Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 14:35

Chevre MAM2

 

MAM, avec ce ton inimitable qui tient de Marie-Chantal et de l’adjudant de quartier, a donc osé déclarer : «Nous proposons que le savoir-faire qui est reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type. C'est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays [Algérie et Tunisie], dans le cadre de nos coopérations, d'agir en ce sens pour que le droit de manifester puisse se faire en même temps que l'assurance de la sécurité». Outre que dans le savoir-faire provocateur de flics en civils dans une manif les sbires de Ben Ali ou de Bouteflika n’ont pas de leçon à recevoir (mais pour les tirs tendus de grenades lacrymogènes, les flash-balls énucléeurs et les tasers tueurs notre savoir-faire eût pu être exporté sur une plus grande échelle), cette déclaration à l’Assemblée nationale était une pure connerie. Même dans l’optique cynique d’une realpolitik, qui s’avère désastreuse, ces chose là se font clandestinement, mais ne se disent pas. Et quand la politique réelle dément cette réalpolitik, même si la déclaration imbécile a été approuvée par « Matignon », avec l’aval de « l’Elysée », l’intelligence commande de sacrifier la chèvre émissaire.


A l’évidence, ni elle, ni « celui qui fait président », ni beaucoup d’autres n’avaient rien présagé. Non pas que la presse écrite – mais aussi parfois la télévision – ait ignoré les emprisonnements politiques, les grèves de la faim, l’absence de liberté de la presse, des élections présidentielles de république bananière, voire la répression sanglante de soulèvements populaires (Gafsa en 2008, par exemple)… Mais l’aura du bourguibisme continuait de flotter : l’émancipation de la femme et une certaine laïcité tranchaient sur le reste du Maghreb. S’y ajoutait un dynamisme économique évident.

Les donneurs de leçon, prophètes de l’après coup, style P. Marcelle, ont beau jeu de dénoncer « ceux qui n’ont rien voulu voir venir ». D’opposer « deux éminences «de gauche» et de tunisienne origine que sont Gisèle Halimi et Serge Moati » à Taoufik Ben Brik. (« A l’unisson de la première, mais en moins prudent, le second osa d’emblée un arrogant : «Je défie quiconque d’avoir vu venir quoi que ce soit.» Quelques minutes plus tard, de Tunis et par téléphone, Taoufik Ben Brik, indomptable opposant régulièrement harcelé, torturé et emprisonné par les chiens policiers […] rectifia vivement. En mai 2010 encore, il avait prévenu que «ce régime n’allait pas durer». ») Qu’un opposant prévoie la chute du régime contre lequel il se bat tient de l’espoir de voir son combat enfin aboutir et non de la prédiction. Car comme le note Jean Birbaum, dans Le Monde Magazine (22/01/11), citant P. Kropotkine : « “Cela ne peut plus durer, cela finira mal”, se dit-on de tous les côtés. Mais de ces raisonnements (…) à l’insurrection, à la révolte, il y a tout un abîme », ce que reprend Birbaum : « chaque révolution (…), à l’instant de son déclenchement, se déploie toujours sous le signe de l’événement absolu, c’est-à-dire de l’imprévisible à l’état pur. ». Donc les procès en non-voyance sont in-signifiants.


jasmin-d-hiverComme sont encore plus insignifiants, pour ne pas dire futiles, les disputes sur l’appellation « Révolution de ou du Jasmin » (allusion à la lointaine « Révolution des œillets » où l’armée avait aussi joué un rôle ?). Les « Tunisiens qui jugent leur nouveau petit nom trop "carte postalistique", ils peuvent toujours râler sur Twitter, vive la liberté, mais qu'ils ne dérangent pas le business, et ne menacent pas le retour des touristes. » persiffle Schneidermann. « La «révolution du jasmin», disent-ils… Détestable appellation. En la voyant fleurir[…] j’y reniflai cette odeur sucrée de la contre-révolution, toujours parée de bons sentiments et de seyants atours. » rajoute Marcelle. Nos révolutionnaires en pantoufles ne supportent pas cette fleur qui symbolise "la pureté, la douceur de vivre, et la tolérance", selon le blogueur qui revendique la paternité de ce nom.


