Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2018 6 27 /01 /janvier /2018 15:48
Leila Alaoui : Les Marocains

Il y a un peu plus de deux ans, Leila Alaoui, photographe maroco-française, grièvement blessée dans l’attentat d’Ouagadougou du 15 janvier 2016, succombait à ses blessures. Elle était au Burkina-Faso pour réaliser une série de photos sur les femmes burkinabé pour une ONG. J’avais fait écho de son travail intitulé « Les Marocains » auprès des vénérables membres de l’AAA au moment d’une exposition à Sanary-sur-Mer. Mais cette œuvre mérite d’être remise à l’honneur.

Leila Alaoui : Les Marocains

Marchand d'eau au souk de Boumia (province de Midelt)

Née à Paris en 1982, d’une mère française et d’un père marocain, Leila Alaoui a grandi au Maroc, mais a étudié cinéma et photographie à New-York. Elle vivait entre Marrakech et Beyrouth. Les migrants, des réfugiés syriens au Liban aux immigrants marocains et surtout sub-sahariens prêts à tout risquer pour rejoindre l’autre rive de la Méditerranée, furent un de ses thèmes favoris.

Leila Alaoui : Les Marocains

Mais avec sa série « Les Marocains » elle fait quasiment œuvre anthropologique. La fameuse place Djemaa-el-Fnaa, chez elle, à Marrakech, lui a offert quelques personnages – charmeur de serpent, tireuse de bonne aventure, musicien et même, sa photo favorite, le jeune sourd-muet qui l’aidait à monter son studio mobile – mais Khamlia, le village Gnawa, avec en particulier sa mariée au masque quasi africain, a aussi été riche en belles découvertes.

Leila Alaoui : Les Marocains
Leila Alaoui : Les Marocains
Leila Alaoui : Les Marocains
Leila Alaoui : Les Marocains
Leila Alaoui : Les Marocains

Place Djemaa el-Fna Marrakech

 

" Les Marocains est une série de portraits photographiques grandeur nature réalisés dans un studio mobile que j’ai transporté autour du Maroc. Puisant dans mon propre héritage, j’ai séjourné au sein de diverses communautés et utilisé le filtre de ma position intime de Marocaine de naissance pour révéler, dans ces portraits, la subjectivité des personnes que j’ai photographiées. Inspirée par “The Americans”, le portrait de l’Amérique d’après-guerre réalisé par Robert Frank, je me suis lancée dans un road trip à travers le Maroc rural afin de photographier des femmes et des hommes appartenant à différents groupes ethniques, Berbères comme Arabes. Ma démarche, qui cherche à révéler plus qu’à affirmer, rend les portraits réalisés doublement “documentaires” puisque mon objectif – mon regard – est à la fois intérieur et critique, proche et distancié, informé et créatif. Ce projet, toujours en cours, constitue une archive visuelle des traditions et des univers esthétiques marocains qui tendent à disparaître sous les effets de la mondialisation.

 

Cette manière hybride de concevoir le documentaire fait écho à la démarche corrective postcoloniale que de nombreux artistes contemporains engagent aujourd’hui afin d’écarter de l’objectif  l’exoticisation de l’Afrique du Nord et du monde arabe très largement répandue en Europe et aux Etats-Unis. Le Maroc a longtemps occupé une place singulière dans cette utilisation de la culture historique – en particulier des éléments de l’architecture et des costumes nationaux – pour construire des fantasmes d’un « ailleurs » exotique. Les photographes utilisent souvent le Maroc comme cadre pour photographier des Occidentaux, dès lors qu’ils souhaitent donner une impression de glamour, en reléguant la population locale dans une image de rusticité et de folklore et en perpétuant de ce fait le regard condescendant de l’orientaliste. Il s’agissait pour moi de contrebalancer ce regard en adoptant pour mes portraits des techniques de studio analogues à celles de photographes tels que Richard Avedon dans sa série “In the American West”, qui montrent des sujets farouchement autonomes et d’une grande élégance, tout en mettant à jour la fierté et la dignité innées de chaque individu. "

Sa plus grande difficulté, a-t-elle racontée, était de convaincre les gens à prendre la pause, "dans un pays ou des personnes ont des appréhensions superstitieuses envers l’appareil photo et considèrent souvent la photographie comme une façon de voler l’âme des gens."

Leila Alaoui : Les Marocains

Essaouira

Leila Alaoui : Les Marocains

Tamesloht, près de Marrakech

Après avoir essuyé de nombreux refus et passé plusieurs minutes à persuader des passants, la jeune femme finalement réussissait à en convaincre quelques-uns. Mais spontanéité oblige, elle n’a souvent pas eu droit à l’erreur: "Intimidés par le flash, ils quittent immédiatement le studio après la première prise, me laissant avec une seule chance de prendre la photo."

Leila Alaoui : Les Marocains
Leila Alaoui : Les Marocains
Leila Alaoui : Les Marocains
Leila Alaoui : Les Marocains

Khamlia (au sud de Merzouga)

La mariée est étonnamment masquée...

Leila Alaoui : Les Marocains
Leila Alaoui : Les Marocains

Rifaines : la plus jeune de Chefchaouen

Leila Alaoui : Les Marocains
Leila Alaoui : Les Marocains
Ma préférée

Ma préférée

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

shana lilie 31/01/2018 01:53

Beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). au plaisir

Angeline 29/01/2018 17:58

j'aime me promener sur votre blog. un bel univers, très intéressant. vous pouvez visiter mon blog (cliquez sur pseudo) à bientôt.

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.