Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 14:58
Réunion-débat 09/06/2016

Réunion-débat 09/06/2016

Entre billevesée et dessein de mettre à mal l’école publique, notre évêché crotté s’interroge. Son Maire, un LR grand teint, séide du Brutus du bocage, Retailleau, veut déménager une école du Centre vers un bâtiment excentré, aile restaurée d’un ancien Grand Séminaire. A deux pas de l’autre école publique !

Ecole Publique du Grand Séminaire ?

Pour le non Luçonnais, précisons que cette petite ville d’à peine 10 000 habitants, bien qu’elle soit le siège de l’évêché, que le plus prestigieux de ses évêques, Richelieu, qualifiait de crotté, n’a pas participé à l’insurrection de la Vendée militaire, localisée dans le bocage. Elle appartient à une Vendée républicaine. Le Luçonnais Emile Beaussire fut le seul député vendéen à voter l’amendement Wallon qui marque la vraie naissance de la 3e République. Prosper Deshayes*, Maire de Luçon, sera lui le seul député vendéen à voter la loi de 1905. Et contrairement au bocage où l’enseignement confessionnel est majoritaire voire dans beaucoup de communes hégémonique, Luçon compte deux écoles publiques face à une école privée, deux collèges publics et un lycée public face à une institution privée regroupant collège et lycée.

Ecole du Centre

Ecole du Centre

Entrée de la partie rénovée du Grand Séminaire

Entrée de la partie rénovée du Grand Séminaire

L’école publique du Centre, comme son l’indique, est située au centre de la ville, pas très loin du quartier Hoche où l’on trouve les logements rénovés d’un escadron de gendarmes mobiles. Elle a été bâtie dans les années 50 et donc ne comporte pas, entre autres, d’accès handicapés corrects et doit avoir un bilan énergétique assez minable. L’autre école publique, Jean Moulin, plus récente, à l’Ouest de la ville, est située au pied des quelques immeubles de Luçon. Bien qu’il n’y ait pas de carte scolaire – c’est-à-dire de zonage géographique impératif – chaque école a un recrutement de proximité, l’école du centre ayant un secteur plus vaste d’habitat surtout pavillonnaire. L’école privée est, elle aussi, très centrale, à deux pas de la cathédrale. Quant au Grand Séminaire, il est au trois quarts en ruine, mais une aile a été restaurée qui abritait une antenne d’enseignement supérieur privé (Les établières) aidé par des fonds européens, mais qui a mis la clé sous la porte ; si bien que la municipalité a décidé de racheter la bâtisse, sans trop savoir quoi en faire, mais à un prix bradé.

Non seulement l’école du centre n’est pas aux normes actuelles, mais elle souffre d’un manque criant d’entretien. Car le Maire, arguant d’une étude, dont personne n’a vu un quart de ligne, qui chiffrait sa rénovation à 7 millions d’Euros, avait déjà décidé de l’excentrer. Sur l’emplacement d’une actuelle piscine, puisqu’une piscine intercommunale toute nouvelle doit se construire dans un autre endroit. Démolition de l’ancienne piscine, reconstruction d’une école neuve, mais en attendant une école qui se dégrade au quotidien.

Puis, d’un coup, subrepticement, à l’occasion d’une discussion sur le plan local d’urbanisme (PLU) apparaît la nouvelle lubie de l’édile : sur le document on lit « Grand séminaire-école du centre » ! Aucun élu d’opposition n’en avait entendu parler. Et il n’est pas sûr qu’à part deux ou trois, beaucoup de ceux de la majorité aient été plus au courant. Quant aux premiers concernés, parents et enseignants, encore moins.

Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?

Ces deux vues aériennes montrent bien l'absurdité totale du projet du Maire : en l'état actuel les deux écoles publiques sont éloignées. Celles de l'ouest ayant une aire de recrutement plus concentrée.

Le déménagement les mettrait quasi côte-côte !

Et tout cela dans un maelstrom déménageur convulsif. Les Halles, bâtiment parfaitement sain qui n’a besoin que d’une mise aux normes de l’électricité et des bancs des poissonniers, prendraient en partie la place de l’école du Centre où on trouverait aussi des commerces alors que le centre-ville perd régulièrement des boutiques, projet fumeux qui serait pris en charge par Bouygues ou Vinci ; on imagine les loyers pour autant que ces géants du BTP envisagent une seconde de se lancer là-dedans.

