Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 16:43
Schneidermann, au delà de l’odieux

Abjection votre déshonneur ! est-on tenté de s’écrier en lisant la dernière chronique matinale de D. Schneidermann. A force de jouer le donneur de leçons à l’encontre de ses collègues journalistes – il en donne encore un échantillon dans Libération envers Anne-Sophie Lapix – il en vient à basculer dans l’odieux sur la mort de deux journalistes de RFI au Mali.

Ghislaine Dupont, 51 ans, et Claude Verlon, 58 ans, envoyés spéciaux de RFI au Mali, ont été tués près de Kidal samedi 2 novembre 2013. AFP/-

 

La double exécution à peine connue, les rares informations dont on disposait furent noyées, sur toutes les ondes, sur tous les sites, dans une vaste cérémonie funéraire corporatiste. Il ne s’agissait pas d’informer, mais de pleurer les confrères, et de condamner la lâcheté des « barbares ». L’émotion avait fait basculer le système dans la pure et simple propagande de guerre, lui faisant oublier que cette double exécution était un acte de guerre, totalement barbare certes, mais ni plus ni moins que bien d’autres, qui ne parviennent jamais à notre connaissance. »

 

Procédé très schneidermannien : une globalisation – toutes les ondes et tous les sites, ce qu’il appelle lémédias – ce qui lui épargne l’obligation d’appuyer ses assertions d’exemples précis. Ensuite une énormité : pour lui, ce double assassinat, de deux journalistes armés de leurs micros est un « acte de guerre ».  Suivie de plus énorme encore, plus fort que l’habituelle objection débile sur les autres sujets toujours plus important que celui qu’on traite, cette « double exécution » de deux journalistes n’est pour lui, ni plus ni moins que d’autres « qui ne parviennent jamais à notre connaissance ». Sûr que si on assassine les journalistes, il y en aura encore plus d’exécutions et autres crimes de guerre dont on n'aura pas connaissance ! Et, faudrait-il, sous prétexte que d’autres crimes sont commis sans qu’on le sache, taire ceux qui frappent deux « reporters sans frontières » ?

 

Tout cela aboutissant à cette abjecte dénonciation d’une « cérémonie funéraire corporatiste ».

Journalistes tués au Mali : "Ils faisaient simplement leur métier", déplore un collègue

Face à cette ignominie, il est bon d’écouter un collègue de RFI des deux journalistes, Nicolas Champeaux, qui, avec dignité et pudeur, nous dit qui étaient les deux disparus.  Et en vrai journaliste fait le point sur les éléments connus et les interrogations sur les causes du drame.

 

 

Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 20:12
M. Hollande ne comprend rien aux guerres idéologiques du XXie siècle (dixit M. Onfray)

M. Hollande ne comprend rien aux guerres idéologiques du XXie siècle (dixit M. Onfray)

Michel Onfray, phare lumineux de la pensée basse normande, fait la leçon au Parti socialiste en général et à Hollande en particulier. Qu’ils relisent Clausewitz, L’Illiade et bien sûr Sun Tze. Ou plutôt qu’ils lisent Onfray, et son « art de la guerre » pour les nuls.

 

Cette guerre du Mali, car c’est de cela qu’il est question, montre « l'impéritie idéologique du Parti socialiste qui n'a pas de pensée de la guerre – pas plus qu'il ne dispose d'une pensée de l'éducation, d'une pensée de la santé, d'une pensée de la culture, d'une pensée de la bioéthique, etc. ». Ceux qui, comme moi, seraient tentés de juger cette phrase comme la démonstration répétée de la suffisance du philosophe, n’auront droit qu’au mépris hautain du penseur caennais.

 

Bien qu’il se réfère au fameux Sun Tzu, qui, si l’on en croit un spécialiste, P. Fayard, est un penseur de la complexité, Onfray lui donne dans le simple, le simplisme même. Hollande a décidé, poussé par les publicitaires, la guerre au Mali parce qu’il s’effondrait dans les sondages. Aussi nul que soit Hollande, il ne pouvait avoir oublié que la guerre éclair et victorieuse (ou qu’il présentait comme telle) de son prédécesseur en Libye, n’avait pas dopé longuement sa popularité.

