Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 20:41
Vive le mur des cons !

Le site d’information Atlantico – un faux-nez pour une officine de propagande de droite extrême – a révélé un scoupe qui bouzze : le syndicat de la magistrature, dans ses locaux, affichait sur un mur des caricatures et photos de personnes diverses, accompagnées de commentaires et plus souvent de citations. Honte et scandâle ! Avec ce « mur des cons », le « mur du çon »*, cher au Canard enchaîné, a été pulvérisé par les boutefeux habituels de l’UMP.

 

Faut-il rappeler à nos faux indignés qu’UBUprésident – en principe à l’époque 1er magistrat du pays – comparait les juges d’instruction à des « petits pois » ? C’était, il est vrai, à son niveau. Ne parlons pas des syndicats de policiers style Synergie ou Alliance qui n’avaient cesse de dénoncer le laxisme des magistrats  (magistrats pourtant bien indulgents sur les bavures policières).

Revenons à nos « cons » et à leur « mur ». Le Grand Journal de Canal + ne pouvait manquer cet énorme scandale. Il avait invité le placide Glavany, PS, sur l’attentat de Tripoli d’une toute autre importance, sujet expédié en deux temps trois mouvements. Et Glavany s’est retrouvé face à un membre d’Atlantico, prétendument journaliste qui nous a sorti le couplet UMPiste habituel sur « l’intimidation morale » de la gauche, Yves Thréard du Figaro qui a proféré des énormités du style chasse à l’homme auxquelles il ne croyait pas lui-même et enfin un ancien responsable de Synergie police, élu régional UMP (et qui continuait de s’en prendre aux magistrats de Seine-St Denis, pour ne pas perdre la main). Plus, l’inévitable Apathie, qui d’un ton solennel a prononcé un « ce n’est pas digne de magistrats » définitif !

 

Au fait, en quoi consistait cette chasse à l’homme ? Sur un mur d’une pièce de leur local syndical, nos abominables magistrats néo-marxistes d’après Thréard, affichaient caricatures ou photos de personnalités assorties de brefs commentaires ou citations. Avec toute l’honnêteté intellectuelle qui caractérise l’idéologue d’Atlantico ou l’ex-responsable de Synergie a été soulignée la présence du père d’un enfant assassiné sur ce mur, sauf que ce père – policier - joue de ce statut pour accabler les magistrats dans un Institut pour la Justice que le Président de la très modérée Union Syndicale des magistrats (USM) baptise d’Institut contre la Justice.

Le Figaro a évidemment mis en vedette ces "Privates jokes"

Ce mur a été filmé clandestinement avec un téléphone portable. La seule question qui se pose est : cette pièce était-elle ou non accessible au public, en l’occurrence des magistrats lambda venant par exemple se renseigner sur le S. M. ou bien aux seuls responsables syndicaux de ce local qui auraient donc été abusés par un visiteur retors*, faux SM et vrai délateur (ce qui, comme dirait Aphatie est indigne d’un magistrat). Dans la 2e hypothèse c’est Atlantico qui doit être poursuivi pour diffusion d’images vidéos volées dans un local syndical, lieu privé. Dans la 1ère – lieu accessible au public – il est permis de se demander comment il est passé inaperçu avant l’arrivée de Mme Taubira place Vendôme ?

 

Dans les deux cas le scoupe fait « pschitt ». Les imbécillités proférées sur l’honnêteté professionnelle des membres de ce syndicat, outre que le « mur des cons » n’était pas l’œuvre de tous ses adhérents, sont aussi convaincantes que si on mettait en doute les compétences des internes en médecine à cause de leurs blagues de carabins. On peut trouver – ou pas – ce mur d’un goût douteux (pour ce que j’en ai vu, il me semble assez pertinent). Il n’a, pas plus que les fresques qui ornent les salles de garde des vieux hôpitaux, vocation à être public. Et il faut vraiment prendre ses contemporains pour des cons en se livrant à cette tonitruante et hypocrite fausse indignation sur-jouée** !

 

Que celui qui s’est reconnu sur ce panneau d’affichage et qui n’a jamais dit de mal des magistrats ou de la Justice, en public ou en privé, jette la première pierre. Les « fautifs » ne risquent guère de recevoir le plus petit caillou !

 

* En fait, si l'on en croit Libé, un chroniqueur judiciaire de FR3 qui s'était distingué en attaquant son confrère Charles Enderlin.

