Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 17:15

L'appel de Stéphane Beaud*, pour tenter de sauver la recherche en éducation, dénonce, en filigrane, les méfaits du néo-obscurantisme.

 

En effet, agitant la crainte du Big Brother, dénonçant un prétendu fichage des enfants, avec parfois des appuis inattendus, les lanceurs de pétitions contre la « base élèves » ont gagné. Darcos a capitulé en rase campagne. Il est vrai que, bien que friand de chiffres peu ou pas avérés (voir Libé du 27 juin), il est peu soucieux d'études objectives, qualifiant de double ânerie un rapport qui met en cause l'abolition de la carte scolaire. Non seulement des données indispensables aux chercheurs ne seront pas recueillies en primaire, mais elles risquent de ne plus l'être en 6e.

 

Une étude, basée sur une évaluation en fin de CM2, sur un échantillon de classes aléatoire, comportait en partie IV un questionnaire aux élèves leur posant, de fait, des questions personnelles. Cris d'orfraie immédiats : on était au bord de l'inquisition, voire au-delà. Comme si demander à un élève quelle langue était pratiquée dans sa famille était violer son intimité. Les études que l'on pouvait faire - de façon totalement anonymées, bien sûr - à partir de corrélations fortes ont donc été annihilées.

 

Le suivi de cohorte lui-même est menacé. Il s'agit, à partir d'un « panel » large (35000 élèves), obtenu par tirage aléatoire, de suivre les élèves de la 6e à la fin de leurs études (avec questionnaire et/ou évaluation intermédiaires). Dès le départ un questionnaire complet est à remplir par les familles concernées. Tout cela est régi par un protocole précis et a déjà été mené (panel 1995** par exemple). Cela n'empêchera pas - malgré un luxe d'explications accompagnant le questionnaire - une levée de boucliers dont Le Canard enchaîné, mal inspiré en l'occurrence, s'est fait l'écho.

 

Mais à quoi bon, en effet, s'embarrasser de grandes études scientifiques quand il suffit d'affirmer que le niveau baisse et, comme ce prix Fields de mathématiques, que le bac actuel est inférieur au certif des années 30.

La régression fait rage, et le futur manque terriblement d'avenir, avec cette montée inexorable de l'obscurantisme.

 

 

 

* http://www.liberation.fr/actualite/societe/335739.FR.php et http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1844

** http://media.education.gouv.fr/file/21/0/5210.pdf

Voir aussi la chronique d’Emmanuel Davidenkoff sur France Info : http://www.france-info.com/spip.php?article155433&theme=81&sous_theme=133

 

 

N. B. Photo de l’US MAG n° 570 (copiée sur le site de l’académie de Versailles)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sylvie 10/07/2008 14:10

bonjour
je n'ai pas eu le temps de vous lire en cette fin d'année plutôt turbulente.
j'ai déjà eu l'occasion de lire vos arguments que je comprends et je sais que vos analyses n'ont pas l'objectif de servir n'importe quelle politique. C'est ce qui les rend intéressantes car elles permettent de prendre un certain recul lorsque l'on est, comme moi impliquée
Vous réagissez en tant qu'expert dans ce domaine. Il est évident que les diverses actions menées contre les recueils de données des élèves et leurs familles sont une gêne pour le travail de vos collègues.
Mais quelles sont les priorités, si nous voulons faire contre-poids?
Est-ce que nous allons rester seuls, les enseignants et une poignée de parents représentatifs d'associations, à s'opposer.
S'opposer n'est pas constructif mais seulement défensif en attendant que les citoyens se réveillent. Vous appartenez à un groupe averti de citoyens en cela votre soutien pourrait nous aider à la prise de conscience et à la construction d'un autre avenir pour nos enfants.
La manière dont sont utilisés les chiffres et les conclusions de rapports, par les politiques ne peuvent que provoquer notre défiance.
Des enseignants, maîtres formateurs, directeurs se font sanctionner actuellement pour leurs actions. La manière dont nous sommes méprisés, utilisés, manipulés ne peut nous faire entrer dans votre action.
Nous avons dit clairement notre position, nous attendons que les autres groupes citoyens prennent les leurs publiquement....
L'association REVEIL: http://assoreveil.org/
fait partie de ces multiples réseaux qui évitent que notre société n'explosent. Ce sont aussi elles qui vont devoir éponger les insuffisances grandissantes de l'éducation nationale. Je vous remercie d'avoir publié leur mail.

J.-F. Launay 10/07/2008 15:29




Le problème est bien celui-là : faire contre poids à quoi ?


S’il s’agit de se mobiliser contre un fichage policier de plus en plus intense :
EDVIGE devrait être la cible de tous les citoyens qui, pour reprendre une phrase de Thomas Jefferson ne sont pas prêts à sacrifier la liberté pour un peu plus de sécurité provisoire (et même
illusoire), car ils savent qu’à ce jeu ils perdront les deux. Oui EDVIGE, décret liberticide qui autorise le fichage des militants (politiques, syndicaux…) et celui, dès l’âge de 13 ans, des
personnes susceptibles de troubler l’ordre public.


En revanche, s’opposer pour s’opposer à la Base élèves, à l’enquête CM2 et au suivi de
cohortes me semble un mauvais combat.


