Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 21:27

Le 10/10/2013 à 13:19 | AFP Le prix Nobel de littérature attribué à la Canadienne Alice Munro. Le prix Nobel de littérature 2013 a été décerné jeudi à la Canadienne anglophone Alice Munro, 82 ans, décrite comme « la maîtresse de la nouvelle contemporaine ». Elle est la première ressortissante du Canada à décrocher ce prix de littérature, et la treizième femme au palmarès.

Le 11/10/2013 à 05:00 La Canadienne Alice Munro reçoit le prix Nobel de la littérature.  « C’est absolument formidable ». C’est ainsi qu’Alice Munro, 82 ans, a réagi hier, lorsqu’elle a appris qu’elle venait de décrocher le Nobel de littérature.

 

'Le Bien Public'

Paris-Stockholm

Le jeudi 10 octobre, le jury de Stockholm attribue le prix Nobel 2013 de littérature à Alice Munro, écrivaine canadienne de 82 ans, spécialiste de l’écriture de nouvelles[1]. On ne l’attendait pas, elle n’y s’y attendait pas : la nouvelle est un genre peu prisé par les critiques. L’auteur de ce billet qui, en tout petit amateur, s’essaie à ce genre littéraire s’en réjouit. Surtout, il file le jour même à la librairie pour acquérir, sinon l’ouvrage objet du prix, tout au moins un ouvrage de la lauréate. Il espère trouver dans cette lecture quelque leçon dont il fera son miel.

 

Les rayons des librairies, depuis deux mois, flamboient des nombreux prix littéraires qui, comme les feuilles mortes de Prévert et Gainsbourg, se ramassent à la pelle en cet automne coloré d’été indien. J’y cours, j’y furète : de prose d’Alice, point.

 

Stupeur des vendeurs et vendeuses interrogés. « On n’a pas de stocks… cette auteure n’était pas bien connue … On a certainement du passer des commandes… Les éditeurs doivent faire des tirages ». Je vois, au fond de leurs yeux, désolation, désespoir, effarement. On imagine, en d’autres temps, en d’autres lieux, la tentation d’un ultime geste de samouraï. Une librairie trouve, au fond d’un étalage, un exemplaire de l’ouvrage. Je l’abandonne élégamment à une lectrice qui passait là au même moment pour la même pathétique cause. J’observe jour après jour les étalages. Le samedi 19 octobre, l’ouvrage s’offre à ma gourmandise.

 

Perplexe, je m’interroge : le moindre prix littéraire hexagonal déclenche dans l’heure l’apparition de l’ouvrage à profusion « en tête de gondole » alors qu’un prix mondial met 8 jours pour faire le trajet Stockholm-Paris.

 

De deux choses l’une : ou les prix hexagonaux sont courus longtemps à l’avance, ou les libraires français ne lisent plus : la dame écrit, en effet, depuis 45 ans. Dans les deux cas j’y vois au moins une faute de goût. Pauvre Albert Camus, pauvre Monsieur Germain.

 

Gérard Giraud

 

[1] « Trop de bonheur », éd. L’Olivier – 316 P., 24 €)

GG, vieux (façon de parler) complice sguénard m'a déjà honoré - mais non, n'attendez pas le classique ' de Balzac' - d'un haïku et de pertinents commentaires. Je me réjouis qu'il contribue au deblog-notes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.