Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 08:07

“Cimetière virtuel"

 

Parce qu'à la Toussaint une grippe l'a empêché d'aller fleurir la tombe de ses parents, Jean Rollet a créé un cimetière virtuel sur Internet. Un bon moyen, d'après ce retraité dijonnais, de se recueillir sans avoir à prendre le train pour déposer ses chrysanthèmes à date fixe. Aidé d'un infographiste improvisé fossoyeur, le cyberpapy prépare donc l'ouverture - prévue le 1er février - de sites mortuaires sur le Web. En guise d'ornements, les tombes virtuelles sont pourvues de photos numérisées, de renseignements généalogiques et même d'enregistrements sonores du défunt !

 

«Le cimetière virtuel bouscule une culture de la mort vieille de plusieurs millénaires, s'enthousiasme Jean Rollet. Grâce à Internet, les gens pourront préparer leur disparition et laisser une trace de leur passage sur terre.» Nel Obs 23 Janvier 1997”

 

Ce « jour des morts » (le vrai, le lendemain de la Toussaint, fêtes de tous les saints) peut être l’occasion d’évoquer le souvenir d’un quasi anonyme qui fut un grand honnête homme : Jean Rollet !

 

Meknès, en 1968 ou 69, ce directeur du BELC (Bureau d’études linguistiques et culturelles ou quelque chose de proche), annexé au Lycée Paul Valéry, nous reçoit dans son logement de fonction, nous les quasi blédards d’Azrou venus sans doute solliciter quelqu’aide, aux plafonds immenses. Un personnage presque gigantesque, au rire homérique, mais à l’immense gentillesse, père d’une famille nombreuse et heureuse. Nous le retrouverons devenu directeur de l’action culturelle à la MUCF* à Rabat.

 

Ce n’est que beaucoup plus tard que nous apprendrons la saga de Jean Rollet. La mort de son père l’oblige à quitter l’école Normale où il allait devenir instituteur pour reprendre la petite entreprise familiale. Non content de la faire survivre, il va la faire passer d’une vingtaine de salariés à plus de deux cents.

Et mission accomplie, il décide de la céder et, avec sa petite famille fondée entre temps, de retourner à ses premières amours pédagogiques en partant en coopération en Tunisie.

 

C’est donc quelques années plus tard que nous le retrouvions à Meknès, puis à Rabat.

La fin de son séjour marocain a peut-être été gâchée par la malfaisance qui régnait dans beaucoup de couloirs de la MUCF (devenue depuis MUCC) où certains passaient la moitié de leur temps à glisser des peaux de bananes  sous les pieds de leurs collègues et l’autre moitié à les éviter.

 

A son retour, il est redevenu instituteur.

 

Et à sa retraite il est devenu un cyberpapy à une époque où même les 40-50 ans considéraient pour beaucoup Internet et même l’ordinateur avec méfiance…

 

Je l’avais invité à animer une soirée mensuelle pour les parents d’élèves du collège que je dirigeais : malheureusement sa santé s’était dégradée.

 

Malheureusement aussi son idée de « cimetière virtuel » a été dévoyée par des boutiquiers du deuil…

 

Hommage donc à ce grand homme au double sens du mot.

 

* MUCF : Mission Universitaire et Culturelle Française, MUCC : Mission Universitaire et Culturelle de Coopération

Partager cet article

Repost 0
Publié par JFL J.-F. Launay - dans Mémoire cimetière virtuel MUCF
commenter cet article

commentaires

Dedieu, Jean Pierre 22/07/2015 11:51

J'ai connu Jean Rollet à Sousse. J'étais adolescent alors. C'est bien lui... Haut en verbe et en couleurs, le genre de personnage qu'on n'oublie pas!

Alexandre ROLLET 05/02/2012 10:56

Quelle surprise de trouver cet hommage à mon grand père en tapant par hasard son nom sur internet.
C'était effectivement un grand homme, visionnaire, je pense souvent à lui.

Yves G. 02/11/2016 08:04

Je recherche la trace d'un capitaine Rollet, en Tunisie en 1943, avait-il un lien de parenté?

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.