Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2018 4 27 /09 /septembre /2018 17:22
Sára Saudková

Cette photographe tchèque est le plus souvent associée à Jan Saudek qui fut son compagnon et surtout son « maître » pendant une dizaine d’années. « Maître Jan m’a appris le métier de la photographie, car une meilleure école n’existe pas... ». Et elle compare cet apprentissage à celui des peintres de la Renaissance.

Sára Saudková

Portrait de Jan Saudek (2001)

De son vrai nom Sarka Směšná, elle est née en 1967 à Zábřeh en Moravie. Elle conte une enfance et une adolescence pas très heureuse, dans une famille au conformisme strict et une mère très mauvaise langue envers toutes les autres femmes du voisinage. Bien que, plus tard, elle n’ait pas hésité à poser, devant l’objectif, en tenue d’Eve, elle fut une adolescente timide, mal dans sa peau.

Sára Saudková

A priori rien ne la destinait à devenir photographe, puisqu’elle suivit des études supérieures à la faculté d’économie de Prague dont elle sortit diplômée en 1990. Mais ce fut à la fac qu’elle découvrit le travail de Jan Saudek, frappée par le style pour le moins original du photographe.

Sára Saudková

Elle voulait rencontrer le photographe bohème et elle a finalement réussi.

Elle lui écrivit une lettre et il l’invita bientôt à visita son atelier. Bien sûr, il lui a immédiatement proposé de poser pour lui. Bien que Sarah se présente comme une personne assez timide, Saudek n'a pas eu de problèmes à la décider. "Il peut créer une atmosphère magique", a-t-elle expliqué.

"Vous n’avez pas l’impression qu’il ne veut que prendre des photos de vous, son allant et son admiration pour la beauté féminine vous emportent. Soudain, vous ne savez même pas que vous êtes nue devant lui et vous ne trouvez pas ça déplacé. "

Sára Saudková

Jan a été séduit par une jeune femme de 32 ans sa cadette et il a donc commencé une relation qui va durer une dizaine d’années. Le photographe prétendait que c’est le destin qui lui avait envoyé Sara.

Sára Saudková

Autoportrait

Sara s’est d’abord occupée de mettre de l’ordre dans une comptabilité chaotique. Mais, elle qui ne connaissait rien à la photographie, a voulu passer de l’autre côté de l’objectif (et, on le verra, tout en restant souvent son propre modèle). Grâce à son compagnon, elle a pénétré le secret de la photographie.

Sára Saudková

Compagnon toujours entouré de nombreuses femmes, vie tumultueuse qu’elle acceptait : "Si je le coupais de la source de sa joie et de son inspiration, c'est-à-dire des femmes, ce ne serait plus lui. Il est accro à elles. Physiquement et mentalement ". Au point même, de jouer en quelque sorte la rabatteuse. Quand elle voyait une femme intéressante dans la rue, elle se sentait obligée d’essayer de la convaincre de poser pour Jan.  "Comme quand un chat chasse une souris et ramène des trophées à la maison".

Sára Saudková

En mal d’enfant – et peut-être d’une vie un peu moins agitée - Sára Saudková ne trouvera rien de mieux que de s’en faire faire quatre par Samuel… le fils aîné de Jan Saudek, avec qui  elle a une vie familiale parfois compliquée. Les relations avec son ancien compagnon, père de son époux et donc grand-père de ses enfants ont, elles aussi, connues des hauts et des bas. Il semble même que le photographe l’ait accusée d’avoir volé des négatifs.

Sára Saudková n’aime pas la photo numérique. Elle travaille donc avec un appareil photo moyen format (Hasselblad) et du film argentique. Le plus souvent en noir et blanc. Comme Jan Saudek, elle n’utilise pas de modèles professionnels, mais des personnes proches ou de rencontres. Elle est d’ailleurs souvent à elle-même son propre modèle.

« Une photo est un miracle - parce qu’elle permet d’apprivoiser et d’arrêter le temps et elle nous montre aussi l’insaisissable : mouvement, émotion, douleur et beauté. Elle réveille nos mémoires - de tout ce que nous aimons. »

Sára Saudková

Sára et Samuel

Même si elle a répondu à quelques commandes, elle consacre l’essentiel de son travail à la libre création, avec des mises en scène photographiques assez simples, souvent autobiographiques.

Depuis 2015, elle s’est mise à l’écriture, avec déjà trois livres à son actif.

Sára Saudková

Le thème de la femme enceinte, pour celle qui le sera quatre fois, est récurrent.

Sára Saudková
Sára Saudková

Et elle s'y met en scène

Sára Saudková
Sára Saudková
Sára Saudková
Sára Saudková

Quelques scènes de sa vie quotidienne.

Sára Saudková
Sára Saudková
Sára Saudková

Une oeuvre de commande : Milos Forman

Sára Saudková

Des nus aux poses souvent insolites

Sára Saudková
Sára Saudková
Sára Saudková
Sára Saudková
Sára Saudková
Sára Saudková

Peu d'extérieur

Sára Saudková
Sára Saudková
Sára Saudková

Quelques hommages : Balthus, Bukowski

Sára Saudková
Sára Saudková

Et comme une histoire : coïtum et post-coïtum

Sára Saudková
Sára Saudková

 

NB Cet article a eu pour sources des articles tchèques avec une traduction google souvent b1zarre, plus un article français : http://eve-adam.over-blog.com/2018/06/sarah-saudek-photographe.html

 

Pour compléter :

son site : https://www.saudek.com/en/sara/uvod.html

sa page fessebouc : https://www.facebook.com/sara.saudkova

et quelques photos récentes de cette magnifique cinquantenaire : https://www.ahaonline.cz/galerie/trapasy/229501/sara-saudkova-51-se-znovu-svlekla-prsa-uz-ale-skryva?foto=0

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Géhèm 05/10/2018 10:31

L'élève a égalé le maître (j'ai revu avec plaisir les photos de Jan Saudek) et elle est magnifique.

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.