Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 11:41

Après l’admirable RECITS DE LA KOLYMA de Varlam CHALAMOV, je me suis lancée dans la lecture de GOMORRA de Roberto SAVIANO puis dans PUTAIN DE MORT  (traduction bien approximative du titre original DISPATCHES) de Michael HERR.

 MLFtemoinsvictimes

 

Bien que la localisation de ces trois témoignages soit géographiquement fort éloignée – le Goulag sibérien extrême pour Chalamov, la guerre du Vietnam pour M. Herr qui y fut correspondant de guerre et la Camorra napolitaine pour Saviano – ces trois œuvres et leurs auteurs présentent des points communs significatifs.

 

Tous les trois étaient très jeunes au moment des faits qu’ils rapportent (juste la trentaine pour Chalamov et moins pour Herr et Saviano). Tous les trois avaient une expérience de journalistes qui, en dépit de leur implication personnelle, ne les prive pas d’objectivité. Tous les trois utilisent le «je» et quand Chalamov y déroge, cela ne trompe personne.

 

récits de la kolymaLe poids du silence est palpable dans les trois ouvrages. A la Kolyma, on l’observe en permanence pour se protéger des gardes-chiourme et des délateurs et s’éviter ainsi les salves des exécutions ou les prolongations arbitraires de peines, à tel point que le vocabulaire se réduit comme peau de chagrin puis s’oublie. En Campanie, la Camorra impose l’omerta sur ses crimes sous peine de représailles «définitives» (exception notable, une page magnifique où Saviano rend hommage à une courageuse institutrice qui brave tranquillement cette loi du silence, mais à quel prix…) Au Vietnam, dans le bruit et la fureur de la guerre, les échanges verbaux avec les autochtones sont quasi inexistants et les conversations entre combattants US restent frustes et limitées.

 

Gomorra3Enfin, on évolue dans les trois cas dans un monde presque exclusivement masculin où le crime est banalisé et la barbarie omniprésente :

Chalamov décrit le règne de l’arbitraire au goulag sibérien, avec ses parodies de jugements et les exécutions sommaires de «politiques» tandis que les «droit commun» bénéficient d’un traitement de faveur et en profitent pour mettre en place un véritable système mafieux (c’est prémonitoire…) où ils tyrannisent les autres détenus, véritables esclaves qui crèvent de faim, de froid ou d’épuisement en essayant d’atteindre des normes de rendement humainement irréalisables.

 

putain de mort3Saviano, quant à lui, nous expose, dans sa Campanie natale, d’abjects assassinats (suivis d’un traitement ignoble des cadavres) perpétrés par des tueurs convaincus de leur impunité face à une victime le plus souvent isolée tandis que Michael Herr confronte le lecteur à la violence brute, quotidienne et  «légale» menée par « une bande de tueurs bornés et brutaux ».

 

Les trois écrivains qui nous rapportent ces cauchemars en furent aussi les victimes :

Varlam Chalamov pendant 17 ans AVANT de rédiger son témoignage.

Robert Saviano, sous protection policière permanente en raison de menaces de mort de la Camorra, APRES la publication de son témoignage.

Michael Herr qui n’est pas sorti intact de son expérience vietnamienne DEDANS : entre allers et retours sur le front c’est les filles, le whisky, la came, la défonce, comme pour nombre de ses collègues.

 

Des survivants donc qui ont tenté de nous «dire l’indicible» dans des styles bien différents :

Chalamov1960sChalamov a volontiers recours à des formulations poétiques, revient sur des épisodes déjà traités dans une lente et fascinante reconstruction de la mémoire et une ré-appropriation gourmande de la langue oubliée. Mais il avertit le lecteur : « Si je privilégiais l’authenticité, la vérité, ma langue serait pauvre, indigente… le récit qui va suivre est inévitablement condamné à être faux, inauthentique… L’enrichissement de la langue, c’est l’appauvrissement de l’aspect factuel, véridique du récit. » On pense inévitablement à Semprun et à Primo Levi.

mike herrMichael Herr use d’une langue coup de poing, cynique, crue voire ordurière dans les dialogues (le langage de Monsieur Sylvestre dans les Guignols de l’Info paraît singulièrement édulcoré à côté). Elle met en évidence l’obscénité de la guerre et paradoxalement, souligne la pudeur des combattants, dans l’incapacité de décrire leur vécu comme le démontre cette supplication d’un Marine avant le départ définitif de Herr : « Okay, mec, tu te barres, tu te barres d’ici, bouffeur de bites, mais, écoute-moi, tu le racontes ! Tu racontes ça, mec. Si tu ne le racontes pas… »

Et Michael Herr de préciser ensuite sa démarche : « Planter d’abord, creuser plus tard : l’information gravée sur la rétine…Puis transmise sans arrêt, sans relâche, sur des fréquences de plus en plus hautes jusqu’à ce qu’on la…bloque une dernière fois .»

roberto savianoPour dénoncer avec une précision rigoureuse (parfois tatillonne) Le Système de la camorra napolitaine «l’organisation criminelle la plus puissante d’Europe» (avec les ateliers clandestins, les ventes d’armes, le trafic de drogue, le pseudo-retraitement des déchets toxiques…), le style de Roberto Saviano est plus dépouillé. En démontant scrupuleusement les mécanismes, il confère à son enquête une force authentique et en y associant sa trajectoire personnelle, il y adjoint une rage et un désespoir sous-jacents.

 

Témoins et victimes donc, mais surtout ECRIVAINS.

 

 

les étoiles de sidi moumenPS 1 Pendant notre séjour à Essaouira, j’ai découvert (grâce à notre hôtesse et copine) et dévoré Les Etoiles de Sidi Moumen de l’écrivain peintre sculpteur marrakchi Mahi Binebine (17 € chez Flammarion). Pour vous faire une idée de ce livre étonnant, je vous engage à lire le « Coup de cœur » de José Garcin en suivant le lien ci-dessous :

http://www.rue89.com/2010/01/23/les-etoiles-de-sidi-moumen-pourquoi-on-devient-bombe-humaine-135154

 

 


 

la mecque phuketPS 2  Dans l’avion du retour, je me suis régalée avec La Mecque- Phuket  d’une Saphia Azzedine très en verve. Je laisse à JFL le soin d’en rédiger le commentaire : après avoir restitué le bouquin prêté par notre fille unique et préférée, il l’a commandé chez son libraire, c’est dire s’il l’a apprécié !

 

 

 

 

 

 


 

au-grand-socco

 

 

PS 3 Aux ami(e)s qui se plaignaient de ne pouvoir se procurer Au Grand Socco de Joseph Kessel, je signale sa réédition dans la collection (poche) l’Imaginaire Gallimard au prix de 8,80 €.

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans MLF
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.