Ajout 29/04 : "Clément Weill-Raynal, journaliste à France 3, confirme au Figaro être l'auteur de la vidéo du "mur des cons" tournée au sein du Syndicat de la magistrature. Dans l'émission du Figaro TV On ne parle que de ça, il indique toutefois ne pas avoir donné la bande au site Atlantico qui a révélé l'affaire. "J'ai passé une copie du film à un magistrat qui m'a dit que cela pouvait avoir un intérêt. À partir de là, je n'interviens plus. Je n'ai pas envoyé le film à Atlantico.""

 

** Toujours sur le Grand Journal, mais du 25/04, Jacques Attali a lui pulvérisé le fameux « point Godwin » en parlant de « liste » et en évoquant celles d’il y a plus de 60 ans : s’il y a des « fils de pétain », comme chantait Pierre Dac à Londres, ce sont bien les membres du F-Haine, Louis Alliot en tête, qui demandent l’interdiction professionnelle des membres du Syndicat de la magistrature.  

 

A lire : http://www.rue89.com/2013/05/03/mur-cons-sommes-fiers-syndicat-magistrature-242029

 

Voir aussi : "Le mur des cons" : des oubliés protestent

et Le mur des cons, version UMP

Fresques de carabins à l'hôpital Boucicaut et à l'Hôtel-Dieu

Fresques de carabins à l'hôpital Boucicaut et à l'Hôtel-Dieu

Lettre ouverte du syndicat de la magistrature à Mme Taubira Garde des sceaux


EXTRAITS
(…)
Vous avez déclaré, dans un communiqué de presse et devant le Sénat, « condamner cette pratique », vous avez exprimé « votre consternation face à ce comportement » et considéré qu’il s’agissait « d’un acte insupportable, stupide et malsain ». Quelle pratique ? Celle d’un journaliste qui filme en cachette l’intérieur d’un local syndical privé à l’insu de ses occupants ? Quel acte ? Celui d’un site en ligne, proche de la droite la plus dure, qui décide de diffuser ces images qu’il sait soustraites ? Quel comportement ? Celui d’une certaine droite prompte à instrumentaliser cette « révélation » à des fins bassement politiciennes pour décrédibiliser ceux qui combattent avec force leurs idées depuis des années ?

(…)
Vous avez (…) cédé à la pression de ceux-ci et choisi de vous en prendre à l’expression en privé d’une opinion – lapidaire et caricaturale certes mais qui n’a rien à envier aux propos publics outranciers de certains à notre égard – concernant ceux dont nous dénoncions les propos, les actes ou les prises de position.

(…)
Cette violation de notre sphère privée syndicale n’est pas « une expression syndicale », laquelle est par nature publique. Faut-il vous rappeler que dans nos prises de position publiques nous nous en sommes toujours tenus au débat d’idées ?

(…)
Mais, au-delà des circonstances de l’espèce, et en raison de l’amalgame qui est fait entre expression privée et action syndicale, c’est bien l’expression publique syndicale et, par conséquent, le fait syndical dans la magistrature que vous remettez en question par votre saisine consternante du Conseil supérieur de la magistrature. Nous attendions plutôt de vous, Madame la ministre, que vous défendiez vous-même cette liberté syndicale…


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • Deblog Notes de J. F. LAUNAY
  • : Education, laïcité, politique et humeurs personnelles, en essayant de ne pas trop se prendre au sérieux.
  • Contact

Nota Bene

Le deblog-notes, même si les articles "politiques" dominent, essaie de ne pas s'y limiter, avec aussi le reflet de lectures (rubrique MLF tenue le plus souvent par MFL), des découvertes d'artistes ou dessinateurs le plus souvent érotiques, des contributions aux tonalités diverses,etc. Pour les articles que je rédige, ils donnent un point de vue : les commentaires sont les bienvenus, mais je me donne bien sûr le droit d'y répondre.

Recherche

Nelle Formule

Overblog - hébergeur du deblog-notes - a réussi l'exploit de lancer une nouvelle formule qui fait perdre des fonctions essentielles de la version précédente. Ainsi des liens vers des sites extérieurs disparaissent (désolé pour  Koppera, cabinet de curiosités, ..). Les albums se sont transformés en diaporamas, avec des cadrages coupeurs de têtes. La gestion des abonnés et des commentaires est aussi transparente que le patrimoine de Copé. Et toutes les fonctions de suivi du deblog-notes - statistiques notamment - sont appauvries.