Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 21:53
MAROC élections du 7 octobre 2016

 « Après cinq ans de pouvoir, les islamistes remportent les élections législatives au Maroc » Le Monde « Législatives au Maroc : les islamistes remportent l'élection » Le Point « Maroc : les islamistes remportent les élections législatives » Le Figaro « Les islamistes vainqueurs des législatives marocaines » L’OBS… La cause est entendue, ces élections scelleraient donc la victoire islamiste – traduite par nos identitaires par islamique – au Maroc.

MAROC élections du 7 octobre 2016

En effet, malgré cinq ans de gouvernement, ce qui le plus souvent se traduit par une usure et une érosion des votes, le PJD a non seulement gardé la tête, mais s’est même renforcé aux élections législatives du 7 octobre 2016. Il gagne plus de 4,5% des voix et 18 députés. Et, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce ne sont pas les populations rurales attachées aux traditions, mais les classes moyennes des villes qui votent PJD !

MAROC élections du 7 octobre 2016

Cependant, dans une élection à la proportionnelle, s’il sort en tête, il est loin de la majorité, avec à peine un tiers des voix et 125 députés sur 395. En effet, le système électoral est un mixte de proportionnelle sur des circonscriptions locales (avec un seuil de 6%) et de listes nationales, de femmes et de jeunes : 305 sièges d’une part, 90 de l’autre. Et les élections marocaines sont marquées par une faible participation (43% en 2016 contre 45 % en 2011).

Le deuxième phénomène est la monté en puissance du PAM – le parti du Palais disent ses détracteurs qui se font remonter les bretelles par le Roi – qui passe en gros de 12 à 26 % et qui, avec 102 députés devient pratiquement le seul antagoniste du PJD.

Montage mettant en scène le leader du PAM, El Omari, celui du PJD, Benkirane et celui de l'Istiqlal, Chabat Hamid.

Car, et c’est la troisième leçon de ses élections, les partis traditionnels, celui de l’indépendance, l’Istiqlal et le parti scissionniste fondé en 1959 par Ben Barka et Youssoufi, l’UNFP devenue USFP, ont, comme le dit Tahar ben Jelloun, reçu une claque. L’Istiqlal est passé de 15,20 % à 11,65 % et perd 14 députés, pire l’USFP est passée de 10 à 5 %, perdant la moitié de ses sièges et devenant un petit parti.

  Cette – très relative – victoire du PJD est d’autant plus marquante que la campagne a été émaillée par de croustillants épisodes comme cette assez bizarre arrestation d’un couple de tartuffes – prédicateurs intransigeants sur les mœurs – forniquant dans une Mercedes à 7 h du matin, après la 1ère prière. Et si les observateurs de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) "n’ont ni observé ni constaté aucune irrégularité" lors des élections législatives du 7 octobre, la campagne,elle, a été marquée par des interventions du Palais et par le poids du Makhzen.

Car ce PJD, qu’on peut comparer à l’AKP en Turquie, n’a pas, comme ce modèle, les mains libres. En face du chef de gouvernement qu’a été et que sera son leader, Benkirane, le Roi reste le chef d’état et surtout a le titre de « commandeur des croyants ». Chef d’état il garde la main sur les ministères régaliens : intérieur, défense, Affaires étrangères notamment ; tout l’équivalent de l’administration préfectorale, mais beaucoup plus présente – une ville comme Azrou compte un Pacha, pour la ville même, sous-préfet urbain, et un Caïd pour la campagne, sous-préfet des champs – est à sa botte, comme la police, la gendarmerie, l’armée bien sûr… Et dans le domaine religieux, il garde aussi la haute main.

Et ce PJD, malgré sa progression, n’a pas non plus la majorité absolue et ses ex-alliés des gouvernements précédents ne semblent pas tous prêts à repartir. L’Istiqlal, dirigée par le peu fiable Maire de Fès, Hamid Chabat, a déjà claqué dans les doigts du PJD, provoquant en 2013 une crise dans la précédente législature. Le Rassemblement national des indépendants (RNI), qui, lui aussi, a perdu des plumes dans l’élection, bien que membre du gouvernement sortant, s’est présenté en adversaire résolu de son allié le PJD. Et il faut passer de 125 à 189 voix pour cette majorité.

Les enjeux de la COP 22 (qui va faire, n’en doutons pas, du Maroc le pays du Maghreb le plus écoresponsable... l’espace d’un sommet à Marrakech) vont obliger à résoudre rapidement cette question de majorité et de gouvernement. Mais il est, hélas, sûr que, quelle que soit l’alliance composite finale, les droits civiques ne progresseront guère. Et les cagots locaux continueront, en toute impunité, de persécuter les homosexuels, voire les actrices de cinéma, confondant le rôle et la personne. Et les couples dits illégitimes devront encore et encore ruser avec les indics et la police. Et les dé-jeûneurs, ceux qui demandent la levée de l’obligation de jeûner, au moins publiquement, pendant le Ramadan, seront encore arrêtés… L’obscurantisme – très hypocrite – fera encore sa loi.

La pleine et entière liberté de conscience n’est pas pour demain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.