Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:18

anecarotte

Des « étrennes » pour les recteurs d’Académie et pour les proviseurs et principaux : une prime au mérite.


Si l’on en croit Le Monde du 20/10/10, les recteurs d’Académies, au lieu de recevoir une prime annuelle fixe de 19 000 euros, recevraient un fixe de seulement 15 200 euros et une part variable de 0 à 6840 euros. Pour autant que ces chiffres soient avérés, il n’est pas sûr qu’une partie d’entre eux ne se fassent entuber. Il est "totalement normal et naturel (sic) que les recteurs, qui sont responsables de la politique de l'éducation dans les académies, soient associés aux objectifs assignés par le gouvernement". Et quel est l’objectif premier du gouvernement ? supprimer encore et encore des postes ! 

Contrairement au Préfet (auquel le compare abusivement le Ministère), le Recteur ne fait pas partie d’un « corps » (la préfectorale) mais exerce une fonction. Cette fonction, malgré des dérogations élargies à 20 %, est attribuée très majoritairement à des Professeurs d’Université. Que ces éminents universitaires acceptent cette carotte est inquiétant. On imagine mal leurs non moins éminents devanciers, comme Louis Legrand, Claude Pair, Alain Bouvier, Christian Forestier, Bernard Toulemonde… accepter une prime à la casse.


Prime aux principaux et proviseurs : un coup vicieux

anecarotte4

L’annonce d’une prime de 6 000 euros pour les personnels de direction –mais tous les trois ans, faut pas rêver – si elle relève de la même logique, est avant tout une assez minable petite manœuvre du Ministre. Alors que des discussions sont en cours – une réunion avec les principaux syndicats venait d’avoir lieu – Luc Chatel, avec son air de 1er communiant, balance cette annonce unilatérale. Les services de communication du ministère font bien les choses. Reprise non seulement dans la presse écrite, mais aussi à la télé (sur FR2, la non spécialiste qui commente en voix off va jusqu’à parler d’une hausse possible de 10 % des appointements). La réaction du SNES (syndicat majoritaire des profs dans le secondaire) ne se fait pas attendre : c’est une prime à la servilité ! Plane donc le soupçon de complicité de suppression de postes.


Or, les proviseurs et principaux de collège surtout (pour cause de réforme du lycée en cours et de craintes de mouvements lycéens, le second cycle est épargné), sont les premiers à constater les dégâts, puis en première ligne pour les annoncer. Ils reçoivent une DHG (dotation horaire globale) et à eux de se démerder.


aneetcarotteChatel feint de ne pas aborder ce sujet brûlant. Il s’agit de «valoriser l’engagement des acteurs et les intéresser aux résultats». Tous les trois ans donc, à partir d’une « lettre de mission » sorte de contrat d’objectifs, on examinera les éléments de performance. Pour les critères : « Je pense à la politique du projet pédagogique d’un établissement, je pense aux performances, aux résultats scolaires par rapport aux prévisions qui ont été faites. Je pense à la capacité d’intégrer des élèves en difficultés » a indiqué Chatel, sur France-Info. Tout cela fleure bon, chez l’ex-DRH dans le groupe L’Oréal, le vocabulaire managérial des entreprises privées.


Il ne lui viendrait pas à l’idée que, quand les marges de manœuvres se réduisent comme peau de chagrin, quand, à force de dégraisser le mammouth, on va bientôt gratter l’os, faire vivre un projet d’établissement relève de la mission impossible. Pour rester dans un domaine que M. Chatel doit connaître, une entreprise privée qui vit sous la menace constante de licenciements, risque d’avoir beaucoup de peine à amener ses salariés à se projeter avec dynamisme dans l’avenir. C’est la situation globale des collèges.


L’idée que l’on puisse valoriser ceux qui s’impliquent à fond dans leur boulot ne provoque des crises d’urticaire que chez les révoltés professionnels de salle de profs qui s’accommodent fort bien, au demeurant, d’une conception semi-libérale du métier de professeur (semi, pour les garanties de la fonction publique, libérale, pour le droit de faire ce que bon leur semble dans la classe).


anecarotte2L’idée, après un diagnostic partagé, d’une lettre de mission sur 3, 4 ou 5 ans, avec un point annuel et un bilan, là encore, partagé, n’est pas le symptôme d’un néo-libéralisme forcené. Encore faut-il que les règles du jeu ne soient pas changées : sans revenir sur le mammouth dégraissé, la mise en œuvre de la réforme du lycée change la donne pour leurs équipes de direction (ne parlons pas de ces expérimentations, style mi-temps sportif ou CLAIR, lancés à l’improviste et que, sans aucun bilan, on veut étendre). Et la carotte triennale n’est pas la réponse pertinente à la volonté de valoriser le dynamisme efficace d’équipes de direction.


En l’état des discussions, les syndicats n’ont rien signé. Ce que dit clairement l’un d’entre eux : « À ce jour, notre organisation n’a absolument pas signé de protocole de discussion avec le Ministre, pour la simple raison que les négociations menées depuis deux ans avec la direction de l’encadrement sur le régime indemnitaire et sur bien d’autres sujets tels l’évaluation, la formation, et le statut n’ont pas encore abouti. […] Le groupe de travail qui s’est réuni lundi 24 janvier a reçu des propositions qui concernent l’ensemble du régime indemnitaire des personnels de direction et pas seulement la partie « Résultat ». La Prime de Fonction et de Résultat a été actée pour la fonction publique en 2009, et à l’époque la CFDT s’était prononcée contre. […] L’objectif clairement affiché, dans le cadre de ces discussions, est d’obtenir une refonte et une simplification des grilles indemnitaires pour les personnels de direction, et un engagement clair du ministère sur l’échéance finale de cette refonte. En l'état, les propositions faites n’obtiendraient pas notre accord. »  Et les deux autres n’ont rien signé, non plus.

 

Une manœuvre de confusion du gentil M. Chatel, donc !

 

 

Pour compléter : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/01/28012011Accueil.aspx#edito

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans Actualité éducative
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.