Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 14:40

Plus de 15 soirs pour venir à bout du premier tome (prêté) de Millenium, j’ai été victime de mon principe de ne jamais abandonner un bouquin en cours de lecture ! Inutile de préciser que je n’ai guère apprécié ce gros truc que je trouve plein de poncifs, assez racoleur et, de surcroît, pas toujours correct dans la forme. Je n’investirai bien évidemment pas dans les volumes suivants…

 

 

sciascia couvEn découvrant, bien tardivement, le Sicilien Leonardo Sciascia (1921-1989) avec Le Jour de la chouette, je ne quittais pas le milieu interlope, mais c’est d’un autre niveau !

 

Sous le prétexte d’une enquête policière après l’assassinat en Sicile, dans les années cinquante, d’un petit entrepreneur qui a toujours refusé de se laisser corrompre, Sciascia brosse un tableau de la Mafia ordinaire bien éloigné des superproductions cinématographiques et qui fait frémir : (elle) « se pose en intermédiaire parasite et s’impose par la violence entre la propriété et le travail, la production et la consommation, le citoyen et l’Etat » explique-t-il en quatrième de couverture.

Bellodi, le capitaine des carabiniers qui conduit l’enquête, se heurte à un mur de silence : les témoins oculaires se défilent, les proches des victimes sont muets, les suspects ne lâchent que des informations anodines. Pour briser l’omerta, le capitaine doit recourir à la ruse afin de démasquer, en pure perte d’ailleurs, les coupables. Dans un moment de découragement et de colère, lui l’homme de gauche (et du nord) qui a combattu le fascisme en arrive même à souhaiter (brièvement) la suspension temporaire des garanties constitutionnelles en Sicile « pour extirper le mal à jamais » d’autant qu’un de ses coéquipiers a réussi à arracher un nom à une des veuves par une attitude menaçante. Car le système mafieux est pernicieux ; la pieuvre s’immisce dans tous les domaines : dans la justice, dans la politique, dans la société jusque dans le quotidien de chacun et dans la famille même qui n’est qu’un agrégat de solitudes. Par le biais de l’enquête, Sciascia en fait une démonstration et une dénonciation magistrales en à peine 150 pages dans une langue claire et pleine de verve qui atténue la noirceur de ce roman policier ET politique.

 

sciascia photoPar ce texte, Sciascia est devenu une des grandes consciences laïques de l’Italie.

L’instituteur sicilien, homme de convictions, s’engagera en politique (conseil municipal de Palerme puis Parlements italien et européen). Jusqu’à la fin de sa vie, il continuera à se battre par l’écriture contre la Mafia et la peine de mort : pour la seconde, c’est maintenant chose faite mais pour « Cosa Nostra », c’est une autre affaire !

 

Un livre, un auteur à découvrir pour ceux qui, comme moi, auraient tardé à le faire !

 

NB Je déconseille aux éventuels lecteurs de commencer par l’introduction de Claude Ambroise : très documentée, très savante, elle décortique par trop le roman que, de mon point de vue,  elle déflore. En revanche, une lecture a posteriori apporte un éclairage intéressant et enrichissant à cette œuvre, bien plus complexe qu’il n’y paraît.

 

Le Jour de la chouette (Leonardo Sciascia GF Flammarion n° 461)

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans MLF
commenter cet article

commentaires

PPAG42 04/01/2010 22:11


Là, JFL, tu me surprends, car moi j'ai dévoré les trois tomes de Millénium en moins d'un été (meilleure saison que l'hiver pour lire ce genre de thriller; je reconnais que le deuxième est le plus
lourd à avaler).
Je reprends tes trois critiques:
- poncifs: connais-tu beaucoup de polars qui innovent?
- racoleur: intéressant, ce mot, sous la plume d'un hédoniste qui, plus qu'à son tour, ne dédaigne pas la gauloiserie sous toutes ses formes!
- pas toujours correct dans la forme: étant assez formaliste moi-même, je n'ai pas vraiment été choqué, mais il est vrai que c'est une traduction
Ce roman m'a plu parce qu'il met en scène façon thriller les rapports (incestueux?) entre les media, la politique et les possédants d'un pays porté au pinacle de la démocratie européenne. Ce pays a
une face cachée qui n'est pas belle à voir. Et qu'une petite minette malingre et maligne gagne sur les gros durs à cuire n'est pas pour me déplaire.
Tu ne devrais pas te lancer dans un tel pavé en période de vaches grasses!
Cordialement.


J.-F. Launay 05/01/2010 21:07



 Réponse de l’auteurE des quelques lignes vachardes concernant Millenium sur le Déblog-notes de JFL . Comme précisé en préambule de la rubrique MLF (d’ailleurs ouverte à tous ceux qui souhaitent exprimer leur opinion sur un bouquin) le blogmastère n’est
pas l’auteur des billets de lecture, en conséquence, je maintiens le terme de racoleur !


 


En revanche, j’admets bien volontiers que les auteurs de polars usent et abusent de poncifs (Le jour de la chouette me paraissant toutefois une exception notable) mais le mince propos de
Millenium me semble assez bien résumé, de façon humoristique, par un correspondant :


« Il était une fois le fils de Barbe-Bleue... Il avait hérité de son père son château, et la petite
pièce où les jeunes femmes et les jeunes filles...


Son oncle, le roi, était très triste. Il ne pouvait mourir avant d'avoir donné à sa petite fille une
sépulture. Elle avait disparu, elle était morte comme tant d'autres vierges de ce royaume pourri


Il charge un preux chevalier de la rechercher. Et le preux chevalier demande à une fée de l'aider. Cette fée
a le pouvoir de lire les grimoires les mieux cachés à travers les murs les plus épais. 


Ensemble, ils vont démasquer le ...


Tu as reconnu? » P. B.


 


Pour ce qui concerne la correction de la forme, des copines qui ont adoré Millenium m’ont affirmé n’avoir pas été choquées par la qualité douteuse de la traduction. Ayant restitué le
bouquin, j’ai fait une recherche sur le ouèbe et suis tombée sur cette page :


http://bibliobs.nouvelobs.com/2008/04/17/les-bourdes-de-millenium


qui recense et classe les erreurs de Millenium. Je n’incriminerai d’ailleurs pas les traducteurs mais l’absence évidente de relecture par un correcteur, révélatrice du mépris de
l’éditeur, pressé de se faire du pognon, à l’égard du cochon de payant (m’en f…, après tout, je n’en fais pas partie !) Mais j’ai sans doute été d’autant plus sensible à l’expression que le
sujet ne me passionnait pas.


 


Terminons sur un point d’accord :


«Ce pays a une face cachée qui n’est pas belle à voir ».


OUI ! Il me semble toutefois qu’Henning Mankell le démontre plus efficacement dans ses polars mais surtout dans Tea Bag.


 


Merci pour votre commentaire : les divergences de points de vue obligent à affiner la réflexion. Je vous souhaite plein de bonnes lectures pour 2010.


 


Marie-France Launay (dite MLF depuis les années soixante-dix, et ça ne me chagrine pas !)



Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.