Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 18:18

Ne boudons pas notre plaisir (bis) : le successeur de Jean-Louis Debré bouté hors du fauteuil de maire ébroïcien ne m'a pas procuré la même satisfaction que l'éviction de Miraux à Vernon, mais était une nouvelle agréable.

Le « petit » Champredon m'avait, pour de mystérieuses raisons, envoyé toutes ses lettres de campagne, campagne qui, techniquement parlant, semblait menée fort professionnellement. La presse, à l'occasion d'une brève, m'avait informé d'une facétie : il avait, nuitamment, été visiter le local PS pour y piquer un paquet d'affiches de son concurrent du PS.

Je ne m'étais pas préoccupé des raisons de sa candidature dissidente.

Le hasard d'un regard en diagonale sur le sommaire d'une production laïciste m'a fait découvrir un torche-cul (virtuel) intitulé La leçon d'Evreux et signé d'un prof de philo nommé Collin.

Hélas, hélas, hélas ! Le petit coq hargneux, dressé sur ses ergots, qui m'agressait autrefois, n'aurait fait que plaquer un sourire avenant sur un fond de sectarisme intact. Si l'on en croit le prof, sa dissidence était placée sous le parrainage de Dolez, un sous-Mélenchon du Nord, et sa liste comptait dans ses rangs le PT (ça ne s'invente pas), la secte la plus bornée et la plus magouilleuse du trotskysme. Le vieux Plaisance aurait soutenu sa candidature. Espérons pour les ébroïciens que ce positionnement était purement tactique, pour faire pièce au candidat officiel du PS, et qu'il saura, comme son illustre prédécesseur, gérer la ville en prenant de la distance avec des alliés soudés avant tout par un anti-PS viscéral.

 

Car le Collin, prolixe écrivain avec des bouquins de philo à foison, dans un article suivant, tire les leçons des élections municipales et cantonales. Article dans lequel il tisse des louanges à l'inamovible Larmanou, maire de Gisors de toute éternité, qui devait déjà considérer Georges Marchais comme un redoutable déviationniste dans les années 70 et partisan actif du vote révolutionnaire consistant à favoriser le candidat de droite au détriment de celui du PS ! La théorie de notre prof est simple : figurez-vous que le PS n'a pas vraiment gagné les élections cantonales ou municipales. : « le rôle du PS comme parti des classes moyennes aisées est confirmé par cette élection. Les succès de Lyon, de Lille et de Paris le démontrent à l'envi. Inversement, Marseille* qui est une ville plus ouvrière et un des hauts lieux des manifestations des quinze dernières années est restée à droite. » Et le fait que Jupé ait été réélu dans une ville où S. Royal avait fait 55% est une coïncidence finalement riche d'enseignements (sic). Qu'à Toulouse, avec un sortant plus anonyme, les électeurs aient fait coïncider les deux votes, ne semble pas avoir frappé le brillant analyste.

Et il dénonce la machiavélique opération du PS, prônée par la diabolique Ségolène Royal et illustrée par la victoire de la non moins diabolique Voynet à Montreuil, consistant à enterrer la sacro sainte union de la gauche !

Dans sa fièvre démonstrative, ce membre de la liste Champredon, n'hésite pas à manier les contre-vérités flagrantes. Ainsi parlant de l'électorat ouvrier et employé il affirme que Sarkozy avait devancé Royal dans cette catégorie de la population. Or, pour l'IPSOS comme pour la SOFRES, Royal devance Sarkozy chez les ouvriers comme chez les employés : 51 % des employés et 54 % des ouvriers pour le premier, 57 et 59 % pour la seconde.

 

Le modèle est allemand : Die Linke, d'Oskar Lafontaine, coalition de gauche extrême dont l'ambition première est, en écartant le SPD du pouvoir, d'assurer l'hégémonie des chrétiens démocrates. Mélenchon, en Lafontaine français, voilà au moins de quoi déclencher une grande hilarité, même dans la nébuleuse nonisto-laïcarde qui, dans un grand élan unitaire, ostracise la LCR comme trop favorable aux communautarismes.

 

* Notre observateur semble ignorer que la gauche a gardé la majorité à Marseille dans les secteurs les plus populaires et a échoué à faire basculer un des secteurs plus huppés du centre ville.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.