Les deux se rejoignent encore pour dénoncer ceux qui agitent l’épouvantail barbu. Schneidermann ironise sur les journalistes de FR2 qui, dit-il, cherchaient l’islamiste partout. Plutôt que de prêter cette obsession de l’islamisme – qui explique grandement d’ailleurs l’indulgence pour Ben Ali et d’autres – à l’influence d’identitaires « de souche » et autres faux laïques et vrais racistes, peut-être faudrait-il remonter beaucoup plus loin, du temps de Giscard, du côté de Neauphle-le-Château. Quand le régime du Shah d’Iran, appuyé sur une féroce police secrète, s’écroule en février 1979, nul ne prévoyait vraiment que Rouhollah Khomeini, avec son allure de noble vieillard, allait instaurer un régime encore plus totalitaire. Qu’on entende bien, il ne s’agit pas de comparer l’Iran post Shah et la Tunisie post Ben Ali, mais le syndrome Khomeini reste présent.

Iran shah khomeini

 

De toutes façons, les révolutions sont toujours décevantes. Ne parlons pas de la nôtre… (quoique : elle sombre dans la terreur, pour finir sur un trône impérial. Et il faudra un vote de raccroc pour que la République - 3e du nom – presqu’un siècle après, s’installe sur la durée).

Elles ne peuvent que décevoir car chargées d’espérances immenses et parfois contradictoires. Qui mieux que François Maspero peut décrire un Cuba dirigé par les brejnéviens frères Castro, lui qui a vécu l’espérance tiers-mondiste de la Révolution Cubaine ? Inutile d’évoquer nos ridicules maoïstes de « La cause du peuple » soutenant une Révolution prétendument culturelle, quand on voit la Chine conjuguer le libéralisme sauvage où l’exploitation de l’homme par l’homme est poussée jusqu’à l’extrême avec un régime politique totalitaire.


A tout prendre, on ne peut que souhaiter à la Tunisie et surtout aux Tunisiens, une révolution florale comme celle des œillets, au Portugal. Elle s’est traduite par une très prosaïque démocratie, après les envolées poétiques qui ont suivi le 25 avril 1974. Que symbolise l’œillet ?

Mais ce jasmin symbole de douceur de vivre et de tolérance est un bel emblème pour une révolution qui mettrait fin pacifiquement aux années de plomb de l’ère Ben Ali !

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans Mises au clair
commenter cet article

commentaires

Shahpour 06/02/2011 05:26


TOTALITARISME contre MONARCHIE

Pensez –vous réellement qu'il n'y aurait qu'une différence de degré, et non de nature, entre l'Iran du Shah, monarchie constitutionnaliste moderniste, et l'Iran de l'ayatollah, République islamique
moyenâgeuse et barbare, dont vous dites simplement qu'il serait « encore plus totalitaire », insinuant que, du Shah à Khomeyni, l’on serait seulement passé d’un totalitarisme à un autre?

Totalitaire, la théocratie islamiste instaurée en 1979 par l’ayatollah Khomeyni en Iran l'est assurément et incontestablement.
En revanche, à quel titre l'ancien régime monarchique, certes quelque peu autocratique, mais infiniment moins que ce que les détracteurs du Shah en ont mensongèrement prétendu, pourrait-il être
qualifié, comme vous le faites, de totalitaire?
Connaissez-vous le sens des mots et des concepts politiques que vous employez si légèrement et si improprement?
Cela mériterait quelques éclaircissements de votre part.

Shahpour, exilé perse, 78 ans, Paris, FRANCE


J.-F. Launay 07/02/2011 15:03



Il ne s'agissait pas de disserter sur les méfaits comparés du régume du Shah et de l'actuel régime Iranien (bien pire) mais de pointer ce "syndrome Khomeini" qui explique, en partie au moins, la
complaisance envers des régimes dictatoriaux.


Mais vous avez raison, le régime du Shah, appuyé sur une police politique, était dictatorial, celui des mollahs est totalitaire.



Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.