Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 17:15

L'appel de Stéphane Beaud*, pour tenter de sauver la recherche en éducation, dénonce, en filigrane, les méfaits du néo-obscurantisme.

 

En effet, agitant la crainte du Big Brother, dénonçant un prétendu fichage des enfants, avec parfois des appuis inattendus, les lanceurs de pétitions contre la « base élèves » ont gagné. Darcos a capitulé en rase campagne. Il est vrai que, bien que friand de chiffres peu ou pas avérés (voir Libé du 27 juin), il est peu soucieux d'études objectives, qualifiant de double ânerie un rapport qui met en cause l'abolition de la carte scolaire. Non seulement des données indispensables aux chercheurs ne seront pas recueillies en primaire, mais elles risquent de ne plus l'être en 6e.

 

Une étude, basée sur une évaluation en fin de CM2, sur un échantillon de classes aléatoire, comportait en partie IV un questionnaire aux élèves leur posant, de fait, des questions personnelles. Cris d'orfraie immédiats : on était au bord de l'inquisition, voire au-delà. Comme si demander à un élève quelle langue était pratiquée dans sa famille était violer son intimité. Les études que l'on pouvait faire - de façon totalement anonymées, bien sûr - à partir de corrélations fortes ont donc été annihilées.

 

Le suivi de cohorte lui-même est menacé. Il s'agit, à partir d'un « panel » large (35000 élèves), obtenu par tirage aléatoire, de suivre les élèves de la 6e à la fin de leurs études (avec questionnaire et/ou évaluation intermédiaires). Dès le départ un questionnaire complet est à remplir par les familles concernées. Tout cela est régi par un protocole précis et a déjà été mené (panel 1995** par exemple). Cela n'empêchera pas - malgré un luxe d'explications accompagnant le questionnaire - une levée de boucliers dont Le Canard enchaîné, mal inspiré en l'occurrence, s'est fait l'écho.

 

Mais à quoi bon, en effet, s'embarrasser de grandes études scientifiques quand il suffit d'affirmer que le niveau baisse et, comme ce prix Fields de mathématiques, que le bac actuel est inférieur au certif des années 30.

La régression fait rage, et le futur manque terriblement d'avenir, avec cette montée inexorable de l'obscurantisme.

 

 

 

* http://www.liberation.fr/actualite/societe/335739.FR.php et http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1844

** http://media.education.gouv.fr/file/21/0/5210.pdf

Voir aussi la chronique d’Emmanuel Davidenkoff sur France Info : http://www.france-info.com/spip.php?article155433&theme=81&sous_theme=133

 

 

N. B. Photo de l’US MAG n° 570 (copiée sur le site de l’académie de Versailles)

Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 18:29

-coleperles.gif

Honte à moi, qui ai, depuis 1995 (avec la complicité involontaire des mes secrétaires d’établissements successifs), honteusement fichés les enfants qui entraient dans les collèges que j’ai dirigés ! Eh oui, c’est cette année-là que fut mise en place une base élèves « Scolarité ». Sauf erreur, ça a dû commencer par l’envoi de disquettes vers l’Inspection Académique, avant de passer à un système d’échanges à heures fixes, puis enfin à l’internet. J’ai donc alimenté le minotaure insatiable dévoreur de données qu’il va brasser, croiser, décroiser, recracher pour mieux nous aliéner, du berceau au cercueil.

 

« Big brother rentre à l’école, tous les élèves seront fichés » et il l’était déjà dans nos collèges, sans qu’on s’en inquiète. La pétition, qui est bien sûr lancée, s’intitule « nos enfants sont fichés… » et, pour ceux qui ne comprendraient pas, dès la première phrase on réaffirme « tous les enfants en âge d’être scolarisés qui résident en France seront fichés dans le système Base élèves 1er degré » ; Big brother oblige, dans la foulée, on évoque d’hypothétiques possibilités de croisements avec d’autres fichiers, police et justice notamment ! « Des informations sur les enfants et leurs familles qui, jusqu’à présent, ne sortaient pas de l’école, deviennent partiellement accessibles aux maires, et remontent jusqu’à l’échelon académique, et même au niveau national avec un identifiant ». A vouloir trop prouver, on se trompe au mieux, on essaie de tromper au pire, car la CNIL rappelle que les maires, étant chargés du contrôle de l’obligation scolaire, ont accès à ces mêmes données depuis 1991 ! Quant à l’identifiant élève, s’il est différent de l’identifiant INSEE, c’est notamment pour éviter des croisements à partir d’un identifiant unique. Autre affirmation abusive : « La plupart des données individuelles nominatives seront conservées  quinze ans » or seules les données factuelles du cursus scolaire de l’élève sont conservées (école, classe, niveau (9 niveaux), apprentissage suivis).

 

Vient ensuite, évidemment, un amalgame assez grossier : « l’une des utilisations vraisemblables de ce système se trouve dans la Loi de prévention de la délinquance du 5 mars 2007 » or la pétition elle-même nous apprend que la demande d’autorisation du CNIL a été faite en 2004 : la diabolique administration de l’éducation nationale avait donc anticipé une loi de 2007 !

 

Que Philippe Meirieu, par exemple, se soit laissé piéger par un texte aussi peu fiable m’étonne.

 

 

Qu’il faille exiger des garanties précises quant à l’usage et au traitement des données recueillies certes. Encore aurait-il fallu se réveiller plus tôt, à moins qu’une base élèves n’ait pas besoin des mêmes précautions quand il s’agit d’élèves de 6eme ! Et surtout ne pas employer de gros mots comme “fichage d’enfants” alors que la base de données concerne les élèves.

 

Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Archives

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.