité ses formes de ses doigts.

 

En vain elle supplie et cherche à se débattre

Ses trésors sont pillés en maints endroits secrets.

Leurs lèvres et leurs doigts folâtrent indiscrets,

De son cul de satin à ses tétons d’albâtre.

 

Dans ce pressant péril, elle invoque les Dieux.

« Tais-toi, dit Mélibé, il faut que je t’adore. »

« Donne moi ta toison, plus fraîche que l’aurore ! »

Insiste Polémon qui bande, radieux.

 

D’un double trait alors, par devant, par derrière,

L’amour frappe, en vainqueur, au seuil des voluptés.

Le sang coule vermeil quand crève la barrière

Qui gênait Polémon dans ses félicités.

 

L’enfant se sent mourir : « Dieux, dit-elle, il me semble

Que j’étouffe… Ah ! c’est trop d’ivresse et trop d’ardeurs ! »

Trépignant à ces mots qui les couvraient d’honneur

Les deux braves fouteurs déchargèrent ensemble.

 

Rêve de nonne

fredillo31 

Jésus, mon bien aimé, dans un nimbe d’opale

Et d’azur, m’apparaît dans le ciel radieux ;

Il s’avance vers moi, sa face auguste et pâle

Souris à mon sourire, et ses yeux à mes yeux.

 

Oh bonheur ! il approche et sa bouche divine

Distille entre mes dents le miel de son baiser ;

Il écrase mes seins nus contre sa poitrine

Je sens des bras serrer mes reins à les briser.

 

Dieu ! son corps à mon corps qui s’enflamme se mêle

Et se fond dans ma chair où passe un flot brûlant,

Et sa lèvre amoureuse aspire à la mamelle

L’ardente volupté qu’il verse dans mon flanc.

 

Oh  délire ! je sens ta brûlante rosée

Dans mon sein frémissant se répandre, ô seigneur !

Ô doux Jésus ! divin seigneur, je suis brisée

Et j’expire en tes bras d’amour et de bonheur.

 

C’est ainsi qu’au couvent rêve mainte nonnette

En se branlant d’un doigt léger dans sa couchette.

 

 

Les deux paradis

 fredillo32

 

J’aime ce qui semblable à quelques fleurs mystiques

S’épanouit ainsi qu’un lotus rose et noir

Près du val de ton sexe, ô femme ! et chaque soir

Je veux en effeuiller un pli problèmatique.

 

Avec sa porte à deux battants, son promenoir

J’aime ton con, plus vaste et plus énigmatique,

Calice humide où pleut l’averse spermatique,

Et qui sert à mon nœud de cuve et d’entonnoir.

 

Evoluant de l’un à l’autre en mes caresses,

Du dôme de ton ventre aux rondeurs de tes fesses,

J’explore le versant, le gouffre et le sommet :

 

Et je crois, énervé de volupté subtile,

Entrevoir dans ton cul le ciel de Mahomet,

Et dans ton con le paradis de l’évangile.

 

Une autre version des deux paradis

 

 

 

D'autres poêmes sont à découvrir sur l'album Fredillo

malheureusement défiguré comme tous les albums dans la nouvelle version d'over-blog, donc à voir plus bas.

 

Il illustra aussi "Le roman de Violette".

 

Il aimait croquer des scènes de la vie quotidienne

fredillo52

 

fredillo51

 

fredillo50

 

fredillo49

 

fredillo48

 

fredillo47

 

fredillo46

 

fredillo45

 

fredillo44

 

fredillo43

 

fredillo42

 

fredillo41

 

 

 

Pour compléter, vous pouvez télécharger une petite vidéo : Fantaisies parisiennes

Elle peut être vue directement sur le site, mais son chargement est assez long et le visionnage est saccadé ; il est donc préférable, quand elle démarre, de faire un clic droit sur l'image et de choisir dans le menu déroulant "enregistrer sous"

 

NB Voir aussi la série de dessins

 

 

 

 

Cliquer sur le haut-parleur pour le son et mettre plein écran

Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.
Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.

Les vacances de Suzon : Petit récit de Fredillo, incomplet hélas, mêlant texte et dessins.

Fantaisie parisiennes (mettre en ^plein écran)

Modèle chez l'artiste

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.