Si cette « Base élèves » (qui ne doit guère se différencier des fichiers
précédents des écoles : on devait bien demander « date et lieu de naissance »  et faudrait-il renoncer au recueil des prénoms, puisque c’est par ce biais que G.
Felouzis a pu démontrer la sur-ghettoïsation des collèges) était un enjeu vital pour le pouvoir, Darcos n’aurait pas capitulé en rase campagne. L’équivalent dans le secondaire nourrit des études
et des indicateurs précieux. On peut, bien sûr, préférer le pifomètre et l’intuition. Les études de l’ex-HCéé, celles de Beaud, Forestier-Emin, Duru-Bellat, Mons, Maurin et j’en passe, provoquent
plutôt la réflexion que la défiance. Et les politiques actuels manifestent plus leurs préjugés qu’un amour immodéré pour des travaux sérieux. Comme certains idéologues, style Finkielkraut.


Précision : je ne suis qu’un ex-Principal qui a commis un site se voulant de
vulgarisation sur les IPES et quelques autres outils. J’ai d’autant plus fait écho à l’inquiétude de Beaud et Glasman que je l’éprouvais déjà. Je ne suis pas vraiment persuadé que, si chacun
s’arroge dans son coin le pouvoir de décider de la légitimité ou non de telle enquête, tel questionnaire, à partir d’une réaction émotionnelle, ils ne desservent pas finalement la cause qu’ils
croient défendre.


Mais c’est « ma part de vérité ».



J. F. Launay 07/07/2008 22:16

Reçu par courriel :
"Je viens de prendre connaissance de la pétition lancée contre les "néo-obscurantistes" qui ont fait échouer - partiellement - les fichages des élèves lancés par le Ministère de Éducation nationale.
Je voudrais faire quelques remarques à ce sujet :
1. Avouez que les méthodes de l'actuel gouvernement n'incitent pas à lui faire confiance lorsqu'il envoie, dans les écoles, des fiches à remplir sans indiquer l'usage qui en sera fait ; et qu'il n'est pas nécessaire d'être un "néo-obscurantiste" pour s'indigner devant certaines questions posées aux jeunes enfants, dans ces conditions. Que l'on ne dise pas que la CNIL contrôle ces opérations : elle n'en a pas les moyens.
2. Que les sociologues aient besoin de données chiffrées pour mener leurs recherches est très compréhensible. Mais pourquoi ne s'adressent-ils pas directement aux enseignants en se présentant ès qualité et en expliquant leurs besoins sans passer par le Ministère ? Il ne manque pas d'associations, de réseaux, de mouvements qui accepteraient volontiers de les mettre en contact direct avec des enseignants. Ou s'il veulent utiliser les services de l'administration pour contacter le enseignants, qu'ils demandent que les fiches leur soient directement adressées après avoir été renseignées. En agissant au grand jour, ils pourraient espérer gagner la confiance des parents et des enseignants.
3. Monsieur Beaud croit-il que de traiter parents et enseignants de "néo-obscurantistes" facilitera le dialogue et les échanges qu'il pourra être amené à souhaiter à l'avenir ?
4. je suis allé sur le site présentant la pétition de Monsieur Beaud ; désireux de lui dire (en résumé) ce que je viens d'écrire ci-dessus, je me suis identifié et ai écrit mon commentaire : en fait, j'ai été piégé puisque j'ai été comptabilisé comme signataire, alors que je n'avais nullement l'intention de m'associer à cette pétition. Que l'on ne vienne pas me dire que je n'avais qu'à lire ce qui était écrit : les textes en jaune sur fond blanc sont illisibles.
5. Une dernière remarque à propos du blog sur lequel Monsieur Beaud s'est expliqué : pourquoi les lecteurs ne peuvent-ils pas y déposer leurs commentaires comme il est d'usage sur ce type de média ?"
Georges Hervé
REVEIL

J.-F. Launay 08/07/2008 08:28



Cher Monsieur Hervé,


Je crains qu'une lecture symptomake de mon message vous ait égaré.


Ni M. Davidenkoff (que je vous invite cependant à lire et à relire ou à entendre et réétendre selon que vous êtes visuel ou auditif), ni M. Beaud ne sont
responsables de ce néo-obscurantistes. J'en suis le seul signataire sur mon deblog notes (http://deblog-notes.over-blog.com/).


Votre réponse démontre d'ailleurs les ravages de ce néo-obscurantisme.


Certes - et si vous avez le loisir de vagabonder sur mon blog, vous pourrez peut-être voir que je ne suis pas un sarkophile convaincu - "l'actuel gouvernement"
n'inspire pas une pleine confiance. Pour autant la DEP reste, peut-être temporairement, par les travaux qu'elle pilote, une référence solide !


Appeler les sociologues (mais il s'agit de TOUS les chercheurs en éducation) à s'adresser "directement aux enseignants" est tout simplement grotesque (et vous
le savez). Le "panel" (suivi de cohortes) se fait au "grand jour" ; l'évaluation CM2 se faisait au grand jour !


Apparemment vous semblez (feignez ?) ignorer que la pétition de M. Beaud n'est pas lancée sur un blog, mais sur un site ad hoc.


Mais rassurez-vous, votre message, ainsi que cette réponse seront mis en ligne sur mon deblog notes.


La régression fait rage, et le futur manque terriblement d'avenir !


 


Jean-François LAUNAY


mammifère omnivore
http://deblog-notes.over-blog.com



Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.