Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 11:20

Donner de la consistance à un sujet et de la profondeur aux personnages, créer une atmosphère dans un texte dont la caractéristique est la brièveté, c’est un vrai défi.

 

Le Catalan Quim Monzó le relève avec brio dans Mille crétins*. Il y ajoute une bonne dose d’humour caustique qui dédramatise les thèmes traités, qu’il s’agisse de la visite à la maison de retraite qui ouvre ce recueil de nouvelles, de la relation qui ré-unit deux ex-amants dont la femme est désormais condamnée ou de l’épisode de la veuve faisant disparaître méthodiquement les traces du passé ; c’est sa marque de fabrique et c’est très efficace dans la première partie plus substantielle que la seconde, trop anecdotique à mon goût, mais bien troussée tout de même.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette lecture m’a donné envie de me replonger dans Le cap** de Charles d’Ambrosio, une découverte d’il y a presque dix ans C’est sans doute un des maîtres contemporains du genre. Dans ce livre, on trouve sept nouvelles d’une densité exceptionnelle réunies sous le titre Le cap (qui est aussi celui de la première nouvelle) parce qu’elles évoquent toutes un cap à franchir dans des registres divers : pour l’ado chargé de raccompagner à domicile les invités bien éméchés des fêtes très arrosées de sa mère, pour le couple qui se désagrège après le décès d’un enfant, pour l’ex-engagé de la marine et sa pompiste en détresse physique et morale qui errent dans un « road-trip » misérable. Il y une remarquable cohésion interne dans cet ouvrage.

L’évocation de l’ouest des Etats-Unis s’intègre avec légèreté aux textes . L’écriture est à la fois limpide et intense ; elle n’exclut ni l’émotion, ni la poésie, ni la drôlerie et s’adapte avec élégance à chaque situation. Bref j’ai été comblée par ces retrouvailles. Coïncidence, l’auteur, originaire de Seattle était l’un des invités de la 21ème  édition Les belles étrangères consacrée aux Etats-Unis et a eu droit à une double page dans Libé la semaine passée.

 

Pour les amateurs du genre, voilà donc deux gâteries à déguster sans modération.

 

 

PS A la suite des deux ouvrages ci-dessus, j’ai lu Les chaussures italiennes***, le dernier roman de Mankell (dont je suis une fervente admiratrice). Je suis en désaccord  avec Raffy qui lui consacre un article dans le Nouvel Obs de jeudi quand il dit que Mankell « a sans aucun doute écrit là sa plus belle œuvre ». Même si l’idée du passé  qui surgit de la banquise derrière un déambulateur m’a épatée, je n’ai pas été convaincue par la rédemption tardive et laborieuse ( pour ne pas dire tortueuse) du héros. Les chaussures italiennes ne délogera pas Profondeurs du même Mankell de l’étagère de mes  « Privés de sortie » !

 

 

 

 

*Mille crétins Quim Monzó Editions Jacqueline Chambon 16€

**Le cap Charles d’Ambrosio Gallimard 22,20€

***Les chaussures italiennes Henning Mankell Seuil 21,50€

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.