Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 15:05
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.

 

L'Arétin d'Augustin Carrache ou Les amours des dieux payens : ces ouvrages, parus à la toute fin du XVIIIe siècle, présentent un recueil de Postures érotiques, d’après les gravures de cet artiste.

Des Carrache – Carracci – Agostino est le moins célèbre : c’est son frère Annibale qui tient la 1ère place. Frères qui cependant collaborèrent pour leur œuvre la plus marquante : les fresques du Palais Farnèse. La mythologie y est déjà à l’honneur.

Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.

 

 

L’Arétin, s’il a sans doute inspiré les gravures, n’a rien à voir avec les textes de présentation qui sont l’œuvre de Simon-Célestin Croze-Magnan. Mais si Jacques-Joseph Coiny  a dû réaliser les gravures, l’auteur prétend qu’il le fît à partir d’estampes d’Agostino Carracci, romanesquement retrouvées .

Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.

L’Arétin d’Augustin Carrache n’obéit pas à une logique autre que celle des fameuses postures, puisqu’il va de la mythologie à l’antiquité romaine, de Vénus à Messaline, dans un ordre aléatoire. Vingt tableaux donc !

 

Les textes sont extraits de la présentation de chaque estampe.

Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.
Augustin Carrache : le plaisir des dieux.

L'Arétin d'Augustin Carrache est consultable gratuitement ici on peut même le télécharger.

 

Une savante édition papier est publiée au P.U.F. présentée par un professeur d'histoire de l'art à l'Université de Genève, Jan Blanc.

 

Et pour celles et ceux qui voudraient (re)découvrir L’œuvre du divin Arétin établie par Guillaume Apollinaire les Tomes I et II sont lisibles gratuitement grâce à Gallica (BNF).

 

En complément, la belle chanson paillarde, bien sûr :

 

LE PLAISIR DES DIEUX

 

Du dieu Vulcain, quand l'épouse friponne

Va boxonner loin de son vieux sournois,

Le noir époux, que l'amour aiguillonne,

Tranquillement se polit le chinois.

Va-t-en, dit-il à sa fichue femelle,

Je me fous bien de ton con chassieux;

De mes cinq doigts, je fais une pucelle,

Masturbons-nous, c'est le plaisir des dieux,

 

Bah ! Laissons-lui ce plaisir ridicule,

Chacun, d'ailleurs, s'amuse à sa façon:

Moi, je préfèr' la manière d'Hercule,

Jamais sa main ne lui servit de con.

Le plus sal' trou, la plus vieille fendasse,

Rien n'échappait à son vit glorieux,

Nous serons fiers de marcher sur ses traces

Baisons, baisons, c'est le plaisir des dieux.

 

Du dieu Bacchus quand, accablé d'ivresse,

Le vit mollit et sur le con s'endort,

Soixante-neuf et le vit se redresse;

Soixante-neuf ferait bander un mort,

O clitoris, ton parfum de fromage

Fait regimber nos engins glorieux

A ta vertu, nous rendons tous hommage:

Gamahuchons, c'est le plaisir des dieux.

 

Pour Jupiter, façon vraiment divine,

Le con lui pue, il aime le goudron;

D'un moule à merde, il fait un moule à pine

Et bat le beurre au milieu de l'étron,

Cette façon est cruellement bonne

Pour terminer un gueuleton joyeux:

Après l' dessert, on s'encule en couronne,

Enculons-nous, c'est le plaisir des dieux.

 

Quand à Pluton, le dieu à large panse,

Le moindre effort lui semble fatigant;

Aussi, veut-il, sans craindre la dépense,

Faire sucer son pénis arrogant,

Et nous, rêvant aux extases passées,

Tout languissants, réjouissons nos yeux

En laissant faire une amante empressée,

Laissons sucer, c'est le plaisir des dieux.

 

Au reste, amis, qu'on en fasse à sa tête,

Main, con, cul, bouche, au plaisir tout est bon,

Sur quelqu'autel qu'on célèbre la fête,

Toujours là-haut, on est sûr du patron.

Foutre et jou-ir, voilà l'unique affaire,

Foutre et jou-ir: voilà quels sont nos,

Foutons, amis, qu'importe la manière,

Foutons, foutons, c'est le plaisir des dieux.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.