Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 20:01

Mes Livres Favoris

 

Sollicitée par mon légitime et néanmoins blogmastère pour donner ici mes impressions de lecture, j'ouvrirai cette rubrique par ceux que j'appelle mes « Privés de Sortie » c'est -à- dire les bouquins que je ne prête plus de peur qu'ils ne me reviennent pas (j'en ai racheté certains  jusqu'à  trois fois !)

 

 

Privés de sortie :

1 - Au Grand Socco (Joseph Kessel chez Gallimard)

Bien qu'ayant résidé au Maroc pendant cinq ans, nous avions snobé Tanger, pressés  au moment des vacances de prendre le ferry qui nous ramènerait en Europe et, au retour, de regagner nos pénates dans le Moyen Atlas. J'ai découvert ce livre, lors d'un séjour ultérieur à Tanger dans la bibliothèque d'enseignants français qui nous sous-louaient leur villa tangéroise  pendant les congés d'été. Je l'ai dévoré en une après-midi et suis allée ensuite me le procurer à la légendaire Librairie des Colonnes où officiait encore la délicieuse Rachel ; sur la page de garde, il porte encore son prix, inscrit au crayon de bois...

 

Au Grand Socco  (le grand souk en plein air et en plein centre du Vieux Tanger), c'est le récit de ses incroyables aventures que conte avec un art consommé du suspense Bachir, l'adolescent deux fois bossu, sur la grande place du Tanger cosmopolite d'après-guerre où la misère la plus extrême côtoie la plus insolente richesse. On pense, bien sûr aux « Mille et une Nuits » mais une astuce littéraire tient le lecteur en haleine : l'intervention de l'auditoire, le petit peuple de Tanger ou des environs, qui ponctue le récit de Bachir de ses questions naïves ou de ses exclamations incantatoires. On sent la grande tendresse de Kessel pour ces gens modestes et d'une autre culture mais aussi son attachement à la liberté et à la solidarité à-travers le personnage de Bachir.

Le livre est bien sûr marqué par les conditions politiques de l'époque : présence des dignitaires étrangers, statut particulier de Tanger et les mille trafics qui en découlent,  cosmopolitisme, réfugiés espagnols qui fuient le franquisme ( et le chapitre qui relate l'amour tragique de Francisco et de Léa, juive rescapée des camps allemands et retrouvant sur place sa tortionnaire est un moment fort)... Mais il subsiste de nos jours assez d'éléments qui en assurent la permanence : les bâtiments hispano-mauresques (comme le mythique hôtel Minzah) , la rue de la Liberté qui conduit au Socco, la rue des Siaghines où travaillent les bijoutiers, la propension à l'extension urbaine, la « Montagne » toujours réservée aux nantis et qu'une balade côtière parfois périlleuse vers le cap Spartel fait découvrir, la côte espagnole si proche qui brille dans la nuit, le cosmopolitisme, même s'il a changé de nature avec les migrants d'Afrique noire en attente d'une « patera » pour l'Europe et puis bien sûr le Grand Socco avec ses odeurs pareilles à celles d'autrefois, sa foule bruyante où j'ai eu tant de plaisir à me fondre en compagnie de Rhimo, ma vieille copine locale, employée de la maison que nous occupions, bavarde impénitente qui marchandait âprement en arabe et me commentait les curiosités en espagnol, seule langue que nous possédions en commun (elle l'avait apprise en jouant dans la rue) car elle baragouinait aussi mal le français que moi l'arabe.

 

Voilà, je suis tombée amoureuse en même temps du livre et de la ville qui sont désormais dans mon esprit indissociables . La lecture envoûtante d' « Au Grand Socco » vous donnera peut-être envie de découvrir Tanger.

 

Vous pouvez en faire profiter vos enfants ou petits-enfants en leur offrant « Le petit âne blanc » une adaptation destinée par Kessel à la jeunesse (en fait constituée d'extraits du livre) et disponible chez Folio Gallimard.

M. F. L.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.