 

On peut disputer des causes de la décision de Hollande, mais les réduire à une opération de communication n’est peut-être pas faire preuve d’une grande finesse d’analyse. Même Mélenchon n’a pas été aussi loin dans la caricature. Autant qu’il m’en souvienne, il a reproché à Hollande d’intervenir au bénéfice d’un gouvernement non démocratique. Fallait-il venir au secours d’un état, déjà dépecé, et qui risquait de tomber sous la coupe de groupements terroristes extérieurs ? Hollande, d’ailleurs, en vrai disciple de Sun Tzu, eût préféré faire l’économie d’une intervention en laissant le rôle de réunification à une force africaine.

Sodats français au bord du fleuve Niger

Sodats français au bord du fleuve Niger

Sans vouloir mettre en doute la compétence géopolitique et géostratégique de l’ex-prof de philo de l’institution Ste Ursule, parler de « configuration napoléonienne » à propos de l’intervention malienne, avec Clausewitz à l’appui, est peut-être un peu exagéré. Quatre mille hommes environ, certes des moyens technologiques supérieurs (aviation notamment), mais on est loin, même proportionnellement, du rouleau compresseur états-unien en Irak par exemple. Les prises d’otages, dont il fait état, n’avaient pas attendu la crise Malienne pour avoir lieu. Elles ne paralysent pas immédiatement l’action militaire, puisque, à ce compte, l’intervention n’aurait jamais eu lieu.

 

Et dans un grand écart, nous sautons des grottes inaccessibles du nord Mali où les insaisissables combattants islamistes en tongs(?) et djellabahs se sont réfugiés à des truismes sur la nécessité d’une défense européenne qui mutualiserait les matériels, les savoir-faire, les troupes, la technologie, la compétence, les budgets, les commandements. Une CED – communauté européenne de défense - en quelque sorte. Mais qui supposerait – c’est là-dessus que ça a échoué en 1954 – d’abord une vision commune de la défense.

Onfray, le grand stratège du bocage normand

Puis nous retombons dans les grottes ou les dunes et au point de départ de la pensée suprême de l’hédoniste à la triste figure : Hollande veut redorer son blason à moindre coût en pourchassant « des va-nu-pieds dans le désert plutôt que de s'attaquer à des Etats riches, forts, puissants, disposant d'une véritable armée, voire de bombes atomiques, et qui souscrivent à l'idéal terroriste d'un certain nombre de musulmans intégristes, notamment l'expansion idéologique en Occident ! » Du coup, on se demande si le pourfendeur de Freud n’a pas abusé du Calva. Car, aussi nul en géopolitique que peut l’être un socialiste, des pays de ce genre, il n’y en a pas beaucoup. Ne parlons pas des micro-états du golfe qui rachètent petit à petit ce que la France en faillite brade aux émirs les plus offrants (jusqu’à présent à part le PSG, pas grand-chose). L’Arabie saoudite ? L’Iran ? Le Pakistan ? Voilà qui répondrait mieux à la définition. S’attaquer à eux ? Il faudrait que notre Ulysse nous explique quelles ruses employer : le cheval de Troie du consumérisme (développement des classes moyennes, avec moins d’enfants) n’a pas semblé bien probant en Tunisie et en Egypte. Et l’art de la guerre pratiqué en Afghanistan par les états-uniens – mais oui, quand les soviétiques étaient à Kaboul – a abouti à la prise du pouvoir par les talibans qu’ils avaient armés.

 

Si ce papier veut dire qu’une fois la reconquête des cités assurée (au risque toujours présent d’attentats), tout n’est pas réglé, c’est enfoncer une porte ouverte. Touaregs mécontents, bandes armées mêlant intégrisme et trafics en tout genre, frontières poreuses, quasi sanctuaires en Libye, etc. rendent fragile toute cette zone sahélienne. Mais si la France pèche, c’est de ne pas avoir assez usé de son ingérence en ne faisant pas arrêter le capitaine factieux qui a mis à mal un système politique certes imparfait, mais qui n’était pas le moins démocratique de la région.

 

En complément un article du Canard Enchaîné sur le très tolérant philosophe post-anarchiste

Onfray, le grand stratège du bocage normand
Repost0

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.