Il est clair que la municipalité luçonnaise se comporte beaucoup plus mal avec ses écoles publiques, que le conseil général, même du temps de de Villiers puis de Retailleau, ne l’a fait avec ses collèges publics. A Luçon même, le collège public de centre ville, dont un bâtiment datait de 1938, a été entièrement et parfaitement rénové. La réhabilitation de l’école du centre, surdimensionnée avec la baisse assez dramatique d’ailleurs du nombre d’enfants, peut se faire sans problème insurmontable et le coût indiqué laisse plus que sceptique.

Ecole Publique du Grand Séminaire ?

En revanche, le transfert vers l’ex-grand séminaire, aux locaux prévus pour accueillir des adultes et non des enfants de 3 à 11 ans, est complètement absurde. Il cache, peut-être, une assez médiocre opération pour éviter un remboursement de subventions européennes aux Etablières.

Mais il ne cache guère la volonté manifeste de supprimer à terme une des écoles publiques. Et, en tout état de cause, de favoriser l’enseignement primaire confessionnel qui sera seul à offrir ses services dans le centre.

Cet épisode de la vie d’une cité du Bas-Poitou est révélateur des méthodes d’une municipalité de droite. Derrière le discours de leur leader national sur les racines chrétiennes, la mise en œuvre délibérée d’une politique locale favorisant l’enseignement confessionnel. Politique reposant sur la dissimulation quand ce n’est pas le mensonge. Ponctué de vociférations, d’un style quasi Balkanyen, qui animent le conseil municipal dès que le Maire est mis en difficulté (il est plaisant de l’entendre accuser ses opposants, dont les 5/6e ne sont pas encartés, de politique politicienne, alors qu’il fut, lui, secrétaire départemental de l’UMP).

Et une absence totale, bien sûr, de concertation.

 

 

 

 

* Prosper DESHAYES, un député républicain de Vendée (1833-1907).

Prosper Deshayes est né le 15 janvier 1833 à Mareuil-sur-le-Lay et décédé le 16 janvier 1907 à Luçon. Notaire à Luçon (1864) il devient conseiller municipal en 1871 et est élu maire de sa ville le 6 janvier 1878. Il sera député de1893 à1906. Après sa désignation comme candidat  aux élections de 1898 par le comité républicain de Luçon il affirme :  « Je suis ce que j’ai toujours été, anti-clérical, profondément attaché aux institutions républicaines ». Anti-clérical au sens propre du terme et non anti-religieux.

Dans sa ville il promeut l’Instruction: construction et agrandissement des écoles publiques, du collège communal qui deviendra le Lycée actuel.

 

Député, P. DESHAYES vote la révision du procès de Dreyfus, puis en février 1901, un projet de loi sur la confiscation des biens des congrégations. Il est traité  « de farouche spoliateur» pour avoir voté la confiscation des biens des congrégations (repoussée par 291 voix contre 255) . Puis viennent la loi de 1901, la rupture du concordat, la loi de Séparation en 1905.

Les conséquences de la loi de 1901 conduisent à l’expulsion des congrégations. Les Ursulines de Luçon doivent quitter la ville le 18 août 1903. Au retour de la gare, leurs accompagnateurs provoquent  une manifestation d’hostilité à P. Deshayes. Vitres et sonnettes sont cassées, avec cris et jets de pierre et de boue; la vie d’un député présentait déjà quelques dangers ! En février 1904, plus de 20 personnes sont condamnées à des amendes.

 

Elu républicain au milieu de monarcho-cléricaux, P. Deshayes est de ceux qui ont installé la République et ses fondements,  l’Ecole laïque, la Séparation des églises et de l’état.

 

Extraits d’une note de la Libre Pensée de Vendée.

Les intervenants de la Réunion-débat

Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?
Ecole Publique du Grand Séminaire ?

 

  • Arnaud BOUGET - LUCIE
  • Christophe MAUGER - CLIQUE
  • Jacques CORBIN
  • Représentant des DDEN
  • Evelyne DELUZE - ADSP
  • Jean REGOURD - LIBRE PENSEE 85
  • Représentante de la FCPE
  • Anne LUEZ - Parents d'élèves
  • Représentant de la FOL
  • Loïc NAULEAU - Conseiller municipal
  • Jacky BENETEAU - Président de l'Association des commerçants des Halles

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Loïc Le Quellec 17/08/2017 12:49

J'ajouterai que le bas-relief qui orne l'École du Centre est signé des frères Martel, célèbres dans le monde entier, et qu'il doit être impérativement sauvegardé.
Cordialement,
JLLQ

Deron F 13/06/2016 17:13

Une excellente synthèse. Bravo Monsieur Launay !

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.