Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 14:38
Les petits païens

Créée au théâtre des Bouffes Parisiens à Paris,le 12 Novembre 1918, "PHI-PHI" marque un tournant dans l'histoire de l'opérette et le début d'une renaissance de la comédie. Truffée de jeux de mots, la pièce est une parodie contant les démêlés amoureux de Phidias, de sa femme et de la jeune Aspasie..."PHI-PHI" est soutenue par une partition étincelante où nous retrouvons les airs incontournables : "c'est une gamine charmante", le duo "ah! tais toi tu m'affoles", "les petits païens".... Ce petit bijou d'humour et de fantaisie reste l'oeuvre la plus célèbre d'Henry Christiné.


Les petits païens

Paroles: Albert Willemetz et Fabien Sollar. Musique: Henri Christiné   1918

Interprète : Georgel (1919)

Les jolis petits païens
C'est toute la femme
Mais oui madame
Je le soutiens
Ah! quel désir
Quand nos yeux les devinent
Ah! quel plaisir
Quand nos doigt les lutinent
Ils font 
Bientôt sous notre étreinte
Des bonds 
Et même des pointes
Quand on les a dans la main 
Mais oui madame
C'est toute la femme qu'on tient

Blanches rondeurs aux contours délicieux
Les païens sont un régal pour les yeux
Ils ont tous malgré leurs formes régulières
Leur physionomie particulière
Les uns levent la tête sans se gêner
Y'en qui vous r'gardent l'air étonné
D'autres pudiquement baissent le nez
Qu'ils soient monticules ou promontoires
Des pommes des oranges ou des poires

Les jolis petits païens
C'est toute la femme
Mais oui madame
Je le soutiens
Ah! quel désir
Quand nos yeux les devinent
Ah! quel plaisir
Quand nos doigts les lutinent
Ils font 
Bientôt sous notre étreinte
Des bonds 
Et même des pointes
Quand on les a dans la main 
Mais oui madame
C'est toute la femme qu'on tient

Hommes mariés ou bien célibataires
Nous courons tous après ces globe-trotters
C'est autour de ces mappemondes si petites
Que pourtant le monde entier gravite
Des hespérides c'est le double jardin
Les fétiches dont nous sommes les pantins
Éternels nénés et rin-tin-tin
De l'amour c'est la vivante cible
Qui même cachés restent visibles

Les jolis petits païens
C'est toute la femme
Mais oui madame
Je le soutiens
Ah! quel désir
Quand nos yeux les devinent
Ah! quel plaisir
Quand nos doigts les lutinent
Ils font 
Bientôt sous notre étreinte
Des bonds 
Et même des pointes
Quand on les a dans la main 
Mais oui madame
C'est toute la femme qu'on tient

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.